Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 15:03

Singapour est une cité-État très densément peuplée entre la Malaisie et l’Indonésie, où les mouvements sociaux y sont tout simplement interdits. Quatre chauffeurs de bus ont été arrêtés ce matin. Ils sont accusés de grève illégale et risquent un an de prison.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0820.jpg

Le débrayage a frappé la cité-État en début de semaine. 171 employés de la société de transport public ont abandonné leur volant et leurs navetteurs. Chez nous on appelle ça une grève, mais à Singapour, ce genre de mouvement d’humeur est inimaginable. À tel point que les médias ont eu toutes les peines du monde à nommer l’évènement. Le mot grève est presque lui-même banni.

Sur Internet, les blogs et les réseaux sociaux se sont régalés en proposant des synonymes. « Service indisponible pour cause d’évènement interne à l’entreprise »… « Pause café prolongée »… Ou encore « journée de cohésion ».

Blague à part, cette grève – parce que c’est bien de cela qu’on parle – voulait attirer l’attention sur les discriminations qui existent dans le secteur. Un chauffeur d’origine chinoise gagnant l’équivalent de 400 dollars de moins qu’un chauffeur malais. Les protestataires demandaient aussi de meilleures conditions de logement. Résultats, les quatre chauffeurs accusés d’être les instigateurs de l’affaire risquent une lourde sanction.

Les critiques des habitants de Singapour sont elles partagées… Entre appels à l’expulsion de tous les travailleurs chinois qui ont participé à la grève et la dénonciation de l’exploitation de la main d’œuvre. Qu’en est-il des revendications des grévistes ? Leur salaire ne va pas augmenter d’un sou, par contre, très gênée par le remous que cette histoire a créé, l’entreprise de transport en commun a promis de revoir les logements des chauffeurs, de laver et de réparer les dortoirs où ils dorment entassés. Cette histoire aura au moins le mérite de faire parler de ces travailleurs étrangers à Singapour. Ceux qui viennent de loin pour faire fonctionner cette bouillonnante cité-État.

Presse esclavagiste (RTBF, 30 novembre 2012) via Solidarité ouvrière


Singapour. Les chauffeurs de bus font la révolution

Un arrêt de travail de deux jours chez le principal transporteur public fait scandale. La grève met en lumière les conditions de travail de la main d’œuvre étrangère.

Quatre chauffeurs de bus ont été arrêtés le 29 novembre à Singapour, rapporte Today, pour avoir “incité leur collègue” à participer à une grève illégale. Les quatre hommes risquent jusqu’à un an de prison s’ils sont reconnus coupable d’être à l’origine du mouvement qui a mobilisé 171 employés de la compagnie de transport publique locale les 26 et 27 novembre. Ils ont enfreint la loi qui interdit tout mouvement social dans la cité-État. D’ailleurs, au démarrage de la grève, les sites des principaux journaux utilisaient des périphrases pour qualifier le mouvement. Une attitude immédiatement tournée en dérision sur mrbrown, un blog très populaire.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0915.jpg

Mrbrown a immédiatement proposé à ses abonnés sur twitter de suggérer des synonymes au mot grève. Dans ce florilège, on trouve notamment, “rassemblement de mécontents” (“unhappy gathering”), “service indisponible pour cause d’évènement interne à l’entreprise” (“Service closed due to company function”), “pause café prolongée” (“extended coffee break”) ou enfin “journée de cohésion” (“cohesion day”).

Selon The Straits Times, la compagnie de transport SMRT “a concédé ses erreurs” durant “ces évènements dramatiques”, notamment en ce qui concerne les ouvriers chinois, à l’origine du mouvement. Recrutés pour des contrats de deux ans, ils gagnent 400 dollars de moins que les chauffeurs malaisiens, pour le même travail. Ils demandaient un alignement de leur salaire et une amélioration de leurs conditions d’hébergement. S’ils n’ont pas obtenu satisfaction sur leur première revendication, l’entreprise a promis de nettoyer et de réparer les dortoirs dans lesquels elle loge ses employés et de rechercher des moyens pour leur offrir de meilleures conditions de logement.

En réaction à ces articles, on peut lire de nombreux commentaires sur la toile qui appellent à la déportation pure et simple des ressortissants chinois à l’origine du mouvement. Autre son de cloche sur Online citizen, un site communautaire citoyen, “bien que dans d’autres pays développés, les lois protègent les travailleurs, il apparaît que dans le cas de Singapour, les lois protègent l’exploitation des travailleurs”.

Singapour fait face à un manque de main d’œuvre pour des emplois peu qualifiés. Les entreprises recrutent à l’étranger, en particulier en Malaisie, en Chine ou aux Philippines. Mais les conditions d’immigration sont très strictes et les travailleurs immigrés très contrôlés.

Presse esclavagiste (Christine Chaumeau, CourrierInternational.com, 29 novembre 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 15:02

Manifestation contre le Forum Sécurité Urbaine

Du 12 au 14 décembre prochain se tiendra à Saint-Denis le Forum Européen sur la Sécurité Urbaine. Ce think tank d’institutions et de collectivités européennes sévit depuis 20 ans et regroupe élu.e.s et expert.e.s du monde entier pour partager les expériences et les innovations en matière de sécurité et de contrôle des populations sur les territoires, uniformisant ainsi les pratiques policières à l’échelle internationale. Voici le lien pour vous faire une idée de leur pouvoir de nuisance.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/1116.jpg

Cette année, ce sont les villes d’Aubervilliers et de Saint-Denis qui invitent ! Nous ne souhaitons pas leur laisser l’espace et la parole libres sans réagir.

Nous appelons donc à une grande manifestation le mercredi 12 décembre, pour s’opposer à l’idéologie sécuritaire, la stigmatisation et la destruction des quartiers, les crimes et les violences policières.

Point de rassemblement à 19h, devant la basilique de Saint-Denis (métro 13, Basilique de Saint-Denis). Toute joyeuseté sonore bienvenue !

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/1020.jpg

Angles Morts, 30 novembre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 15:00

Les habitants de Siliana en Tunisie, théâtre de violences depuis trois jours entre manifestants et policiers, se mobilisent de nouveau vendredi contre le gouverneur et pour obtenir des aides des autorités qui peinent à stabiliser le pays deux ans après sa révolution.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/1415.jpg

La principale centrale syndicale de Tunisie, l’UGTT, a appelé à une marche symbolique sur Tunis et plusieurs milliers de personnes à pied, à moto et en voiture parcouraient quelques kilomètres en direction de la capitale en milieu de matinée.

“Avec nos âmes et notre sang, on se sacrifie pour Siliana”, scandaient-ils près de cette ville située à 120 km au sud-ouest de Tunis.

Les manifestants interrogés par l’AFP ont assuré vouloir poursuivre leur mobilisation jusqu’au départ du gouverneur régional, réclamant également la fin de la répression policière et un programme de développement.

“Nous allons (…) montrer la détermination des habitants à ne plus être marginalisés” économiquement, a déclaré à l’AFP le secrétaire général régional de l’UGTT, Nejib Sebti, appelant la foule à défiler “calmement et pacifiquement”.

Selon lui, une délégation de Sidi Bouzid (centre-ouest), le berceau de la révolution tunisienne, est attendue vendredi.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/1514.jpg

“Nous sommes prêts au dialogue mais sans la présence du gouverneur” Ahmed Ezzine Mahjoubi, a ajouté M. Sebti, alors que le Premier ministre Hamadi Jebali a exclu de le limoger sous la pression de la rue.

Dans la foule, de nombreux manifestants se sont plaints de violences policières : “Voici ce que la police d’Ennahda (le parti islamiste au pouvoir, ndlr) m’a fait”, s’est emporté un homme montrant de larges hématomes sur ses hanches et ses jambes.

Les rues étaient jonchées de pierres et des vestiges calcinés des barricades de pneus installées par les manifestants. Sur la route de Tunis, des habitants ont par ailleurs bâti des barrages, selon les journalistes de l’AFP. (…)

Publié par le savoir-faire français (Agence Faut Payer, 30 novembre 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 17:06

 

Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), mardi. Les forces de l'ordre surveillent les opposants au projet d'aéroport.
Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), mardi. Les forces de l'ordre surveillent les opposants au projet d'aéroport. | AFP/Jean-Sébastien Evrard
Zoom
 
Un opposant au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, interpellé lundi, a été condamné mercredi à 10 mois de prison dont 5 avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes devant lequel il était jugé en comparution immédiate.  Le prévenu, un tailleur de pierre de 27 ans déjà condamné à plusieurs reprises, a été immédiatement écroué.

Il était notamment accusé d'avoir blessé, avec une masse reliée à une laisse, un individu qui s'est avéré être un gendarme déguisé en manifestant, lors de l'évacuation d'une barricadedans la zone du futur aéroport.

Le parquet avait requis un an dont six mois avec sursis

Il a été reconnu coupable de «violences avec usage ou menace d'une arme suivie d'incapacité inférieure 8 jours», port prohibé d'arme de sixième catégorie (une arme blanche), «participation avec arme à un attroupement par une personne dissimulant volontairement son visage afin de ne pas être identifiée».

Le prévenu a en outre été condamné à deux ans de mise à l'épreuve pendant lesquels il est interdit de séjour en Loire-Atlantique sauf dans la commune où il habite. Le parquet avait requis un an dont six mois avec sursis compte tenu du casier judiciaire du prévenu.

Deux autres personnes condamnées

Jugé en même temps, un autre opposant, un jardinier de 30 ans, a été condamné à six mois de sursis simple assorti d'une interdiction de séjour de deux ans en Loire-Atlantique. Il a été déclaré coupable de «violences sur une personne dépositaire de l'autorité public sans incapacité», «rebellion», «port prohibé d'une arme de sixième catégorie» et «participation avec arme à attroupement par une personne dissimulant volontairement son visage afin de ne pas être identifiée».

Un troisième, ancien boulanger de 34 ans, a lui été condamné à deux mois de prison avec sursis.

«Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi on nous accuse de vouloir défendre des animaux, un territoire, des végétaux en voie de disparition», a déclaré le jardinier avant que la cour ne se retire.

LeParisien.fr 

 

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 16:39

Le 3 décembre 2012, les chefs d’État français et italien François HOLLANDE et Mario MONTI se réuniront en sommet à Lyon pour parler austérité et conclure le plan de financement de la ligne à grande vitesse reliant Lyon à Turin (le TAV), présenté pour l’occasion comme un remède à la crise. Nous ferons de ce sommet l’occasion de montrer notre rejet du TAV (TGV) et de la structuration des territoires en Machine Économique compétitive et rentable au service d’un monde que nous ne voulons plus. Au moment où gagner semble possible après les différentes batailles dans la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, retrouvons-nous tous ensemble pour lutter contre le TAV et tous les projets de grandes infrastructures.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/196.jpg

Pour cela, nous invitons le 3 décembre 2012 à Lyon, les mouvements NO-TAV italiens et français ainsi que toutes les personnes en lutte chez elles contre des grands projets d’infrastructure et d’aménagement de leur vie à se mobiliser. Au programme, rassemblement à partir de midi gare des Brotteaux (Lyon 6e) et manifestation dans les rues vers 14h dans les rues de Lyon.

NOTAV 69, 23 novembre 2012


Contre le Lyon-Turin, toutes et tous à Lyon le lundi 3 décembre !

Le Lyon-Turin est un projet de nouvelle liaison ferroviaire à travers les Alpes, qui prévoit notamment de creuser le plus long tunnel d’Europe (plus de 50 km) dans une montagne contenant des roches riches en amiante et en uranium. C’est aussi quinze ans de travaux et des dizaines de millions de mètres cube de déblais à stocker en Maurienne et dans le Val de Susa, au débouché italien du tunnel. Lancé officiellement en 2001, le projet devrait être achevé vers 2023 et coûter 25 milliards d’euros.

Rappel des faits :

Depuis 20 ans, dans le Val de Susa italien, la résistance est massive et populaire. Les habitant.e.s de la vallée organisé.e.s en « comités No Tav » (Tav=Tgv) ne se contentent pas de manifs monstre (par exemple 70’000 personnes à Bussoleno en février 2012), illes ont construit des baraques permanentes (les « presidio ») sur les sites de carottages, où les opposant.e.s de tous âges et classes sociales peuvent se retrouver et s’informer dans la convivialité. Depuis l’été 2011, les épisodes s’enchaînent de plus en plus vite sur le site de creusement de la première galerie de reconnaissance italienne, à Chiomonte : expulsion et saccage de l’occupation de la Madalena par les carabinieri fin juin, attaque du camp retranché policier par une « marée humaine » de 70’000 personnes le 3 juillet, construction de cabanes dans les arbres à côté du fortin policier, manifestations fréquentes cet hiver…

Dernier épisode marquant : le 27 février 2012, des parcelles de terrain appartenant au mouvement NoTav sont expropriées par la police, pour commencer réellement le chantier. Un militant, monté sur un pylône électrique, pour échapper à la police est électrocuté et hospitalisé. Des manifestations de soutien ont aussitôt lieu dans toute l’Italie et dans quelques villes françaises, pendant plus de deux semaines (voir ici et ).

Aujourd’hui le chantier doit être surveillé en permanence par des centaines de flics et de militaires (les « Alpini »), pour un surcoût d’au moins 50’000 euros par jour.

“Anche in Francia, sara durà” (“En France aussi, ce sera dur”)

Le collectif « No Tav-Savoie » s’est créé en septembre 2011, afin de contrer la propagande massive pour l’autoroute ferroviaire, soutenue par tous les politiciens locaux. Le collectif diffuse un argumentaire dénonçant l’inutilité complète, les nuisances irréversibles et le coût indécent du projet, ainsi que le modèle de société qu’il encourage. Il a appellé à un premier rassemblement le 14 mars à Chambéry, et a organisé plusieurs réunions publiques d’information (Chambéry, la Tour du Pin, St-Jean de Couz en Chartreuse, et plus récemment Villarodin-Bourget) avec les habitant.e.s situé.e.s sur le tracé. De janvier à mars 2012, l’enquête publique portant sur le tronçon Lyon-Chambéry a fait découvrir aux habitant.e.s concerné.e.s (avant-pays savoyard et nord-Grésivaudan) le désastre qui les attend et l’absurdité du projet. Pour la première fois depuis des années, la réunion pro Lyon-Turin du 13 mars à Chambéry était remplie d’opposant.e.s. Le consensus se fissure..

Le neuf juin dernier, une première manifestation a réuni en France quelques centaines de personnes.

En France, d’autres collectifs s’activent aujourd’hui contre le Lyon-Turin. C’est le cas notamment des collectifs No TAV ParisNo TAV Lyon, ou encore de la Coordination opposée au Lyon-Turin, qui réunit plusieurs associations d’habitants opposés au projet.

La lutte ne fait que commencer

Le 3 décembre, les techno-présidents Mario Monti et François Hollande se retrouvent à Lyon pour parler du financement du TAV. Les opposant.e.s joueront encore une fois les trouble-fête. À partir du 26 novembre, une semaine de discussions, projections et rencontres autour du mouvement No-TAV est organisée à Lyon (voir le programme). À l’appel des collectifs No TAV Savoie, No TAV Lyon, No TAV Paris, et des comités No TAV italiens, plusieurs rendez-vous de lutte sont organisés et notamment :

•  Le 3 décembre à Lyon : Rassemblement et manifestation

12h, Gare des Brotteaux : Repas, assemblée, prises de paroles françaises et italiennes, présentation des différentes luttes et de leurs contextes, jeux, tables d’infos…

14h : Départ d’une manifestation festive.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/2010.jpg

Bien sûr, la lutte contre le TAV n’est pas sans rappeler l’actuelle opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ou encore l’opposition basque contre la LGV transpyrénéenne. De la Bretagne aux Alpes, pas de grands projets inutiles, ni ici ni ailleurs !

Et pour suivre l’actualité de la lutte contre le Lyon-Turin en France, le blog du collectif No TAV Savoie. D’autres infos encore sur Rebellyon.

Indymedia Grenoble, 24 novembre  2012 – actualisé le 28 novembre


Notre-Dame-des-Landes – LGV Lyon-Turin : même combat !

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/216.jpg

Tract distribué le soir du 28 novembre devant la mairie de Grenoble lors du rassemblement contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Indymedia Grenoble, 28 novembre 2012

TGV Lyon-Turin : opposants interpellés

Les forces de l’ordre italiennes ont effectué ce matin une série de perquisitions et d’interpellations dans les milieux des opposants au projet de TGV Lyon-Turin, à Turin et dans le Val de Suse, ont annoncé les médias italiens.

Au cours de ces opérations, neuf militants ont été mis aux arrêts domicilaires. Deux d’entre eux pour une agression commise en février dernier à Chianocco, dan le Val de Suse, contre une équipe des journalistes du Corriere Web. Et les sept autres pour avoir fait irruption en août dernier à Turin, dans le bureau d’études de la société Geovalsus qui effectue des travaux de préparation à la réalisation du train.

En outre, quatre personnes ont reçu une interdiction de demeurer dans la commune de Turin et les six dernières sont soumises à un contrôle judiciaire.

Le projet de TGV, discuté depuis plus de vingt ans et dont la mise en service est prévue en 2023, a donné lieu ces dernières années, surtout côté italien, à de nombreuses manifestations, parfois ponctuées de heurts violents entre opposants et forces de l’ordre.

Ce projet, sur lequel Paris et Rome sont en parfaite harmonie, sera l’un des thèmes du sommet franco-italien qui réunira le président François Hollande et le président du Conseil Mario Monti le 3 décembre à Lyon.

Les opposants italiens au projet ont d’ailleurs annoncé qu’ils iront manifester sur place lors de cette rencontre.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 29 novembre 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 16:38

Tunisie : un poste de police incendié par des manifestants près de Siliana

Des manifestants ont incendié jeudi un poste des forces de l’ordre tunisiennes àKesra, à 40 km de la ville de Siliana frappée la veille par de graves violences, a constaté une journaliste de l’AFP.

La façade du poste portait les traces de flammes et deux véhicules de police calcinés gisaient dans les environs. Plus aucun policier n’était présent sur les lieux après l’attaque et quelques jeunes se tenaient aux abords du bâtiment.

On était une trentaine à mettre le feu au poste le matin, a raconté à l’AFP, Ali 17 ans.

Le calme semblait par ailleurs régner vers 12H30 GMT dans cette localité de 18.000 habitants.

Des témoins, interrogés par l’AFP, avaient indiqué plus tôt que plusieurs dizaines de manifestants s’étaient rassemblés devant ce poste et avaient tenté de le prendre d’assaut. Les forces de l’ordre avaient répliqué avec des tirs de gaz lacrymogènes.

Aucune source hospitalière ou policière n’était en mesure de dresser un bilan dans l’immédiat. (…)

Publié par le savoir-faire français (Agence Faut Payer, 29 novembre 2012)


Tunisie : manifestations dans la région de Siliana, affrontements sporadiques

Des affrontements sporadiques ont opposé protestataires et policiers jeudi dans la région de Siliana où de graves violences ont fait plus de 250 blessés la veille parmi les manifestants qui réclament le départ du gouverneur et de meilleures conditions de vie.

La principale centrale syndicale tunisienne, l’UGTT, avait maintenu son appel à une troisième journée de grève générale dans la région et la ville de Siliana (120 km au sud-ouest de Tunis).

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/265.jpg

Des manifestations ont été émaillés de violences dans des localités alentours, mais les débordements étaient bien moins graves que la veille. (…)

Dans la localité de Gaâfour, des manifestants ont jeté des pierres sur des camions des forces de l’ordre et de l’armée qui ont alors rebroussé chemin, selon des témoins.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/272.jpeg

À Siliana, chef lieu de la région éponyme, une manifestation de quelque 2.000 personnes s’est déroulée dans le calme, contrairement à la veille. Aucun incident n’y a eu lieu, selon les journalistes de l’AFP. (…)

En milieu de journée, des policiers et des militaires étaient présents en petit nombre dans les rues de Siliana. Les vestiges des barricades et des violences de mardi et mercredi jonchaient par contre le sol, tels des pierres, des pneus calcinés et même des troncs d’arbres abattus. Tous les commerces étaient fermés jeudi, comme la veille. (…)

Le ministère a par contre publié sur sa page Facebook un bilan matériel des violences de la veille qui s’étaient répandues dans cinq localités proches de Siliana : plus d’une demie douzaine de bâtiments publics ont été incendiés, dont quatre postes des forces de l’ordre. (…)

Publié par le savoir-faire français (Agence Faut Payer, 29 novembre 2012)


Violences à Siliana : Grève générale et rassemblement devant le siège du gouvernement

Un calme précaire régnait jeudi matin à Siliana où une grève générale est observée pour le troisième jours consécutifs.

Quelques pharmacies, boulangeries et l’hôpital régional ont gardé leurs portes ouvertes, a constaté le correspondant de l’Agence TAP dans la région.

Les magistrats et les avocats ont rejoint ce mouvement de grève générale.

Des milliers d’habitants venus de différentes délégations du gouvernorat se sont rassemblés, depuis jeudi matin, devant l’union régionale du travail et se sont dirigés par la suite vers le siège du gouvernorat pour réclamer le départ du gouverneur, Ahmed Ezzine Mahjoubi, en l’absence de tout renfort sécuritaire.

Les protestataires ont procédé jeudi matin à la fermeture des locaux du parti Ennahdha àSiliana et Bargou.

Mercredi, le siège d’Ennahdha à Errouhia a été incendié alors que les locaux du parti àSidi BourouisKesra et Makthar, ont été fermés sans aucun incidents.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/282.jpg

Le ministère de l’intérieur a recensé, dans un communiqué publié jeudi, les dégâts enregistrés suite au mouvement de protestation survenu mercredi dans le gouvernorat de Siliana. Le ministère relève que les vitres du siège du gouvernorat de Siliana ont été brisés, le poste de police et le siège de la délégation de Makthar incendiés et la recette des finances pillée. Dans la délégation de Bouarada, le poste de police a été incendié, un dépôt de denrées alimentaires pillé ainsi que la recette des finances. À Bourouis, le poste de la garde nationale a été incendié. Dans la délégation d’Errouhia, le poste de police, le siège de la délégation, le logement de fonction du délégué, une partie du siège de la municipalité et un dépôt appartenant aux services de l’assurance sociale, ont été incendiés.

Les affrontements survenus mercredi entre manifestants et forces de l’ordre ont fait plus de 250 blessés dont 19 cas atteints au niveau des yeux ont été transférés vers l’institut d’ophtalmologie Hédi Raies à Tunis. Parmi ces blessés un jeune a perdu la vue, ont indiqué des sources proches de la victime au correspondant de l’Agence TAP dans la région.

Presse à balles réelles (WMC/TAP, 29 novembre 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:37

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MUSIQUES
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:35

Quatre interpellations et un gendarme blessé à Notre-Dame-des-Landes

NOTRE-DAME-DES-LANDES (France / Loire-Atlantique) — Quatre personnes ont été interpellées et un gendarme en civil blessé à la tête lors de l’assaut, par les forces de l’ordre, d’une barricade érigée sur une route de Notre-Dame-Des-Landes par des opposants au projet d’aéroport nantais, a constaté l’AFP.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/112.jpeg

Un opposant au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes interpellé par la police, lundi 26 novembre 2012

Les opposants cagoulés — repliés dans un champ voisin — ont continué de tirer des fusées de détresse sur les gendarmes pendant les travaux de destruction à la nuit tombante.

Au moins une dizaine de gendarmes habillés comme des opposants se trouvaient sur la barricade et ont exhibé des bandeaux avec la mention gendarmerie au moment de l’assaut, a constaté l’AFP.

Habillés de vêtements maculés de boue, certains avec des sacs poubelles en guise de protection imperméable, ils ont procédé à plusieurs interpellations.

C’est l’un de ces gendarmes infiltrés qui a été blessé à la tête et aussitôt évacué par un véhicule de secours.

La barricade, qui se trouvait au lieu-dit Le Sabot, est tombée très rapidement, après des tirs de grenades lacrymogènes de gendarmes sur les manifestants, qui ont répliqué avec des cailloux, des bouteilles en verre, des feux d’artifice et des fusées de détresse.

Cette intervention faisait suite à celle, en début d’après-midi, contre une autre barricade sur cette même RD281, qui était interdite à la circulation ou, selon les jours, filtrée à l’aide de chicanes par les opposants anticapitalistes à l’aéroport depuis près de trois semaines.

Le dégagement de ces barricades constituait selon la préfecture un préalable à l’ouverture de négociations avec les associations adversaires de l’aéroport.

La deuxième barricade aussitôt tombée, un communiqué de la préfecture annonçait des propositions de négociations, avec notamment le retrait des forces de gendarmerie, sous condition du gel de la construction de nouvelles habitations sur la zone du projet d’aéroport.

Presse aéroportée (Agence Faut Payer, 26 novembre 2012)


COPWATCH : à toutes les personnes qui luttent à NddL

Ce lundi 26 Novembre 2012, une dizaine de gendarmes en civil se sont introduits parmi les opposants afin d’y réaliser un total de 4 interpellations lors de l’assaut d’une barricade. Des personnes présentes sur place nous ont indiqué que les gendarmes avaient été repérés, revêtus avec des vêtements boueux en mode “contestataire”. D’une part, nous tenons à rappeller que chacun a le droit à la légitime défense. Rien n’indique officiellement qu’un gendarme en civil criant “gendarmerie” afin de réaliser une interpellation est un gendarme. Tout le monde peut dans ce cas être et jouer au gendarme en se trouvant un brassard orange sur “le marché”. Officiellement c’est une agression. L’autodéfense est donc un droit. C’est comme pour la BAC.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0521.jpgD’autre part, nous demandons à tous et à toutes que le plus grand nombre de photos de gendarmes mobiles soient prises (peu importe les grades). Le groupement présent sur place est le III/3 de la gendarmerie mobile de Nantes. Parmi ce groupement nous sommes particulièrment attentifs aux blessures effectuées par les diverses armes à effets cinétiques et de type flashball. L’escadron ciblé est le 31/3 de Nantes.

Il est important que des photos de titulaires de lance grenades cougar et de LBD soient prises en priorité.

Indymedia Nantes, 27 novembre 2012


Notre-Dame-des-Landes : des flics en civil s’infiltrent sur une barricade et arrêtent plusieurs de nos camarades

Hier, sur la barricade-sud à hauteur du pré qui va au Far-Ouezt nous sommes une centaine à faire face aux forces du désordre afin de défendre un de nos derniers lieux-de-vie encore intact.

Il est 16 heures. Une cinquantaine de Play-mobiles se mettent en formation d’attaque en moins d’un quart d’heure.

6-7 personnes masquées passent la barricade, se rapprochent dangereusement des flics et incitent les autres camarades à se rapprocher aux aussi de la flicaille. À nouveau 7-8 potes passent la barricade ce qui surprend les résistant.e.s restés derrière. Du coup, ils se retrouvent à une quinzaine à faire face à la charge des forces de destruction de l’État saucialiste sans aucune protection.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0913.jpg

Alors qu’un nuage de lacrymos envahie la barricade, nous voyons subitement une scène hallucinante se dérouler sous nos yeux, nos camarades se battre entre eux.

Nous comprenons rapidement qu’il s’agit d’infiltrés.

Deux BAC-heuh (flics en civil ou gendarmes peu importe) déguisés en mode black-block jettent littéralement un des nôtres dans le fossé. Deux autres BAC-heuh défoncent un camarade et le plaquent au sol.

Tout va très vite, derrière la barricade, les nombreux tirs de lacrymos rendent d’un coup l’air irrespirable et obligent la résistance à reculer.

Alors que derrière le chaos est total, le mur de Play-Mobiles s’arrête à trois mètres de la barricade et nos potes disparaissent rapidement derrière eux.

Tout était calculé au millimètre. La flicaille vient pour la première fois depuis le début de l’opération César, initiée le 16 octobre dernier, d’arrêter au moins 4 de nos camarades sur une barricade. C’est en effet la première fois que des flics s’infiltrent parmi nous de la sorte.

Il est évident que les raclures mafieuses qui sont directement intervenues ont volontairement isolé nos potes, les incitant même à les suivre et à se rapprocher le plus possible des forces armées terroristes saucialistes afin de les défoncer et de les arrêter en soit disant flagrant délit alors que nos camarades ne font que défendre les derniers lieux de vie encore debout après 6 semaines de destruction systématique de la ZAD.

Alors que le Gouvernement, par la bouche du Préfet de Loire-Atlantique, ose parler d’apaisement, cette ultime provocation de l’État terroriste remet les pendules à l’heure et détruit, de fait, toute possibilité de dialogue en utilisant ce genre de procédés immondes.

La seule alternative qu’a le Gouvernement saucialiste est de retirer au plus tôt les agents provocateurs qu’il envoie sur les barricades et sur nos lieux de vie (flicaille en civil, indics, etc.) ainsi que toute présence militaire sur la ZAD.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0326.jpgRien n’est à négocier. Le projet d’Ayraultporc doit être définitivement abandonné au plus vite à moins que le gouvernement n’ait pour unique désir de continuer à jeter de l’huile sur le feu en pariant sur un hypothétique pourrissement alors qu’il est le seul responsable de cette situation qui lui échappe totalement.

Que le gouvernement ne se fasse aucune illusion, il est aux abois et il n’arrivera jamais à entamer notre détermination malgré ses basses manœuvres.

Non à projet d’Aéroport et à la destruction de 2000 hectares de bocage et de lande !

Non aux provocations de la flicaille saucialiste !

Notre mode de vie autogéré, sans chef, sans aucune hiérarchie, qui refuse en bloc la société consumériste capitaliste que l’on veut nous imposer, n’est pas négociable.

Nous sommes ici chez nous et nous ne partirons pas.

La répression d’État ne passera pas !

Libération immédiate de nos camarades arrêtés hier !

Vinci dégage !

Des zadistes témoins oculaires directs des arrestations de nos camarades

Toutes les infos et plus encore sont sur le site de la ZAD : Zone À Défendre – Tritons crété-e-s contre béton armé

Bob 92 Zinn, 27 novembre 2012


Notre-Dame-des-Landes : un mois avec sursis pour un jet de bouteille sur des gendarmes

Un opposant au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, interpellé samedi lors des affrontements avec les forces de l’ordre, a été condamné en comparution immédiate à un mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/1113.jpg

Les opposants contre les forces de l’ordre, samedi 24 novembre 2012

L’homme, un agriculteur de 53 ans dont la ferme est concernée par les travaux pour réaliser les accès routiers à l’aéroport, était poursuivi pour avoir lancé une bouteille en direction de trois gendarmes mobiles, sans faire de blessé.

Le procureur de la République avait requis 6 mois de prison avec sursis à son encontre, soulignant la nécessité d’”arrêter ce type de comportement et cette perte de repères dans les manifestations”.

Le prévenu, qui a reconnu les faits, a également été interdit de séjour pendant deux ans dans les quatre communes sur lesquelles s’étend la zone réservée au futur aéroport controversé (Notre-Dame-des-Landes, Vigneux-de-Bretagne, Grandchamps-des-Fontaines et Treillières). (…)

Presse aéroportée (Fabienne Béranger avec l’Agence Faut Payer, pays-de-la-loire.france3.fr, 26 novembre 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:35
http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/003.jpg

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE

Union locale CNT-AIT du Puy de Dôme

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans BROCHURES
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:32

La ZAD est grande, très grande… Environ 1650 hectares sans compter l’emprise du projet de barreau routier, ce qui porte à 2000 hectares l’emprise totale du projet. (et à plus de 20 000 hectares dans le futur, si l’on prend en compte tous les projets de développement prévus entre le projet d’aéroport de NDDL et Nantes !) [Sur l’urbanisation des terres agricoles, un article qui fait bien réfléchir].

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0135.jpg

Du coup, vous imaginez bien que lorsque l’on dit que la ZAD est sous occupation militaire, on ne dit pas qu’il y a un flic par m², ce qui porterait les effectifs à plusieurs dizaines de milliers ! Quand il y a opération militaire, et en ce moment c’est tous les jours, les principales routes de la zone sont bloqués ou filtrés à des points clés, et les militaires sont présents sur les lieux visés. Sur le reste de la ZAD, on peut heureusement encore circuler librement (si ils en avaient les moyens, on se dit qu’ils seraient bien capables de nous empêcher de le faire !). Par des petits chemins, par les champs, par les taillis il est possible de rejoindre des lieux calmes pour prendre des nouvelles, amener du ravitaillement … comme à la Vache Rit. Si c’est pour participer directement à la résistance, vous trouverez surement au détour d’un chemin, d’un champ … un camarade qui vous indiquera facilement où et comment venir les aider.

Une petite carte mise à jour pour vous repérer

et des informations pratiques ici pour vous rendre sur la zone

Pour ceux/celles qui auraient juste peur de la violence « légitime (sic) d’État », ce qui est compréhensible, les affrontements avec les forces d’occupation militaire sont très localisés. Sur le reste de la ZAD, la vie suit son cours (enfin, sauf quand les grenades assourdissantes nous rappellent que des camarades se font sûrement mutiler !). Si vous ne souhaitez pas participer directement à la résistance, c’est largement possible de rester en retrait et d’aider : à l’infirmerie, à la logistique, à la communication des infos, à des constructions sur des cabanes (et là y’a de quoi faire :) , …)

Enfin, pour ceux/celles qui ont peur des anarchistes, libertaires, encagoulés ou autrement nommés par les terroristes d’État : ultra-gauchistes (sic, bravo pour la caricature et la fabrication de l’ennemi intérieur) … il est bon de rappeler certaines choses :

• d’abord nous sommes humains comme vous toutes/tous, capables d’empathie, de gentillesse (même parfois pour un flic qui ose sourire à nos blagues, et surtout pour un flic qui démissionne) mais aussi capables de rage, de colère lorsque l’on voit des lieux magnifiques se faire détruire, nos camarades se faire gazer et mutiler, suffoquer sous les lacrymos (et alors on résiste comme on peut : cailloux, branches, bouteilles…)

• nos cagoules, vêtements noirs, lunettes, gants ne sont pas des habits professionnels. Ils servent à nous protéger de l’identification et du fichage généralisé, et de la criminalisation du militantisme. De plus en d’actions autrefois considéré comme légitimes, sont criminalisés par la justice étatique ! Et que dire du fichage ADN qui menace profondément notre liberté (n’oublions pas que pas mal de dictateurs ont été élus sous un régime démocratique, que fera-t-on de ces fichiers si cela se produit par chez nous ?! Et que dire de notre liberté de résister à des lois et projets destructeurs de nos vies et de nos libertés !)

• notre idéologie libertaire ne prône pas la violence comme une fin en soi. D’ailleurs notre idéologie n’est pas unique et figée. Elle est en perpétuel mouvement, multiple et ne se fige pas dans des carcans idéologiques. La non-violence fait partie de nos actions, comme parfois la violence, lorsqu’elle s’impose comme un acte de résistance nécessaire à la violence « légitime d’État ». Notre idéologie ne prône pas le désordre, elle prône l’auto-organisation. Oui, vous avez bien entendus : « organisation ». Nous nous battons contre l’injustice, les privations de liberté, pour l’autonomie et la solidarité. Nous ne sommes pas des professionnels de l’activisme, nous nous battons parce que nous ne voulons plus vivre dans un monde sclérosé par les intérêts de quelques-un-e-s ; et croyez-nous, la plupart d’entre nous préféreraient cultiver leur jardin, lire, construire des cabanes, discuter de tout et de rien, effectuer du troc, vivre en harmonie avec la nature et ses habitant-e-s … tiens d’ailleurs c’est ce que faisaient les camarades (majoritairement libertaires d’ailleurs) de la ZAD, avant que l’État se dise que cela représentait sûrement un danger, toute cette liberté et cette capacité à se débrouiller sans lui !

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0235.jpg

Y’aurait beaucoup de choses à dire sur le mouvement libertaire, et avant de cracher dessus, on aimerait bien que certain-ne-s d’entre vous s’informent un peu. Voici de quoi le faire :

fra.anarchopedia.org

ecolib.free.fr

www.infokiosques.net

drapeaunoir.org

juralib.noblogs.org

et tout un tas d’autres que vous trouverez en fouillant sur le net.

Merci en tout cas du soutien affiché sur la ZAD et partout ailleurs ! Cela nourrit la lutte et les autres luttes contre le bétonnage de nos vies !

Continuons la résistance !

Défendons notre droit à l’auto-détermination !

Battons-nous contre leur monde mortifère !

Un membre du CLCA, 27 novembre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.