Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:50

Les coupes prévues par l’ex-ministre Jérôme Cahuzac dans le budget de la Défense l’auraient conduit à sa perte. C’est ce qu’affirme L’Hebdo dans son édition de jeudi. L’hebdomadaire romand publie sur le sujet une enquête citant des « sources sécuritaires », des députés UMP et des membres de la Commission de défense de l’Assemblée nationale.

Avant sa démission, l’ex-ministre du Budget considérait l’armée comme un poids lourd à alléger. Il envisageait ainsi de raboter dans son budget jusqu’à 1 milliard d’euros en 2014. D’autres milliards étaient prévus les années suivantes.

Le tout aurait figuré dans la future loi de programmation militaire (LPM) couvrant la période de 2014 à 2019. La LPM aurait fait passer les dépenses de l’armée de 1,5% du PIB français à 1,1%. Un plus bas historique pour la France.

Concrètement, la taille aurait signifié la suppression de 31 régiments dans l’Armée de terre, la vente du porte-avion Charles-de-Gaulle, l’annulation de commandes d’hélicoptères Tigres et de deux sous-marins nucléaires Barracuda, l’arrêt de production des avions Rafale et des transporteurs Airbus A400M, ainsi que la suppression de quelque 51’000 postes. Des bases françaises à l’étranger auraient été fermées et les budgets des renseignements intérieurs et extérieurs revus à la baisse.

Coupes inacceptables

Ces mesures auraient été jugées inacceptables de l’intérieur, affirme L’Hebdo. Davantage d’économies dans le ministère de la Défense risquaient même aux yeux de certains de mettre en péril le statut de grande puissance internationale de la France et de rendre le pays indigne de siéger au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Ainsi, avant que le président François Hollande ne se prononce le 22 mars sur le projet de loi de Jérôme Cahuzac, ce dernier a fait face le 19 mars à l’ouverture d’une enquête judiciaire à son encontre. Il démissionnera dans la même journée. Le 2 avril, il avouera devant la justice posséder un compte non déclaré à l’étranger, détruisant ainsi durablement sa carrière politique.

Les « sources sécuritaires » de L’Hebdo sont très claires. Aucun hasard n’est à lire dans cet enchaînement d’événements. « L’armée a eu sa peau. On ne s’attaque pas impunément à nous. Il voulait notre mort. Nous l’avons eu. Et d’autres ministres pourraient suivre si Hollande continue sur cette voie », menace l’une des sources.

La précision des informations aux mains de la justice française sur le compte en Suisse de l’ex-ministre du Budget ont surpris les autorités genevoises, souligne encore L’Hebdo. Cette minutie porterait la marque de l’intervention des Services de renseignements français qui enquêtent depuis des années sur les fraudeurs du fisc.

Un certain nombres d’informations seraient gardées au chaud, plutôt que de d’être livrées à la justice, afin de conserver une certaine influence sur les politiques en cas de besoin. Les enquêteurs l’ont reconnu dans un document collectif signé par des officiers de la Direction centrale du renseignement intérieur et remis le 16 février à un groupe de travail sur les exilés fiscaux.

Le lobby militaro-industriel à dos

Outre les coupes dans le budget de la Défense, Jérôme Cahuzac envisageait de s’attaquer à l’industrie militaire. Il avait ainsi annoncé en février vouloir renforcer le mécanisme de contrôle et de contre-expertise dans les achats du Ministère de la défense. Une démarche qui lui aurait mis à dos le puissant lobby militaro-industriel au chiffre d’affaires annuel de 15 milliards d’euros.

Face à la pression de l’armée et de ce lobby, François Hollande aurait été contraint d’agir. La nomination de Bernard Cazeneuve comme remplaçant de Jérôme Cahuzac est ainsi à comprendre comme un geste en direction de l’armée et de l’industrie militaire, selonL’Hebdo. L’article souligne que le nouveau du gouvernement est originaire de Cherbourg, une importante base maritime et de production militaro-industrielle.

Dans la foulée, le président a également repoussé le débat sur la loi de programmation militaire (LPM) à l’automne. Le temps de revoir sa copie ?

Publié par un agent de déstabilisation de la Cinquième Colonne anarcho-autonome d’Al-Qaida (Sandrine Perroud, La Tribune de Genève, 11 avril 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans CAPITALISME
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:49

Ce matin et pendant la journée (11 avril) à Turin, suite à l’émission de 6 procédures, quelques arrestations ont eu lieu à Turin.

Les chefs d’inculpation concernent le fait d’avoir chassé le photographe d’un torchon xénophobe et bas de gamme, CronacaQui, au cours d’un rassemblement devant le centre de rétention de la ville, après lequel avait été expulsée une camarade française.

4 de ces 6 procédures sont des mandats d’amener en prison et deux autres sont d’un autre genre. Les premiers ont conduit à l’arrestation de Paolo, Marta et Greg, tandis qu’un quatrième camarade n’a pas été capturé et est toujours recherché.

En ce qui concerne les deux autres personnes, nous savons que l’une d’entre elles est une interdiction de territoire de Turin et de sa province pour une camarade française, tandis que la chose n’a probablement pas pu être notifiée à la deuxième. La police est toujours en chasse.

Au cours de ces opérations, d’autres camarades ont été embarqués et retenus au commissariat ; Greg a été tabassé et emmené à l’hôpital, pour finalement être transféré en prison.

Pour écrire et envoyer des télégrammes :

Borzì Martina Lucia
Poupin Grégoire Yves Robert
Milan Paolo
C.C. via Pianezza 300
10151 Torino

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:48
http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/035.jpg

TÉLÉCHARGER LE JOURNAL

Hors Service

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MEDIA
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:46

Gilbert Ghilslain ne sortira pas de prison

Deux ans après l’arrivée de Gilbert en France nous comprenons une chose : il ne sortira pas de prison pas du moins si la France peut l’éviter. Nous nous sommes fatigués à dénoncer depuis le début les irrégularités et les fautes dans la procédure d’extradition. Mais aucun juge ne veut statuer sur des fautes qui sanctionnerait « leur camarades » de tribunal. Aucun avocat non plus, n’est disposé a cette défense, une défense qui dénonce le caractère délinquant de toute la procédure. Comme nous n’avons trouvé aucun avocat qui voulait amener le cas devant la cour européenne des droits de l’hommes. Tous les avocats que nous avons eu dans la procédure ce sont attaché à demander un « aménagement » qui supposerait sortir avec un travail, un bracelet et un suivi. Nous l’avons aussi solicité et nous n’avons rien obtenu. Les juges signale souvent le fait que G. refuse de travailler, mais ils oublient qu’il est en prison où travailler veut dire fabriquer des bottes aux matons ou le fil barbelé de la prison.

Gilbert a eu 50 ans, il en a passé 30 en prison. 16 ans dans un bunker d’isolement. Et nous connaissons les conditions de ces bunker et la violence quotidienne. La condamnation a 4 ans pour évasion en hélicoptère a été réduite à 2 ans en appel à Pau. Et aujourd’hui nous devons aller en Cassation. En France tu peux avoir un avocat pour beaucoup de chose, mais pour aller en Cassation il faut un avocat spécialisé, comme pour la cour européenne, et les prix montent. Nous avons sollicité l’aide juridique et ils nous l’ont refuser parce que nous avons payé les avocats précédents avec l’aide de caisse de solidarité. Ce qui leur fait penser que nous sommes solvables.

En résumé, en passant par leur système nous voyons qu’ils n’ont pas l’intention de libérer Gilbert. Et  en dénonçant leur système nous ne savons pas si il y aura une opportunité parce que nous n’avons pas d’avocat pour essayer et nous ne savons pas s’il existe des avocats de ce genre en France. De fait la situation est bloquée.

Ce qui ne l’ait pas, c’est notre rage et notre haine, qui sont monté. Et nos vies divisées. Et notre dégoût et notre mépris pour l’hypocrisie française. Et notre épuisement de tant d’années de lutte pour voir la rue… parce que la liberté… ce concept n’existe plus dans notre monde… seulement au fond de nos cœurs. Ce que semble ignorer l’etat français c’est les conséquences potentielle qui existe quand tu écrase la vie d’un homme libre. Ils ont l’habitude que leur système fonctionner parfaitement… que les rebelles se soumettent, de détruire les point de confrontation avec le système et détruire les rêves de la classe dominée. Mais un homme libre, est un homme libre… et il est irréductible… il possède quelque chose qu’aucun Etat ne peut atteindre. Un homme libre est incapable de se soumettre… et s’ils essaient… avant de trébucher, ils réussiront à le rendre FOU et à libérer sa rage.

Et Gilbert Ghislain garde à l’intérieur la haine de 30 ans de vexation et de tortures, d’isolement et de mort, de compagnon assassiné ou conduit au suicide. Comment oublier ? et Comment peut-on oublier quand 30 de tes 50 années ont été comme ça ?

Si nous savons tous que peux de vengeance dépasse la sauvagerie vengeresse du système et en particulier de la république Française. Je pense que jusqu’ici nous n’avions pas atteint un tel acharnement. Nous sommes encore trop bon.

La compagne de GG

Gilbert dans la rue – Courriel

Pour le soutien financier :
20041 01016 1302461k037 06 La Banque Postale (Francia)

Communiqué par le CAJ – Toulouse, le 11 avril 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans PRISON
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:45

Face d’un groupe d’extrême droite (GUD) dans le milieu universitaire et la banalisation des thématiques racistes sexistes et homophobes des étudiant-e-s de la fac de Lettres de Nancy vous proposent deux journées de solidarité.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/001.png

Le mercredi 17 avril se déroulera un tournoi de foot antifasciste avec un repas végétarien ouvert à tout-e-s (équipes mixtes) dans le but d’échanger et de rendre visible l’opposition aux discriminations, au city stade de Monbois à partir de 12h30 (rdv devant les locaux syndicaux à 12h15 pour un départ groupé).

Le jeudi 18 avril des étudiant-e-s vous proposent une conférence sur l’extrême droite et les moyens de s’y opposer. Nous considérons en effet la connaissance de notre ennemi comme la première étape de notre combat. Rdv 18h devant les locaux syndicaux.

11 avril 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:44

Potamia : Les villageois ne veulent pas des néo-nazis

Dimanche 31 mars, les habitants du petit village de Potamia sur l’île de Thassos ont réagi avec colère à la tentative d’implantation des néo-nazis de l’Aube Dorée qui voulaient y faire une distribution de nourriture.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/081.jpg

Les habitants, brandissant des banderoles avec des slogans contre l’Aube Dorée et son idéologie ne les ont pas laissé s’installer et ont forcé à quitter le village, leur disant qu’on ne veut pas d’eux ici.

Cette manifestation était organisée par des membres de la société culturelle locale, l’équipe de football et d’autres habitants du village. Ils se sont rassemblés sur la place de Potamia et après avoir isolé les hommes portant les uniformes noirs typiques du parti d’extrême-droite, les villageois leur ont dit qu’on ne voulait ni de leurs produits ni d’eux et ont exigé que les néo-nazis quittent le village.

Les habitants de Potamia avait écrit sur leurs banderoles des slogans comme « le fascisme ne vaincra pas. Ne devenez pas les poissons dans leurs filets » et « La lutte vaincra le fascisme » et ont scandé des slogans similaires.

Quelques jours avant déjà, l’Aube Dorée avait déjà tenté une distribution de nourriture à Limenakia, un autre village de l’île de Thassos, distribution qui avait été un échec puisque très peu de personnes (trois en tout) avaient répondu à l’appel des néo-nazis.

Leur presse (Greek Reporter) via Solidarité ouvrière, 7 avril 201

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:43

Berlin : Action contre la guerre et le militarisme

Mercredi 10 avril, le ministre de la Défense de la République Fédérale Allemande organisait une conférence à l’université de Berlin. Trois cent étudiants ont perturbé cette conférence pour dénoncer les guerres, le militarisme et la vente d’armes aux dictatures.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/041.jpg

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/054.jpg

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/063.jpg

Source : Rowzane (en farsi) – Solidarité ouvrière, 11 avril 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:56

Dans la série Tours ment et tourment…
À votre BUNKER sous-citoyens
Ou la Bunkerisation à visage humain

Les caves sont pleines de mort aux rats, la dératisation n’a jamais cessé. À Tours la municipalité avance à visage découvert avec une arrogance tout en Ecobuldinge sans méninges.

Après la Militarisation : LA BUNKERISATION À propos de la pépinière au Sanitas

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/019.jpg

Sanitas dernière cité populaire en centre ville de France, coincée entre l’ordre et le désordre

Extrait du Tours Infos (mensuel municipal d’information) février 2010 N°116 page 4.

… Tours(s)plus en choisissant pour maître d’œuvre, le jeune architecte Nicolas Favet, lauréat du prix Ecobulding et architecture de la fondation Nicolas Hulot, éclaire sur ses intentions.

L’objectif fixé : une consommation d’énergie deux fois inférieure à celle d’un bâtiment respectant les normes en vigueur. “Le travail le plus remarquable portera sur l’enveloppe du bâtiment”, note Aline Rollin, ingénieur de l’OPAC, maître d’ouvrage délégué. Pour éviter absolument les déperditions de chaleur, le blockhaus est en théorie un modèle “parfait”, mais Nicolas Favet veut aussi prouver que le geste architectural est possible, quand bien même la présence de vitrages doit être limitée. (woua si ce n’est pas du verbiage çà !!) “Mon projet, s’il est sobre, explique-t-il, s’accorde avec harmonie au dessin rigoureux des bâtiments principaux du quartier…” cela revient à dire qu’en regardant le camp du Sanitas, un blockhaus conviendra parfaitement avec les bâtiments déjà hideux du quartier… ahha le dessin rigoureux… nous aimerions bien vous rencontrer pour en discuter sobrement et très rigoureusement..

Étrange non, que le Sanitas ait pu inspirer un BLOCKHAUS !!!! Ils zont une imaginazione incroyable !!

Aline Machine trouve que le travail remarquable sera l’enveloppe du bâtiment. Nous sentons également ce besoin absolu d’éviter tout déperdition de chaleur c’est presque une obsession. Et la meilleure des réponses fut une conception qui puisse faire double emploi : le BLOCKHAUS comme modèle “parfait”. D’un côté il permet d’éviter toute fuite de chaleur à des fins bio-économiques (vous y croyez vous ?!) et de l’autre, bien sûre moins avouable, de protéger les futures start up des attaques possibles de l’extérieur.

La population entière est coupable d’être pauvre et donc potentiellement délinquante et criminelle. En attendant que tout le monde soit dégagé et le secteur assainit et pacifié (comme pendant la guerre d’Algérie), la meilleur des constructions répondant à ces 2 critères, chaleur et protection en Zone Urbaine Militarisée : c’est le BLOCKHAUS.

C’est un bâtiment qui par sa structure, ses formes, son architecture est capable de se défendre lui-même, il est dissuasif en tout point. Nous retrouvons ici un exemple d’architecture de prévention situationnelle. Un aménagement des lieux pour prévenir le crime.

Nous sentons également quelque chose de l’ordre de la prouesse technologique, une forme supérieure d’écologie en milieu pauvre militarisé, mitarisé, après la cité radieuse le BLOCKHAUS MODERNE.

Le SANITAS putain d’ta race tu crois vraiment que c’est le KOLKHOZE FLEURI ??

Aline est fière, ingénieuse et point une belle ingénue, elle turbine. Vas-y Aline à grand coup de vaseline, c’est bon, c’est bon… ducon.

Nicolas Culot quant à lui, nous explique avec beaucoup de classe et même avec un certain panache, qu’il va nous faire gober avec une grande sincérité que son bâtiment s’inscrira parfaitement dans l’architecture du quartier. Il suffit de l’écrire et de le répéter dans tous les magasines et organes de propagande municipale pour que tout le monde y croit… c’est ça, la fabrique du consentement durable.

Mais par quoi tout le monde a-t-il bien pu être inspiré ?? Comment en est-on arrivé à parler BLOCKHAUS ? Comment sort de la bouche de professionnels chargés de nous administrer et veiller à notre qualité de vie le mot BLOCKHAUS ? Que se passe-t-il à ce moment précis ? Es-ce que tout le monde dit “oui, oui, c’est bien un BLOCKHAUS, c’est une bonne idée pour ce quartier, ça va être très jolie et ce côté paisible et agréable du BLOCKHAUS ça va certainement faire plaisir aux habitants et les rassurer !!”

Un BLOCKHAUS cela ne vous fait-il pas penser à des morts plutôt qu’à des vivants ?

Voilà ce qui se produit quand vous entendez blockhaus, il y a tout un éventail d’atrocité qui vous serre peu à peu la gorge…

ghetto = sécurité = zone = défense = concentration = prison = guerre = mort = nazi = surveillance = internement = destruction = isolement = torture = massacre = pacification = pogrom = charnier = quarantaine = terreur = militaire = déportation = horreur = camp = nettoyage = épuration = extermination = esclaves … encore ?!!!

Quand j’étends le mot BLOCKHAUS je sors les dents connasse !!

- argument écologique vérité médiatique –

ce qui va suivre est une fiction… Dialogue entre Machine Block et Culot Haus tout en technique qui nique. L’une expliquant à l’autre son souci de déperdition de chaleur qu’il faut éviter à tout prix. Mais une digression est si vite arrivée…

Machine : … de notre côté (l’OPAC) nous avons bien réfléchi, il nous semble qu’un BLOCKHAUS réponde parfaitement à toutes nos préoccupations quelles soient d’ordre économique, sécuritaire ou sociale.

Culot : Euh oui, en plus pour les finitions c’est simple et sobre il fait toujours frais, je me souviens enfant les BLOCKHAUS de Bretagne ça me fasciné il y faisait toujours bon l’été.

Machine : Ah oui, les BLOCKHAUS de Bretagne c’est un genre de palais Breton hein ?! (tout le monde rit à pleine dent) Bon, soyons un peu sérieux, pas trop quand même. Vous savez un BLOCKHAUS dans une Zone Urbaine Militarisée comme le Sanitas, ça ne choquera personne. Quelques uns seulement s’agiterons mais rien qui ne puisse nuire véritablement à notre dessein et à l’avancée de nos projets pour ce quartier. Nous ferons diversions et avec toutes les fêtes organisées l’attention sera vite canalisée sur tout autre chose. Tenez regardez en ce moment il y a le Tram qui occupe les esprits, ça fera parfaitement notre affaire et ce, pendant au moins cinq ans. Lui de toute façon il passera, de gré ou de force, le Tram passera !! C’est en quelque sorte notre Cheval de Troie et pour le camp du Sanitas c’est notre Bélier, nous arriverons à nos fins, vous comprenez avec le Tram c’est la fête de la force.

Culot : Oui je comprends vous avez raison. Un BLOCKHAUS installé dans un camp de la vie ça passera et bientôt le train, pardon, le Tram desservira la station “Centre de Vie”… Aahahahah…

Machine : Vous me faites rire… hahaha…

Culot : Et vu l’architecture et l’urbanisation antiguérilla de la cité, avec toutes ces caméras, barreaux, barrières, grillages, interdictions, jardin découvert, mise à vue et à nue des espaces, minéralisation forcée, poteaux défense et grilles de la liberté, le BLOCKHAUS dans la Z.U.M. tout le monde va s’y habituer très vite, et une fois qu’il est là de toute façon il n’en bougera plus.

Machine : Exactement. Regardez le “Centre de la Vie” il est toujours là… hahahaha quand je pense que tout le monde y a cru… hahahaha…

Culot : Fallait osé quand même…

Machine : Hé oui ! Il faut penser start up, nouvelle économie, e-commerce, e-stratégie, e-communication. De plus toutes ces nouvelles entreprises qui viendront s’installer pourront profiter du statut du quartier du Sanitas, c’est une Z.U.S. zone urbaine sensible, il y a les défiscalisations, les dégrèvements et tout ce qui est possible en terme d’abattement fiscal à la clef, il faut penser à tous nos amis. De toute façon ils ne resteront pas longtemps, c’est pour les aider à démarrer, en Z.U.S. il y a le package financement !

Culot : je ne comprends pas bien…

Machine : ben oui !! Nos amis entrepreneurs reçoivent de l’argent pour commencer une activité en zone urbaine sensible. En plus, s’ils embauchent la main d’œuvre locale bon marché ça ne leur coûtera rien ou presque rien pendant au moins deux ou trois ans. Ensuite ils peuvent partir, l’activité est lancée, le turn over envoyé, et ça tourne, mise sur orbite, la pompe fonctionne toute seule ensuite! Capisce ! Verstanden !!

Culot : ça y est je comprends, c’est formidable !

Machine : Vous savez cette nouvelle conception du BLOCKHAUS moderne n’attirera pas beaucoup l’attention, croyez-moi. Au début c’est l’étonnement, c’est nouveau et c’est toujours bien quand c’est neuf, on est respectueux. Et le respect on a les moyens de l’installer et d’ailleurs toute personne suspecte qui gravitera autour de notre BLOCKHAUS, de jour comme de nuit, sera vite interpellée, le secteur et sous vidéo surveillance et il y a un petit poste de police installé juste à côté depuis des années derrière le “Centre de Vie”… ahahah…

Culot : Vraiment ? Je ne savais pas. Quelle blague le BLOCKHAUS la pépinière-pompe-à-fric entre un commissariat et un centre dit culturel !!! Ouah, travailler avec vous c’est un vrai plaisir.

Machine : Nous devons absolument faire place nette dans ce périmètre. Changer progressivement de population ce n’est pas si simple, cela prend plusieurs décennies. Quand le BLOCKHAUS va s’installer les bobos iront manger où ? Consommer où ? Il faut qu’il y ait tout à porter de main, bars, restaurants, loisirs, supermarché, coiffeurs… Tout un quartier à refaire en somme, enfin un centre ville retrouvé, qui va s’agrandir très vite il va supplanter et phagocyter les restes !! Il ne sera pas utile de faire intervenir l’armée contre les habitants résistants. Les plus coriaces et il y en a à chaque fois finissent par quitter de leur plein gré les lieux dont on souhaite les voir partir. Nous avons des moyens de contrôle et de pression sociale très efficaces, plus subtiles, toute une panoplie de possibilité. D’ailleurs nous avons déjà commencé, toute personne née au Sanitas entre les années 1975/80 et après ne peuvent plus y avoir un appartement, elles sont renvoyées automatiquement au camp de La Rabière à Joué-les-Tours et aux Fontaines. Vous savez les anciens directeurs des OPAC sont souvent d’anciens militaires d’Indochine ou d’Algérie, ils connaissaient bien les problèmes de répartitions pour sectoriser les populations, ils avaient une grand maîtrise. Ils ne sont plus là mais il y a toute une pratique qui s’est transmise, quand ça marche on prend ! Rien n’est laissé au hasard, JAMAIS. Tout est sous contrôle. Nous faisons bien notre travail. Nous au moins nous avons un… hahaha… Qui aime bien châtie bien… hahaha… il devrait bosser un peu plus tous ces pauvres.

Culot : Aahahaha… Nous pourrions envisager quelques cellules sous le BUNKER ?

Machine : Comment n’y ai-je pas pensé ?

Culot : C’était une blague. Je cabotine un peu, j’aime bien le théâtre, d’ailleurs je pratique un peu, je suis à ma façon un marionnettiste. Dites vous savez quoi ?

Machine : Non ? Dites-moi tout…

Culot : Dans un BLOCKHAUS il y a toujours des cellules… hahaha…

En cœur : … HAHAHAHAHAHA… (tout le monde ris de bunkœur)

Et si le Sanitas avait inspiré autre chose qu’un BLOCKHAUS ? Le BLOCKHAUS n’est pas du tout à l’image de la société des habitants du Sanitas, n’aurait-il pas été plus judicieux et agréable pour les yeux qui vont être confrontés à cette forteresse, un bâtiment qui inspire la sympathie et la confiance plus que la peur et la guerre ? Personne n’a été consulté sur ce sujet ? Les voisins verrons à la grisaille du quartier s’élever le BLOCKHAUS de la honte. À quand les miradors et les zones électrifiées ? Jusqu’où allez-vous continuer ? Pensez-vous que nos yeux ne savent point distinguer ce qui est agréable ? Pourquoi personne ne respect les habitants du Sanitas ?

Une autre pépinière verra le jour au camp de La Rabière de Joué-Les-Tours, bientôt ils installeront des miradors et des citoyens-policiers pour tout surveiller…

Comité populaire des nouveaux malgré nous, 8 avril 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:53

Pas de honte à toucher les alloc’ !

L’administration (CAF, Pôle Emploi, etc) a tendance à nous humilier lorsque l’on va demander les allocations auxquelles on a le droit (RSA, Allocation chômage, Allocation logement…).  On parle souvent de parasites, de branleurs, bref, être pauvre et demander des allocations pour survivre (le RSA c’est pas grand-chose !) c’est pas très bien vu. Outre cette stigmatisation, on doit affronter les circuits de l’administration : formulaires divers et variés, documents à produire, justificatifs, files d’attente sans fin et attitude désagréable des conseillers (soumis eux aussi à des pressions par leur hiérarchie).

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/job.jpg

Rappelons tout de même qu’il suffit d’acheter des clopes, de faire ses courses au supermarché ou de boire un verre dans un bar pour rendre à l’État ce qu’il nous a gracieusement cédé. Autrement dit quand on achète quelque chose, on paye la TVA et ça va directement dans la poche de l’État ! Qui a dit qu’on était des parasites ??? Malgré tout, on nous demande toujours de nous justifier de toucher l’argent sacré des allocations, jusqu’à venir parfois nous en demander le remboursement…

Un trop perçu, un indu, c’est quoi exactement ?

En fait, c’est la CAF qui considère qu’elle a trop donné (déjà qu’elle donne pas grand-chose !) pour diverses raisons : en général c’est quand la déclaration de situation trimestrielle ne correspond pas à ce qu’elle considère être la véritable situation de l’allocataire. Le souci c’est que la CAF, trop soucieuse de ne pas perdre un centime va parfois ne pas être trop rigoureuse avec les enquêtes qu’elle fait sur la vie des gens et va détecter des fraudes là où il n’y en a pas. Le truc c’est que ce petit jeu de l’administration peut nous mettre dans des situations  catastrophiques c’est-à-dire sans aucun revenu et avec en plus une dette à payer ! Il existe des moyens de contester ces décisions, toutefois ils n’aboutissent que rarement en notre faveur.

Ce qui arrive parfois pour le RSA, arrive aussi pour les autres allocations fournies par la CAF : allocation logement, allocation familiale. En général, quand la Caf commence à soupçonner une fraude sur une allocation, c’est toutes les allocations de la personne qui vont être revues.

Indus de bourses au Crous

Le système de « recouvrement des indus » est aussi applicable aux bourses allouées aux étudiants sur critères sociaux. Une série d’obligations qui sont de plus en plus contraignantes conditionnent le maintien des bourses (assiduité, réussite aux examens…). Le non respect d’une de ces conditions mène à une procédure de remboursement d’indus c’est-à-dire de demande de remboursement à l’étudiant de l’intégralité de ce qu’il a perçu pour l’année. Autant dire que pour un étudiant qui est obligé de travailler en plus de sa bourse parce qu’il est à un échelon intermédiaire, c’est pas facile d’être assidu tout le temps ! Une fois encore les recours disponibles pour  contester les décisions du CROUS ne sont pas très efficaces !

Radiations Pôle Emploi, c’est quoi ?

Ça concerne les demandeurs d’emploi. La radiation, c’est embêtant lorsque l’on perçoit une allocation chômage ou lorsque nos droits RSA sont conditionnés par notre recherche d’emploi auprès du PE. La radiation intervient généralement lorsque le PE considère que l’on ne respecte pas les obligations du demandeur d’emploi : c’est-à-dire qu’on ne s’actualise pas, qu’on ne recherche pas activement un emploi (RDV avec le conseiller…) ou qu’on refuse deux fois des offres raisonnables d’emploi. Là aussi il existe des recours contre les décisions de radiation mais l’administration revient difficilement sur sa première décision…

Galérer pour son assurance maladie

L’assurance maladie, la sécu, c’est ce qui nous permet de se faire soigner gratuitement. Pour cela il faut cotiser en travaillant, ou bien adhérer à la CMU quand on est au RSA ou qu’on a pas ou très peu de ressources. Comme ça, ça a l’air super simple mais les démarches pour avoir la CMU ne sont pas si évidentes : demande de multiples papiers, dossiers à remplir, longues files d’attente, abattage administratif… Il y a largement de quoi se décourager, ce qui arrange bien l’administration qui pourra ainsi économiser quelques centimes !

Pourquoi je dois payer la taxe d’habitation alors que j’ai pas un rond !

La taxe d’habitation est imposée à tous ou presque et, malgré les dégrèvements, reste impossible à payer pour beaucoup. Autrefois les RMIstes en étaient exonérés d’office. À l’occasion de la modification du RMI en RSA  ils ne le sont plus. Il est possible de demander une remise gracieuse de la taxe d’habitation mais encore une fois, aucune certitude que celle-ci soit accordée.

Toutes ces humiliations, nous les subissons isolés  et l’administration tend à nous faire croire que l’on est seul, que l’on est coupable, que l’on est un fraudeur… Or, ensemble, nous sommes capables d’agir et de nous battre contre ces logiques de stigmatisation.  L’expérience des occupations collectives des Pôles emploi contre les radiations a montré qu’il est bien plus efficace de faire plier l’administration ensemble que seul.

Ne restons pas isolés, regroupons-nous pour agir tous ensemble !

Vous êtes le bienvenu aux réunions du collectif luttons contre la précarité tous les vendredis soirs.

Infos et Contact – Blog

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:51

De violents heurts ont éclaté hier entre police et citoyens à Thala (gouvernorat de Kasserine). S’insurgeant contre les « pratiques abusives et violentes » des forces de l’ordre [il semblerait notamment que les flics soient rentrés dans des cafés pour agresser ceux qui y étaient attablés – NdJL], plusieurs citoyens de la ville ont protesté en marge d’une grande  campagne sécuritaire organisée par les policiers, usant de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Ces derniers ont riposté par des jets de pierre et en brûlant les pneus.

Les tensions montant d’un cran, les forces de l’ordre ont de surcroît procédé à une coupure d’électricité et chassé les manifestants à coups de matraque faisant ainsi quelques blessés.

Les tensions restent palpables à Thala et plusieurs manifestants ont été arrêtés par les forces de l’ordre.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/111.jpg

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 9 avril 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.