Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:16
viceversa
Le Vice & Versa n'avait jamais fait l'objet de menaces, a affirmé son gérant à France Info.

Quatre hommes décrits comme des skinheads ont pris pour cible un établissement du Vieux-Lille, hier soir, rapporte le site de France Info. 

Selon plusieurs témoignages, des skinheads se seraient attaqués aux personnel et aux clients du Vice & Versa, avant de jeter des tables et des chaises dans la vitrine de l’établissement du Vieux-Lille. Trois personnes auraient été légèrement blessées dans l’attaque. Les auteurs de l’agression ont été interpellés et placés en garde à vue. L’incident s’est déroulé dans un contexte d’appels à la violence antigay émanant de milieux d’extrême droite français, à l’approche du vote définitif sur le Mariage pour tous. A Paris, au même moments, des heurts éclataient près de l’Assemblée nationale. Des militants d’extrême droite ont tenté de forcer des barrages de police et s’en sont pris à des journalistes.

Dans le cas lillois, des réactions sur Twitter ont mis en cause un groupe d’identitaires flamands photographiés dans le quartier peu avant l’attaque du bar gay. Un rassemblement contre le mariage homosexuel s’était déroulées dans l’après-midi en ville.

 

(mise à jour: 18 avril, 09:00)


TIRE DE http://360.ch

Zineb Dryef | Journaliste Rue89


  • Envoyer l'article par email
  • Imprimer
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
 

Le bar gay Vice&Versa à Lille, le 18 avril (PHILIPPE HUGUEN/AFP)

Ce matin, en lisant la presse, il y a cette phrase :

« Ta gueule, sale pédé ! Regarde moi dans les yeux si t’as des couilles ! »

C’est ce que quatre types, crânes rasés, ont lancé à Yoann, le patron du Vice Versa, bar gay à Lille, avant de le frapper. On se dit que ça fait beaucoup. C’est la seconde fois en une dizaine de jours qu’une agression homophobe fait les gros titres de l’information.

Ce mercredi soir, Yoann, son associé, son serveur et certains clients ont été agressés. Les agresseurs, impressionnés par la foule du bar et de celui d’en face, ont fini par prendre la fuite. La police a pu les rattraper, selon le témoignage de Yoann dans La Voix du Nord.

« On est en danger »

Sur France Info, il a affirmé que la radicalisation du débat sur le mariage pour tous pourrait expliquer cette violence :

« C’est clairement de l’homophobie. Il y a un contexte dans lequel, tout ce qui est homosexuel, lesbien, gay, on est en danger. »

La fédération LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) a elle aussi accusé le Printemps français et la « Manif pour tous » d’être responsables de cette nouvelle agression. A Paris, le 7 avril, un couple homosexuel avait été passé à tabac :

« Ce nouvel épisode de violences homophobes est directement le fruit de la montée de la haine, de l’intolérance, et de l’homophobie en France, conséquences d’un climat général cultivé par les opposants prétendant lutter contre l’ouverture du mariage et de l’adoption, alors qu’ils ne renvoient les personnes et les couples homosexuels qu’à une sous-citoyenneté, aux droits inférieurs. »

Des manifs de plus en plus violentes

Il est vrai que le débat s’est considérablement dégradé ces dernières semaines – le terme « débat » semble d’ailleurs tout à fait inapproprié pour évoquer un face-à-face de plus en plus virulent et violent.

Mercredi soir, devant l’Assemblée nationale, après une manifestation des anti rassemblant entre 2 400 et 8 000 personnes (chiffres police et organisateurs), une minorité a tenté de franchir des barrages policiers pour tenter de s’introduire dans l’hémicycle. Bilan : onze interpellations, des dégradations et une équipe de journalistes prise à partie.

Ces scènes d’échauffourées en marge de rassemblements sont désormais quotidiennes et rien n’indique qu’elles sont en voie de disparaître.

Au contraire, ces violences ne sont pas condamnées par les partis politiques qui soutiennent les manifestants (ou du bout des lèvres) et les appels à maintenir la pression se poursuivent.

Quitte à faire dans le n’importe quoi. Camille Bedin, jeune responsable politique à l’UMP, menace ainsi, au côté de l’inconnu « Collectif des mères », de mettre en place une « chaîne de la grève de la faim partout en France » pour protester contre l’égalité des droits.

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!

A L’assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.