Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 13:22

Plusieurs sources laissent penser que des expulsions sont imminentes. Nous avons eu vent d’une première vague d’expulsion pour le mardi 16 octobre à l’aube. Nous avons eu des informations précises tel que le lieu d’hébergement des troupes mobilisées, l’itinéraire prévu pour rejoindre la zone, l’effectif engagé, soit 500 gendarmes. Cette première vague devrait concerner les maisons déjà expulsables ainsi que les cabanes. Une seconde vague devrait suivre une dizaine de jours plus tard, visant cette fois les cabanes dans les arbres et trois maisons, la Sécherie, les Rosiers et la Saulce, dont l’huissier a choisi en août d’avancer la date d’expulsabilité, la passant du 15 novembre au 27 octobre.

Depuis plusieurs semaines des équipes de police se sont déplacés sur la ZAD pour faire des repérages préparatifs, comme mesurer la hauteur des cabanes dans les forêts par exemple. Des équipes en civils se déplacent actuellement, certaines dans des véhicules immatriculés dans la région parisienne. Mardi dernier (9 octobre) le dernier squat de Grands Champs a été expulsé à l’aide d’un impressionnant dispositif policier. Cette semaine encore les dispositifs de sécurité ont été renforcé devant le Conseil Général, le Tribunal de Nantes et d’autres lieux stratégiques, les contrôles routiers se sont quant à eux multipliés sur et autour de la ZAD. La presse reconnaît d’ailleurs que le dispositif pourrait en réalité cacher une opération en préparation contre la ZAD.

Nous nous tenons prêts.

Un appel a été publié appelant les groupes et individus souhaitant s’inscrire en solidarité avec la lutte ici à effectuer des actions décentralisées (voir zad.nadir.org). Toutes les initiatives sont et seront les bienvenues. Les personnes souhaitant venir sur la ZAD sont invitées à s’organiser en conséquence : être conscientes de l’urgence dans laquelle nous allons être, prévoir au maximum de quoi être autonome.

Nous nous préparons logistiquement contre les expulsions, nous appelons les amiEs d’ici et d’ailleurs, voisinEs, à venir nous soutenir.

Dans tous les cas vous pouvez suivre les évolutions sur le site de la ZAD.

11 octobre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans SQUAT
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 13:20

À paraître incessamment aux Éditions Antisociales :

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/1erepage_couv_incontr-copie.jpg

INCONTRÔLABLES
de Bruno Deiana

« Prison ! De la folie, du tragique, de la tension… Et aussi des comiques et de la dérision… Des hauts et des bas, et des tas de trafics… Des trucs et des trocs, du vice et de la bêtise… Des cracks et des tocards… Des clandos, des primaires… et les vieux de la vieille, les chevronnés ! Une cour des miracles, un bouillon de culture, un chaudron magique… Prison ! Où parfois l’on trouvait des familles… Des fratries, et en l’occurrence la sienne, qui à une certaine époque fréquenta ces lieux de si sinistre mémoire… Ainsi les trois frères y séjournèrent, y tournèrent en rond tels des cons qui s’étaient fait prendre… Furent emprisonnés, fourrés au trou, comme n’importe quel voleur de cité… Naturellement y étaient entrés chacun pour ses affaires, ses conneries… Et lui par deux fois s’était tapé de la cellule avec son aîné et ce fut les deux seules fois où le grand tomba – une correctionnelle et une assiette. Marqué, il avait compris. Aussi il se rangea, et depuis on n’entend plus parler de lui… A rejoint la masse besogneuse, la silencieuse, celle qui paye des impôts… Quant au petit frère… il eut à son actif pas moins d’une bonne douzaine d’incarcérations, et il en avait partagé une avec lui à Fleury en 1995. Quelques mois purgés ensemble pour un simple vol à la tire, visant des Ricains aisés, un larcin pas bien méchant… C’était pas du Lupin… Quelquefois il leur était arrivé de se croiser par hasard dans la même taule – Bois-d’Ar – mais ce fut chacun sa peine comme de bien entendu… Un fait marquant que jamais il n’oubliera : Pour le Noël de l’an 1984… sa mère la pauvre ! Leur ramena les colis autorisés, soit cinq kilos de délicieuses victuailles par tête de pipe, ce qui fit cinq kilos fois trois, égale quinze kilos – n’est-ce pas ? Et ce dans trois placards, à savoir : Poissy, Rouen, Fresnes… Du lourd ! Mais pas de quoi en faire toute une histoire – n’est-ce pas ? » (p. 30-31)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 09:31
Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MEDIA
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 09:29

La modernité est un des principes par lequel, les pouvoirs publics souhaitent nous faire entendre raison. Les projets de réaménagements du territoire, la métropolisation sans fin, les lignes à hautes tensions, autoroutes et autres LGV, sont autant de moyens de découper, de rentabiliser, mais aussi de neutraliser nos espaces de vie. Expulser, pour reconstruire. Effacer toutes traces d’histoires de luttes et de vies collectives, au profit d’infrastructures toujours plus fonctionnelles et standardisées, pour que partout ne règne qu’un espace sous contrôle, terne et identique.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/053.jpg

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME

La métropole est ainsi une ligne d’horizon, dans laquelle chaque espace est assigné à une fonction. Pour laquelle il faut sans cesse faire place nette, mettre de nouveaux projets en chantier. Un processus incessant, qui nous sépare et nous isole toujours plus concrètement dans des quotidiens respectifs.

L’uniformité imposée des conditions de vie, nous semble aberrante et bien trop coercitive. Nous avons besoins de lieux pour habiter le monde, de lieux pour vivre pleinement, se rencontrer, s’organiser collectivement contre la précarité. Nous pensons que la légitimité à vivre et à faire vivre un endroit est avant tout une question de nécessité et de désir.

C’est pourquoi les habitants de la maison « Thanks for the future » et leurs soutiens, dans le cadre d’une expulsion qui les menace, ont pris l’initiative d’organiser un week-end de lutte autour des projets de réaménagement du territoire et des différents manières de se réapproprier et de libérer de l’espace. Celui-ci aura lieu à Tours, au 244 rue Auguste Chevalier du 20 au 21 octobre.


Samedi 20 octobre :

• Accueil dès 10 heures avec un petit déjeuner

• 11h : Projection du film Ungdomshuset suivi de la présentation des deux jours et d’un repas collectif

• 14h15 : Atelier au choix

DANS UN ESPACE ASEPTISÉ ET NORMALISÉ, COMMENT RÉSISTER EN CRÉANT ? :
Nous assistons depuis les années 60 à un processus de réaménagement de l’espace urbain en vue d’améliorer la gestion de la population. Nous tenterons d’analyser les concepts de spécialisation des territoires, de normalisation de l’espace public et les enjeux des politiques de prévention situationnelle. Nous essaierons à travers ce débat d’envisager de nouveaux outils en vue de se réapproprier des espaces de vie.

CONCEPTION D’UN GUIDE D’AUTODÉFENSE JURIDIQUE FACE AUX EXPULSIONS (LOCATION, SQUAT ET HABITAT LÉGER) :
Réflexion et mise en commun des procédures d’expulsion, en vue de la rédaction d’un outil synthétique. Ceci afin d’appréhender et de s’opposer au mieux aux diverses formes de répressions qui s’exercent sur ces espaces.

• 16h30 : Atelier au choix

ÉCHOGRAPHIE DE COLLECTIVITÉ EN LUTTE :
Projection du court-métrage Hétérotopie. Réflexion autour des différentes formes que peuvent prendre les collectivités. Que mettent-elles en place pour dépasser les rapports de pouvoir et leurs devenirs dans la vie quotidienne ? Échange sur les mises en commun matérielles et sur la création d’une intelligence collective.

ATELIER COMMUNICATION VISUELLE :
Il est des situations où on a besoin de communiquer, vite, et de ne pas être entendu ! L’atelier de communication visuelle nous permettra de mettre au point un petit glossaire basé sur la Langue des Signes Françaises, pour communiquer rapidement dans un mode visuo-gestuel uniquement.

• 18h : Projection du documentaire Les chemins de l’utopie suivi d’un repas collectif et d’une soirée.


Dimanche 21 octobre :

• Accueil avec un petit déjeuner dès 10h

• 11h : Projection d’un film suivi d’un repas collectif

• À partir de 14h, atelier réparation de vélo avec « le roulement à bill ».

• 14h15 : Atelier au choix

CONCEPTION D’UN GUIDE D’AUTODÉFENSE JURIDIQUE FACE AUX EXPULSIONS (LOCATION, SQUAT ET HABITAT LÉGER) :
Cet atelier fera suite à celui du samedi, et aura pour but la mise en réseau des personnes souhaitant poursuivre sur un plus long terme cet atelier.

MODE DE VIE NOMADE : MOUVEMENTS ET PERCEPTIONS DU POUVOIR :
Analyse des devenirs nomades et de leurs possibilités aujourd’hui. Le « nomade » étant celui, qui à travers ses mouvements, sent sur son corps peser toute la lourdeur des dispositifs de pouvoir et des entreprises de sédentarisation. Réflexions autours de textes, de compte-rendus d’expériences nomades et de mise en perspective à travers la question des devenirs minoritaires et des points de ruptures avec l’appareil d’État.

• 16h : Retour sur le w.e. et réflexions


Évasion généralisée

Notre lutte est bien celle de l’espace, par lequel nous dynamitons et dynamisons de nouvelles possibilités de communs. Espaces de vie, de perturbation, de création, d’expression des nouveaux devenirs collectifs.

Sous couvert de principes de fonctionnalité et de neutralité de l’espace commun, l’autorité-publique élabore et planifie la production de sa pacification. Les métropoles ne cessent de croître et de s’étendre, jusque dans les profondeurs de l’être. Elles s’intériorisent dans l’ensemble des rapports humains et se répercute dans le vide social. Les dispositifs de pouvoir se trouvent dans chaque détail de l’urbanisme, dans chaque conversation.

Brusque décélération du quotidien, ralentissement général de tous les flux, arrêt brutal de la machine… Rien de pire et de plus inconcevable pour l’Ordre, qu’une grappe de « sujet-heureux » qui tombe et prend le temps de s’arrêter.

Par leurs intensités collectives, nous vivons et faisons croître les mondes que nous habitons jusqu’à leurs rencontres. Notre grand projet, c’est celui de l’évasion généralisée. Si nous osons penser l’impensable, il nous sera plus facile de faire l’infaisable…


Hébergement sur place ou dans des lieux amis, n’hésitez pas à nous contacter par avance… Cantine végan et végétarienne prévue.

THANKS FOR THE FUTURE : 244 rue Auguste Chevalier, 37000 Tours

Contact : par courriel ou au 06 40 89 42 97
Plus d’info sur : mediatours.noblogs.org

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 09:26

Les mains nues, des dizaines de femmes ont défié dans la rue, samedi 6 octobre, la police des mœurs islamique de Tombouctou. Elles dénoncent en particulier les exactions de son chef, Mohamed Mossa.

À Tombouctou (Nord-Mali), en ce matin du 6 octobre, environ 200 femmes du quartier Bella-Farandi prennent leur courage à deux mains pour braver la police islamique. Elles marchent pour manifester leur colère à l’égard des agissements abusifs du chef de la brigade des mœurs islamique, Mohamed Mossa, chargé de contrôler les tenues vestimentaires des femmes.

« C’est avec le cœur brisé que nous avons marché. Nous sommes des musulmanes et nous connaissons parfaitement la charia, mais le chef de la brigade de mœurs islamique, Mohamed Mossa, fait des choses inadmissibles. Il ordonne notamment des arrestations abusives au marché et dans les quartiers. Il emmène certaines des femmes arrêtées chez lui pour les violer. Nous ferons d’autres manifestations si ces crimes continuent », prévient Hadi Kossa, une organisatrice de la marche.

« Lorsque les manifestantes se sont approchées de la police islamique, leurs membres ont tiré en l’air pour les disperser », témoigne un journaliste local. « Une femme a été blessée suite à un coup de crosse de fusil donné par un islamiste », ajoute Kader Kalil, membre du comité de crise de Tombouctou.

Multiplication des arrestations

« Je n’ai pas de preuves des viols, mais je sais qu’à plusieurs reprises, le chef de la brigade des mœurs islamiques a soulevé les voiles des femmes du canon de son fusil pour voir quel genre de sous-vêtements elles portaient, et ça, c’est déjà inadmissible », explique Kader Kalil.

Depuis la marche, les islamistes ont multiplié les arrestations pour faire peur aux femmes, qui n’ont pas caché leur intention de descendre une nouvelle fois sur le commissariat de police islamique.

« Au moins une vingtaine de femmes sont détenues à Tombouctou, un chiffre en augmentation suite à la marche du 6 octobre », déplorait dimanche Kader Kalil. Qui affirme : « après six mois d’occupation, nous n’avons plus peur des islamistes pour dénoncer leurs abus ».

Leur presse (Baba Ahmed à Bamako, JeuneAfrique.com, 8 octobre 2012)


Manifestation de femmes à Tombouctou

Des centaines de femmes ont manifesté dans la matinée du samedi contre les groupes islamistes armés qui occupent la ville depuis maintenant plus de 7 mois. Il s’agit d’Ansardine et ses alliées d’AQMI et Al-Qaeda.

Le mouvement de protestation des femmes a duré de 10 heures à 11 heures. Les manifestantes en colère ne se sont pas laissé impressionner par les tirs en l’air des hommes armés d’Ansardine qui tentaient de les intimider. Huit d’entre elles ont finalement été reçues par les responsables d’Ansardine.

Les femmes de Tombouctou protestaient contre le zèle d’un certain Ahmed Moussa, un imam de Tombouctou, fraîchement nommé par les islamistes pour s’occuper du suivi de l’application de la charia dans la Cité des 333 saints. L’imam et ses hommes non contents d’exiger le port du voile, font subir des humiliations, des coups et blessures aux populations. Ces barbus ne privent pas pourtant des attouchements sur les femmes.

À l’issue de la marche, l’on ne déplore aucun mort mais une blessée plus ou moins grave.

Leur presse (L’Essor, 6 octobre 2012) via Solidarité ouvrière


Manifestation de femmes contre la charia à Tombouctou

Une centaine de femmes ont manifesté samedi contre l’imposition de la charia (loi coranique) à Tombouctou, dans le nord du Mali avant de se disperser lorsque des islamistes ont tiré des coups de feu en l’air, a-t-on appris auprès de témoins.

Les femmes, au nombre de 100 à 130 selon les estimations, s’étaient rassemblées sur la place principale de “la cité au 333 saints” en fin de matinée afin de marcher sur le centre-ville. Elles en ont été empêchées par les tirs des islamistes.

“La vie est devenue de plus en plus difficile avec ces gens”, a déclaré Cissé Touré, une des manifestantes, par téléphone à Reuters. “Nous sommes fatiguées. Ils nous imposent le voile et nous pourchassent comme des bandits si nous n’obtempérons pas”.

Sanda Ould Bounama, un porte-parole des islamistes a confirmé qu’une manifestation avait eu lieu sans plus de précisions.

Les islamistes d’Ansar Dine, qui contrôlent officiellement la ville depuis avril, entretiennent des liens étroits avec Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) depuis que ces derniers ont, avec l’aide de rebelles touareg, mis en déroute les garnisons locales de l’armée et se sont emparés du contrôle de la moitié nord du pays il y a six mois.

Ils ont depuis écarté les Touareg, pris le contrôle total de la région et progressivement imposé leur interprétation rigoriste de la “charia”, notamment en interdisant la musique et en obligeant les femmes à porter le voile.

Les populations du nord du Mali pratiquent traditionnellement un islam modéré et tolérant.

Leur presse (Reuters, 6 octobre 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 09:22

Les mineurs d’Anglo American Platinum (Amplats) se dirigent vers le bureau régional du Syndicat national des mineurs (NUM) à Rustenburg, mercredi, pour annuler leurs adhésions.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/07.jpeg

« Nous ne voulons pas du NUM pour nous représenter. Ils sont la pierre d’achoppement de rouvrir la négociation salariale. Ils doivent se retirer » a déclaré le leader de Gaddafhi Mdoda.

« Nous sommes à leurs bureaux. Il n’y a personne ici. Ils se sont enfuis. Il y a des milliers d’entre nous des quatre mines et les camarades de Samancor. » Les travailleurs ont élu un comité pour les représenter. Les mineurs ont brûlés les t-shirts du NUM à l’une des manifestations à Samancor dans Mooinooi.


Miners cancel NUM membership

Sacked Anglo American Platinum (Amplats) mineworkers walked to the regional office of the National Union of Mineworkers (NUM) in Rustenburg on Wednesday to cancel their membership.

“We do not want NUM to represent us. They are the stumbling block to re-open the wage negotiation. They must back off,” worker leader Gaddafhi Mdoda said.

“We are at their offices. There is no one here. They have run away. There are thousands of us from four mines and the comrades from Samancor.”

He said another march to the NUM office would be arranged.

“We have dispersed and we our going to meet at our different shafts to discuss about when are we marching again.”

Police spokesperson Captain Dennis Adriao said the group gathered in the city’s CBD without a permit.

“We explained to them that they need a permit to march. They understood and dispersed peacefully,” he said.

Mdoda said they would not appeal their dismissals.

“We are not going to appeal because we see no reason to appeal.”

The workers elected a committee to speak for them. They burnt NUM t-shirts at one of the protests at Samancor in Mooinooi.

At their meetings they had a box full of membership forms for the Association of Mineworkers and Construction Union (Amcu), despite claims they had no ties with any union.

Amplats fired 12’000 workers last week. The company said that since the illegal strike started less than 20 percent of workers had reported for duty.

“Currently four of the company’s mining operations in the Rustenburg area have insufficient staff to operate and only essential services are being carried out at those mines. Our Rustenburg concentrators, smelters and refineries and Bathopele mine continue to operate normally,” the company said in a statement.

The strike had spread to Amplats operations in Limpopo.

“Anglo American Platinum also confirms that the company has begun to experience strike contagion at its Union and Amandelbult [Tumela and Dishaba] operations, where workers have presented memorandums of demands similar to those received in Rustenburg,” Amplats said.

Presse esclavagiste (mg.co.za / Sapa, 10 octobre 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 15:30

http://feudeprairie.files.wordpress.com/2012/10/brest-la-rouge.png?w=640&h=907

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 15:20
LE SITE EST DESORMAIS A L'ADRESSE coutoentrelesdents.noblogs.org​

COUTOENTRELESDENTS produit, diffuse, et relaie gratuitement de la musique (albums,mixtapesbandcamp), des imagesdes brochuresune bibliographie et des articles dans une perspectives de luttes contre le sexisme, l’autorité, le racisme, le capitalisme, le spécisme, les hiérarchies, l’âgisme , l’état, le dogmatisme, toutes choses qui génèrent le bien-être de quelques-uns aux prix de la souffrance de beaucoup d’autres, et que l’on se proposerait bien d’abattre ici et maintenant !

Vous pouvez nous envoyer musiques, brochures, ou articles que vous aimeriez voir relayer sur le site, ou bien une adresse pour recevoir des stickers.
 

sticker777777

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MEDIA
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 15:14

universus3x.jpg

eretik - noces alchimiks frontpochette parole de primitif entiere

 

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MUSIQUES
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 12:40

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/Zeppo-Varlin-Tourn%C3%A9e-2012-couleur.jpg

Présentation de la soirée :

Varlin et Zeppo se connaissent depuis longtemps, les deux groupes ont déjà cramé quelques scène ensemble !

Lors d’un passage dans au Pays basque en 2011, Zeppo avait  pu prendre la température de ce qu’il se passe là bas, notamment en matière de répression… L’horreur du post-franquisme lui avait alors sauté au yeux… Zeppo tenait à en parler dans l’un ces texte, ce qu’il fût (“Ça ne tourne pas rond”).

Varlin venant justement du Pays Basque, l’idée de faire un split ensemble vint donc finalement assez naturellement.

Fin 2011 les deux groupes se mirent d’accord sur le format (un vinyl 10′ avec un cd) et firent tourner les bandes !

Plusieurs labels ou groupes ont collaboré à l’aspect financier du projet ainsi qu’à sa distribution, parmi eux Acratos, Le Jura Libertaire, la FLM, Maloka, Keuponteam, Aredje, la Société Pue, etc…

Le concert à la Mainmorte entre donc dans la tournée “vernissage” de ce fameux split, un album de deux  groupes sincères, politisés, qui se donnent à fond. Une motivation qui se ressent à travers leurs textes et leurs musiques. Pour cette date le copain Raoul W de Bonneville sera aussi de la partie. Un camarade qui émane une énergie identique, une énergie faite de rage et d’espoir, de colère et de douleur…

Prochaines dates de la tournée :

13.10.2012, Chez Doudou, La Mainmorte, près de Saint-Claude (FR) avec Raoul W de Bonneville.
12.10.2012, Les Ruclons, Nyon (CH) avec Raoul W de Bonneville.
10.10.2012, La ZAP, Sion (CH).
09.10.2012, La Machine à Coudre, Marseille (FR).
08.10.2012, Up and Down, Montpellier (FR).
06.10.2012, Ferme Beauchamps, Montpeyrou (FR) avec Paranormal et Placard.
05.10.2012, Kalak, St-Jean-Pied-de-Port (FR).

Présentations des groupes :

• Varlin est un groupe anarcho-punk français établi dans le Pays basque. Le groupe fut fondé en octobre 2005 et doit son nom au communard Eugène Varlin. Les membres de Varlin se définissent comme faisant partie du mouvement erroriste, qualifiant ainsi leur musique de « punk erroriste francophone ». Lors d’une interview le groupe a expliquée ainsi son appartenance au courant erroriste : « L’errorisme est un concept argentin, toute personne n’acceptant pas les règles dictées par le système est une erreur. Et comme toute erreur, il faut la corriger. Pour notre groupe, on considère que, ne voulant pas suivre les règles des maisons de disques ou autre circuit de grande distribution, on peut se revendiquer de l’errorisme. Le DIY est une forme d’errorisme ».

À noter que le guitariste de Varlin est un ancien membre du groupe anarcho-punk Pekatralatak.

varlin.propagande.org

• Zeppo (CH) à depuis ces début, en 1993, traversé bien des styles et bien des pays. Désormais en trio, après une tournée 2011 riche en déplacements (Suisse, France, Belgique, Espagne, Portugal et Chine), le groupe en 2012 c’est concentré sur le split avec Varlin ainsi que sur son prochain album qui marquera ses 20 ans d’existence. Un double album en fait, prévu pour 2013.  Zeppo est l’inventeur de l’« écoanarcore », un style fait de riffs propres et précis, de mélodies et de changements de tempo, le tout, soulignant des textes enragés teintés de vert et de noir !! « Des textes qui traitent des guerres, de l’écologie, des rapport de force, de l’aliénation du corps et de l’esprit. Le résultat est à la fois violent et libérateur » (Le Courrier du 03.08.11)…

zeppoecoanarcore.net

• Nom : Raoul W de Bonneville
Style : Vieux BabaKeupon Anarcholeptique

D’un coté il y a les paroles :
Dedans il y a la haine, la rage, le combat, la révolution, le féminisme, l’antiracisme, les envies de poser des bombes à chaque fois que quelque chose nous énerve.
Dedans il y a l’amour, les rêves d’Anarchie,  le type qui s’y voit déjà, courant tout nu à travers des champs blondissants, dans l’avenir idyllique d’un monde meilleur où la merguez de soja serait reine des barbecue.

De l’autre il y a la guitare :
Et là c’est la merde…

www.myspace.com/raouldoublevedebonneville

Le Jura Libertaire

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT

A L’assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.