Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 11:12

Le 22 octobre 2012, les flics ont une fois de plus viré un squat à peine ouvert [Même s’ils ont un peu galéré : le maniement de la pince monseigneur n’est pas enseigné à l’école de police].

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/029.jpg

Profitant de l’inexpérience du collectif d’habitant-e-s, les keufs ont utilisé leurs sales méthodes d’intimidations et ont réussi à diviser en faisant peur à celles et ceux qui prenaient le plus de risques. Les pandores ont fini par interdire l’entrée à la majorité des habitant-e-s sorti-e-s ensembles pour discuter avec la bleusaille. Dans le squat, il ne restait plus que deux personnes : une bloquée dans la cour, l’autre sur le toit.

Ce qui devait être pour les agents sournois de l’État, une simple formalité de défense de la propriété qu’elle soit publique ou privé [Les deux en l’occurrence le propriétaire étant la S.I.E.M.P : Société Immobilière d’Économie mixte de la Ville de Paris] et d’étouffement de tout ce qui s’organise en dehors du Pouvoir, s’est transformé en une conflictualité qui a laissé bouche bée les primo-protagonistes bleutés.

Comme à son habitude quand une mouche l’asticote, le Pouvoir lui envoie une armée. C’est vrai qu’à rue des Bois les habitant-e-s du 19e ont l’habitude d’assaisonner le poulet au pot de pâte à tartiner et à la canette de bière. Cette fête de quartier, rythmée par le bal des pompiers s’est terminée, au bout de 3 heures de danse endiablée, par la mise en cage de l’oiseau qui n’a pas pu s’envoler.

Il passera en procès le 14 mars 2013 à 13h
23e chambre 1 au Tribunal de Grande Instance de Paris
Métro Cité.

Les chefs d’inculpations sont :

- Jet de projectiles
- Outrage
- Dégradation grave d’un bien public
- Refus de la signalisation (empreintes palmaires et photos)
- Refus du prélèvement ADN.

Mais surtout d’avoir refusé la banalité qui consiste à jeter à la rue des femmes, des hommes et des enfants pour ne pas avoir demandé au ministère du logement de leur ouvrir un squat.

La solidarité est la bienvenue en cette période de fin de trêve hivernale [Si elle existe ? Au vu des nombreuses expulsions de squats qui ont eu lieu cette hiver].

Le Cri Du Dodo, 5 mars 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans SQUAT
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 11:00

Procès au tribunal de Pantin

Le greffier a « l’honneur de nous aviser » du « dernier renvoi » de la procédure du 57 avenue de la République.

On ira le 12 Mars 2013 à 9h30 au tribunal d’instance de Pantin pour assister au spectacle (41 rue Delizy, Pantin (93), M° Église de Pantin).

Ceci est donc un appel à venir nombreux en soutien à notre courageux camarade qui prendra la barre. Et puis ça foutra un peu la pression à la juge, qui nous a déjà montré sa haute estime du public qui assiste à ses audiences… (dédicace au grand qui baille !)

Venez nombreux donc,

Transfo – 57, avenue de la République, à Bagnolet, Seine-Saint-Denis style. Ouvert depuis novembre 2012

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans SQUAT
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 10:58

Excédé par les jeux bruyants d’un groupe de jeunes gens âgés de 12 et 13 ans à proximité de son domicile, l’ancien fonctionnaire de police, âgé de soixante-dix ans, se serait saisi d’une arme et aurait fait feu.

Policier à la retraite, l’homme est suspecté d’être l’auteur d’un coup de feu qui a blessé gravement à l’œil un garçon de 12 ans le 27 février dernier à Chasse-sur-Rhône en Isère au sud de Lyon, a-t-on appris auprès du parquet de Vienne, confirmant une information duDauphiné Libéré.

L’ado pourrait rester invalide

Deux adolescents ont été blessés, atteints par des éclats de plomb, dont l’un d’eux plus gravement. Touché à l’œil, il doit être opéré dans les prochains jours et risque de rester invalide. “S’il devait souffrir d’invalidité, les conséquences pourraient être graves . Cette affaire pourrait être qualifiée de crime”, a précisé Matthieu Bourrette, le procureur de la République de Vienne.

Chez le retraité, désigné par l’un des mineurs comme l’auteur du coup de feu, les enquêteurs ont retrouvé plusieurs armes qui sont actuellement en cours d’expertise.

Il affirme “avoir uniquement tiré en l’air”

Placé jeudi en garde à vue, le retraité a reconnu être l’auteur du coup de feu, mais il a affirmé “ne pas avoir pointé son arme vers le groupe et avoir uniquement tiré en l’air”, indique le parquet de Vienne.

Sans antécédents judiciaires, l’homme a été relâché pour permettre à l’enquête de se poursuivre. Il devrait être entendu de nouveau dans les prochains jours, “une fois le résultat de l’opération du jeune homme connu”, a précisé Matthieu Bourrette.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 9 mars 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FLICSPORCSASSASSINS
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 10:57
http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/45.jpg

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE

Ravage Éditions, 1er mars 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans BROCHURES
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 10:55

Les discours et le protocole habituels ont été annulés à la hâte sous la pression de plusieurs dizaines d’habitants.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/019.jpg

Le maire de Montpellier, Hélène Mandroux, a été prise à partie ce matin lors d’une inauguration à la Paillade.

L’inauguration de l’accès entre le Grand-mail de La Paillade et les halles n’a pas eu lieu hier matin. Au moment de son arrivée, le maire Hélène Mandroux a été prise à partie par plusieurs dizaines d’individus. Les manifestants ont également chahuté le préfet, Pierre Bousquet-de-Florian qui devait assister à cette cérémonie. Face à la colère de plusieurs dizaines de personnes mobilisées pour des raisons diverses, l’estrade et les enceintes ont été démontées et les discours ont été annulées.

La foule étaient notamment constituée de résidants des Hauts-de-Massane, inquiets de l’avenir de leur quartier, de commerçants mécontents de la suppression de deux jours de marché ou encore d’artisans du bâtiment qui souhaiteraient bénéficier de davantage de marchés publics passés par les collectivités. Après un tour sur le Grand-Mail, Hélène Mandroux est revenue devant les halles. Elle a indiqué “comprendre” les motifs de la colère qui s’est soudainement exprimée sous ses yeux.

Leur presse (MidiLibre.fr, 9 mars 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans AUTOGESTION
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 10:54

Calm morning follows a tense night of clashes in Egypt’s Mahalla

Police and protesters in the Nile Delta city of Mahalla clash on Saturday leaving dozens injured

Overnight clashes between protesters and police in the industrial city of Mahalla, in the Nile Delta governorate of Gharbiya, subsided by 9:30am Sunday, following a night of scuffles in the center of the city.

Shortly following the Port Said trial verdict was issued in Cairo, fierce clashes broke out in Mahalla’s main square, El-Shoan, after protesters attempted to throw Molotov cocktails at Mahalla’s Second Police station prompting police forces to fire tear gas at in an attempt to disperse them.

The main El-Bahr road in the city was also blocked by protesters who called for the dismissal of the minister of interior Mohamed Ibrahim and the reform of the ministry.

At least 33 people including 10 police officers were reported injured on Saturday.

Saad Mekki, the head of the General Mahalla Hospital, told Al-Ahram Arabic news website that eight had been injured during the night including four officers.

Police and anti-President Morsi protesters have been locked in bloody confrontations for several days in the city.

Activists in the city have been calling for a campaign of civil disobedience since the start of March, similar to calls in the cities of Tanta, Mansoura, Ismailia, and Suez. (…)

Presse contre-révolutionnaire (Ahram Online, 10 mars 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 10:51

CONTRE LA RÉPRESSION – Face à la Justice
Jeudi 21 Mars : Marquons notre solidarité et organisons notre défense

Solidarité :

Trois des « 4 de Tours » poursuivis par le ministre de l’Intérieur pour diffamation ont été condamnés par la Justice à  payer, entre autres, un dédommagement à la ”victime”, le Ministre de l’Intérieur, puisque c’est ainsi qu’il est désigné par les tribunaux. Ces militants avaient voulu alerter, dénoncer la chasse aux sans papiers et le fichier Base Élèves pour ficher les enfants et leurs familles.

La Cour de Cassation est à présent saisie. Grâce à la solidarité, les honoraires d’avocats et d’autres dépenses afférentes aux procès ont pu être payés. Cependant, le montant total des condamnations, « frais de justice » et divers « dommages et intérêts » est de 7260 €.

Jeudi 21 mars 2013 nous remettrons pour 4000 € de chèques venant de toute la France à l’avocat du Ministre de l’Intérieur Hor-Gué-Valls, car la date de validité de ces chèques arrive bientôt à expiration.

Nous souhaitons faire de ce 21 mars une journée de convergence, avec les trop nombreux réprimés à Tours, notamment :

• Une camarade poursuivie pour avoir refusé le fichage ADN suite à des violences policières ;

• Des squatteurs impliqués dans des luttes politiques, expulsés de leur habitation ;

• Un syndicat dont les locaux ont été perquisitionnés, et qui est poursuivi en justice par un « chef » qui ne supporte pas la critique ;

• Une camarade « invitée » par les flics à leur donner des informations sur des militants, odieuse proposition appuyée par un chantage par rapport à la garde de son fils ;

• Des « Faucheurs Volontaires » poursuivis pour avoir dénoncé par leurs actions l’invasion du vivant par les OGM ;

• Des camarades antipub condamnés pour avoir détourné des panneaux publicitaires.

Un moment pour confronter nos expériences :

Il est important de développer la solidarité face à la répression et ses nombreuses facettes qui va en s’aggravant.

Comment faire face à la répression judiciaire ? Quelles stratégies développer tant vis à vis de la police que de la justice ? Comment imposer la dimension politique de nos luttes, quand l’institution judiciaire fait de nous des « délinquants » ? Comment organiser des solidarités concrètes, au-delà des désaccords politiques et de la diversité des pratiques ?

Ces questions seront débattues avec les différents individus, collectifs, organisations, syndicats, etc.

JEUDI 21 MARS :

- 15h RASSEMBLEMENT DEVANT LE PALAIS DE JUSTICE

- 20h DÉBAT À SAMIRA (Centre Social du Sanitas)
2 Avenue du Général de Gaulle, Tours

Signatures : Comité de soutien aux « 4 de Tours », Soif d’Utopies, Thanks For The Future, Collectif pas de bavures, DAL 37, les Déboulonneurs, Comité de soutien 37 contre le fichage Adn, des Individus en lutte. D’autres signatures sont en discussion.

Mailing Résistons Ensemble, 8 mars 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 11:56

Des militantes Femen à Notre-Dame de Paris ( Michel Euler/AP/SIPA)

En cette période d’engouement médiatique mammaire, je ne sais s’il est vraiment de bon ton de jouer les pisse-froid. J’ai regardé le documentaire de Caroline Fourest, Nos seins nos armes, diffusé sur France 2. Outre le fait qu’il soit techniquement plutôt réussi et très bien monté, il m’a surtout permis de comprendre pourquoi, depuis plusieurs mois, les Femen me dérangent sur bien des aspects.

 

« Fuck God »

J’ai été consternée voire terrifiée lorsque, il y a quelques mois, les premières images des Femen frappées par des membres du cortège de Civitas ont commencé à circuler sur la toile. J’ai éprouvé de la sympathie pour elles, je les ai trouvées courageuses. Je me rappelle avoir fait circuler ces images, ce qui m’avait d’ailleurs valu une suspension temporaire de mon compte Facebook.

Mais, j’avoue avoir également ressenti un grand sentiment de malaise en regardant Inna Schevchenko tronçonner la croix de Kiev. Ce qui est curieux lorsque on regarde le documentaire, c’est que ce jour-là, cette jeune femme a déclaré la guerre aux chrétiens, sans même réellement en avoir conscience. Telle une ado qui ne semble pas comprendre ce qu’on lui reproche, elle raconte presque avec surprise et injustice que les autorités ont voulu l’interpeller chez elle.

J’admets avoir été navrée le jour où les Femen ont renouvelé, cette fois en France, leur opération coup de poing, à Notre dame. Elles souhaitaient devenir, à l’instar des Pussy Riot, des héroïnes des temps modernes. Mais ce qu’elles ont oublié, c’est que si les Pussy Riot ont attiré la sympathie des médias internationaux c’est avant tout parce que la peine à laquelle elles ont été condamnées était disproportionnée. Les Femen, en sortant de Notre Dame, ont mollement été interpelées.

« Là où la religion commence, la liberté s’achève » affirment-elles. Une réflexion digne d’une copie de Terminale L, mais pas de leadeuses d’un mouvement politique qui se veut international. Dire que« La religion c’est l’esclavage » relève du niveau zéro de la réflexion philosophique. Ce n’est pas la religion qui est un problème, c’est son détournement à des fins politiques. Critiquer les positions politiques du clergé, ok. Perturber les croyants dans leur prière et les traiter d’esclaves, non.

« Fuck God » se peignent-elles sur le corps : A quatorze ans, ça se comprend. Au-delà, c’est inquiétant.

« Muslim get naked »

Le voile chez les musulmanes est un sujet casse-gueule où il vaut mieux bien maîtriser ses arguments avant de se permettre de l’ouvrir. Personnellement, je ne me suis jamais permis de me lancer dans cette leçon de morale néo-colonialiste vis à vis des femmes voilées. C’est un sujet que je ne maîtrise pas, alors je préfère me la boucler. Soutenir Aliaa Al Mahdy, oui. Faire la leçon, non.

Le féminisme, c’est un combat pour le respect de toutes les femmes, qu’elles choisissent de se dénuder ou qu’elles fassent le choix de se couvrir. J’ai du mal à concevoir que quatre Ukrainiennes aient suffisamment de légitimité pour prétendre vouloir révolutionner la condition des femmes musulmanes. Les féministes égyptiennes en bavent, mais elles n’ont certes pas besoin des Femen pour agir.

« Toutes les femmes du monde ont besoin de nous »

Les chevilles enflées ne font visiblement pas trop souffrir les Femen qui affirment, en toute modestie, qu’elles ont créé LE nouveau féminisme dont les femmes du monde entier avaient besoin. Inna Schevchenko est persuadée que nous l’attendions telle le Messie, et il n’est d’ailleurs pas innocent qu’elle ait posé en posture christique devant la croix de Kiev tronçonnée.

« Toutes les femmes vont nous comprendre ». Toutes ? Même les musulmanes ? Même les prostituées ? Même les femmes mariées avec enfants ? Même les vieilles, les celluliteuses, les vergéturées ? Toutes vraiment ?

Inna Schevchenko l’avoue : « Il y a trois ans, je ne connaissais rien du féminisme ». Et malheureusement cela se ressent. Le discours des Femen est flou, peu argumenté, limité à une accumulation de slogans, et surtout très peu référencé, pour ne pas dire pas du tout. Peut-être qu’en Ukraine le féminisme n’est pas au beau fixe, je veux bien le croire. Mais en France, nous pouvons nous targuer d’avoir un féminisme riche et varié.

Où sont les féministes ? Elles sont au Planning Familial. Elles font passer des lois. Elles révolutionnent la pensée en nous faisant partager leurs écrits. Elles s’interrogent à propos desétudes de Genre. Elles sont dans ce qu’on appellent « les quartiers ». Elles travaillent sur le terrain avec les prostituées, au lieu de les condamner. Elles aident les femmes et les accompagnent dans la grossesse et la maternité. Elles luttent, quotidiennement, de manière pragmatique et efficace.

Alors, si la nouveauté c’est le happening nu, permettez-moi de signaler que cela existe depuis les premiers mouvements de libération sexuelle, et que cela se pratique encore de nos jours lors des« Sluwalks » (Marche des Salopes). Et d’ailleurs, pourquoi les Femen sont-elles nues ou presque ? A part pour attirer les médias, on ne sait pas trop. Les « Salopes » défilent parfois dénudées durant les Slutwalks pour revendiquer le fait que le viol est intolérable pour toutes les victimes, qu’il s’agisse d’une femme habillée sexy ou non. Quid des Femen ? Défendent-elle les « Salopes » ?

La marche des salopes à Londres (Julian Makey / Rex Features )

Les Femen disent que « lorsque elles auront gagné, elles pourront faire une pause ». Mais gagné quoi ? Quel est le modèle politique qu’elles défendent ? Ça, je ne l’ai toujours pas compris.

Nos seins, notre capital

Quel serait l’engouement médiatique autour des Femen si elles avaient les seins en gants de toilette ? Il faut être d’une naïveté affolante pour imaginer que c’est uniquement par le plus grand des hasard que les Femen sont taillées comme des mannequins. Leurs seins ne sont pas leurs armes, mais plutôt leur capital, et je ne leur souhaite pas de vieillir ni de grossir. Elles luttent contre la femme objet, mais ne font que renforcer les complexes en imposant un modèle plastique de féminité.

Un militantisme hystérique

En regardant les archives d’actions revendiquées par les Femen, nous y voyons des jeunes femmes qui perpétuent le cliché de la femme hystérique qui n’est pas maîtresse d’elle-même et qui ne sait que hurler avec sa voix stridente. Demandez à des garçons de vous raconter à quoi ressemble une baston de collégiennes, ils vous décriront quelque chose d’assez proche des actions Femen. Ca braille, ça se débat, ça perd contrôle.

Pardonnez-moi Mesdemoiselles, mais ce n’est pas tout à fait l’image que je me fais des guerrières. Soit on garde son sang froid, on fixe avec son regard glacial, et on débite un discours brillant intellectuellement, comme Elisabeth Badinter, en face de qui on ne moufte pas. Soit on se la joue activistes de terrain, mais dans ce cas, au lieu de chouiner « Bouh les méchants de Civitas ils m’ont tapée », on leur balance un bon coup de pied retourné. Mais ça, ça demande de l’entraînement, ça prend du temps que l’on ne peut pas passer à parader avec les médias.

Et inutile de nous berner, la séance de pompes et de pseudo-entraînement au Lavoir Moderne que l’on peut voir dans le documentaire a été organisée après avoir convoqué la presse. Des radios et télévisions étaient présentes, et je me rappelle très bien que plusieurs reportages ont pullulé dans la foulée. Effectivement, s’il faut convoquer la presse à chaque fois qu’on fait du sport, je comprends que cela soit compliqué de progresser.

« Si je n’étais pas Femen, je serai mariée avec des enfants »

Ah oui, effectivement, c’est trop la honte d’être mariée avec enfants, et c’est la preuve d’une soumission totale au patriarcat. Il faudra alors qu’elles nous expliquent pourquoi elles sont venues se greffer à la lutte en faveur du mariage pour tous et de la PMA.

« Nous ne voulons pas être renvoyées à une image de la femme objet tout juste bonne à se marier ou à se prostituer »

Alors, on l’a compris, se marier ça craint. Mais se prostituer aussi. S’il y a un combat qui est cher aux Femen, c’est bien celui contre ce qu’elles appellent l’industrie du sexe. Dans sa voix off, Caroline Fourest parle de « l’argent facile ». Alors, Caroline, permettez-moi de vous contredire, mais être une travailleuse du sexe ne constitue pas une activité « facile », tant bien du point de vue de la nature de la prestation que du jugement social qui en découle.

La couverture des Inrocks avec les Femen (DR)

il y a tout de même une chose qui me laisse perplexe dans leur lutte acharnée contre l’industrie du sexe. Pourquoi les Femen comptent-elles dans leur équipe Ukrainienne Wiska, une ex-pornostar réputée pour ses performances poussées ? Et pourquoi des rumeurs ne cessent de circuler sur la toile à propos d’une de leur représentante française et d’une activité d’escort girl ? Seraient-elles des Marie-Madeleine repenties, venues trouver refuge auprès de la christique Inna ?

Les Femen se définissent comme des « sextremists ». Outre le fait que le jeu de mots sonne bien, j’aimerais tout de même savoir ce qu’elles entendent par-là. On connaissait déjà le « féminisme pro-sexe » ou encore le « féminisme sexe-positif », pour définir les courants de libération sexuelle féminine. Mais je doute que les Femen s’intéressent à ce type de mouvement. Je ne sais même pas si elles savent qu’il existe une lutte syndicale chez certaines prostitué(e)s.

Le féminisme, c’est revendiquer de pouvoir disposer de son corps comme on l’entend. En France, nous parvenons tant bien que mal à maintenir ce droit, bien que la prostitution demeure légalement un point sensible. Nous et nos aînées avons lutté pour avoir le droit de faire ce que nous voulons de notre sexe. Merci de ne pas nous le retirer.

 

Ovidie

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans GENRE
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 11:37
Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MUSIQUES
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 11:34

Selon vous, combien d’hommes, femmes et enfants sont contraints à travailler pour que vous puissiez vous offrir le jean, le lecteur MP3 ou la jolie bague que vous appréciez tant ?

A votre avis, combien d'esclaves travaillent pour vous ?
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :
Envoyer cet article par e-mail

La question peut paraître abrupte mais est le reflet d’une bien triste réalité. Sans le vouloir bien entendu, nous avons tous une empreinte-esclave. Qu’est-ce que c’est ? Et bien, au même titre que nous pouvons calculer notre impact sur l’environnement avec l’empreinte carbone ou encore notre consommation d’eau avec l’empreinte en eau de Waterfootprint, la « Slavery Footprint » est un indicateur qui d’après notre mode de vie calcule le nombre d’esclaves travaillant potentiellement pour nous.

Slavery Footprint : un site pour prendre conscience de l’esclavage moderne

chainesL’UNODOC, la branche de l’ONU luttant contre la drogue et le crime, estime que dans le monde, ce sont 27 millions de personnes qui travaillent sous la contrainte, sans être rémunérées ou très peu et sous l’autorité d’un « maître ».
Elle estime que l’esclavage est un phénomène sous-estiméparce qu’il est moins visible que d’autres phénomènes tels que l’exploitation sexuelle, mais qui prend de l’ampleur.

Le site américain SlaveryFootprint.org vise à rendre davantage visible cette infamie. L’objectif n’est pas de culpabiliser ou de faire se morfondre les personnes souhaitant s’informer sur le sujet en calculant leur empreinte-esclave. Le but est de faire connaître ce phénomène si bien caché et surtout de réclamer aux marques, à toutes les marques, latransparence nécessaire.

Le site initié par la Fair Trade Fund, une organisation catholique américaine propose deux clés d’entrée.

Premièrement, un état des lieux

« What, slaves work for me? » Comment ça, des esclaves travaillent pour moi ? Il s’agit là en effet de montrer la réalité de ces hommes, ces femmes et ces enfants travaillant sous la contrainte.

Nous ne sommes pas forcément conscients du fait que l’esclavage, bien qu’aboli en France depuis 1848, existe toujours bel et bien. De plus, les marques faisant appel à cette odieuse pratique n’en sont, elles non plus, pas forcément toutes conscientes, les pratiques d’esclavage étant insidieusement cachées quelque part dans la chaîne.

Deuxièmement, le questionnaire

SlaveryFootPRint.org vous soumet une enquête comportant 11 questions sur votre style de vie : après les questions traditionnelles sur l’âge, le sexe, le nombre d’enfants arrivent celles sur la manière dont vous vivez et surtout, sur les biens que vous possédez, vos habitudes alimentaires, l’état de votre armoire à pharmacie ou si votre profil correspond au parfait technophile avec toute la panoplie.

Chaque question est ponctuée d’une information supplémentaire comme le fait que les travailleurs de l’industrie de la crevette en Asie sont à pied d’oeuvre tôt chaque matin et restent à leur poste 20 heures d’affilée, ou encore que des dizaines de milliers d’enfants s’engouffrent dans des mines de mica afin que nous, femmes, puissions trouver de jolies paillettes dans notre fard à paupières…

A la fin du questionnaire, vous obtenez le nombre d’esclaves travaillant pour vous : 10, 30, 50 ?

Calculez votre score pour prendre conscience de ce qui peut se passer à l’autre bout du monde et pouvoir réaliser vos achats en toute connaissance de cause.

Les applications Slaveryfootprint sont disponibles sur Androïd et Iphone.

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans CAPITALISME

A L’assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.