Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 11:47

 

manifestation vio me

Nous publions ici le texte de présentation du site de soutien aux travailleurs de l’usine de matériaux de construction Vio.Me. à Thessalonique (Grèce), qui ont relancé la production pour sauver leurs emplois. Ils n’étaient en effet plus payés depuis mai 2011! En Grèce comme ailleurs: les patrons ont besoin des prolétaires… Mais pas l’inverse. Cette lutte en est la preuve. Un grand mouvement de soutien populaire a permis de faire connaitre cette initiative et de la défendre. Pourtant, la reprise en main des outils de production ne pourra se faire qu’à un plan plus large, les expériences récentes comme en Argentine par exemple ont mis en lumière la fragilité de ces progrès si ils ne sont pas liés à une véritable vague révolutionnaire. Le texte date de février, il est originellement paru en anglais puis a été traduit (cette version est disponible en lien). Une remarque: le féminin et le masculin n’existant pas dans la langue d’Arthur Scargill, le texte n’a semble-t-il pas été féminisé. Le site du mouvement publie également le message de solidarité envoyé par des ouvriers égyptiens en lutte. Bonne lecture!

Après 3 jours d’intense mobilisation, l’usine de Vio.Me. a commencé aujourd’hui (12.02) la production sous contrôle ouvrier! Il s’agit de la première expérience dans l’industrie auto-gérée dans la Grèce en crise, et les travailleurs de Vio.Me. sont convaincus que ce sera que le premier de toute une série.

La mobilisation a débuté par une grande assemblée des travailleurs, des organisations solidaires et des individus dans un théâtre du centre-ville dimanche soir. C’est là que déroulement de l’action du mouvement de solidarité a été discuté, tout le monde a eu la chance de prendre le micro et d’exprimer son opinion sur la lutte des travailleurs.

Le lundi soir, il y avait une manifestation dans le centre de la ville suivie d’un énorme concert-bénéfice avec plusieurs groupes folkloriques bien connus et de chanteurs. Parmi eux, Thanassis Papakonstantinou, l’un des plus importants compositeurs contemporains grecs qui fait en quelque sorte «partie du mouvement», car il donne toujours son soutient avec des paroles et en actes aux efforts de la société pour l’autodétermination. La participation a dépassé les attentes de tout le monde. Malheureusement, environ un millier de personnes n’ont pas réussi à entrer, car le stade était déjà plein. Le moment stellaire de la nuit, c’est quand les travailleurs ont pris le micro et ont expliqué leur vision d’une autre société, basée sur la justice sociale, la solidarité et l’autogestion. Cinq mille personnes ont applaudi, criant et chantant des chants de soutien. C’est alors que tout le monde s’est rendu compte que cet effort était voué au succès!

Tôt le lendemain matin la mobilisation a continué avec une manifestation dynamique vers l’usine. Les travailleurs étaient déjà à leur poste et le coup d’envoi triomphal de la production s’est fait devant les caméras des médias nationaux, locaux et alternatifs. Les travailleurs ont organisé une visite guidée de l’usine et expliqué tous les détails du processus de production pour les journalistes et les participants au mouvement de solidarité.

Il ya encore un long chemin à parcourir: Les coûts de production sont élevés, l’accès au crédit est impossible et d’obtenir une part du marché en période de récession est plus qu’incertain. Les travailleurs sont toutefois optimistes: le produit du concert de soutien et les dons de particuliers et des groupes de soutien recueillies via viome.org devraient être suffisants pour maintenir l’entreprise à flot dans les premiers mois. Et le soutien des mouvements sociaux signifie que bon nombre des produits seront distribués par le biais des structures existantes de l’économie sociale et solidaire. Les travailleurs de Vio.Me. sont déjà à la recherches de nouveaux produits de nettoyage, sur la base des ingrédients non toxiques écologiques, aptes à un usage domestique. L’usine fabrique des matériaux de construction de qualité (mortiers, plâtres, pâte colle à carrelage et matériaux de jointoiement, coulis imperméable à l’eau, etc) et les travailleurs savent très bien comment améliorer la qualité tout en réduisant encore plus les coûts de production et donc le prix. Le défi consiste maintenant à trouver un marché pour ces matériaux, que ce soit en Grèce ou dans les pays des Balkans environnantes. Certains produits peuvent être expédiés encore plus loin, afin qu’ils puissent être distribués par le mouvement de solidarité international.

Les 40 travailleurs de Vio.Me. et des centaines de participants au mouvement de solidarité ont vécu pendant trois jours une expérience inoubliable, qui n’est cependant que le début d’un chemin long et difficile. Maintenant plus que jamais, nous devons être unis et forts, déterminés à construire un monde nouveau fondé sur la solidarité, la justice et l’autogestion!

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 11:46

Tunisie : Grève générale à Zaghouan le 26 avril

Le secrétaire général de l’union régionale du Travail de Zaghouan, Ramzi Azzabi, a déclaré au correspondant de l’Agence TAP dans la région qu’une grève générale a été décidée, vendredi, 26 avril courant, dans le gouvernorat de Zaghouan, à la suite de la réunion de la commission administrative extraordinaire du bureau exécutif de l’union régionale du Travail, tenue, samedi.

Des incidents survenus à Zaghouan, suite au sit-in observé, jeudi, au siège du gouvernorat, par les ouvriers de l’usine de l’aluminium de Zriba.

Le sit-in a été levé et les protestataires ont été évacués du siège du gouvernorat vers 22h après des affrontements avec les forces de l’ordre, qui ont fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser la foule.

Presse contre-révolutionnaire (African Manager, 7 avril 2013) via Solidarité ouvrière

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 11:44

Wilfred et Olivier agressés à Paris : « Voici le visage de l’homophobie »

Renée Greusard | Journaliste Rue89

  • Envoyer l'article par email
  • Imprimer
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
 

La photo est devenue virale sur les réseaux sociaux. On y voit Wilfred de Bruijn, le visage tuméfié, rouge de sang et des coups qu’il a reçus dans la nuit de samedi à dimanche, dans un quartier populaire de Paris. Il a accompagné cette photo d’un mot d’explication :

« Désolé de vous montrer ça. C’est le visage de l’homophobie. La nuit dernière, dans le XIXe arrondissement à Paris, Olivier et moi nous sommes fait violemment agresser, simplement parce que nous marchions bras dessus, bras dessous.

Je me suis réveillé dans une ambulance couvert de sang. Une dent me manquait et j’avais des os cassés autour des yeux. Je suis à la maison maintenant. C’est très triste. Olivier prend soin de moi. J’ai un arrêt de travail pour au moins dix jours. »


La photo et le texte diffusés par Wilfred de Bruijn, sur Facebook, en avril 2013 (DR)

Au téléphone, Wilfred raconte avec un sourire élégant dans la voix qu’il boit désormais avec une paille. Il ne se souvient de rien. Olivier, si :

« On sortait d’un dîner arrosé avec des amis.On marchait bras dessus, bras dessous vers le métro Ourcq. Pas de “façon homo”. On avait passé une très bonne soirée, on en parlait. Un peu fort peut-être. Là, j’ai entendu : “Ah des homosexuels !” Je me suis pris un premier coup dans les yeux. Je me suis protégé, mais en tout, je me suis pris six coups. [...]

Ça a été une déferlante de haine. Très violente. J’ai vu mon compagnon à terre, sa tête était devenu un ballon de football, j’ai hurlé “Dégagez !”, ils sont partis en courant. »

Puis les ambulances arrivent, puis les policiers. Ils expliquent au couple qu’à une heure aussi tardive, « il vaut mieux prendre un taxi ». Ce qui a beaucoup énervé Olivier.

Ils ont hésité à poster cette image sur Facebook, mais Wilfred explique :

« On est rentrés des urgences vers 10h30. On s’est tout de suite pris en photo. On a douté, parce que ce n’est pas de très bon goût, mais c’était un moyen de prévenir nos amis. »

« On montre ça “in your face” »

Ils ne cachent pas que pour eux, cette photo est surtout un geste politique. Wilfred a milité pendant longtemps au centre LGBT, et Olivier avait monté une association de lutte contre l’homophobie dans son école ce commerce. Wilfred dit :

« C’est un acte politique. On montre ça “in your face” [au grand jour, ndlr]. »

Avant de développer :

« Si c’est un fait divers banal, il s’inscrit dans un contexte. Je suis hollandais. Je vis en France depuis 2003 et je suis très choqué de ce que je vois depuis cet été, avec le débat sur le mariage pour tous. Des responsables religieux, politiques, ont tenu des propos extrêmement violents. »

Un propos qu’il tient de suite à nuancer :

« Il faut toujours être prudent. Nos agresseurs n’ont peut être pas été au courant des ces propos et chacun est responsable de ses actes. »

« Dès qu’on baisse un peu la garde... »

Tous les deux expliquent que normalement, ils font attention. Dans la rue, il ne se tiennent que très rarement le bras comme ça, la main presque jamais.

« On se conditionne. Et dès qu’on baisse un peu la garde, voilà ce qui arrive. »

Olivier et Wilfred vont porter plainte, mais ils aimeraient d’abord voir avec l’association SOS Homophobie s’ils peuvent récupérer des vidéos. Leur agression a eu lieu près d’un magasin de voitures. Ils aimeraient avec l’association récupérer des bandes s’il en existe, puis porter plainte.

« Sinon, ce sera une plainte contre X. »

D’autant que ni Wilfred, ni Olivier n’ont pu voir le visage de leurs agresseurs.

Le 10 avril, une manifestation contre l’homophobie aura lieu à Paris, à 20 heures dans Le Marais (IIIe et IVe arrondissements). Début 2013, les associations Le Refuge et SOS Homophobie disaient avoir reçu trois fois plus de témoignages de victimes d’homophobie en 2012 qu’en 2011.

Sur son blog, Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris, s’est dit horrifié de ce fait divers et l’a lié à l’action contre le centre LGBT du mouvement du « Printemps français » :

« Je suis absolument horrifié [...] Je condamne cette agression homophobe qui fait suite à plusieurs exactions intervenues ce week-end notamment au “ Printemps des assoces ” organisé par l’inter LGBT. Je demande à ce que toute la lumière soit faite sur ces actes inqualifiables. »

Virée anti-LGBT : que faisait Béatrice Bourges ce dimanche à 4 heures ?

Blandine Grosjean | Rédactrice en chef Rue89

  • Envoyer l'article par email
  • Imprimer
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer
 

Ce dimanche, à l’aube, de vaillants militants ont recouvert l’Espace des blancs manteaux (Paris IVe) d’affiches et d’inscriptions hostiles au « mariage pour tous ». Des affiches déjà vues sur le passage des « manifs pour tous », et une action revendiquée sur les réseaux sociaux par « Le Printemps français »,émanation radicale de la « Manif pour tous ».

Ce week-end, au Blanc manteaux se tenait le « Printemps des assoces LGBT » (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

L’opération « nuit blanche » a été filmée et postée sur la page Facebook du « Printemps français ». On pouvait y reconnaître certains visages (Samuel Lafont, conseiller national UMP). Dans l’après-midi, la vidéo a été supprimée. Mais on a fini par retrouver une copie après la mise en ligne de ce papier (merci les twittos).

« Sans arme, ni haine, ni violence »

Grâce à Chrétienté.info, on a tout de même droit dans la journée à une petite photo souvenir :

« Ce dimanche 7 avril, à l’heure du laitier, le Printemps français s’est fait un plaisir d’aller contrarier la LGBT au cœur même de son fief parisien [le quartier du Marais, ndlr]. Sans arme, ni haine, ni violence. »

Dans un premier tweet Christophe Girard, maire de l’arrondissement, parle de « provocations haineuses » et appelle à « la vigilance et la mobilisation des démocrates ». Avant d’évoquer des poursuites :

« Comme maire du IVe où ces provocations d’un autre temps (1934 ?) se sont exprimées lâchement. Je me réserve le droit de porter plainte. »

1934 fait référence aux évènements factieux de février.

Bourges supprime son tweet mais...

Sans doute dégrisée par le soleil dominical, la porte-parole du « Printemps Français », Béatrice Bourges, désormais meilleure ennemie de Frigide Barjot qu’elle trouve trop « bisounours », a elle aussi supprimé... son tweet. Lequel a immédiatement été copié par les twittos pro-mariage pour tous.

« Ciel Mon engagement » a apporté sa contribution à l’enquête policière qui ne devrait pas être trop difficile à boucler :

« Quand la porte-parole du Printemps français Beatrices Bourges félicite sur Twitter les vandales, puis supprime son post. »


Le tweet de Béatrice Bourges (Capture d’écran de Ciel, mon engagement)

Frigide Barjot veut porter plainte, elle aussi

De son côté, la porte-parole de la Manif Pour Tous, Frigide Barjot, a elle aussiannoncé son intention de porter plainte... contre le Printemps Français :

« La violence n’a pas de place chez nous. Nous condamnons les actes du Printemps français. Ils pourrissent notre mouvement, se plaint l’égérie du mouvement. Ils nous ont pillés, parodiés, ils portent préjudice à notre philosophie de la Manif Pour Tous ».

Trois fois plus d'agressions homophobes en 2012 qu'en 2011

SOS homophobie et Le Refuge (associations d'aide aux personnes homosexuelles) ont fait les comptes : les témoignages de victimes d'homophobie augmentent fortement. Une conséquence au débat sur le mariage entre personnes de même sexe ?

Marc Pédeau 
Le 03/01/2013 à 18:16
SOS homophobie et Le Refuge s'inquiètent de la hausse de l'homophobie à l'approche de la loi sur le mariage pour tous. (AFP)

SOS homophobie et Le Refuge s'inquiètent de la hausse de l'homophobie à l'approche de la loi sur le mariage pour tous. (AFP)

1 / 1

Les agressions et insultes homophobes sont en recrudescence, s'accordent les associations Le Refuge etSOS homophobie cette semaine. Une hausse significative : l'un et l'autre indique qu'ils ont reçu trois fois plus de témoignages de victimes d'homophobie en 2012 qu'en 2011.

De plus ne plus de témoignages au cours de l'année

 

"On constate des agressions verbales, du harcèlement… Ce sont des menaces mais aussi des insultes, des remarques, des sous-entendus au quotidien", analyse Frédéric Gal, directeur national du Refuge. Cette association vient en aide à des jeunes majeurs victimes d'homophobie et de rejet familial. En 2012, 434 jeunes ont contacté Le Refuge, dont 212 uniquement pendant le mois de décembre. En réalité, une forte accélération se remarque dès le mois de novembre 2012.

Une accélération qui serait liée au débat actuel sur le mariage entre personnes de même sexe. "En parlant de pédophilie et d'inceste, le débat actuel est un débat qui attise l'homophobie. Pourtant, on aurait pu avoir un débat respectueux sur ce qui va changer avec le mariage pour tous, sans que les insultes sortent". Conséquence : "un malaise grandissant chez les jeunes homosexuels."

 

Les propos homophobes, "on le prend pour soi"

 

Emilie est l'une des bénéficiaires du Refuge de Montpelier. Cette Arlésienne de 23 ans s'est retrouvée à la rue après l'incendie de son appartement. "Ma famille n'accepte pas mon homosexualité", raconte-t-elle à BFMTV.com. Le débat actuel ? Elle le suit et y participe même si tout n'est pas facile à entendre : "Ce n'est pas parce que l'on est homosexuel que l'on est pédophile. Ce genre de chose, ça fait du mal à entendre, on le prend pour soi."

En décembre, les appels à SOS homophobie se font traditionnellement plus nombreux mais "l’année 2012 aura été tristement exceptionnelle", annonce dans un communiqué l'association. SOS homophobie a fait les comptes : ils ont reçu par mails, téléphone ou tchat trois fois plus de témoignages qu’en 2011.

 

Les religieux anti-mariage pour tous montrés du doigt

 

Les responsables ? Pour SOS homophobie, certaines déclarations de personnalités religieuses à propos du projet de loi sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels : "Si les sermons de prêtres appelant à manifester contre le mariage pour tou-te-s ont été nombreux à nous être relayés suite aux messes célébrées le 24 décembre, plusieurs jeunes lesbiennes, gays, bi ou trans nous ont également contacté-e-s ces derniers jours pour exprimer leur désarroi, leur souffrance et leur détresse face à leurs familles, enseignant-e-s ou proches qui ont exprimés des propos empreints d’homophobie et de violences, n’en déplaisent aux organisateurs de la manifestation du 13 janvier prochain."

Bientôt la fin du débat parlementaire ? Emilie l'espère : "Vivement que la loi passe pour que les gens voient que l'on existe, que l'on a le droit d'avoir une vie même si on aime une personne du même sexe que soi." Pour autant, Frédéric Gal reste prudent. Le directeur national du Refuge constate qu'"en Belgique, ils ont la même situation en terme d'homophobie alors qu'ils ont le mariage et l'adoption par les couples homosexuels."

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:18
Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans GENRE
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:16

 


Commentant l’article sur la grève dans les restaurants Mac Donald de Marseille et d’Aix-en-Provence, un lecteur nous a signalé que les travailleuses et les travailleurs des Fast Foods de New York ont lancé le jeudi 4 avril une deuxième vague de grève pour leurs salaires.

Selon le New York Daily News du 7 avril, environ 400 travailleuses et travailleurs de la restauration rapide se sont mobilisés le 4 avril. On y trouvait des travailleuses et travailleurs de toutes les grandes enseignes de la restauration rapide comme Mc Donald, Burger King, Papa John, Taco Bell, Pizza Hut, KFC, Wendy et Domino Pizza. 70 restaurants de la ville ont été touchés par la grève. Les travailleurs ont protesté devant différents restaurants de la ville, comme au Mac Donald et au Burger King de Harlem ou Wendy au centre de Manhattan et à Brooklyn.

Les travailleuses et travailleurs des fast foods new-yorkais revendiquent de meilleurs salaires, dans le cadre de la campagne « We can’t survive on $ 7,25 » (nous ne pouvons pas survivre avec 7,25 $, le salaire horaire actuel de la restauration collective à New York). Les travailleuses et travailleurs revendiquent un salaire horaire de 15 $. Autre revendication dans ce secteur où les patrons se croient tout puissants, la liberté syndicale.

 

Comme le dit Martina May, une travailleuse de Taco Bell, à la presse : « Je veux le respect, un meilleur salaire, pouvoir rejoindre un syndicat sans être intimidé par mon employeur. » Disant ne plus avoir peur, elle explique qu’elle participe à cette lutte « pour ma famille et pour les futures générations de travailleurs ».En novembre dernier déjà, les salariés des Fast Foods de New York avait protesté pour les mêmes revendications. Concernant la journée du 4 avril, il s’agit de la plus grande grève des travailleurs de la restauration rapide à New York. Et les travailleuses et travailleurs de la restauration rapide comptent bien continuer à se mobiliser pour leurs droits !

tiré de http://communismeouvrier.wordpress.com

 

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:15

Note: Ceci est la prison où plusieurs des prisonniers subversifs ont été enfermés, accusées d’avoir fabriqué des explosifs et le trafic de drogue, depuis le 28 mars 2013. Nous traduirons plus d’informations bientôt.

Traduit de liberaciontotal par WarOnSociety (06/04/2013):

Aujourd’hui, jeudi 4 avril 2013:

Aux alentours de 10h30, alors que les détenues de Temuco avaient des visites, une émeute a éclaté à l’intérieur de la prison, par des feux de matelas et d’autres choses.

L’émeute a commencé lors de protestations, entre autres, suite à l’entrée d’un gardien de prison en charge de la direction pendant environ un mois qui avait augmenté les abus, les humiliations (en interne ainsi que lors des visites) et les abus à l’intérieur de la prison, où par exemple, lorsque les matons avaient jeté de la nourriture au sol que les familles des détenues avaient apporté.

Quand ils ont découvert le feu, ils ont évacué les visiteurs afin de laisser la place aux pompiers, aux forces spéciales et à la police anti-émeute pour entrer. Une femme, qui était en visite, a dit que les gardiens ont commencé à battre sa fille juste là, alors qu’elle se faisait évacuer de la prison.

Maintenant, à l’extérieur et sans rien savoir de ce qui se passe à l’intérieur, les flics se sont approchés de l’endroit et ont seulement donné des informations à la presse, en leur donnant libre cours à monter le spectacle qu’ils voulaient,enregistrant et encadrant la scène avec les familles et les amis qui étaient à l’extérieur.

Nous ne savons rien encore, à propos des compagnonnes qui ont été emprisonnées dans cette prison depuis le 28 mars dernier.

Nous sommes conscients qu’à l’intérieur ils ont battu des prisonnières, qu’à cette époque, ils doivent aussi être confronté à la torture des matons et à des peines et sanctions.

Pour le moment, nous ne savons rien de plus, ils ne laissent sortir aucune information.

Nous lançons un appel à être attentifs à la situation.

_______________________________________________________________________________________________

Urgent – infos d’enfants

Je suis venu pour les visites à la prison des femmes de Temuco et les enfants se sont révoltés, mettant le feu à des chaises, des matelas, des couvertures et tout ce qui pouvait être consumé par le feu. Les gardiens de prison ne voulait pas ouvrir les portes. Les enfants hurlaient pour qu’ils ouvrent la porte, mais ils ont pris plus d’une demi-heure à le faire. En dehors de la prison se trouvaient les bâtards de forces spéciales de la police, des gardiens de prison en tenue anti-émeute, les pompiers et les laquais de la presse.

Les enfants ont protesté sur le fait que les détenues se font humilier et frapper par les gardiens depuis plus de deux mois, en fait il y a une fille, Eliana Becerra, qui a été en grève de la faim et de la soif pendant 36 jours, ils l’ont battu, les engeôlées m’ont donné cette information à répandre à l’extérieur de la prison et de protester contre le traitement vindicatif que les gardiens mènent contre elles, et donc je fais un appel à condamner et à dénoncer cette situation infligée aux enfants – à toutes et tous, pas seulement à nos prisonnières.

En ce moment il y a encore des membres de la famille et des bâtards de la presse à l’extérieur.

Aucune prisonnière n’est seule!

Liberté pour tous les prisonnières!

Diffuser cette information!

Traduit de l’anglais par Le Chat Noir Emeutier, 08/04/2013

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans PRISON
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:13

keep calm

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans IMAGES
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:11

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:08

Tunisie : Grève générale à Zaghouan le 26 avril

Le secrétaire général de l’union régionale du Travail de Zaghouan, Ramzi Azzabi, a déclaré au correspondant de l’Agence TAP dans la région qu’une grève générale a été décidée, vendredi, 26 avril courant, dans le gouvernorat de Zaghouan, à la suite de la réunion de la commission administrative extraordinaire du bureau exécutif de l’union régionale du Travail, tenue, samedi.

Des incidents survenus à Zaghouan, suite au sit-in observé, jeudi, au siège du gouvernorat, par les ouvriers de l’usine de l’aluminium de Zriba.

Le sit-in a été levé et les protestataires ont été évacués du siège du gouvernorat vers 22h après des affrontements avec les forces de l’ordre, qui ont fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser la foule.

Presse contre-révolutionnaire (African Manager, 7 avril 2013) via Solidarité ouvrière

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:07

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/017.jpgStelios Vlamakis candidat de l’Aube Dorée en Crète a été jeté à la mer dans le port vénitien de Chania (La Canée), en Crète, par les résidents locaux qui réagissaient aux attaques contre des immigrés et d’autres résidents par des partisans nazis dans le centre ville.

L’incident a eu lieu mardi soir. Les membres de l’Aube Dorée avaient une petite fiesta dans une cafétéria rue Apokoronou, dans le centre-ville de Chania. Environ 10 membres de l’Aube Dorée, ivres depuis le début de l’après-midi, selon des témoins, chantaient des hymnes et faisaient le salut nazi à quelques mètres du fan club de l’AEK Athènes à Chania et à environ 70 mètres des bureaux du comité local du KKE, le parti communiste grec.

Les membres du groupuscule néonazi se sont ensuite dirigés vers le port vénitien, ont attaqué deux immigrés, selon des témoins, et ont eu une confrontation verbale avec un enseignant membre du conseil de l’ADEDY, la confédération des fonctionnaires. Arrivés près du port, les nazis ont eu des mots avec des clients d’un magasin et des touristes, mots qui se sont transformés en affrontements avec des activistes anarchistes qui se rassemblaient. Au cours des affrontements un candidat de l’Aube Dorée a été jeté dans le port et deux autres membres de l’organisation fasciste de 43 et 23 ans ont été blessés et conduits à l’hôpital de Chania pour recevoir les premiers soins.

Après être restés « les bras croisés », selon l’annonce du parti communiste, les forces de l’ordre ont arrêté quatre membres du parti nazi, l’enseignant et un serveur. Au poste de police, l’enseignant a déposé une plainte contre deux membres de l’Aube Dorée, les accusant d’outrage, alors que les partisans du groupuscule fasciste ont décidé de poursuivre le jeune professeur, ainsi qu’un journaliste de Chania qui … ne semblait pas être présent lors de l’incident. Les nazis ont ensuite déposé une plainte contre quatre jeunes en les accusant de violence. Ils ont été libérés sur ordre du procureur.

Selon les témoignages de voisins, des membres de l’Aube Dorée ont également attaqué un officier des forces militaire de l’OTAN et ses collègues se seraient précipités pour le défendre.

Après les affrontements, les membres du parti communiste ont défilé en ville pour protester contre la présence de l’Aube Dorée. Le parti communiste a fait une déclaration disant que « le parti nazi de l’Aube Dorée a encore une fois montré son vrai visage. Des membres connus et dirigeants de l’Aube Dorée erraient ivres dans les rues de Chania. » Le KKE a également noté que la « Les aubedoriens sont le fouet des magnats et le long bras de la répression qui vise à frapper les grévistes, les immigrés et les mouvements de la classe populaire ».

Leur presse (Okean News, 5 avril 2013) via Solidarité ouvrière

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  •  coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.