Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:16
viceversa
Le Vice & Versa n'avait jamais fait l'objet de menaces, a affirmé son gérant à France Info.

Quatre hommes décrits comme des skinheads ont pris pour cible un établissement du Vieux-Lille, hier soir, rapporte le site de France Info. 

Selon plusieurs témoignages, des skinheads se seraient attaqués aux personnel et aux clients du Vice & Versa, avant de jeter des tables et des chaises dans la vitrine de l’établissement du Vieux-Lille. Trois personnes auraient été légèrement blessées dans l’attaque. Les auteurs de l’agression ont été interpellés et placés en garde à vue. L’incident s’est déroulé dans un contexte d’appels à la violence antigay émanant de milieux d’extrême droite français, à l’approche du vote définitif sur le Mariage pour tous. A Paris, au même moments, des heurts éclataient près de l’Assemblée nationale. Des militants d’extrême droite ont tenté de forcer des barrages de police et s’en sont pris à des journalistes.

Dans le cas lillois, des réactions sur Twitter ont mis en cause un groupe d’identitaires flamands photographiés dans le quartier peu avant l’attaque du bar gay. Un rassemblement contre le mariage homosexuel s’était déroulées dans l’après-midi en ville.

 

(mise à jour: 18 avril, 09:00)


TIRE DE http://360.ch

Zineb Dryef | Journaliste Rue89


  • Envoyer l'article par email
  • Imprimer
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
 

Le bar gay Vice&Versa à Lille, le 18 avril (PHILIPPE HUGUEN/AFP)

Ce matin, en lisant la presse, il y a cette phrase :

« Ta gueule, sale pédé ! Regarde moi dans les yeux si t’as des couilles ! »

C’est ce que quatre types, crânes rasés, ont lancé à Yoann, le patron du Vice Versa, bar gay à Lille, avant de le frapper. On se dit que ça fait beaucoup. C’est la seconde fois en une dizaine de jours qu’une agression homophobe fait les gros titres de l’information.

Ce mercredi soir, Yoann, son associé, son serveur et certains clients ont été agressés. Les agresseurs, impressionnés par la foule du bar et de celui d’en face, ont fini par prendre la fuite. La police a pu les rattraper, selon le témoignage de Yoann dans La Voix du Nord.

« On est en danger »

Sur France Info, il a affirmé que la radicalisation du débat sur le mariage pour tous pourrait expliquer cette violence :

« C’est clairement de l’homophobie. Il y a un contexte dans lequel, tout ce qui est homosexuel, lesbien, gay, on est en danger. »

La fédération LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) a elle aussi accusé le Printemps français et la « Manif pour tous » d’être responsables de cette nouvelle agression. A Paris, le 7 avril, un couple homosexuel avait été passé à tabac :

« Ce nouvel épisode de violences homophobes est directement le fruit de la montée de la haine, de l’intolérance, et de l’homophobie en France, conséquences d’un climat général cultivé par les opposants prétendant lutter contre l’ouverture du mariage et de l’adoption, alors qu’ils ne renvoient les personnes et les couples homosexuels qu’à une sous-citoyenneté, aux droits inférieurs. »

Des manifs de plus en plus violentes

Il est vrai que le débat s’est considérablement dégradé ces dernières semaines – le terme « débat » semble d’ailleurs tout à fait inapproprié pour évoquer un face-à-face de plus en plus virulent et violent.

Mercredi soir, devant l’Assemblée nationale, après une manifestation des anti rassemblant entre 2 400 et 8 000 personnes (chiffres police et organisateurs), une minorité a tenté de franchir des barrages policiers pour tenter de s’introduire dans l’hémicycle. Bilan : onze interpellations, des dégradations et une équipe de journalistes prise à partie.

Ces scènes d’échauffourées en marge de rassemblements sont désormais quotidiennes et rien n’indique qu’elles sont en voie de disparaître.

Au contraire, ces violences ne sont pas condamnées par les partis politiques qui soutiennent les manifestants (ou du bout des lèvres) et les appels à maintenir la pression se poursuivent.

Quitte à faire dans le n’importe quoi. Camille Bedin, jeune responsable politique à l’UMP, menace ainsi, au côté de l’inconnu « Collectif des mères », de mettre en place une « chaîne de la grève de la faim partout en France » pour protester contre l’égalité des droits.

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:12

 

BIFC logo
Ce dossier va probablement faire parler de lui, tant il est explosif pour la mouvance identitaire locale. Avec comme point de départ, « la Caborne » près de Besançon. Il s’agit d’un des sites centraux de l’extrême-droite radicale franc-comtoise, pourtant cette structure est anonyme pour l’immense majorité de la population. Et pour cause, puisqu’elle avance totalement masquée, de par une méfiance sectaire et une présentation de façade incroyablement fallacieuse. Avec un nom en référence à un genre d’habitat typique du coin, c’est une association solidement retranchée dans un local à deux pas de la capitale comtoise, mais impossible à aborder pour les non-initiés, et déclarant une existence alliant le plus noble amour régional et populaire à l’écologisme, sur fond d’autogestion et d’adhérence libertaire.
Pourtant après de plus âpres recherches, des investigations minutieuses sur le web, dans les dossiers antifascistes, et sur place, elle apparaît bien comme la planque d’ultranationalistes radicaux, aux discours xénophobes et violents, dont les dirigeants évoluent au sein de la section locale du « Bloc identitaire » avec la compagnie de plusieurs autres formationsgroupusculaires gravitant autour. Aujourd’hui, ce repère tente de prospérer et d’émerger peu à peu en touchant une population plus large que les seuls convaincus, avec l’exhibition de valeurs et d’objectifs rôdés pour sembler respectables au plus grand nombre, mais aussi en proposant des activités sociales, sportives, artistiques, et gastronomiques.
Pire que cela, les motivations de ses fondateurs semblent de constituer à terme un bastion « 100% identitaire » comme ils espéraient le faire dans leurs projets antérieurs. Cette enquête, menée avec une rigueur et une précision particulièrement soignées, réussit à « faire tomber » l’ensemble de la mouvance sur la région Franche-Comté, mais également à mettre en cause une bonne partie de la Bourgogne voisine, dont les liens étroits entretenus sont devenus suffisamment intéressants pour également les mettre dans un lot spécial « révélations détonantes. » Avec cette fois l’association « des Racines et des Elfes » qui cache la reprise de la « Desouchière », ainsi que ses divers groupes identitaires annexes. Attention la lecture sera longue – d’ailleurs un résumé est disponible ici -, mais, et c’est promis, bien savoureuse.

 

CLICK POUR LA SUITE

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:11

15 avril 2013 par valerie | Classé dans Crêpage de chignon. 

A l’été 2012, deux stars de l’équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une jeune fille en plein coma éthylique. Le viol a été filmé et transmis sur les réseaux sociaux et commenté en temps réel.  Un garçon présent sur la video pourrait être poursuivi pour non dénonciation de crime. Sur la video, la victime est décrite comme unemorte qu’on viole et sur laquelle on urine. Les deux violeurs  ont été jugés en mars et condamné l’un à un an de prison, l’autre à deux. Une nouvelle enquête pourrait avoir lieu pour établir quelles autres personne pourraient éventuellement être poursuivies. Suite à sa plainte et au procès, la victime a été insultée sur tous les réseaux sociaux. Une journaliste de CNN a fait un plaidoyer larmoyant sur la vie des jeunes violeurs, gâchée.

Rehtaeh Parsons était une jeune canadienne de 17 ans. Lors d’une soirée arrosée il y a deux ans, elle a été violée par 4 garçons qui ont pris des photos qu’ils ont diffusées sur le net. Elle a été harcelée, a reçu des propositions sexuelles explicites. Ses parents ont du déménager mais le harcèlement a continué. La photo prise n’a pas suffi à mettre en examen les coupables. Rehtaeh a tenté de se suicider le 4 avril et est morte le 7. Lorsque le collectif Anonymous a commencé à enquêter, il a découvert que beaucoup de gens savaient, qu’aucun n’avait parlé.

Audrie Mott avait 15 ans. Elle a subi un viol collectif l’an dernier et s’est suicidée quelques jours plus tard, après avoir vu les photos du viol sur Internet. Trois mineurs ont été arrêtés il y a quelques jours. Aujourd’hui un adolescent non identifié a dit que les photos n’avaient jamais été publiées sur le net ; elles sont seulement été vues par les personnes présentes à la fête. On en conclut que tout va bien.

Culture du viol. Culture du viol. Culture du viol.

Je vous vois hausser les yeux au ciel. Qu’est ce qu’elle nous emmerde encore avec ca. Quelle culture ! On condamne le viol sévèrement, on est tous contre le viol (d’ailleurs on est contre la guerre et le meurtre aussi) alors pourquoi vient-elle nous parler de culture.

okay. Disons nous que ce ne sont que des adolescents un peu désaxés, mal éduqués et ivres. okay. Mais que disons-nous des adultes qui savaient, du coach qui savait, des amis qui savaient, de la journaliste de CNN qui les a plaints, des milliers d’internautes qui ont insulté une des victimes ? Si on est tous contre le viol, si tous on n’a pas tendance à blâmer la victime et innocenter les coupables, alors pourquoi ?

Est-ce que cela tient encore l’excuse du « m’enfin on condamne tous le viol ».

Est ce qu’on condamne tous le viol quand une femme sur 5 sera victime au cours de sa vie de violence sexuelle.
Est ce qu’on condamne tous le viol quand on sait qu’en France seulement 1 femme sur dix porte plainte tellement elle a honte ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsqu’on encense le talent d’un type qui drogue et fait boire une gamine de 13 ans pour la sodomiser ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsqu’un comique dit à une victime dont la justice a estimé qu’elle avait bel et bien subi une agression sexuelle qu’elle a trop attendu pour porter plainte ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsqu’on rend un verdict plus que clément dans un procès où les coupables ont tellement fait preuve de leur repentir qu’ils se sont moqués de la victime ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsque des policiers reconnus coupables de viol sur une prostituée prennent du sursis ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsqu’on dit que le viol conjugal n’existe pas ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsqu’on menace toute femme qui parle un peu fort de viol ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsqu’on explique que le violeur a descirconstances atténuantes ?
Est ce qu’on condamne le viol lorsqu’on pense qu’une femme a été violée mais que c’est aussi la plus grande chance de sa vie ?
Est ce qu’on condamne tous le viol lorsqu’on peut remplir des pages et des pages de ce site ?

La tentation est grande d’explique que la culture du viol n’existe que dans ces pays lointains là ; l’Inde (pensez ils sont frustrés , faisons 20 articles sur le difficile réveil de l’Inde face au sujet tabou du viol et surtout ne vendons plus de billet à des femmes seules qui voudraient y aller, ces connasses inconscientes), l’Egypte (pensez ils sont frustrés, faisons 20 articles sur la spécificité de la frustration égyptienne et le fait de ne plus envoyer nos femmes journalistes là-bas), la banlieue (vous avez compris le principe).

Et les Etats-Unis c’est loin aussi ; ils sont tous tarés là-bas. Pas chez nous on vous dit.

La vérité est qu’on ne condamne pas le viol. On condamne un viol qui n’existe pas, fantasmé, d’une vierge violée dans un lieu public en plein jour.

Laide ? Impossible que quelqu’un ait voulu de toi. Réjouis toi plutôt. (Nafissatou Diallo)
Jolie ? Tu ne l’aurais pas un peu cherché ? (Lara Logan)
Grosse ? Rêve pas personne aurait voulu. (Une des victimes de Créteil)
Féministe ? Tu mens, tu es trop pathétique. (Andrea Dworkin)
Jeune ? Oui enfin elle faisait pas si jeune. (Samantha Geimer)
Violée par un homme révéré par certaines ? Une frustrée (Mémona Hintermann)
Pute ? Une pute violée, hahaha. (toutes les putes violées).
(…) == ici figureront les excuses données au viol en commentaires.

Et si on se posait simplement la question. Est-on tous contre le viol ? Avec quelques 50 000 viols par an ? Quasi aucune victime qui porte plainte ? Remarque dorénavant les violeurs le disent à leur place. Ou et comment en est on arrivé à ce que des gens se sentent tellement innocents, tellement légitimes qu’ils puissent poster des photos d’eux, visage, découvert, en train de violer ? Comment diantre m’explique-vous cela ? Une bonne grosse généralité de type « l’homme est un loup pour la femme, hop réglé on bouffe quoi ce soir ».
Alors le viol c’est peut-être pas dans votre culture mais c’est bien dans la mienne.

tiré de http://www.crepegeorgette.com

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans GENRE
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:09

Mandatés par le propriétaire d’un champs de fraises du Péloponnèse, trois hommes chargés de superviser le travail des travailleurs immigrés, ont ouvert le feu sur ces derniers. Vingt-sept personnes ont été blessées, dont quatre grièvement.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/0116.jpg

Vingt-sept immigrants en Grèce, travailleurs saisonniers dans des champs de fraises du Péloponnèse (sud), ont été blessés par balles lors d’une rixe mercredi avec leurs employeurs. Les blessés, dont quatre grièvement atteints, sont, selon la police, hors de danger.

Selon les premiers éléments recueillis par les enquêteurs, trois hommes chargés par le propriétaire des champs de superviser le travail ont tiré avec des carabines pour disperser les immigrants. Ceux-ci faisaient partie d’un groupe de 200 immigrés qui s’en sont pris à leurs employeurs en réclamant des salaires impayés depuis six mois, toujours selon la police.

Les forces de l’ordre ont arrêté le propriétaire, âgé de 57 ans, instigateur moral présumé, tandis que des recherches sont menées pour retrouver les auteurs des tirs. D’importantes forces de police ont été dépêchées sur les lieux pour empêcher tout nouvel incident tandis qu’une manifestation antiraciste devrait avoir lieu jeudi près du village de Manolada.

Ce dernier, grand producteur de fraises, avait déjà été au printemps 2008 le théâtre d’importantes manifestations et de grèves de migrants. Ils protestaient contre leurs conditions de travail, dans des serres où la température atteint 40 degrés, et leurs salaires.

Et en 2009, deux éleveurs grecs avaient été arrêtés pour avoir attaché à leur moto et traîné sur une route du village deux immigrés bangladais. Ils les soupçonnaient d’avoir volé leurs moutons.

Presse esclavagiste (ATS via ArcInfo.ch, 18 avril 2013)

 

Migrant workers shot by bosses at Manolada farm

The Nea Manolada area of the Peloponnese, where farm owners have abused migrants in the past, was in the spotlight again on Wednesday evening after more than 20 Bangladeshi workers were shot during a dispute over back pay.

The incident occurred when some 200 workers reportedly demanded six months’ worth of unpaid wages from their employer in the region of Ilia.

The pickers became involved in an argument with three Greek supervisors, at least one of whom fired at the migrants with a shotgun.

It is thought that as many as 30 workers were injured in the incident, with several of them reported to be in a critical condition on Wednesday night.

The farm owner, who was allegedly not present at the shooting, was arrested but the three supervisors were being sought. Police appeared to know the identity of the men they were looking for.

Manolada has been at the center of cases involving violence against migrant workers a number of times in recent years. Last year, two Greek men were arrested for beating a 30-year-old Egyptian, jamming his head in the window of a car door and dragging him for around one kilometer.

In 2008, migrants working on farms in New Manolada, known for its strawberries, went on a four-day strike to protest poverty wages and squalid living conditions.

Presse esclavagiste (Ekathimerini.com, 17 avril 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:09

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/0115.jpg

TÉLÉCHARGER LE TEXTE

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:08

Après plus de quatre mois d’occupation militaire du carrefour de la Saulce, le départ des gendarmes mobiles dans la nuit du vendredi 12 avril laissait espérer la fin de ce checkpoint permanent en centre-ZAD. Pendant le week-end, des individu-es ont mis en place des chicanes pour empêcher le retour prévisible des gendarmes. Le lundi matin, les forces répressives ont attaquées le carrefour, blessant une quinzaine de personnes à coups de grenades offensives et de flashballs. Le jour même, une dizaine de rassemblements de solidarité ont eu lieu partout en France [« Suite aux violents affrontements de lundi entre les forces de l'ordre et opposants à l'aéroport de NDDL, une dizaine de personnes se sont réunis à 18h devant la préfecture à Lons. 4 policiers et 1 RG étaient également là (…) » - Mailing du collectif Jura Nddl "Sauvons l'avenir, sauvons nos terres", NdJL]. Le président de l’Acipa, Julien Durand, a choisi de se dissocier totalement de cette action en publiant un communiqué accusateur [« L'ACIPA et l'ADECA regrettent que des tranchées aient été creusées sur la seule route encore utilisable normalement, offrant un prétexte à l'affrontement et entraînant l'escalade de la violence de part et d'autre. » (communiqué du 15 avril 2013)] et à travers des déclarations dans la presse [L'ACIPA condamne ces « comportements violents et inutiles qui vont entraver l’amorce de dialogue qui se dessinait avec les pouvoirs publics » (Libération, 15 avril 2013)]. Celui qui a fait son beurre médiatique et politique à l’automne 2012 sur l’expulsion des squatteurs et toutes les résistances qui s’en sont suivies, prévoit désormais l’abandon du projet et cherche à négocier avec l’État. Pour rendre ce rôle légitime et préparer un soi-disant retour à la normale, il doit taper plus fort que la préfecture. Il reprend les arguments policiers à son compte en niant l’occupation militaire qui rend impossible la vie des habitant-es de la ZAD et en présentant quelques chicanes comme une entrave à la libre circulation des capitaux agricoles.

Il faut en finir avec ce mythe des opposant-es historiques et du respect qui leur serait dû. Pendant plus de trente ans, ils et elles n’ont connu-es qu’échec sur échec. Nous ne reconnaissons aucun droit d’aînesse sur la ZAD. Depuis l’arrivée des squatteuses et des squatteurs, la lutte a changé de nature : il ne s’agit plus de s’opposer uniquement à la construction d’un aéroport pour préserver quelques hectares de terres agricoles polluées par les pesticides et les engrais chimiques, mais de se réapproprier collectivement les terres, les maisons, et tenter de libérer ce territoire de l’emprise étatique et de la propriété privée.

L’Acipa et les autres bureaucrates souhaitent organiser une chaîne humaine pour « enterrer le projet ». Mais ce qu’ils souhaitent vraiment enterrer, ce n’est pas le projet mais tout ce qui a pu émerger dans la lutte et qui s’éloigne de leur vision normalisée de la vie. La chaîne humaine, nous l’avons déjà faite spontanément le 17 novembre et elle a permis la construction de la Chat-teigne. Les récupérateurs déploient, quant à eux, toute une usine à gaz pour organiser leur grand projet inutile et imposé de Chaîne Humaine Citoyenne (CHC). À la manière d’une grande entreprise centralisatrice et rentable, elle donne des directives, liste les slogans autorisés [D'autant plus qu'ils sont imbéciles et enfermés dans une rationalité économique pro-capitaliste (par exemple : « Fragilisation de l'usine Airbus Bouguenais »)], planifie la fabrication de panneaux à partir d’un site pilote et contrôle leur diffusion en instaurant une procédure bureaucratique : toute implantation doit avoir l’aval du Comité central.

Dans leur délire spectaculaire, ils ont décidés de louer avec l’argent des dons, un hélicoptère pour les journalistes après avoir même projeté d’utiliser des drones pour produire des images de leur rassemblement. Pour une fois que l’hélicoptère de la gendarmerie ne survolera sans doute pas la ZAD, on aura le droit à celui des bureaucrates. Lorsque des individu-es se sont publiquement opposé-es à l’hélicoptère, il leur a été répondu, dans une langue de bois politicarde que le projet était déjà trop avancé et qu’il était trop tard pour revenir dessus.

Contre les bureaucrates, la pacification et la récupération,
Déchaînons-nous !

Contre la CHC, 17 avril 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:08

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/0114.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:07

Ivan et Janos, membres du réseau RE, interpellés pour « diffamation »
Communiqué

Ce lundi 15 avril après-midi, Ivan et Janos, membres du Réseau Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires, diffusaient le petit bulletin mensuel du Réseau qui existe depuis 2002, et est à son 118e numéro dans la Cité du Luth à Gennevilliers (92). Ils ont été arrêtés par 8 policiers sortis de trois voitures de la BAC et d’une voiture de police sérigraphiée, garées en travers de la chaussée, bloquant le trafic. Puis ils ont été amenés sous la contrainte au commissariat de Gennevilliers dans des véhicules séparés. Une fois au commissariat ils ont été placés en cellule de garde-à-vue, leurs empreintes ont été relevées et ils ont été pris en photo. Lors de leurs auditions respectives on leur a signifié l’accusation d’avoir détenu des affiches et tracts dont le contenu serait considéré par la police comme diffamatoire. On leur a également signifié qu’ils pourraient être convoqués pour la poursuite de cette affaire. Ils ont pu sortir du commissariat après ce qui curieusement leur a été présenté comme des « auditions libres », plus de deux heures après leur arrestation. À leur sortie les policiers ont refusé de restituer le matériel saisi et ainsi que de leur délivrer un reçu.

Le 16 avril 2013
Contact

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:07

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/042.jpg

LIRE LE TEXTE EN FRANÇAIS

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans BROCHURES
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:06
Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.