Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 18:41

L’anarchisme sous tous ses angles
Un groupe d’auteurs vient de publier Nous sommes ingouvernables

Ils sont anticapitalistes et antiracistes, écolos, féministes, et syndicalistes. Ils n’ont ni dieu ni maître, sont opposés à toute forme de pouvoir. Ils sont solidaires.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/0810.jpg

Fluide, voire insaisissable, le mouvement anarchiste est pourtant bien vivant au Québec. On l’a vu lors du printemps érable de l’année dernière. Ou encore, vendredi dernier, à la manifestation contre la brutalité policière qui s’est soldée par 250 arrestations, à Montréal.

Un groupe d’auteurs vient de lui consacrer un [livre] collectif, Nous sommes ingouvernables, aux éditions Lux. On y aborde l’anarchisme sous tous ses angles. Marc-André Cyr et Anna Kruzynski, l’un étudiant et historien des mouvements sociaux et l’autre professeure à l’École des affaires publiques et communautaires de l’Université Concordia, se réclament tous deux du mouvement anarchiste.

Pour eux, les arrestations de vendredi dernier sont une manifestation d’une intolérance croissante de l’État, et d’une montée de l’opinion publique en faveur de la police.

« Je crois que l’État veut arrêter le mouvement qui a commencé avec le printemps érable. Le gouvernement péquiste ne veut pas que ça reprenne. Il y a une tentative de casser le mouvement », dit Anna Kruzynski. Il faut dire que le printemps érable a permis de laisser entrevoir le « potentiel » anarchiste de la population québécoise, souligne-t-elle.

« Au printemps, on a vu qu’il y avait un potentiel humain. […] On a vu des gens qui sont sortis en masse dans les rues avec les casseroles. Ça a été le plus grand mouvement de désobéissance civile dans l’histoire du Canada. […] On l’a vu avec les assemblées populaires autonomes de quartiers, où les gens se sont organisés avec leurs voisins et voisines ».

Pourtant, le mouvement anarchiste ne recrute pas. « On n’est pas un mouvement politique qui vend des cartes de membres », explique Marc-André Cyr. Le mouvement anarchiste se régénère plutôt par « pollinisation » des idées, dit Anna Kruzynski.

Pour elle, il y a en gros deux pendants à l’action anarchiste. « Il y en a un qui est, oui, de perturber l’ordre établi, parce que les systèmes sont forts et très bons pour s’adapter, et qu’ils vont continuer à s’adapter. Mais en même temps, c’est de construire des espaces d’émancipation qui reflètent les valeurs de justice sociale et d’autonomie aussi basées sur des principes d’autodétermination et d’auto-organisation. »

Les anarchistes, quant à eux, sont partout, poursuit-elle. Elle cite différents groupes qui sympathisent volontiers avec cette bannière. No One Is Illegal, et Solidarity Across Borders, qui défendent entre autres les droits des réfugiés. « Il y a des médecins et des avocats anarchistes qui veulent offrir des services aux sans-papiers », dit-elle. Politi-Q, qui défend les queers et transgenres. Le Collectif opposé à la brutalité policière. Le Projet accompagnement solidarité Colombie, affilié aux mouvements sociaux colombiens. L’Union communiste libertaireInternational Workers of the World, un syndicat sans accréditation qui organise des piquets de grève spontanés pour défendre des travailleurs non syndiqués qui ont perdu leur emploi, par exemple. « Ils l’ont fait dans plusieurs pizzerias de la rue Saint-Denis », relève Marc-André Cyr. Chez les écologistes, on trouve encore le mouvement Liberterre, Les Jardins de la résistance, où on fabrique des paniers biologiques sans passer par l’intermédiaire d’Équiterre, la revue Mauvaises herbes. Parmi ceux qui récupèrent de la nourriture dans les poubelles, il y a People’s Potatothe Midnight Kitchen, ou encore Food not Bombs. Le collectif Les Sorcières regroupe quant à lui des féministes anarchistes depuis 1999.

La violence, un outil

« Moi je suis anarchiste, j’ai 40 ans, un enfant de 4 ans, j’habite à Pointe-Saint-Charles, j’habite dans une coop d’habitation, je suis professeure d’université, raconte Anna Kruzynski. Mais il y en a toute une gamme, dans tous les milieux. Il y a des anarchistes dans le mouvement étudiant, il y a des anarchistes qui sont impliqués dans leurs quartiers, dans leur syndicat, dans les groupes d’environnementalistes. Et il y a des anarchistes qui ne sont pas nécessairement impliqués dans les groupes. Fondamentalement, ce qui importe pour les anarchistes, c’est que ça ne soit pas d’autres personnes qui prennent des décisions pour eux. »

Encore et toujours, le mouvement anarchiste est confronté à l’épineuse question de la violence. « L’émeute est l’expression du mal », écrit Marc-André Cyr, en amorce d’un article « Feu sur la Belle Province, les anarchistes et les émeutes », publié dans le livre. Pourtant, elle est généralement considérée, dans le mouvement anarchiste, comme un outil, dit-il en entrevue.

« C’est que la violence, c’est un outil, c’est un mode d’action. On ne peut pas être pour un outil à 100 %, ou contre un outil à 100 %, c’est comme être pour ou contre un marteau ou une égoïne. Ça ne marche pas. On est pour l’égoïne quand on a besoin d’une égoïne, ou pour un marteau quand on en a besoin. De façon générale, les anarchistes vont considérer que c’est un faux débat, une fausse question. Est-ce que c’est violent de briser la vitrine d’une banque ? Si on met les choses en contexte, on se rend compte que la violence est là avant que la vitrine soit cassée. Que, quand elle n’est pas fracassée cette vitrine, il y a des gens qui perdent leur emploi, qui sont acculés à la pauvreté, dont la maison est saisie par ces mêmes banques. On ne parle jamais de cette violence-là. […] Les anarchistes luttent contre cette violence. Ce n’est pas vrai que les anarchistes sont violents. Ils tentent par tous les moyens nécessaires de ne pas reproduire la violence et d’y résister à la fois. »

« C’est une tactique l’action directe, poursuit Marc-André Cyr. Des fois, on est pour, ou contre. Ce n’est pas toujours le moment d’utiliser ces actions-là. Seulement, les anarchistes ne vont jamais moralement ou éthiquement dénoncer ces actions-là, parce qu’éthiquement ils dénoncent justement une violence vraiment plus grande et plus importante que celle de l’action elle-même. »

Publié par des ennemis de l’Anarchie (Caroline Montpetit, Le Devoir, 19 mars 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 18:15

G.-B. : un faux film pour frauder le fisc

Cinq personnes ont été condamnées aujourd’hui à Londres à des peines de prison pour avoir prétendu réaliser un film hollywoodien, dans le cadre d’un montage frauduleux complexe destiné à toucher des crédits d’impôts.

Les fraudeurs, dont les peines vont de six ans et demi à trois ans et demi de prison, avaient fait croire aux inspecteurs du fisc que leur film, intitulé A Landscape Of Lives (Un paysage de vies) avait un budget de 19,6 millions de livres (23 millions d’euros).

Pour donner de la crédibilité à leur projet, ils avaient recruté en 2010 un scénariste, à qui ils avaient dit que le tournage aurait lieu en Égypte et qu’Omar Sharif serait l’un des acteurs, selon le parquet. Les fraudeurs avaient également prétendu espérer la présence de Jeremy Irons.

En tout et pour tout, seules sept minutes de ce soi-disant film ont été tournées dans un appartement, pour un coût de quelques milliers de livres. Des images qualifiées d’”inutilisables” lors des débats devant le tribunal de Southwark à Londres. Les fraudeurs avaient soumis ou préparé des fausses déclarations au fisc portant sur 2,78 millions de livres et ont récupéré près de 800.000 livres en guise de remboursements de TVA.

Après avoir été arrêtés et dans une tentative de maquiller la fraude, ils avaient ensuite précipitamment fait réaliser un film à petit budget intitulé A Landscape Of Lies (Un paysage de mensonges), qui est sorti en DVD en 2011. “C’était une manigance hors du commun pour s’attaquer au portefeuille du contribuable”, a estimé Sue Patten, représentante du parquet, condamnant la volonté des prévenus d’”exploiter un système d’allègement fiscal destiné à soutenir l’industrie du film britannique”.

Bashar Al-Issa, un Britannique d’origine irakienne de 34 ans, présenté comme le concepteur de cette fraude, a été condamné à six ans et demi de prison, tandis qu’Aoife Madden, une actrice britannique de 31 ans s’est vu infliger quatre ans et huit mois de prison. Deux autres, Tariq Hassan, un Pakistanais de 52 ans, et Osama Al Baghdady, un Irakien de 51 ans, ont été condamnés à des peines de quatre ans. Un cinquième, Ian Sherwood, 53 ans, a été condamné à trois ans et demi.

Presse cinéphile (Agence Faut Payer, 25 mars 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 11:42

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:22

george-jackson

Tout crime est le résultat, soit d’une simple oppression d’ordre économique, soit des répercussions psychosociales d’un système économique qui est périmé depuis un bon siècle. Conditions socioéconomiques objectives = activité productive ou antiproductive, déterminée dans tous les cas par le système économique, les méthodes d’organisation économique, le maintien de cette organisation contre les forces progressistes qui cherchent à
la changer.
Même la maladie psychologique de l’individu qui commet un crime de sang est imputable à la maladie de la société.
Il faut atteindre les prisonniers et leur faire comprendre qu’ils sont les victimes d’une injustice sociale. C’est la tâche que je me suis fixée, travailler de l’intérieur (tant que j’y serai je suis convaincu que la guerre ne rime à rien si on la mène sur un terrain tenu par la bourgeoisie).
La classe prisonnière devient, de par sa puissance numérique et ses conditions de vie, un gigantesque réservoir de potentiel révolutionnaire. Travaillant seuls à l’intérieur d’une société cerclée de fer, les gens comme moi ont peu de chances de pouvoir libérer ce
potentiel.
Cela fait partie des fonctions du « Mouvement des prisons ». Dire : « La population de l’Etat de … contre John Doe », est une aberration tout aussi évidente qu’un coup monté à des fins
clairement politiques ; cela revient à dire : « Le peuple contre le peuple. » L’homme contre luimême.
Le « Mouvement des prisons » a un autre but politique important. Il fait prendre conscience à la classe dirigeante de notre détermination à lutter jusqu’à la mort pour notre droit économique à prendre en mains les moyens de production. La détention ne peut pas circonscrire notre mouvement.
Le mouvement du 7 août, et toutes les actions réelles, ou tentatives, incitent les gardiens à punir plus facilement de mort ce type de manifestation. Ils tentent également de s’infiltrer partout où se révèle la conscience révolutionnaire, à tous les niveaux de la lutte, au niveau le plus élevé, les points de production, ainsi qu’aux niveaux inférieurs.
Pour nous le but reste le même : créer une infrastructure capable d’accueillir une armée du peuple. Personne parmi nous ne devrait ignorer que la révolution est agressive par définition et que le fait de présenter aux tenants du système des réclamations – qu’ils ne peuvent pas ou ne veulent pas satisfaire – peut, à la limite, nous entraîner dans un affrontement
violent avec le système.
Voici venues les dernières années du capitalisme, et, à mesure que nous avançons dans nos activités contre l’Establishment, nous prenons conscience de cet enseignement de l’Histoire : lorsque le prestige d’un système tombe, la transformation de ce système est précédée d’une ère de violence. Nous pouvons limiter l’étendue de la violence en mobilisant le plus possible de partisans à tous les niveaux de la vie socioéconomique, mais si l’on considère la mainmise de la classe dirigeante sur les apolitiques en général et son expérience historique de la violence, on est automatiquement amené à penser que la révolution passera par le désordre, peut être même par la guerre civile.
Ni l’un ni l’autre ne m’effraie car il n’y a rien de bon dans le capital monopoliste, rien à gagner, il doit être détruit sans aucune réserve.
Tant qu’il menace au dessus de nos têtes, il ne peut être considéré que comme un ennemi qui nous laisse dans l’oubli après nous avoir utilisés comme ses serviteurs. Il doit être détruit totalement, pas rejeté, pas simplement transformé, mais détruit, complètement, définitivement, implacablement et sans rémission – il faut en finir le plus rapidement possible !

George Jackson – Vers le front uni, 1971

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:20

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:10

Ouargla : violents affrontements entre la gendarmerie et les chômeurs

Hier soir de violents affrontements ont eu lieu entre la gendarmerie algérienne et un groupe de chômeurs qui avaient bloqué la circulation des véhicule de transport pétrolier en fermant la route menant de Ouargla à Ghardia. Les affrontements entre la gendarmerie et les chômeurs se sont soldés par l’arrestation d’une dizaine de chômeurs violemment passé à tabac avant d’être finalement relâchés dans la nuit après que la circulation ait été rétablie.

Les jeunes chômeurs avaient procédé à la fermeture de la route reliant Ouargla à Ghardaïa pendant plusieurs heures perturbant fortement la circulation des véhicules de transport pétrolier ; ce qui n’a évidemment pas du tout été du goût du régime algérien qui vit de la rente pétrolière.

Aussi, les éléments de la gendarmerie se sont de suite déployés sur les lieux. Ils ont procédé à des tirs de sommation et ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser le plus rapidement possible les chômeurs et rétablir ainsi la circulation. C’est à la suite de cette dispersion très musclée qu’une dizaine de chômeurs a été embarquée par la gendarmerie. Les jeunes chômeurs ont finalement été relâchés dans la nuit après avoir été violemment passés à tabac par les éléments de la gendarmerie.

Il est à signaler que des tentatives similaires de blocage de routes ont été entreprises sur plusieurs autres routes de Ouargla, mais sans succès. D’autre part, un groupe de chômeurs a depuis quelques jours dressé une tente à Guellala, non loin du champ pétrolier Haoud Berkaoui, et y observe un sit-in pour protester contre la marginalisation des gens de Ouargla dans l’accès au travail dans leur région.

(SIWEL 25 mars 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:09

Plus de 400 personnes ont participé à la manifestation antiraciste et antifasciste à Besançon ce Samedi 23 mars 2013.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/photo1.jpg

Le point de départ était fixé à 15h place de la Révolution. C’est une vraie manifestation dynamique et populaire qui a eu lieu, où tous les âges, tous les quartiers et des sensibilités politiques très diverses ont été représentés, dans une bonne ambiance évidente.

La manifestation a entonné de nombreux slogans antifascistes, comme :

« Besançon est antifasciste », « Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos » ou encore le traditionnel « Alerta antifascista ».

La banderole de tête reprenait le titre donné à la mobilisation « Stop aux agressions racistes et fascistes ! ». On aussi pu voir une autre banderole, syndicale, où était écrit : « le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève ».

Le cortège est passé par toutes les places du centre ville : Révolution, Huit Septembre, Pasteur, Granvelle, Victor Hugo pour prendre fin à la porte de Rivotte, quartier où ont eu lieu plusieurs des agressions nazies répertoriées.

Les passants et Bisontin.e.s ont accueilli avec joie, sourires et encouragements la manifestation. Certains passants nous ont dit « Merci de réagir, il est enfin de temps que cela cesse » (en parlant des agressions racistes et de ceux qui font de la haine raciale leur fond de boutique).

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/photo3.jpg

À l’issue de la manifestation, des prises de parole ont eu lieu pour rappeler le contexte des agressions racistes et/ou fascistes (au moins 6 connues depuis début 2013), le quartier de résidence des néonazis (quartier Brégille), ou encore que le Collectif Antifasciste de Besançon a été créé pour proposer aux Bisontin.e.s un espace d’organisation et de lutte contre le racisme et le fascisme.

Pour le Collectif Antifasciste de Besançon c’est une mobilisation forte et réussie qui a été largement partagée avec la population de Besançon et alentours. Une victoire politique et une démonstration de force que Besançon reste une ville qui refuse les idées racistes et puantes véhiculées par les groupuscules d’extrême-droite.

Dans les temps futurs, nous invitons les Bisontin.e.s à se tenir informer sur notre blog, cette manifestation étant la première pierre d’une mobilisation et d’une résistance de plus longue haleine, à construire ensemble.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/photo2.jpg

QUELQUES CORRECTIONS S’IMPOSENT

Il nous faut cependant démentir une information erronée, reprise par les journalistes del’Est Républicain et de France 3.

Un groupe d’une dizaine de néonazis était effectivement présent en ville : ce qui a amené un groupe d’environ 30 antifascistes à aller sécuriser les abords de la manifestation. C’est au croisement de la rue Pasteur et de la rue d’Anvers que ce groupe d’antifascistes a décidé de sortir de la manifestation.

Pendant que la manifestation continuait son chemin rue Mégevand puis rue Granvelle, les antifascistes mobiles sont passés par la rue d’Anvers pour rejoindre la Grande Rue, la place du Huit Septembre, puis rue de la République, rue Proudhon et enfin rue Bersot, rue des Granges et rue de la Bibliothèque, dans le but de rejoindre le cortège de la manifestation Grande Rue.

Ce qui aurait dû se réaliser à ce moment là, c’est que les deux groupes (la manifestation et le groupe qui en était sorti 10/15 minutes auparavant), à moins de 70 mètres l’un de l’autre, se retrouvent. Cela a été empêché par l’intervention policière : soit générée par de la malveillance, soit par une incompréhension de la situation, en tout cas dû au manque évident de coordination des forces de police.

À noter que tout au long de l’excursion du groupe d’antifascistes, deux motards au moins de la police nationale ont suivi le groupe, entendant distinctement les slogans antifascistes chantés dans le centre ville.

Ce sont les deux policiers en tête de manifestation qui semblent ne pas avoir compris la situation : croyant voir arriver en face des néonazis/opposants lorsque le groupe d’antifascistes a souhaité rejoindre le cortège, ils ont alors appelé les renforts très proches, qui ont déboulé en fourgon et ont chargé sans sommation le groupe d’antifascistes, appuyé par la BAC. Un camarade a alors pris un coup de matraque sur le bras, au niveau du poignet. Il n’y a pas eu d’arrestation. Toute une partie du groupe d’antifascistes n’a alors pas pu rejoindre le cortège, ce qui a été finalement fait rue Rivotte.

Les affirmations des journalistes de l’Est Républicain et de France 3 sont ainsi erronées : ce qui est manifestement une intervention maladroite (et/ou une provocation policière) s’est transformée en une attaque des néonazis, permettant ainsi de titrer « Manifestation antifasciste sous tension », alors que cette manifestation était parfaitement détendue et bon enfant.

Le CAB corrige les affirmations de la presse :

Un groupe de néonazis était effectivement présent en ville ce samedi après-midi, en début de manifestation. Ils se sont retrouvés dans un bar non loin de la place de la Révolution. Ils étaient 11 néonazis, les mêmes qui commettent les agressions depuis presque 3 ans maintenant. Au moins 2 d’entre eux se sont fait interpellés au centre ville, pendant que la manifestation avait lieu, et plusieurs étaient en possession d’armes.

En fait, la manifestation et ses abords n’ont à aucun moment été perturbés par ces néonazis ; l’ampleur de celle-ci leur démontrant clairement la résistance des habitant.e.s de Besançon face à leur idéologie de violence et de haine.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/p1030151.jpg

Collectif Antifasciste de Besançon, 25 mars 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:05

Égypte : la peur et l’initiative changent de camp

Les derniers évènements du 22 mars baptisés “bataille de la colline”, lors de laquelle des milliers de manifestants ont tenté de mettre à sac le Quartier Général des Frères Musulmans dans le quartier de Moqattam au Caire et l’ont fait réellement dans le quartier de Monial ou dans les villes de Mahalla, Alexandrie ou Mansoura, ont mis au grand jour les évolutions souterraines de la conscience politique des Égyptiens ces derniers mois.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan3.png

Les policiers et les islamistes ont peur

Lors de la révolution du 25 janvier 2011, les Égyptiens disaient que le principal acquis de la révolution était qu’ils n’avaient plus peur.

Deux ans et deux mois après, sous le régime militaire du CSFA ou celui des Frères Musulmans et leurs alliés salafistes et jihadistes, malgré l’utilisation régulière par les forces de police de balles réelles contre des manifestants pacifiques faisant des milliers de blessés et des centaines de morts, malgré les 12 à 15’000 condamnations à la prison de manifestants, malgré les tribunaux militaires pour les civils, les violences des milices islamiques, les détentions illégales, la torture y compris à l’encontre des enfants, les centres de détentions illégaux livrés au sadisme de tortionnaires, les obligations aux tests de virginité pour les manifestantes, leurs viols fréquents, malgré les arrestations arbitraires, des procureurs aux ordres, les mensonges, les fabrications de preuves, les faux examens médicaux, les multiples lois qui restreignent ou interdisent grèves et manifestations, malgré les lois martiales et les couvre feux, malgré les chars dans les rues, devant les écoles et les usines, malgré les menaces des chefs religieux musulmans ou chrétiens que les manifestants finissent brûlés en enfer, malgré les appels de l’opposition laïque du FSN au calme et aux manifestations pacifiques, malgré sa dénonciation des manifestants qui se défendent comme ils peuvent face à la violence institutionnelle, malgré ses projets actuels de co-gouverner avec les salafistes et les Frères Musulmans, malgré tout cela, la violence policière du régime ne fait plus rentrer les gens chez eux, terrorisés, mais les fait au contraire descendre dans la rue encore plus nombreux, encore plus en colère, encore plus déterminés et conscients.

Au point que le sport national est en passe de devenir l’incendie de préfectures, commissariats, véhicules de police et tous bâtiments appartenant à la police mais aussi aux Frères Musulmans et leur parti ainsi que le blocage des routes et des voix ferrées. Et il ne s’agit pas du passe temps de jeunes militants révolutionnaires dans les grandes villes mais de celui de tout un peuple jusque dans le plus petit village du pays.

Cela fait que maintenant — on l’a vu tout particulièrement en ces mois de février et mars 2013 — la peur a changé de camp : les policiers et les islamistes ont peur et tout le monde le voit. Il y a encore peu, même après la révolution, contre les violences de l’État ou des islamistes, on courbait le dos, on espérait au mieux une enquête et on protestait pacifiquement dans la rue. La police usait de violences contre ces manifestations et on recommençait. Une minorité seulement osait relever vraiment la tête et répondre. La presse, le plus souvent, s’accordait alors pour dénoncer la fatigue du peuple égyptien qui n’aurait plus supporté les violences exagérées de ses jeunes révolutionnaires. Aujourd’hui, cet état d’esprit est très largement dépassé et c’est tout un peuple qui a à l’esprit, “sang pour sang” et justice populaire directe.

Les policiers humiliés, apeurés, incertains de leur avenir, sous les ordres de Frères Musulmans qu’ils pourchassaient hier, se sachant haïs par un peuple qui n’a plus peur d’eux, remplissent les hôpitaux psychiatriques ou font grève comme en mars, face à un choix d’une logique infernale pour eux : soit le droit d’encore plus tuer et torturer soit leur fuite avec drapeau blanc comme on a vu certains policiers le faire à Port-Saïd en février soit encore faire pression sur le gouvernement comme ils l’ont fait en mars en demandant la démission du ministre de l’intérieur et une autre politique sociale qui ne fasse plus d’eux les boucs émissaires de la colère populaire. Quoi qu’il en soit, l’État policier est en faillite.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan2.pnghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan14.pnghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan16.png

Il en va de même en ce qui concerne les islamistes. On voit des taxis au Caire portant l’écriteau “interdit aux Frères Musulmans”, des prédicateurs en mosquée dénoncer les islamistes qui sont de faux musulmans, ces croyants scander dans les mosquées “À mort M. Badie” (le dirigeant des Frères Musulmans), des manifestants brûler des drapeaux du Qatar, des femmes lyncher des salafistes qui tentaient de les harceler, des femmes encore défiler armées de couteaux de cuisine en en menaçant tous les harceleurs, islamistes en premier lieu, des femmes toujours se dénudant devant les écrans d’internet et criant la libre disposition de leurs corps contre toutes les religions, des jeunes conférenciers de 18 ans faire des exposés très suivis sur l’athéisme dans des mosquées, des centaines de milliers de manifestants scander des slogans identifiant islamisme et fascisme…

Le score électoral des frères Musulmans en milieux professionnels illustre cette transformation radicale des esprits. En mars 2013, après son effondrement dans les élections politiques, il s’écroule aux élections professionnelles chez les étudiants, les journalistes, les pharmaciens avant probablement qu’il ne s’effondre aussi chez les avocats, médecins ou enseignants… alors que les étudiants et les professions libérales étaient le fief des islamistes et leur moyen d’influencer les milieux plus populaires.

La “bataille de la colline” est la partie visible de ce séisme mental. La religion d’obédience saoudienne, conçue comme une police des esprits est devenue tout aussi insupportable que l’État policier lui-même. Cet islam, imposé au peuple par les régimes militaires de Sadate et Moubarak par de multiples pressions jusqu’aux primes aux familles qui voilaient leurs filles et l’abandon volontaire aux Frères Musulmans, dans un partage des pouvoirs, des syndicats professionnels et de la charité publique, toute cette prison mentale se désagrège.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan5.pnghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan6.pnghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan10.png

Une anecdote révélatrice : à l’université Al Ahzar du Caire, l’épicentre moyen-oriental prestigieux du conservatisme religieux dominé par les Frères Musulmans et les Salafistes, où le rire et la musique ne sont pas bien vus, un étudiant à joué de la guitare comme on l’imagine d’un hippie des années 60 et autour de lui tout le monde s’est mis à chanter, pendant que dans ce temple de la spiritualité et de la misogynie, un mouvement de grève dure depuis une semaine… pour l’amélioration de la nourriture, des dortoirs et plus de respect pour les femmes. À l’université britannique privée du Caire où les études commerciales comptent pour beaucoup, les étudiants ont fait grève, demandant le départ du directeur pour exiger qu’on n’y fasse plus l’apologie du profit dans les études. Le saint Coran ou le saint Capital… tout fout le camp !

Désagrégation de l’autorité de l’État, crise économique, révolution de la faim et embryons de démocratie directe

Mais il y a plus. Avec la désagrégation de la police et de l’autorité des frères Musulmans et autres islamistes, c’est l’ autorité de l’État lui-même qui se désagrège ouvrant la porte à la démocratie directe comme l’espèrent certains ou au chaos comme le craignent d’autres.

Selon Hani Shukrallah, un des éditorialistes les plus lus dans le pays, l’Égypte est entrée dans une nouvelle trajectoire historique du même type que celle qui a suivi la défaite de Napoléon sous les pyramides avec Mohamed Ali ou le moment qui a suivi l’indépendance avec Nasser. Avec la désagrégation de l’autorité de l’État et de la religion, l’apparition de milices islamistes, il craint certes la possibilité d’une évolution somalienne et de ses seigneurs de guerre comme la Chine et la Russie post-révolutionnaires en ont connu la tentation en leur temps. Mais il croit plus à l’Égypte de la haute culture multi-millénaire et à une sorte de démocratie directe où le peuple prendrait plus pleinement en mains son avenir.

On a vu à Mahalla el Kubra ou à Kafr el Sheikh en février et mars mais aussi dans certains villages, des tentatives de manifestants de prendre en main l’autorité municipale. Il semblerait que ces expériences aient été plus symboliques et momentanées que réelles et durables. Il en a été de même avec la police du peuple à Port-Saïd et ses prisons pour islamistes. Mais l’orientation est donnée, l’idée gagne les esprits. D’autant plus que cela rejoint une revendication populaire posée depuis le début de la révolution, celle d’une deuxième révolution qui dégagerait tous les petits Moubarak à tous les niveaux de l’administration, de l’État ou de l’économie.

Bien sûr l’opposition laïque regroupée dans le FSN, des libéraux à certains trotskystes ou facebookers connus, s’oppose de toutes ses forces à cette démocratie directe qu’elle assimile au chaos et ne continue à jurer que par l’État et les élections même si tous les Égyptiens ont pu vérifier par expérience que les élections n’ont rien de démocratique et que du coup la participation aux élections s’effondre.

Mais ce qu’il y a eu de particulier dans la “bataille de la colline” comme déjà un peu dans les manifestations de décembre 2012 et janvier 2013, c’est que, comme l’écrivait un blogger (Bigpharaoh), on n’avait plus affaire aux “protestataires chichis et facebookers d’Héliopolis (quartier chic du Caire). Le quartier de Moqattam où est installé le siège des Frères Musulmans étant entouré de quartiers populaires et de bidonvilles, l’opposition raffinée et les membres sophistiqués du FSN n’arrivaient pas à contrôler la classe ouvrière en colère… Un des candidats socialiste d’extrême gauche à la présidentielle a eu le bras cassé par les manifestants alors qu’il essayait de protéger des Frères Musulmans et des milices populaires d’auto-défense voient le jour comme la plus médiatisée d’entre elles, les Black Blocs égyptiens. […] Il en va de même à Alexandrie où ceux qui ont saccagé le siège des Frères Musulmans venaient de ces mêmes quartiers populaires, en ayant assez de voir comment les Frères Musulmans et les salafistes contrôlent la distribution du pain et du gaz. […] C’est le début d’une révolution de la faim.”

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan17.pnghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan18.png

L’Égypte connaît en effet une grave crise des bouteilles de gaz, du gas-oil et du pain subventionnés qui sont à la base de la vie des classes populaires.

L’Égypte importe 60% de son gas-oil, l’État en subventionne les deux tiers pour les prix à la consommation, soit environ 55 milliards de Livres Égyptiennes chaque année. Or les réserves en dollars de l’État égyptien se sont effondrées et il n’est plus en situation de payer l’importation de gas-oil. En échange de son aide, le FMI a demandé une libéralisation encore plus importante de l’économie égyptienne (en partie encore dans les mains de l’État et surtout de l’armée) et des coupes draconiennes dans les subventions aux produits de première nécessité. Pour le moment, avant de passer aux baisses de subventions, l’État a augmenté des taxes et diminué la distribution de bouteilles de gaz et de gas-oil provoquant de graves pénuries et des hausses de prix sauvages au marché noir dans de multiples secteurs.

Il faut parfois faire la queue des heures et des heures voire une journée entière pour faire le plein de gas-oil subventionné. Bien des camionneurs, des chauffeurs de bus, microbus ou des paysans avec leurs tracteurs ne peuvent plus trouver le carburant nécessaire à leur travail. Le marché noir se développe. Certains pensent que hauts fonctionnaires et stations services trichent, ces dernières recevraient plus qu’elles ne vendent officiellement et écouleraient une partie de leurs stocks au marché noir à des prix beaucoup plus élevés. La conséquence, ce sont des hausses de prix considérables, ce qui renchérit les prix de multiples autres produits. Les fruits et légumes par exemple dont le prix a été souvent multiplié en peu de temps par deux ou trois en même temps qu’ils deviennent plus rares faute de distribution.

Mais ce sont aussi les bus scolaires, qui, faute de gas-oil, n’ont pu assurer le transport des élèves, beaucoup d’entre eux ayant manqué l’école, en particulier dans les petits villages, posant de nombreux problèmes aux parents. Or on approche du temps des examens où 18 millions d’élèves et d’étudiants vont vouloir se déplacer dans le pays.

Un des gros problèmes pour les gens, vient des coupures d’électricité du fait que les usines de production marchent au gas-oil. Le ministère du pétrole a déjà menacé le ministère de l’électricité de cesser de lui livrer du gas-oil si ce dernier ne lui payait pas ses 50 milliards de dettes. L’été dernier avait déjà été marqué par des coupures importantes dans les quartiers populaires (pas les riches) à un moment où les températures atteignent des sommets et où on a d’autant plus besoin des réfrigérateurs ou des climatiseurs. Cela avait provoqué tout l’été des émeutes populaires et des refus de payer les factures. Or déjà durant les trois dernières semaines, il y a eu des coupures d’électricité.

Mais le plus gros des problèmes est celui des boulangers et du pain. En effet les boulangers publics qui font et vendent le pain subventionné, base de l’alimentation des plus pauvres, n’ont pas reçu leur quota de gas-oil subventionné ce qui a déjà provoqué des pénuries. Mais ils craignent surtout ce que le gouvernement a annoncé, des cartes de rationnement du pain subventionné dans deux mois, en commençant à Port-Saïd. Ils n’ont guère envie de servir de boucs émissaires à la colère populaire. Aussi ont-il saccagé la semaine passée, pour la deuxième fois, le ministère de l’alimentation, comme des dizaines de minis émeutes, blocages de routes et voies ferrées, attaques de stations service ont traversé cette même semaine tout le pays, du sud au nord, pour exiger du gas-oil subventionné.

À cela s’ajoutent les hausses de taxe multiples qui ont déjà alimenté la colère populaire en décembre 2012 devant laquelle le gouvernement avait reculé. Mais il revient à la charge sous la presion du FMI. Il a annoncé ce mois-ci une hausse des taxes de 200% sur la bière et de 100 à 150% sur le vin. Et bien sûr, il justifie cela par des raisons religieuses. Lundi dernier le ministre de l’aviation a annoncé qu’il interdisait l’alcool dans les boutiques “duty-free” des aéroports. Le gouvernement pour sa part, a annoncé que les licences pour les débits d’alcool ne seraient pas renouvelées facilement et qu’il bannirait sa consommation dans les banlieues cairotes. Ainsi déjà dans la cité populaire du 6 octobre au Caire, cité de 1 million d’habitants, on ne trouve plus qu’un seul débit autorisé de boissons alcoolisées vendant les bières locales Sakara, Meister, Rex et Stella et les alcools étrangers. Mais l’Égypte est loin d’être fondamentaliste, des dizaines de millions d’Égyptiens boivent, surtout de la bière. Même les intégristes islamistes ou coptes boivent en cachette ou même pas. Ce qui fait que les distilleries et les fabrications diverses d’alcool plus ou moins clandestines, familiales ou plus larges, se multiplient. Ce qui n’est pas pour rien dans le rejet de l’islamisme rigoriste des Frères Musulmans ou des salafistes et dans l’incendie ou le saccage des sièges des Frères Musulmans. Après tout, la révolution française a commencé par des protestations et des émeutes aux barrières de Paris contre les taxes supplémentaires qu’on voulait imposer aux vins. Et Engels a décrit en son temps les émeutes de la bière en Bavière.

Dans tous les cas, les Égyptiens savent que le gouvernement ne pourra pas imposer plus que ça sa police des mœurs et des esprits. L’échec total du couvre feu qu’il a voulu imposer en février dans les villes du canal de Suez montre que sa perte d’autorité ne fait que dresser un peu plus le peuple égyptien contre tous les fondamentalismes et le pousser vers ce que ce dernier a appelé la “désobéissance civile”, qu’on appellerait plutôt ici “grève générale”, puisque le refus de payer les taxes, impôts et factures d’électricité, le refus d’obéir aux autorités d’État se mêlait au refus d’obéir aux patrons par de multiples grèves associant ouvriers, employés, étudiants, journalistes, enseignants, avocats, médecins, boutiquiers et artisans dans la recherche de leur propre administration directe. Le glissement du noyau central de la révolution des questions politiques vers les questions économiques, la prise en main progressive de la révolution par les couches les plus pauvres n’est autre que la transformation progressive de la révolution démocratique en révolution sociale, la recherche non seulement d’une démocratie politique directe mais aussi d’une démocratie économique, la remise en cause de la propriété.

La révolution égyptienne ne fait que commencer.

Jacques Chastaing, le 25 mars 2013

 

Anger rises against the Muslim Brotherhood

On March 22, thousands marched in protest outside the Muslim Brotherhood’s national headquarters. In retaliation, police and Muslim Brotherhood supporters unleashed a torrent on violence on the protesters, injuring nearly 200 people.

But this is only the most recent—and most visibleexpression of growing bitterness at the direction of Egypt under the rule of President Mohamed Morsi and his Freedom and Justice Party, which is the political wing of the Muslim Brotherhood.

Mostafa Ali is a journalist for Ahram Online and member of Egypt’s Revolutionary Socialists. Here, he talks with Eric Ruder about what these clashes represent in Egypt’s ongoing revolutionary process.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/Jonathan4.png

What triggered the recent protests against the Muslim Brotherhood?

The recent protests were triggered by the sheer brutality of the police and the Muslim Brotherhood in dealing with anti-Brotherhood demonstrations over the last few months. There was a demonstration in mid-March outside of the Brotherhood’s headquarters, and Brotherhood supporters organized themselves in militias and beat a few dozen peaceful protesters who were simply drawing anti-Brotherhood graffiti on the asphalt. In fact, they’ve carried out this kind of attack a number of times.

So a number of different currents came together to protest the Muslim Brotherhood’s national headquarters, which is located on top of a hill in Cairo. But this isn’t the first time that the Brotherhood has been the target of protests. For the past two or three months, there have been numerous demonstrations outside of and attacks on Brotherhood offices across the country.

But most of the demonstrations in the last few months have taken place in the industrial Nile Delta region to the north. The locus for the movement and the protests, therefore, has not been Cairo or Alexandria so much as the provinces, especially in the north. There have been attacks on police stations and other symbols of governmental and Brotherhood power, and in response, the violence against the protesters has been extreme.

Then on March 22, thousands marched on the Brotherhood’s headquarters. The demonstration was not called by the National Salvation Front, the coalition of mainstream opposition parties. In fact, most of the demonstrations and protests that have turned violent in recent months were organized locally and in a decentralized way. There have dozens or scores or hundreds or sometimes even thousands of angry people pouring into the streets in cities such as Mansoura and Mahalla.

And in the economically strategic city of Port Said (near the Suez Canal), an even more remarkable campaign of civil disobedience succeeded in kicking the police out of the city for several days. After high-school students and teachers spearheaded the initial protests, the movement spread, and the citizens defeated the police and took over control of everything in the city–from traffic control to the administration and distribution of services and other goods. The rest of the civil servants joined the teachers on strike bringing the city to a halt, and then port workers went on strike in solidarity with the public sector. Eventually, the army arrived and restored control of the city.

The backdrop to this citywide revolt is the massacre of more than 70 soccer fans, known as ultras, last year. Since then, the city has been essentially scapegoated for this crime, even though everyone knows that it was the remnants of the old regime and the police who orchestrated the violence. The city objected to being held responsible and is demanding that the old regime be put on trial instead of the residents of the city.

This seems like a significant shift since the victory of Morsi and the Brotherhood during last year’s elections.

Since taking power last June after Morsi won the presidential elections, the Brotherhood has indeed squandered widespread support as well as the hopes of millions of people. Of course, they inspired support from their hardcore supporters, but many millions more were hopeful that the Brotherhood would continue fighting for the goals of the revolution—bread, justice and freedom. That all evaporated very quickly in the last few months.

The level of anger had been rising since Morsi was forced to back down from grabbing vast new powers for himself last November, but now it’s beginning to boil over.

Two aspects of what the Brotherhood has pursued really stand out. First, Morsi and the Muslim Brotherhood want to preserve the state apparatus as it existed under Hosni Mubarak, who was the U.S.-backed dictator overthrown in Egypt’s 2011 revolution. Sure, they want to change some faces by replacing some of those whose loyalties to the old regime are most obvious, but they wish to keep intact the fundamental state structures, including its repressive powers such as the army and police. In that way, they have betrayed all hopes of reform.

In particular, there has been the return of police brutality on a scale unheard of even during the Mubarak years. Police kidnap, torture and even kill activists and demonstrators with impunity.

Second, Morsi and the Brotherhood have made clear their intention to continue with all of the neoliberal economic policies of the Mubarak regime—and worse, to push these policies even further. So the anger has been building up tremendously.

Morsi’s government has also announced a plan to ration the distribution of bread, limiting each individual to three loaves—but this is a population that relies primarily on bread in place of meat and vegetables, which are now quite expensive. And due to the plummeting of foreign currency reserves and the drying of foreign direct investment, they’ve decided to compensate for this by introducing an “Islamic bond law,” whereby the government will sell off major state assets, including factories and various municipal services, to international investors in the hopes of bringing in billions of dollars to turn the economy around.

These are really symptoms of a serious deterioration in Egypt’s economic situation during the past few months. The country’s foreign reserves are now at $15 billion, down from $25 billion at the time of the outbreak of the revolution. There’s been no new investment coming into the country for two years now. Worse yet, there’s been massive capital flight out of the country. For example, at least 50 percent of the building and construction industry has collapsed, either ceasing operations or moving out of the country altogether. This is a huge section of the economy.

Mubarak also left behind a very fragile infrastructure, and it has continued to crumble—with lethal consequences—in the last two years. For example, safety measures on the nation’s railroads are in a complete shambles. We’ve had a number of train accidents that killed dozens of people in the last few months.

The railway system’s atrocious safety record has led to dozens of strikes by local unions up and down the country. In some cases, workers have cut the tracks, and because most people live along the Nile, this has led to a shutdown of national rail traffic several times in the last few months.

We also have a serious diesel shortage that has caused massive traffic jams in city after city, leading to numerous strikes in recent weeks by microbus drivers—the main form of transportation for tens of thousands of workers. Power outages are now a daily occurrence in Egypt for the first time in decades. You’re lucky if you lose power for one hour. In the poorer parts of the country, it could go out for two or three hours. Not to mention the disastrous state of health care, in a country that has the highest rate of Hepatitis C transmission in the world. The government has refused to increase the investment in education and health care.

The economic situation is so chaotic that international financial ratings agencies, such as Moody’s, have downgraded the rating of Egyptian bonds to very low levels. Now the government wants to line up a loan from the International Monetary Fund (IMF) for $5 billion in order to upgrade its credit and be able to re-invite international investors into the country. But in order to secure this loan, the U.S. and the IMF are insisting that the government carry out a massive neoliberal program that would get rid of fuel and food subsidies.

The government has been putting these measures on hold for as long as possible, because they are afraid of a massive popular reaction against the removal of subsidies for a population that already lives on $2 a day. This will accentuate and deepen the economic crisis and raise the level of political unrest in the country.

In sum, Mubarak and 30 years of neoliberalism have left the country in a shambles, and the Brotherhood has taken over this legacy and this system. Instead of reform, they have decided to continue these policies, but on steroids.

What is the relationship of the National Salvation Front (NSF) to these current mobilizations against the Brotherhood?

The National Salvation Front has not called for any protests since the second anniversary of the revolution on January 25. It’s an ironic situation, really, because most of the parties in the NSF—the liberal parties in the NSF—do not have fundamental disagreements with the Brotherhood when it comes to social and economic priorities.

In fact, the leader of the NSF, Mohamed ElBaradei, has said on more than one occasion that he agrees with the Muslim Brotherhood’s determination to secure an IMF loan and to continue with the program of “economic reform”—in other words, to impose neoliberal measures to privatize the national economy.

While some of the youth in the NSF do participate in the demonstrations, the NSF leadership is hoping to reach some kind of a compromise with the Brotherhood. The problem, from their point of view, is that the Brotherhood is refusing to sit down and talk to the opposition to reach a middle ground.

Many people think that the Brotherhood’s leadership is convinced that this is its chance to not only run the country, but to secure its own unilateral control over the state apparatus. And believing that it has the support of the United States, they figure that this is a golden opportunity that should not be squandered—and thus their lack of interest in sharing power with other political forces.

Indeed, the NSF garners the support of mostly middle-class and upper-middle-class elements, which do not want to see the Brotherhood rule the country because they oppose Islamic rule for political and/or social reasons. But they don’t have a serious problem with the economic priorities of the Brotherhood.

So the NSF is cut off from the masses of people who are suffering the brunt of this deep economic crisis. Neither the Islamists of the Muslim Brotherhood nor the liberal leaders of the NSF are able to address the day-to-day needs of the working class and the poor peasants in terms of bread, in terms of fuel, in terms of education or health care.

The NSF does not have an economic program that it could articulate as an alternative to the Muslim Brotherhood. For this reason, many people think of recent events as nothing more than a power struggle among rival ruling factions, and rightly so.

It seems like whatever popularity Morsi and the Brotherhood once enjoyed was because they were considered to be an “opposition” to the Mubarak regime. But now they’ve become the ruling force in society, and so the Brotherhood itself is now the target of people’s grievances about the economic situation and falling living standards. At various points, there were some cleavages in the Brotherhood that expressed these same dynamics—where the upper leaders of the party were more conservative, big businessmen and committed to the economic program of neoliberalism, versus the poorer, downtrodden elements that are Brotherhood members and supporters. Do you see any of those cleavages today? And if so, what form is that taking?

The failure of the Brotherhood to address popular needs, and the fact that the Brotherhood is using the state apparatus—the hated police force, the remnants, which are still intact, of the old security apparatus—and the fact that this is all causing massive popular anger, has led to serious divisions among the Islamists as a whole.

The Brotherhood, the Salafists and various other Islamic currents are going in very different directions. For example, the main Salafist party, the Al-Nour Party, which is to the right of the Muslim Brotherhood in many ways, has been distancing itself from the Brotherhood. They’ve seen that the Brotherhood is sinking the ship, so the alliance between the two main parties—the Brotherhood and the Salafist Al-Nour—is now on hold. Al-Nour has been critical of the Brotherhood and has been flirting with the liberals.

On the other hand, there are the very right-wing Islamist groups. The main group—the al-Gama’a al-Islamiyya—are the old jihadists from the 1970s. They were responsible for the assassination of President Anwar Sadat, and they carried out many terrorist operations in the ’80s and the ’90s against tourists and the police apparatus. They have decided that the Muslim Brotherhood is unable to use the old police force to maintain security in the country, so it has formed “security militias” in various parts of the country, especially in upper Egypt.

But while there have been divisions between various Islamic currents, there haven’t been any obvious fissures within the Brotherhood itself.

So the Muslim Brotherhood and Morsi are hanging onto power through the use of the repressive apparatus of the state, but enjoying very little popular support. Meanwhile, the political opposition in the form of the NSF is unable to galvanize the broad anti-Brotherhood sentiment into anything approaching an effective force that might be able to fight for real change.

Finally, there’s the left and other such organizations made up of the most steadfast revolutionaries, but at the moment their forces are too small to move things forward. The left has actually tried to build a third alternative to both the Brotherhood and the NSF. At least 10 or 15 different revolutionary groups—youth groups and other radical organizations–have attempted to build a revolutionary front as an alternative to both groups.

Unfortunately, there has been tremendous pressure from the NSF on the younger and more radical elements within the liberal and leftist parties to not break with the NSF, and this has derailed—so far, anyway—the formation of a third force in Egyptian politics.

On the ground, however, the left and the revolutionaries—the youth sections of a number of liberal and radical parties—have coordinated from the bottom up in some places and have built a united front that actually stood up to the old state apparatus and the Brotherhood.

The best example of this was in the universities, where broad coalitions of leftist, liberal and revolutionary students managed to score an unprecedented victory over the Muslim Brotherhood in the elections to the student councils. Of course, with millions of Egyptian students in universities and in local colleges, this is a huge victory—especially given that, during 30 years of the Mubarak regime, the Muslim Brotherhood, despite persecution by the state apparatus, managed to control most of the student councils in the universities around the country.

Now, despite having the Brotherhood in power running the state apparatus and despite a student election carried out under a Brotherhood administration, the revolutionaries still managed to trounce the Brotherhood, which did not win more than 20 percent of the seats in the student councils.

This actually points to a great potential for revolutionaries, radical students and the left in general to build an alternative to both the liberal NSF and the Brotherhood from the bottom up.

Of course, it’s going to be a very difficult and long process in the absence of revolutionary political parties that can continue to generalize the lessons of the struggles in the universities and to connect those struggles on a daily basis with the flood of strikes and popular struggles that take place in poor neighborhoods. That’s a challenge that remains to be met, and it’s of course happening in the context of constant political unrest and threats from far-right Islamist groups.

Even more important is the threat of a coup by the army—in the context of the inability of the Brotherhood to provide any kind of rational management of the state that would meet people’s needs. For the time being, however, the Brotherhood maintains the loyalty of the police and the army in a clear deal with the U.S. The Egyptian military is completely bound to the wishes (and orders) from Washington, and it seems that they have not been given any green light to carry out a military coup against the Brotherhood, at least in the near future.

This gives the far-right Islamists the chance to organize on the ground, but it also creates some space for revolutionaries and the left to try to build organizations and to relate to the struggles that are going on.

In early March, Secretary of State John Kerry travelled to Egypt and announced $250 million in aid. What is the U.S. role in Egypt?

The U.S. government has discovered a hidden treasure in the Muslim Brotherhood’s rule in Egypt. The U.S. was always allies with Mubarak, and Mubarak, for the most part, secured U.S. interests in the area: in particular, use of the Suez Canal as a trade route for the benefit of multinational corporations, and secondly, protection of the state of Israel (for example, through enforcement of the siege of Gaza).

But the United States, to its delight, has found that the Brotherhood is doing what Mubarak used to do, but more effectively. I’ll give you an example. For the very first time in years, the Egyptian military has been demolishing the hundreds of tunnels that have been used to smuggle both food and arms to Gaza. They’re bombing these tunnels with jet fighters.

Even though Hamas—long considered one of the Brotherhood’s closest regional allies—is protesting these actions of the Egyptian military, the Brotherhood has continued with this operation. Israel couldn’t be more pleased that the Brotherhood is demolishing the tunnels; after all, this has been an objective that Israel wanted to accomplish for years.

The Brotherhood has kept up the pressure on Hamas in the last few months in other ways as well, despite Operation Pillar of Cloud, which was the last Israeli assault on Gaza. For example, Hamas has been abiding by a ceasefire with Israel, which was brokered with the help of the Brotherhood.

Secondly, the close relationship between the Brotherhood and Turkey has allowed the Brotherhood to mediate a reconciliation between Turkey and Israel in recent days. The Brotherhood also has a very good relationship with Qatar, which is one of the main and most enthusiastic allies of the United States in the Gulf at the moment.

The United States is really looking at a bigger regional role for an Egypt ruled by the Brotherhood, and the Brotherhood is absolutely enthusiastic about this. They want to prove to the United States that they can do a better job than Mubarak, and so far, they have been performing admirably.

It’s one of the main reasons that they remain in power, and it’s why John Kerry, when he met with the head of the Egyptian army during his recent visit, made it clear that the army must respect the political will of the Brotherhood, despite its failures at imposing domestic order.

Looking forward, Morsi had called for elections that were to run from April to June. Now there seems to be a judicial challenge to that. What is the significance of these elections, and what’s next in terms of the struggle to safeguard the revolution?

The Brotherhood and the army made a deal two years ago at the outbreak of the revolution, whereby the army would facilitate the holding of elections, and these would enable the Brotherhood to come to power.

The Brotherhood now has pushed through a referendum on the constitution, in which they won 63 percent of the vote, and there have been five different elections, which the Brotherhood has won time and again. They now control the upper house, and they control the presidency. They also wanted to force through an election for a lower house in an undemocratic way.

But now situation is changing. The judiciary has challenged the Muslim Brotherhood’s new election law for the lower house, so that’s been put on hold. That would not have been possible without growing popular disillusionment with the idea of holding “democratic elections” as a way of solving the country’s economic and political problems.

I’ve talked to many people who were enthusiastic about going to the polls at the outbreak of the revolution. They went time and time again and stood in line for five and 10 hours to vote. But that excitement—the hope that liberal democratic elections would bring magical solutions—has waned among many people.

So the Muslim Brotherhood figured they would buy some time and postpone the elections for a few months, hoping to stabilize the situation economically and politically. But it’s not clear that they will be able to do so—given that they’ve supported a revamped, rearmed police force that is constantly angering people on the streets through the use of torture while simultaneously backing economic policies and an IMF loan that, if secured, will cause a massive outbreak of tremendous popular anger.

The situation remains in flux. No one side—not the Brotherhood, not the liberal opposition—seems to have a way out or a solution.

As the electoral route now appears hopeless, some people have concluded that direct action—against the state and against the Muslim Brotherhood—is the only way to get rid of the Brotherhood’s resuscitation of the old regime. And the sentiment is that even if we don’t get rid of the Brotherhood, we can at least wreak havoc. Many of these forces have courageously confronted the police in city after city, and in the Delta, they courageously marched on the Brotherhood headquarters and burned it.

But fortunately there’s also a large section of people, and of revolutionaries, who realize the shortcomings of this strategy of direct action and understand that the state apparatus and the Muslim Brotherhood will not be defeated through direct action alone. They will hold onto their power and use a tremendous amount of repression to defend themselves.

So there’s an open debate now about which way to go forward, because direct action and attacks on the Brotherhood headquarters and constant daily confrontations with police and attacks on police stations—justified as they are, of course—are not the way forward. If the old liberal, and current liberal, political parties can’t provide a way forward, there has to be a third way—a revolutionary alternative.

If it’s not direct action on the Muslim Brotherhood’s headquarters, what kind of strategy is needed to move the revolution forward?

A good example is in the democratic struggles that have taken place in a number of institutions. One example of course is what happened in the universities, whereby the students formed a coalition and participated in an undemocratic election and beat the Muslim Brotherhood candidates, but they’ve also have been able to organize to stop physical attacks and defend themselves against Brotherhood supporters who attack leftists and revolutionary students.

You also see it in the elections to the journalists’ syndicate, whereby the left and non-Islamists defeated the Muslim Brotherhood, which didn’t win a single seat on the executive board. This is also happening in the pharmacists’ union, which is a big union, where the Brotherhood couldn’t win more than 20 percent of seats on the executive board for the first time in a long time.

So you have democratic struggles that are happening in a number of different areas, whereby the power of organizing, the power of numbers, shows itself as the key way to defeat the Brotherhood and to expose how rightwing, how pro-business and how anti-worker their agenda is.

So on the one hand, we have examples of what needs to be done, but we also have a very volatile situation. There’s a daily level of class struggle that is quite high—such as strikes or people in poor neighborhoods ripping up rail lines because they’re getting killed and there are no signals to stop the trains. We have a great number of small struggles around the country, especially in the last few months, but they’re not connected in a way that allows them to build on one another. The lessons are not being generalized.

You need revolutionary organizations and political parties that can actually connect these struggles and generalize the lessons that are learned from certain strikes—whether it’s in the universities or the Suez Canal.

That remains the way forward, and it’s not utopian—the struggle does exist and there is a rejection among a lot of workers of both the liberal program and the Islamist program. But the alternative has to be built, and it’s not impossible or too late.

Entretien avec Mostafa Ali, propos recueillis par Eric Ruder, Socialist Worker, 25 mars 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:02

 

MATHIEU LEGLISE: faisceau d'indices sur les motivations idéologiques de "l'éborgneur de Nantes"

 

A gauche, Mathieu Leglise pendant son procès. A droite, Mathieu Leglise avant son procès.

 

 

 

          Depuis plusieurs mois, nous avons pris la décision « d'enquêter » sur un fonctionnaire de police nantais connu sous l'identité de Matthieu LEGLISE. L'individu né le 29 Novembre 1982 à Douai, qualifié « d'éborgneur de Nantes » à cause d'un tir au Lanceur de Balle de Défense sur un lycéen en 2007 a retenu notre attention tant bien par sa personnalité que par son parcours professionnel.

 

            Nous ne sommes, pour le moment, pas parvenu à une conclusion et à un profil méticuleux de l'individu. Des preuves doivent encore s'accumuler. Cependant il est nécessaire d'affirmer que Mathieu LEGLISE possède un gros penchant pour les milieux de tendance droite extrême, ainsi que pour l'ordre, la discipline et la loi.

 

 

Mathieu Leglise lors de la gay Pride 2011 de Nantes protégeant les militants homophobes du renouveau français avec ses collègues de la CDI 44.

 

          Le 6 et 7 mars 2012 avait donc lieu le procès de Mathieu LEGLISE pour les faits de violence avec arme par agent dépositaire de l'autorité publique. Le 3 avril, le tribunal a délibéré et relaxé LEGLISE. Nous avons appris que ce policier s'était porté volontaire dès 2007 pour expérimenter les quelques LBD dotés à Nantes. Il s'agit de flashball nouvelle génération, plus précis et plus puissant, en expérimentation à l'époque, hors de véritable cadre légal. On apprend dans la saisine 2008-1de la CNDS que LEGLISE avait reçu une formation d'une demi journée, soit un total de 8 tirs pour pouvoir devenir titulaire de cette arme. Le président du tribunal évoqua également un premier cas de bavure par le passé.

 

          Nous avons trouvé certaines indices pouvant démontrer que ce policier, tireur récidiviste, est probablement motivé par des raisons idéologiques. Il s'agit de pistes à approfondir.

 

 

1-La marque thor steinar

 

          En 2010, un hack a eu lieu contre les clients de la marque de vêtements néo nazi thor steinar. Près de 900 identités en sortirent. A Nantes, un certain Mathieu LEGLISE est dans la liste. Après vérification, il apparaît bien que l'adresse du Hack correspond à l'adresse de LEGLISE.

 

 

 

Extrait du hack thor steinar. Leglise se situe en page 14 du fichier.

 

 

2- Les soutiens

 

          Vu dans le reportage de BFM TV suite à la relaxe du policier.

http://www.bfmtv.com/societe/jeune-eborgne-par-un-flash-ball-a-nantes-le-policier-relaxe-210395.html

 

          A la 25ème seconde, on voit 2 personnes de dos venues soutenir Mathieu LEGLISE. Elles ont le crâne rasé à blanc. L'une d'elle portait un sweat lonsdale, l'autre une veste harrington. Durant l'audience, les flics et leurs soutiens étaient situés du coté droit de la salle, la partie civile et les soutiens du côté gauche. Les 2 skins (qui ne sont pas flics) étaient bien venus soutenir Mathieu LEGLISE.

 

 

Image extraite de BFM TV. Capture des 2 skins au premier plan.

 

 

3-L'avocat

 

          L'avocat de LEGLISE est lui même un militant. Il se nomme Laurent Franck Liénard.C'est un militant du port d'arme généralisé, de la présomption de légitime défense et globalement de l'impunité totale d'une police militarisée. Il défend les cas de policiers ayant ouvert le feu, il a également défendu les policiers au procès de Villiers le Bel contre les émeutiers.

 

 

Maître Laurent-Franck Liénard

 

          Il a écrit un ouvrage : force à la loi, un véritable petit guide juridico-pratique destiné aux policiers pour se couvrir lorsqu'ils ont tiré sur quelqu'un. Ce livre et le travail de cet avocat militant sont entres autres référencés et conseillés sur le site de la FPIP (syndicat d'extrême droite de la police nationale). Cet opuscule de conseil pour plus d'impunité des policiers semblent être le livre de chevet des plus nuisibles. Tout au long de l'audience, Liénard fut d'une violence extrême. Cet avocat pratique lui-même le tir à balle réelle. Ses compétences sont multiples et excèdent largement l'enceinte des tribunaux. Formateur au GIPN, il est aussi Master instructor taser. Sur le facebook de son livre force à loi, il s'exhibe en train de dédicacer son ouvrage sur le capot d'une voiture de police à l'issue d'une séance de tir.

 

 

Dédicace après une séance de tirs.

 

http://www.facebook.com/pages/Force-%C3%A0-la-Loi/273103636245?ref=ts&fref=ts

 

 

4-Les relations

 

          Malgré des recherches en profondeur et un passage au crible de son compte facebook, nous n'avons pu remonter qu'à des messages d'archives jusqu'à l'année 2010. On y a trouvé une trace d’intérêt pour une boutique de hakken gaber, danse prisée entre autre par les milieux skinheads d'extrême droite.

 

 

 

          En revanche, Mathieu Leglise entretien une franche « kamaraderie » avec son grand ami Nicolas Lemoine, fan de Jean Marie le Pen et des « groupes sociaux » racistes entre autre.

 

 

Extrait du compte facebook de Nicolas Lemoine.

 

 

 

Extrait d'une discussion.

 

 

4-Le vocabulaire

 

          Malgré de grandes difficultés d'élocution, de vocabulaire et une respiration rauque à la moindre question, LEGLISE a utilisé un langage froid et militaire pendant son procès. Des termes du type « j'ai neutralisé la cible », « j'ai obéi », « tout devait rentrer dans l'ordre » démontre parfaitement que l'individu était mentalement dans une situation de guerre.

 

          LEGLISE a arrêté de faire du terrain à sa demande peu avant le procès, il est soi disant parti dans un service administratif. Mais durant les 4 ans d'instruction de 2007 à 2011, il a été aperçu harnaché et armé dans les rues de Nantes (voir page 1).

 

Catégorie:

 

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FLICSPORCSASSASSINS
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 16:28

Besançon : Manifestation contre les agressions racistes et néo-nazies

Ce samedi 23 mars, environ 400 personnes ont manifesté dans les rues de Besançon pour dénoncer les récentes agressions racistes et fascistes commises par des néo-nazis au centre de la ville.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/0812.jpg

Appelée entre autres par le Collectif Antifasciste de Besançon, la CNT, l’AMEB, l’Initiative Communiste-Ouvrière et SOS Racisme ainsi que par de nombreuses personnes non-organisées et révoltées par les agissements de nostalgiques de la terreur fasciste, la manifestation est partie place de la Révolution. Après avoir traversé les rues du centre-ville, la manifestation s’est dirigée vers la Porte Rivotte où des agressions ont récemment eu lieu.

Malgré les provocations de quelques nazillons, très vite protégés par les CRS, la manifestation s’est déroulée normalement sous les slogans antiracistes et antifascistes.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/0911.jpg

En fin de manifestation, un militant du Collectif Antifasciste de Besançon a pris la parole pour rappeler les différentes agressions commises ces derniers mois par des néo-nazis à Besançon. Un militant de l’Initiative Communiste-Ouvrière est intervenu pour dire que dans le contexte de la crise, du chômage et de l’austérité, l’extrême-droite, mais aussi Sarkozy hier ou Valls aujourd’hui tentaient de diviser les travailleurs en stigmatisant les immigrés, les Arabes ou les Rroms, et qu’il était nécessaire de travailler à l’unité dans nos entreprises et nos quartiers face au racisme, aux licenciements et à la misère.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/1012.jpg

Extraits de la presse locale du 23 mars :

Plein Air : « Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos ! », c’est ce qu’on pouvait entendre cet après-midi dans les rues du centre-ville de Besançon. Près de 400 personnes s’y sont rassemblés. Objectif de cette manifestation : lutter contre les discriminations raciales et le fascisme.

Le collectif antifasciste de Besançon, la CNT, un syndicat étudiant, SOS Racisme et l’Initative Communiste Ouvrière ont appelé à manifester en « réaction à une série d’agressions commises par un groupuscule de néo-nazis » ces derniers mois à Besançon selon un militant antifasciste. En effet, parmi ces agressions, celle du du 25 janvier 2013, au « Ze Music All », un bar du quartier Rivotte. Il a été la cible d’une dizaine d’individus aux « crânes rasés et bombers » qui ont débarqué et lancé des bombes lacrymogènes lors d’une soirée concert.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/1111.jpg

« Le racisme est partout. C’est important de montrer que des gens se préoccupent encore de ce fléau. Il ne faut pas que Besançon s’enclave dans un climat de peur. On est prêt à se battre » a affirmé une militante antifasciste.

Une brève altercation entre quelques militants antifascistes et les CRS en dehors du cortège s’est produite. Deux « militants cagoulés » auraient été interpellés [Deux fachos, selon les flics - NdJL].

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/192.jpg

VOIR LE REPORTAGE DE FRANCE 3 FRANCHE-COMTÉ

L’Est Républicain : Organisée par le collectif antifasciste de Besançon, la manifestation de samedi après-midi a connu un moment de tension vers 16h quand une quinzaine d’individus sont venus se livrer à des provocations à hauteur de la rue de la Bibliothèque. Des renforts de police ont été demandés pour assurer la sécurité.

Selon la police, 200 personnes participaient cet après midi à cette manifestation antifasciste. 400 selon le collectif.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/128.jpg

Solidarité ouvrière, 23 mars 2013

 

Besançon : 500 manifestants protestent contre le fascisme

Ils étaient environ 500 manifestants mobilisés dans les rues du centre historique ce samedi à Besançon, au sein de partis, syndicats, associations, ou comme beaucoup en tant que simples citoyens. Une démonstration populaire pour clamer haut et fort que la ville n’appartiendrait jamais à des groupuscules d’extrême-droite, dont la recrudescence des actions violentes ces dernières semaines a choqué une partie de la population qui n’imaginait pas de tels faits dans leur cité pourtant paisible.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/145.jpg

Le cortège rue de la Préfecture.

Un contexte édifiant

400 à 500 participants selon les organisateurs, un chiffre honorable dans une petite ville de Province un jour pluvieux. Une date qui dépasse de loin les rassemblements similaires, une centaine de personnes l’année dernière contre le Bloc identitaire, et les 200 pro-choix de 2010. Mais le contexte local est devenu pour le moins édifiant, de nombreuses agressions sonnant comme une prise de conscience que des individus pourtant marginaux cherchent à tout prix à faire régner leur vision de haine et de violence sur la ville. Bien que les actes de ces mouvances existent depuis déjà quelques années, c’est une escalade sans précédent qui est constatée par les militants antifascistes et les habitants depuis le début de l’année. Tout commence le 25 janvier dernier, où une division paramilitaire armée, entraînée, et motivée, surgit dans le secteur de Rivotte et prend à partie les clients d’un bar sortis à l’extérieur fumer et/ou discuter.

L’établissement accueille alors en concert le chanteur Prince Ringard, avec un public issu du mouvement punk et alternatif. Quelques coups et un gazage général à la bombe lacrymogène, et la bande de loubards disparaît comme elle est venue. Plusieurs victimes reconnaîtront des ultranationalistes locaux, et une action judicaire est engagée. Mais l’enchaînement se poursuit, avec au moins trois nouveaux actes signalés. C’est le cas le 28 janvier où un libertaire qui promenait son chien est agressé à coup de chaîne et triplex, puis le 5 février lorsqu’un étudiant d’ascendance maghrébine est menacé avec un couteau pour ses origines. Entre-temps, un jeune Noir est agressé rue des Granges sous des cris de singe. D’autres agressions présumées sont également à déplorer, mais malheureusement invérifiables faute de témoins déclarés.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/183.jpg

Exemple d’ultranationalistes, à Besançon en 2010

Une mobilisation nécessaire

C’est en réponse à ces actes inadmissibles que la justice ne semble pas prendre au sérieux, mais aussi parce que les discours xénophobes se banalisent de plus en plus dans notre société, que des militants libertaires et de gauche ont décidé de réagir en organisant cette manifestation populaire. Un coup de poing sur la table pour réveiller les acteurs politico-médiatiques, mais aussi prouver le rejet d’une frange large de la population locale envers ces idées et ces comportements. D’ailleurs la foule était bien à cette image, les structures locales présentes étant nombreuses, avec des membres du collectif antifasciste de Besançon, de la CNT, du Front de Gauche, du NPA, du Parti socialiste, de l’AMEB, d’ATTAC, du MoDem, de Communisme-ouvrier, ou encore d’SOS Racisme, aidées de camarades venus de Montbéliard, du Jura, de Dijon, et de Lyon. Mais la majorité des participants était bien sans appartenance particulière, principalement des habitants touchés par un sujet qui ne peut que bouleverser. Le cortège s’est réuni place de la Révolution à 15h, et a entamé une parade dans les voies du centre historique.

Rue des Granges, place Pasteur, Mairie, rue Megevand, rue de la Préfecture, Grande rue, rue Rivotte, pour atteindre symboliquement la Porte Rivotte, zone dans laquelle les attaques ont commencées. Avec plusieurs banderoles, la première affichant « stop aux agressions racistes et fascistes » et incorporant une croix gammée barrée, alors que la seconde reprenait le classique « le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève ! », quelques pancartes, et plusieurs slogans tels que « pas d’fachos, dans nos quartiers, pas d’quartier pour les fachos ! » et « racistes, fascistes, assassins ! » Un accrochage a apparemment eu lieu au niveau de l’église Saint-Maurice, une dizaine d’individus se réclamant de l’extrême-droite radicale ayant tenté de provoquer des troubles, avant de se réfugier derrière un cortège de policiers solide devant le nombre de manifestants. Plusieurs d’entre eux ont été fouillés et écartés du cortège, de même que des antifascistes. Mais aucun problème majeur n’est à déplorer.

Pour les participants et le milieu antifasciste, c’est une réussite tant pour le nombre de personnes atteintes, que par le message envoyé. Car pour chacun, pouvoir vivre paisiblement sans devoir être inquiété pour des raisons ethniques, confessionnelles, ou politiques, est un droit imprescriptible. Mais devant la poignée d’énergumènes qui tentent d’exister par ces travers, il est toujours consternant de constater qu’il faille encore aujourd’hui se battre pour obtenir cette garantie.

Toufik de Planoise, 23 mars 2013

 

Appel à mobilisation pour les droits des familles en situation irrégulière

De plus en plus d’enfants scolarisés dans les établissements de votre ville sont sous le joug d’ordres de quitter le territoire français et/ou dorment dehors depuis des mois, parfois même depuis des années.

Nous sommes quotidiennement les témoins directs de ces situations familiales dramatiques pour lesquelles nous ne cessons de chercher des solutions. Malheureusement les efforts engagés n’aboutissent qu’à des résultats éphémères et partiels.

Il est urgent et nécessaire de réunir l’ensemble des forces vives susceptibles d’amener des réponses positives, définitives et globales que nous ne pouvons obtenir seuls.

Merci de nous contacter

Flyer distribué lors de la manif

 

Manifestation sous tension

Une quinzaine d’individus sont venus faire de la provocation, hier, face au cortège antifasciste.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/155.jpg

Deux cents personnes selon la police. Plus de quatre cents selon les organisateurs ont participé à la manifestation.

Sans tomber dans la dramatisation, beaucoup craignaient le terme de la manifestation antifasciste, hier rue Rivotte ; là où a eu lieu le gazage d’une dizaine de clients d’un bar en février dernier.

Finalement hier, c’est à hauteur de la rue de la Bibliothèque le cortège est monté en pression lorsqu’une dizaine d’individus, encagoulés pour certains, sont venus se livrer à des actes de provocation qui auraient pu vite dégénérer si la police n’était intervenue très rapidement pour cloisonner les deux camps et disperser les éléments perturbateurs. Par sécurité, des renforts ont d’ailleurs aussitôt été demandés. Et c’est accompagnés de policiers solidement casqués et harnachés que les manifestants partis de la place de la Révolution ont pu terminer leur parcours porte Rivotte après être passés par la place Saint-Pierre, la place des Droits de l’homme et la place Grandvelle.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/174.jpg

Une montée en puissance inquiétante

Pour le coup, les organisateurs du collectif antifasciste bisontin (CAB) ne pouvaient trouver meilleure démonstration des dangers qu’ils entendent aujourd’hui dénoncer en décidant de poser le problème ouvertement sur la place publique afin de faire réagir l’opinion et les autorités.

Ce qui les inquiète, c’est la montée en puissance des actes de violence de groupuscules se revendiquant ouvertement de l’idéologie d’extrême-droite. Quand il ne s’agit pas de théories nazies ou négationnistes avec vente de matériel sur le web.

Jeunesses nationalistes révolutionnaires. Werwolf Sequania. Leur nom est connu. Leurs agressions aussi. Depuis début janvier, on en dénombre au moins six. Et certaines sont même filmées et diffusées sur internet. Hier, ils étaient deux cents selon la police, plus de quatre cents selon les organisateurs à être descendus dans la rue pour dire « non ».

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/136.jpg

Si les heurts ont pu être évités, deux individus ont en revanche été interpellés munis de matraques télescopiques et de bombes lacrymogènes. Ils devront répondre prochainement de leurs actes devant le parquet.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (EstRepublicain.fr, 24 mars 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.