Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 18:05

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MUSIQUES
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 22:49

« Mes quatre premières brochures sont désormais dispo (5€ chacune) à la librairie Publico, 145 rue Amelot, métro République ou Oberkampf et à la librairie Lady Long Solo, 38 rue Keller Paris… N’oubliez pas ceux qui sont de Mantes-la-Jolie, mes deux premières brochures sont toujours dispo au point presse sur la dalle du centre commercial du Val Fourré la famille de ma cellule tout ça ça fait plaisir. » (25 septembre 2012)

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0218.jpg

« Flash Spécial pour tous les clochards qui n’ont pas 5 euros à donner pour lire mes brochures ptdr je lol…
Elles sont désormais disponibles du volume 1 au 4 sur le site officiel de ma maison d’édition, vous pouvez les lire et même les télécharger. »

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/1117.jpg

TÉLÉCHARGER LA PREMIÈRE BROCHURE

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/129.jpg

TÉLÉCHARGER LA DEUXIÈME BROCHURE

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/136.jpg

TÉLÉCHARGER LA TROISIÈME BROCHURE

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0125.jpg

TÉLÉCHARGER LA QUATRIÈME BROCHURE

« Je rappelle à tous que mes brochures sont disponibles au tabac-kiosque sur la dalle du centre commercial du Val Fourré.
Les deux volumes sont à 10 €, pour ceux qui ne sont pas de Paris, envoyez un message privé à Dou Anelka elle vous les enverra par la poste. » (1er août 2012)

Youv

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans PRISON
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 08:59

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du troisième numéro de La Traverse, la revue des Renseignements Généreux. Cette revue peut être commandée sous format papier, à prix libre. Elle est également téléchargeable sur notre site :

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0223.jpg

TÉLÉCHARGER LA REVUE

Dans ce troisième numéro vous trouverez :

• Qu’est-ce qui renforce les luttes collectives ? Qu’est-ce qui les fragilise de l’intérieur ?, une réflexion pratique sur le militantisme, par Nathalie Dom.

• Comment j’ai attrapé la sharka, un virus politique, une expérience d’agriculture paysanne par Jacques Ady.

• “Les autorités ont peur des mouvements dont on ne peut pas couper la tête”, une rencontre avec Sonia et Camille du groupe Femmes Défends-Toit.

• La proposition bolo’bolo, une utopie post-capitaliste décryptée par Les Renseignements Généreux.

• La médecine et ses alternatives, un point de vue politique sur notre santé, par Richard Monvoisin.

Loin des autoroutes de l’information, prenons des chemins de traverse…

Fructueuse lecture !

Les Renseignements Généreux – Mailing, 25 septembre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MEDIA
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 13:28

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 12:41

Mexique : Embuscade meurtrière contre la police

Le 18 septembre, un groupe anarchiste se revendiquant de la FAI, la Cellule insurrectionnelle Mariano Sanchez Añon, a tendu une embuscade à une voiture de patrouille de la police de l’État de Mexico dans la municipalité de Valle de Chalco. Trois policiers ont été tués.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/1251.jpg

Secours Rouge/APAPC, 23 septembre 2012


Communiqué

Nous avons décidé de nous ajouter à l’appel des groupes et des individus anarchistes qui ne se limitent pas aux paroles et aux malédictions contre la paix sociale et prennent en main la décision de renverser le système de domination en mettant en pratique la solidarité directe avec nos frères et sœurs emprisonné-e-s.

C’est pourquoi nous revendiquons une nouvelle attaque contre les merdes en uniforme : nous avons ouvert le feu contre la patrouille 282 de la Policia Municipal de Valle de Chalco à Edo Mex, donnant la mort à tous ses occupants.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/1261.jpgNous n’avons pas attaqué une unité de transport public, nous avons tiré contre une patrouille, c’est-à-dire contre un objectif bien identifié dans notre lutte à mort contre le système de domination et ses sbires.

Si, comme ils “se plaignent” dans les médias d’abrutissement de masse, nous avons donné la mort à un seul uniforme et que le reste des occupants de la voiture faisait partie du personnel civil ou de familiers de la police municipale, nous n’avons rien de quoi nous repentir [il s'agissait en fait bien de policiers en civil, NdT]. Nous retournerions à l’attaque sans  remords. Dans la lutte pour la destruction de l’existant, il n’existe ni coupables ni innocents. Tout-te-s celles et ceux qui alimentent ce système de mort sont nos ennemi-e-s.

Nous voulons aussi clarifier le fait que nous ne savons rien du flic qu’ils disent avoir disparu. Nous autres ne séquestrons ni n’emprisonnons pas. Nous ne croyons ni aux prisons, ni à celles qui se disent “prisons du peuple”. Nous luttons pour la libération totale, pas pour imposer un autre système aussi répressif.

Nous saluons les groupes informels et les anarcho-individualistes qui se sont agrégé-e-s à cette nouvelle action coordonnée !
Le chaos est revenu pour tou-te-s celles et ceux qui croyaient qu’il était mort.
Solidarité directe avec les prisonnier-e-s anarchistes au Mexique, au Chili, en Grèce, en Italie, en Indonésie, aux États-Unis, en Suisse et dans le monde.
Contre toute domination !
Feu au pouvoir !
Que la lutte s’étende !
Vive l’anarchie !

Cellule Insurrectionnelle Mariano Sanchez Añon (CI-MSA)
fraction de la Fédération Anarchiste Informelle du Mexique (FAI-M)

Traduit de l’espagnol (Liberación Total), reçu le 25 septembre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 12:40

INDIGNÉS CONTRE LA GUERRE DÉCLARÉE AUX MAPUCHE EN LUTTE AU CHILI POUR LE RESPECT DE LEURS DROITS TERRITORIAUX, LA FIN DE L’ÉTAT DE SIÈGE DE LEURS COMMUNAUTÉS, CONTRE LA CRIMINALISATION DE LEURS DIRIGEANTS,

nous vous invitons à manifester avec nous samedi 29 septembre 2012 de 15 h à 17 heures SUR LE PARVIS DES DROITS DE L’HOMME, PLACE DU TROCADÉRO

EN SOUTIEN À PAULINO LEVIPAN COYÁN, DANIEL LEVINAO MONTOYA, RODRIGO MONTOYA MELINAO et leur porte-parole ERIC MONTOYA MONTOYA, quatre prisonniers politiques de la WENTE WINKUL MAPU du Lof Chekenco qui sont ce lundi 23 septembre au 27e jour de leur grève de la faim, dans la prison d’Angol.


COMMUNIQUÉ PUBLIC DES PRISONNIERS :

Les prisonniers politiques de la communauté WENTE WINKUL MAPU du Lof Chekenco : PAULINO LEVIPAN COYÁN, DANIEL LEVINAO MONTOYA, RODRIGO MONTOYA MELINAO et leur porte-parole ERIC MONTOYA MONTOYA

Désirons communiquer à l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit :

Aujourd’hui, 23 septembre, nous déclarons que nous nous sommes levés avec une voix pleine de force. Que nous avons lutté pour récupérer la terre qui nous a été arrachée, que nous voulons être les dignes fils de ce peuple qui, avec vaillance et en versant son sang, l’a défendue à travers l’histoire.

Malgré que nous soyons discriminés et traités d’« Indiens ignorants », nous devons dire qu’avant qu’ils arrivent nous étions déjà là. C’était notre culture, notre langue, notre religion, notre forme de vie qui n’avait rien à voir avec la soumission et l’exploitation des autres.

lls nous ont traités d’ignorants parce que leur avarice et leur égoïsme les a empêchés de connaître, de découvrir et de respecter un peuple différent du leur.

Nous souhaitons dire que quoique qu’ils nous détiennent privés de liberté, un sang guerrier continue de courir dans nos veines que jamais ils vaincront. Que les chaînes que nous portons ne nous intimident pas.

Nous désirons réitérer que malgré les malaises ressentis par cette grève de la faim et que deux d’entre nous sont atteints de tachycardie, nous avancerons pour défendre notre droit à la vie et rendons responsable l’État chilien, dirigé par le président Piñera, de nous refuser le droit à un juste procès, à la présomption d’innocence et au respect des droits internationaux signés par le Chili pour la protection de notre peuple.

Nous continuerons de résister pour défendre notre droit, parce que ce n’est pas seulement notre droit mais celui des fils et des générations de Mapuche qui vont suivre que nous luttons pour la terre dont ils nous ont dépouillés.

Car ni l’emprisonnement ni la mort n’empêcheront notre lutte pour la liberté et la récupération du territoire de notre peuple nation mapuche.

Prisonniers politiques Mapuche WENTE WINKUL MAPU


INFORMATION DE L’ÉTAT DE SANTÉ DES GRÉVISTES :

Paulino Levipan : 67,800 (poids initial, 28 août) – 59.000 (poids au 23 septembre)

Rodrigo Montoya : 64,100 (poids initial, 28 août) – 56.300 (poids au 23 septembre)

Erick Montoya : 65,400 (poids initial, 28 août) – 58.400 (poids au 23 septembre)

Daniel Levinao : 63,700 (poids initial, 28 août) – 53.800 (poids au 23 septembre)

Infozone, 27 septembre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 12:38

Ami.e.s, allié.e.s, galérien.ne.s, camarades,
Déferlez sur Toulouse !

Nous sommes une centaine d’habitant.e.s (dont 25 enfants) et plus d’une centaine de personnes investies dans les ateliers et les activités du Centre Social Autogéré de Toulouse (22 rue Demouilles). Nous  sommes  menacé-e-s par une expulsion imminente.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0323.jpg

Manifestation du CREA devant la Préfecture, place Saint-Étienne à Toulouse, en février 2012

D’ici quelques jours l’État enverra ses flics nous re-foutre à la rue, détruire ce lieu, pour laisser un bâtiment de 5400 m² vide depuis six ans et sans aucun projet, aussi mort que possible.

Nous n’avons pour l’instant aucune solution pour nous reloger et nous avons décidé de rester. Nous ne voulons pas abandonner notre bâtiment et nous n’avons désormais plus que ça à perdre.

Camarades d’ici, d’autres villes et d’autres pays, nous avons besoin de vous.
Pour défendre cette lutte, ces vies, ce lieu extraordinaire, nous avons besoin de vos forces.

Débarquez sur Toulouse dès ce week-end (29, 30 septembre) !

Nous vous logerons, nous pourrons échanger et nous rencontrer, nous  organiser pour ouvrir d’autres maisons. Luttons ensemble pour empêcher l’expulsion du Centre Social Autogéré !

Montrons aux riches et aux puissants que nous allons défendre ce que nous aimons. Et reprendre tout ce qui est à nous.

Autodéfense populaire !
Tout pour tou.te.s, Pouvoir au peuple !


Amici, complici, indesiderabili di qualsiasi tipo, compagni 
Venite tutti a Tolosa (Francia) !

Siamo un centinaio di abitanti e abitante (tra cui 25 bambini) e più di un centinaio di individui coinvolti nelle attività dello spazio autogestito di Tolosa (22 rue Demouilles).

Siamo sotto sgombero a breve.

Tra qualche giorno lo stato mandra i suoi sbirri per provare a sgomberarci di nuovo, per distruggere questo luogo, per lasciare vuoto uno spazio di 5400m² senza nessun progetto, come lo era da sei anni, tanto morto quanto possibile.

Non abbiamo per il momento nessuna soluzione per trovare un altro posto, noi abbiamo deciso di rimanere qua. Non vogliamo lasciare il nostro palazzo e abbiamo soltanto questo da perdere.

Compagni e compagne di Tolosa, delle altre città e degli altri paesi, abbiamo bisogno delle vostre forze. Per difendere questa lotta, queste vite, questo luogo straordinario, abbiamo bisogno di voi.

Sbarcate a Tolosa il più presto possibile, già dal 29 Settembre.

C’è spazio per ospitare nel posto, ne approfitteremo per incontrarci, organizzarci per resistere, ed aprire altri spazi.
Lottiamo insieme per impedire lo sgombero del spazio autogestito di Tolosa !

Mostriamo ai ricchi e ai potenti che difenderemo quello che amiamo, ninete di meno che la libertà. E riprenderemo quello che é nostro.

Autodifesa popolare !
Tutto per tutti e tutte, potere al popolo !


Friends, allies, freaks, comrades,
Sweep over Toulouse (France)

We are a hundred of people (with 25 children) and more than a hundred of people committed in the workshops and activities of the Toulouse Self-Organized Social Center. We are threatened by a close eviction.

In a few days, the State will send us its cops to throw us back to the streets, destroy the place and leave its 5400 square meters empty, as it has been for 6 years, without any project, as dead as possible.

For now, we dont have any solution to live in, and we ‘ve decided to stay. We dont want to give up on our house and it’s the only thing we have left to lose.

Comrades from here from other cities and other countries, we need you.
We need your strenght to stand up for this struggle, these lives, this extraordinary place.

Come over to Toulouse from this very week-end (29, 30 September).

We will host you, and we ‘ll chat, meet each other and organize ourselves to open other houses. Let’s fight together to prevent the Social Center from being evicted !

Let’s show the wealthy and the powerfull people that we’re about to defend  what we love. And take back what we own.

Working-class self-defense
Everything for everyone, Power to the people !


Amig@s, aliad@s, parcer@s, companer@s,
Debarcan en Toulouse (Francia) !

Somos cien habitantes (con 25 nin@s) y mas de cientas personas investidas en los talleres y en las actividades del Centro Social Autogestionado de Toulouse (22 rue Demouilles). Estamos amenazad@s por un desalojo iminente.

En unos dias, el Estado enviara la  policia para volver a echarnos a la calle, destruir nuestro hogar para dejar un edificio de 5400 m² vacio ya desde hace 6 anos y sin ningun projecto, tan muerto que lo posible.

No tenemos ninguna solucion por el momento para alojarnos de nuevo  y decidimos quedarnos. No queremos abandonar nuestro edificio y no tenemos ahora nada mas que perder.

Companer@s de aqui, de otras ciudades y otros paises, vos necesitamos.
Para defender esta lucha, estas vidas, este lugar extraordinario, necesitamos vuestras fuerzas.

Corran hacia Toulouse en este fin de semana (29, 30 sept) !

Vos alojaremos, podremos intercambiar, encontrarnos, organizarnos para abrir nuevas casas. Luchemos juntos para impedir el desalojo del Centro Social Autogestionado.

Mostremos a los ricos y los poderosos que vamos a defender lo que queremos. Y volver a tomar todo lo que es nuestro.

Autodefensa popular !
Todo para tod@s, poder al pueblo !

CREA, 27 septembre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans SQUAT
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 12:36

 

Dans la nuit du samedi 15 septembre, 100 antifascistes anarchistes sur environ 50 motos ont circulé dans le centre d’Athènes en distribuant des flyers et en collant des affiches contre les attaques néo-nazies dans les quartiers du centre-ville. La patrouille antifasciste a traversé les quartiers de Metaxourgeio, Aghios Pavlos, Vathis et d’Omonia.

Dans leur discours, les compagnons ont déclaré : “Notre action vise à la mobilisation de réflexions antifascistes et d’auto-défense de classe [...]. Les rues appartiennent à nous, ceux qui luttent, les pauvres et les exclus.”

Source: Contra Info

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 13:43


Anarchistes, communistes libertaires, anarcho-syndicalistes, autonomes, artistes, organisés ou non-organisés, nous faisons part de notre condamnation totale de l’islamophobie sous toutes ses formes. Nous affirmons que l’islamophobie est une forme de racisme. 

Nous avons le désagréable pressentiment, au regard de l’actualité, que l’islamophobie, comme un racisme respectable et vertueux, devient l’un des ressorts privilégiés de la gauche au pouvoir et de la gauche bien-pensante. Nous faisons le constat exaspérant que les thématiques progressistes comme le féminisme, la laïcité ou la liberté d'expression sont régulièrement invoqué pour le justifier. Le fait qu’en février, à peine passé à gauche, le Sénat ait voté une loi d’interdiction de certains emplois aux femmes voilées ne fait que confirmer nos craintes. Il en est de même quant aux comportements et discours néo-coloniaux et racistes du Parti de Gauche et des organisateurs du fameux débat sur « comment faire face au Front national » (sic) à la Fête de l'Humanité(1). 

Les conséquences de l’islamophobie sont grandes pour celles et ceux qui la subissent : des lois liberticides votées ces dernières années jusqu’aux discriminations insidieuses, parfois flagrantes (par ex : les 4 animateurs de Gennevilliers suspendus car faisant le ramadan), sans parler des insultes et agressions diverses. Ces attaques racistes risquent fort de croître, et nous devons nous préparer à les combattre sans aucune ambiguïté. 

En tant que libertaires nous réfutons et combattons tout raisonnement islamophobe porté au nom de l’idéologie libertaire et avons décidé de l’affirmer clairement par cet appel. 

Parce que nous pensons qu’au sein du discours médiatique dominant, journalistique et politique, certains « philosophes », « dessinateurs » et « écrivains » surmédiatisés, comme Michel Onfray, Caroline Fourest ou l’équipe de Charlie Hebdo, participent de cette islamophobie ambiante et de sa propagation en se positionnant parfois comme libertaires, ou en agissant au nom de la tradition et de l’idéologie libertaire. 

Parce que nous constatons que certains secteurs de « notre famille politique » sont imprégnés par l’idéologie islamophobe, et cela est insupportable. Cela se traduit au mieux par un désintérêt pour cette question (parfois par une condamnation certes claire de l’islamophobie mais couplée de moult rappels du combat primordial contre l’aliénation religieuse), au pire par le refus de reconnaitre l’islamophobie comme un racisme voire par le fait de s’affirmer islamophobe au nom d’un anticléricalisme primaire importé de contextes historiques différents, voire par des connivences et compromissions inacceptables, heureusement marginales mais pas assez vigoureusement condamnées. 

Certaines choses doivent donc être rappelées à nos « camarades ». 

NON, le terme islamophobie n’a pas été inventé par le régime iranien pour empêcher la critique de l’islam comme le proclame Caroline Fourest, le terme existait d’ailleurs déjà au début du XXème siècle. 

NON, combattre l’islamophobie ne nous fait pas reculer devant les formes d’oppression que peuvent prendre les phénomènes religieux. Nous apportons ainsi notre soutien total à nos camarades en lutte au Maghreb, au Machrek et au Moyen-Orient qui s’opposent à un salafisme qui prend là-bas les formes réactionnaires et fascistes, et cela au plus grand bénéfice de l’impérialisme occidental. 

NON, tous les musulmans qui luttent contre les lois islamophobes ne sont pas des crypto-islamistes ni des communautaristes venus faire du prosélytisme ou souhaitant interdire le blasphème. Beaucoup d’entre eux et elles sont des acteurs et actrices du mouvement social à part entière. Ils et elles luttent, s’auto-organisent, se battent pour leurs droits, contre le patriarcat, le racisme et pour la justice sociale au quotidien en revendiquant la spécificité de leurs oppressions et en pointant les contradictions qu’il peut y avoir au sein d’un certain discours « militant ». Critiquer leur façon de s'organiser ou de militer est une chose, les disqualifier par un discours marginalisant et raciste en est une autre. 

La critique récurrente qui est faite à ceux qui parlent d'islamophobie(2), est qu'ils sont les porteurs d'un concept qui produirait du communautarisme. Nous disons que l'islamophobie est la politique de l'Etat envers de nombreux fils d'immigrés. Cette politique, il l’avait déjà expérimentée avec certains colonisés. L'islamophobie est bien un instrument de la domination, ce que le Palestinien Edward Saïd décrivait comme « la longue histoire d'intervention impérialiste de l'Occident dans le monde islamique, de l'assaut continu contre sa culture et ses traditions qui constitue un élément normal du discours universitaire et populaire, et (peut-être le plus important) du dédain ouvert avec lequel les aspirations et souhaits des musulmans, et particulièrement des Arabes, sont traités(3). » Dans la parfaite lignée de la structure de « l'orientalisme », l'Occident disqualifie l'Orient par le prisme de l'islamophobie et régénère par là sa pseudo-supériorité morale. Assumée ou dissimulée, cette structure de pensée gangrène une vaste partie du champ politique progressiste. 

L'islamophobie n'est donc pas un concept flottant manié par des militants mal intentionnés, comme certains réactionnaires se plaisent sournoisement à l'inventer, mais une politique de la domination, de l'Etat post-colonial, qui imprime les corps des dominés. Dénoncer l'islamophobie n'est pas non plus l'apanage d'une communauté qui chercherait à se défendre. C'est au contraire un langage raciste de peur permanente qui désigne le paria sous les traits imprécis du musulman. A Salman Rushdie qui affirme lui aussi que l'islamophobie n'existe pas, car les musulmans ne sont pas une race, il faut rappeler, à lui et à tous ceux qui connaissent si mal l'histoire du racisme en Europe, que l'antisémitisme concerne les juifs, qui ne sont pas non plus une race. 

Ce langage voudrait aussi imposer une assignation : tout arabe, tout africain, ou parfois tout être, ayant l'islam comme part de sa culture et comme part de son histoire serait un être essentiellement réactionnaire, fondamentalement religieux, et donc incompatible avec les principes fondamentaux républicains - principes par ailleurs complètement désincarnés, qui ne servent que pour justifier cette exclusion. Comme l'a montré Frantz Fanon, le colonisé, « par l'intermédiaire de la religion, ne tient pas compte du colon ». « Par le fatalisme, toute initiative est enlevée à l'oppresseur, la cause des maux, de la misère, du destin revenant à Dieu. L’individu accepte ainsi la dissolution décidée par Dieu, s'aplatit devant le colon et devant le sort et, par une sorte de rééquilibration intérieure, accède à une sérénité de pierre(4). » 

Assigner les colonisés, et aujourd'hui les fils d'immigrés, à une religion, relève d'une dynamique de domination expérimentée dans les anciennes colonies. Les islamophobes n'ont peur que d'une chose : que les dominés s'emparent des armes de la critique sociale et de la philosophie, car c'est sur ce terrain que se prépare leur défaite, sur ce terrain que la lutte sociale se déploie et nous réunit. 

Au-delà de l’islamophobie, ce problème soulève le peu d’intérêt et d’engagement contre le racisme visant les enfants d’immigrés issus de la colonisation. Ce sont aussi toutes les questions liées aux quartiers populaires qui font les frais d’un déficit d’engagement de la part du mouvement social. Pour preuve le peu de personnes militant contre les violences policières et les crimes racistes et sécuritaires. 

Les populations issues de la colonisation, qu’elles soient noires, arabes, musulmanes, habitantes des quartiers populaires, ont décidé de ne plus rester à la place où l’on veut les assigner et s’affirment comme forces politiques en s’auto-organisant. Nous devons avancer côte à côte et lutter contre le racisme sous toutes ses formes, de toutes nos forces. 

L’islamophobie dominante, encouragée par tous les pouvoirs occidentaux, est aussi l’occasion de diviser ceux qui devraient s’unir, et unir ceux qui devraient être divisés. Dans une société régie par le spectacle, elle a en outre pour fonction de jeter de vastes écrans de fumée sur les réalités sociales. Ne tombons donc pas dans le piège ! 

Enfin ce problème pose aussi la question d’une sorte d’injonction à l’athéisme, condition sine qua non pour prendre part à la guerre sociale et militer dans une organisation libertaire. Il serait donc impossible ou infondé d’exprimer sa foi si l’on est croyant, tout en partageant certaines convictions progressistes. Nous nous opposons à l’essentialisation des croyants et du phénomène religieux, qui se fait sans donner la parole aux premiers concernés, et qui nous conduit aujourd’hui aux pires amalgames. 

Notre opposition sans concession à l’islamophobie, en tant que libertaires, doit se faire entendre sur cette question. Nous sommes aussi le reflet d’un certain nombre de contradictions: de même que nous sommes traversés par les rapports de domination sexistes ou homophobes, ce qui est aujourd’hui (plus ou moins!) reconnu par le mouvement libertaire, nous devons reconnaitre l’être aussi par les rapports de domination racistes, postcoloniaux et faire le travail qui s’impose, dans le contexte social où l'on se trouve. 

Contre cette arme coloniale de division massive et de « régénération du racisme » qu’est l’islamophobie, contre la construction d’un nouvel ennemi intérieur, nous affirmons en tant que libertaires notre solidarité avec celles et ceux qui luttent et s’auto-organisent contre cette oppression, et appelons au sursaut antiraciste partout pour les mois et les années à venir. 


1. Article de Pierre Tevanian et Saïd Bouamama : Caroline Fourest, l'incendiaire qui crie « au feu! » 
http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/180912/caroline-fourest-lincendiaire-qui-crie-au-feu
2. Voir les propos du très libéral Nasser Suleyman Gabryel qui récuse carrément l’usage du mot :http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/04/critique-du-concept-d-islamophobie_1728053_3232.html
3. Edward W. Saïd, L’Islam dans les médias. 
4. Frantz Fanon, Les damnés de la terre. 

Premiers signataires : 

Nicolas Pasadena (Alternative Libertaire), Skalpel, E.one et Akye (BBoyKonsian-Première Ligne), Fred Alpi, Samuel Idir (Journal L'Autrement), Docteur Louarn (CNT- Brhz), K-listo (Soledad), Aodren Le Duff (CNT), Subversive ways, Yly, Sophie B (CNT), George Franco, Marouane Taharouri (Alternative Libertaire), JM Smoothie (CNT-BBoyKonsian), Elie Octave (Sud-Etudiant), Haythem Msabhi - Mouvement Désobéissance (Tunisie), Rabaa Skik (Artiste plasticienne), Zack O'Malek (Journal L'Autrement), Rola Ezzedine (Professeur d'histoire), Isabelle Vallade (Collectif Bordonor)... 

Pour figurer parmi les signataires, envoyez un mail à cette adresse: akye@bboykonsian.com

http://www.bboykonsian.com/Libertaires-et-sans-concessions-contre-l-islamophobie-_a2635.html

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 08:43

SEPTEMBRE 2012


c-est-la-racaille-1.jpg

"Fondre ces bandes en une force invincible qui détruira tout sur son passage - telle sera l'oeuvre de notre organisation, de notre conspiration, tel sera notre but"

Netschaiev

nechayev.jpg

A l'heure ou le pouvoir en place mise sur l'apathie estivale généralisé  par l'illusion d'un changement que serait sensé apporté l'alternance des stars du spectacle politique, les camarades qui se sont affrontés aux cognes dans les quartiers Nord à Amiens,et les réactions des nouveaux représentants de la classe dirigeante aux affaires ne nous ont que trop rappelé que si changement de tactique, il y a, on n'en est pas moins les deux pieds dans la même guerre.

Aprés la guerre des chiffres de l'air Sarkozy qui devait rassuré le populo à grand coups de sondage, voilà les zones de sécurité prioritaires,de la bonne vieille guerre de terrain...rue par rue , quartier par quartier. Le mot Karcher est bannis mais le "nettoyage" reste l'idée maître. Et la liste des quartiers visé, énoncés ces derniers jours dans les journeaux ne feront que rappeler à ce qui ne l'auraient toujours pas intégré, qu'il s'agit toujours de mettre au pas la classe dangereuse. Les laissé-pour compte toujours plus nombreux de leur système en crise, doivent être encadrés pour crever la bouche ouverte,le ventre vide et la main tendue en atendant les miettes promis par un socialisme guimauve qui a pourtant bien prévenu que ceux qui tiennent veritablement le pouvoir sont bien ceux qui tiennent les cordons de la bourse. D'ici qu'ils les déserrent, on aura bien le temps de se serrer la ceinture ( et même s'y trouer deux ou trois crans).

S'il est évidant qu'il va bien falloir s'organiser contre la nouvelle occupation policière qu'ils nous promettent sur les quartiers populaires...à nous de leur montrer qu'on ne se laissera pas entraîner dans le piège d'un affrontement  où ceux qui tiennent le haut du pavé choisiraient eux même la date , l'heure et le terrain du moment ou ils chercheront à nous écraser.

GUERRE ASYMETRIQUE DANS TOUTES LES METROPOLES

Il est donc d'autant plus urgent de frapper là où ils ne s'y attendent pas. D'amener l'affrontement hors de leur zone prioritaire, et tout faire pour leur empêcher de faire de ces quartiers des prisons à ciel ouvert.


"UNE SPECIALE POUR LES PORCS

ON LEUR FERA PAYER LE PRIX FORT

POUR TOUS LES NOTRES QU'ILS ENFERMENT

A TOUS LES NOTRES QUI SONT MORT"


Voici " Requiem III " pour en terminer avec cette trilogie qui date du début de Enedeka Maska, et qu'on vous aura fait découvrir tout au long de cette RADIO KLANDO PERMANENTE; Aprés "REQUIEM I - dés la naissance" (RKP#2) et "REQUIEM II- Mon Epitaphe" en live ( RKP#21), voilà "REQUIEM III- Tango serré avec la mort" enregistré en 2010 avec Unik Ogree et qui aurait logiquement dû se trouver sur l'album évoqué il y a deux mois.


RADIO KLANDO PERMANENTE #22
tango-serr2-avec-la-mortii.jpg

Parfois, je pars quand je devrais resté / je reste avec ceux que je devrais laissé / ça me pèse, je suis comme lesté / un bléssé qu'on aurait molesté / Aucune bonne raison pour cesser d'exister / j'aime la vie autant que je hais le monde que ce système me fait détester ...

Venu saigner le silence, jusqu'à ce que mort s'en suive / je cris, mes écrits, mon encre (ancre) d'or et les morceaux se suivent / enfoncé au sol par de là les fonds au rythme des flowx acérés / messages rafiots échoués / sur le massif de l'indifférence, total, je suis venu, nocif / pollué par vengeance les plages de mes skeuds, de mon essence / je turbine à la nitro et à l'hémoglobine...

J'ai été de beaucoups d'extrême, j'ai cherché mes limites / quitte à me brûler les ailes, à vouloir vivre trop vite / y a des morts sur ma route, des cadavres dans la soute / sur les avants bras des entailles , des cicatrics dans les entrailles /Pas mort donc plus fort comme le dit le dicton/ sous les pompes les ressorts que m'ont offerrt mes leçons / que j'ai apprises sur le tas / quand j'ai pris des grosses baffes / dans la gueule et au coeur quand la vie m'a tabbasse

Je me suis retrouvé à genoux, je me suis retrouvé parterre / à encaisser les coups, j'ai même chialer ma merde / dans des moments de déprime où chaque coups assassine / je me suis relevé plein de haine et encore plus vénère!

Je suis en guerre contre le monde, le système m'a baisé / à l'intèrieur la rage gronde, Paris et le reste doit cramer / je suis pas seul dans ce ces, pas une raison de calmer /plus on est de fou, plus on rigole / prés à tout faire cramer.

Je sodomiserai leur édifice, je plastiquerai leurs orifices / toi j't'encule sale pute / pas pour l'amour, mais pour l'insulte / de la braise dans les amygdales, je les boufferai comme Hannibales / je veux voire leur Capitale en ruine, leurs rues calcinées de nos crimes...

Rien à perdre, tout à gagner / tout à ken car tous baisé, par leur règle par mleur règne / y a une note salée à régler / une spéciale pour les porcs, on leur fera payer le prix fort, pour tout es notres qu'ils enferment pour tous les notres qui sont morts / c'est une histoire de classe, c'est comme un long film de guerre / qui se joue depuis des siècles ; même depuis de smillénaires / c'est l'histoire des privilèges et de ceux qui en vivent / c'est l'histoire de la misère et de ceux qui en crèvent / la rage de vivre, la haine de mourir / à petit feu dans un système carcérale contruit par et pour ceux / qui se nourrisent de nos galères, s'enrichissent de nos misères / qui s'empiffrent qui s'engraissent sur le dos de ceux qu'ils enterrent...

 

La vie généreuse comme une putain, tango serré avec la mort

La faucheuse mène cette danse sans lendemain / le dernier baisé sera le plus fort

Parfois je pars quand je devrais rester / reste avec ceux que je devrais laisser / ça me pèse je suis comme lesté, un bléssé qu'on aurait molesté /aucune bonne raison pour cesser d'exister / j'aime la vie autant que je hais ce monde que ce système me fait détester / parce qu'elle est belle/ comme A. / comme moi / juste galère à apprivoiser / file moi ton phon-tel que j't'appelle  / on va pas rester là à pavoiser / vaut mieux être belle et rebelle que moche et re-moche j'l'ai pas contester /c'est ça la vie une danse mortelle qu'a pas finis de nous faire tanguer // c'est ma vie, j'l'ai choisis c'est la-celle / l'impression que mon sort est scellé/ comme sur un étalon sans selle qui ne cesse jamais d'accéler/ la vie généreuse comme une putain... mais une putain si belle qua sans pitié j'ai demandé sa main...

 

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MUSIQUES

A L’assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.