Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 11:44
Wilfred et Olivier agressés à Paris : « Voici le visage de l’homophobie »
Renée Greusard | Journaliste Rue89

  • Envoyer l'article par email
  • Imprimer
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
 

La photo est devenue virale sur les réseaux sociaux. On y voit Wilfred de Bruijn, le visage tuméfié, rouge de sang et des coups qu’il a reçus dans la nuit de samedi à dimanche, dans un quartier populaire de Paris. Il a accompagné cette photo d’un mot d’explication :

« Désolé de vous montrer ça. C’est le visage de l’homophobie. La nuit dernière, dans le XIXe arrondissement à Paris, Olivier et moi nous sommes fait violemment agresser, simplement parce que nous marchions bras dessus, bras dessous.

Je me suis réveillé dans une ambulance couvert de sang. Une dent me manquait et j’avais des os cassés autour des yeux. Je suis à la maison maintenant. C’est très triste. Olivier prend soin de moi. J’ai un arrêt de travail pour au moins dix jours. »


La photo et le texte diffusés par Wilfred de Bruijn, sur Facebook, en avril 2013 (DR)

Au téléphone, Wilfred raconte avec un sourire élégant dans la voix qu’il boit désormais avec une paille. Il ne se souvient de rien. Olivier, si :

« On sortait d’un dîner arrosé avec des amis.On marchait bras dessus, bras dessous vers le métro Ourcq. Pas de “façon homo”. On avait passé une très bonne soirée, on en parlait. Un peu fort peut-être. Là, j’ai entendu : “Ah des homosexuels !” Je me suis pris un premier coup dans les yeux. Je me suis protégé, mais en tout, je me suis pris six coups. [...]

Ça a été une déferlante de haine. Très violente. J’ai vu mon compagnon à terre, sa tête était devenu un ballon de football, j’ai hurlé “Dégagez !”, ils sont partis en courant. »

Puis les ambulances arrivent, puis les policiers. Ils expliquent au couple qu’à une heure aussi tardive, « il vaut mieux prendre un taxi ». Ce qui a beaucoup énervé Olivier.

Ils ont hésité à poster cette image sur Facebook, mais Wilfred explique :

« On est rentrés des urgences vers 10h30. On s’est tout de suite pris en photo. On a douté, parce que ce n’est pas de très bon goût, mais c’était un moyen de prévenir nos amis. »

« On montre ça “in your face” »

Ils ne cachent pas que pour eux, cette photo est surtout un geste politique. Wilfred a milité pendant longtemps au centre LGBT, et Olivier avait monté une association de lutte contre l’homophobie dans son école ce commerce. Wilfred dit :

« C’est un acte politique. On montre ça “in your face” [au grand jour, ndlr]. »

Avant de développer :

« Si c’est un fait divers banal, il s’inscrit dans un contexte. Je suis hollandais. Je vis en France depuis 2003 et je suis très choqué de ce que je vois depuis cet été, avec le débat sur le mariage pour tous. Des responsables religieux, politiques, ont tenu des propos extrêmement violents. »

Un propos qu’il tient de suite à nuancer :

« Il faut toujours être prudent. Nos agresseurs n’ont peut être pas été au courant des ces propos et chacun est responsable de ses actes. »

« Dès qu’on baisse un peu la garde... »

Tous les deux expliquent que normalement, ils font attention. Dans la rue, il ne se tiennent que très rarement le bras comme ça, la main presque jamais.

« On se conditionne. Et dès qu’on baisse un peu la garde, voilà ce qui arrive. »

Olivier et Wilfred vont porter plainte, mais ils aimeraient d’abord voir avec l’association SOS Homophobie s’ils peuvent récupérer des vidéos. Leur agression a eu lieu près d’un magasin de voitures. Ils aimeraient avec l’association récupérer des bandes s’il en existe, puis porter plainte.

« Sinon, ce sera une plainte contre X. »

D’autant que ni Wilfred, ni Olivier n’ont pu voir le visage de leurs agresseurs.

Le 10 avril, une manifestation contre l’homophobie aura lieu à Paris, à 20 heures dans Le Marais (IIIe et IVe arrondissements). Début 2013, les associations Le Refuge et SOS Homophobie disaient avoir reçu trois fois plus de témoignages de victimes d’homophobie en 2012 qu’en 2011.

Sur son blog, Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris, s’est dit horrifié de ce fait divers et l’a lié à l’action contre le centre LGBT du mouvement du « Printemps français » :

« Je suis absolument horrifié [...] Je condamne cette agression homophobe qui fait suite à plusieurs exactions intervenues ce week-end notamment au “ Printemps des assoces ” organisé par l’inter LGBT. Je demande à ce que toute la lumière soit faite sur ces actes inqualifiables. »

Virée anti-LGBT : que faisait Béatrice Bourges ce dimanche à 4 heures ?
Blandine Grosjean | Rédactrice en chef Rue89

  • Envoyer l'article par email
  • Imprimer
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
 

Ce dimanche, à l’aube, de vaillants militants ont recouvert l’Espace des blancs manteaux (Paris IVe) d’affiches et d’inscriptions hostiles au « mariage pour tous ». Des affiches déjà vues sur le passage des « manifs pour tous », et une action revendiquée sur les réseaux sociaux par « Le Printemps français »,émanation radicale de la « Manif pour tous ».

Ce week-end, au Blanc manteaux se tenait le « Printemps des assoces LGBT » (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

L’opération « nuit blanche » a été filmée et postée sur la page Facebook du « Printemps français ». On pouvait y reconnaître certains visages (Samuel Lafont, conseiller national UMP). Dans l’après-midi, la vidéo a été supprimée. Mais on a fini par retrouver une copie après la mise en ligne de ce papier (merci les twittos).

« Sans arme, ni haine, ni violence »

Grâce à Chrétienté.info, on a tout de même droit dans la journée à une petite photo souvenir :

« Ce dimanche 7 avril, à l’heure du laitier, le Printemps français s’est fait un plaisir d’aller contrarier la LGBT au cœur même de son fief parisien [le quartier du Marais, ndlr]. Sans arme, ni haine, ni violence. »

Dans un premier tweet Christophe Girard, maire de l’arrondissement, parle de « provocations haineuses » et appelle à « la vigilance et la mobilisation des démocrates ». Avant d’évoquer des poursuites :

« Comme maire du IVe où ces provocations d’un autre temps (1934 ?) se sont exprimées lâchement. Je me réserve le droit de porter plainte. »

1934 fait référence aux évènements factieux de février.

Bourges supprime son tweet mais...

Sans doute dégrisée par le soleil dominical, la porte-parole du « Printemps Français », Béatrice Bourges, désormais meilleure ennemie de Frigide Barjot qu’elle trouve trop « bisounours », a elle aussi supprimé... son tweet. Lequel a immédiatement été copié par les twittos pro-mariage pour tous.

« Ciel Mon engagement » a apporté sa contribution à l’enquête policière qui ne devrait pas être trop difficile à boucler :

« Quand la porte-parole du Printemps français Beatrices Bourges félicite sur Twitter les vandales, puis supprime son post. »


Le tweet de Béatrice Bourges (Capture d’écran de Ciel, mon engagement)

Frigide Barjot veut porter plainte, elle aussi

De son côté, la porte-parole de la Manif Pour Tous, Frigide Barjot, a elle aussiannoncé son intention de porter plainte... contre le Printemps Français :

« La violence n’a pas de place chez nous. Nous condamnons les actes du Printemps français. Ils pourrissent notre mouvement, se plaint l’égérie du mouvement. Ils nous ont pillés, parodiés, ils portent préjudice à notre philosophie de la Manif Pour Tous ».

Trois fois plus d'agressions homophobes en 2012 qu'en 2011

SOS homophobie et Le Refuge (associations d'aide aux personnes homosexuelles) ont fait les comptes : les témoignages de victimes d'homophobie augmentent fortement. Une conséquence au débat sur le mariage entre personnes de même sexe ?

Marc Pédeau 
Le 03/01/2013 à 18:16
SOS homophobie et Le Refuge s'inquiètent de la hausse de l'homophobie à l'approche de la loi sur le mariage pour tous. (AFP)

SOS homophobie et Le Refuge s'inquiètent de la hausse de l'homophobie à l'approche de la loi sur le mariage pour tous. (AFP)

1 / 1

Les agressions et insultes homophobes sont en recrudescence, s'accordent les associations Le Refuge etSOS homophobie cette semaine. Une hausse significative : l'un et l'autre indique qu'ils ont reçu trois fois plus de témoignages de victimes d'homophobie en 2012 qu'en 2011.

De plus ne plus de témoignages au cours de l'année

 

"On constate des agressions verbales, du harcèlement… Ce sont des menaces mais aussi des insultes, des remarques, des sous-entendus au quotidien", analyse Frédéric Gal, directeur national du Refuge. Cette association vient en aide à des jeunes majeurs victimes d'homophobie et de rejet familial. En 2012, 434 jeunes ont contacté Le Refuge, dont 212 uniquement pendant le mois de décembre. En réalité, une forte accélération se remarque dès le mois de novembre 2012.

Une accélération qui serait liée au débat actuel sur le mariage entre personnes de même sexe. "En parlant de pédophilie et d'inceste, le débat actuel est un débat qui attise l'homophobie. Pourtant, on aurait pu avoir un débat respectueux sur ce qui va changer avec le mariage pour tous, sans que les insultes sortent". Conséquence : "un malaise grandissant chez les jeunes homosexuels."

 

Les propos homophobes, "on le prend pour soi"

 

Emilie est l'une des bénéficiaires du Refuge de Montpelier. Cette Arlésienne de 23 ans s'est retrouvée à la rue après l'incendie de son appartement. "Ma famille n'accepte pas mon homosexualité", raconte-t-elle à BFMTV.com. Le débat actuel ? Elle le suit et y participe même si tout n'est pas facile à entendre : "Ce n'est pas parce que l'on est homosexuel que l'on est pédophile. Ce genre de chose, ça fait du mal à entendre, on le prend pour soi."

En décembre, les appels à SOS homophobie se font traditionnellement plus nombreux mais "l’année 2012 aura été tristement exceptionnelle", annonce dans un communiqué l'association. SOS homophobie a fait les comptes : ils ont reçu par mails, téléphone ou tchat trois fois plus de témoignages qu’en 2011.

 

Les religieux anti-mariage pour tous montrés du doigt

 

Les responsables ? Pour SOS homophobie, certaines déclarations de personnalités religieuses à propos du projet de loi sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels : "Si les sermons de prêtres appelant à manifester contre le mariage pour tou-te-s ont été nombreux à nous être relayés suite aux messes célébrées le 24 décembre, plusieurs jeunes lesbiennes, gays, bi ou trans nous ont également contacté-e-s ces derniers jours pour exprimer leur désarroi, leur souffrance et leur détresse face à leurs familles, enseignant-e-s ou proches qui ont exprimés des propos empreints d’homophobie et de violences, n’en déplaisent aux organisateurs de la manifestation du 13 janvier prochain."

Bientôt la fin du débat parlementaire ? Emilie l'espère : "Vivement que la loi passe pour que les gens voient que l'on existe, que l'on a le droit d'avoir une vie même si on aime une personne du même sexe que soi." Pour autant, Frédéric Gal reste prudent. Le directeur national du Refuge constate qu'"en Belgique, ils ont la même situation en terme d'homophobie alors qu'ils ont le mariage et l'adoption par les couples homosexuels."

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.