Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 16:51
Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MUSIQUES
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 13:18

Espionnage d’Attac : la justice civile condamne Nestlé et Securitas

Nestlé et Securitas sont coupables d’avoir espionné Attac. Le Tribunal civil de Lausanne juge que l’acquisition d’informations par infiltration dans la sphère privée constitue une atteinte illicite à la personnalité. Les deux sociétés sont condamnées à payer 3000 francs par personne pour réparation morale.

Une année après le procès entre l’organisation altermondialiste Attac, Nestlé et Securitas, la justice a rendu vendredi le seul dispositif du jugement. Outre l’atteinte illicite à la personnalité des auteurs du livre Attac contre l’Empire Nestlé et d’Attac Suisse, le président Jean-Luc Genillard condamne Nestlé et Securitas aux frais de justice (4950 francs) et aux dépens (14’040 francs).

Dans un communiqué, Attac Suisse dit “être très satisfaite de cette condamnation”. “Derrière la multiplication de ces pratiques d’espionnage, ce sont des droits démocratiques essentiels comme la liberté d’expression, de réunion et d’opinion qui sont remis en question”, affirme l’organisation.

Affaire révélée en 2008

Pour mémoire, le procès civil s’est tenu fin janvier 2012 à Lausanne après le non-lieu pénal prononcé en juillet 2009. Attac demandait la reconnaissance de la collecte d’informations confidentielles et l’atteinte illicite à la personnalité, ainsi que la condamnation à 27’000 francs pour tort moral et la publication du verdict.

L’affaire avait été révélée en juin 2008 par la presse. Dans son communiqué, Attac rappelle qu’une espionne avait rejoint le groupe en automne 2003 sous la fausse identité de “Sara Meylan” et avait assisté à des réunions privées des sept auteurs du livre. Elle avait ensuite rédigé des rapports à l’attention de Nestlé. En septembre 2008, Attac avait découvert et dénoncé encore une autre agente de Securitas/Nestlé.

Publié par des espions du grand capital (ats, 25 janvier 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 13:16

Les manifestations, parties de différents quartiers, continuent de déferler sur la place Tahrir au Caire. Les slogans sont les mêmes que pendant la révolution de janvier 2011. Les femmes sont très présentes, elles aussi. Voilées ou non, elles sont descendues dans la rue pour dénoncer la gestion du pays par le président islamiste Mohamed Morsi.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/172.jpg

Dans le groupe de femmes qui arrivent sur la place Tahrir, Iman, la trentaine, hurle les slogans de la révolution. Elle porte le voile intégral. Elle est très remontée contre le gouvernement de Mohamed Morsi.

« Nous sommes dans cette manifestation car aucune demande du peuple n’a été réalisée, dit-elle. On ne vit que dans la peine et la haine, on ne trouve ni pain, ni justice, ni liberté, et la Constitution qu’ils viennent d’adopter ne soutient pas les droits des femmes ni les droits de nos enfants, et on n’a pas encore obtenu justice pour les victimes de la révolution ».

Iman a voté pour le nassériste Hamdeen Sabbahi au premier tour, et n’est pas allée voter au second tour. Elle espère que le gouvernement va réagir à cette large mobilisation. « J’espère que le gouvernement va répondre à nos demandes, confie-t-elle, mais je n’ai pas confiance en lui, ni dans les autres partis politiques. Pour moi, c’est la volonté du peuple qui peut exercer des changements, et c’est le peuple qui a la parole aujourd’hui ».

Iman compte rester sur la place avec le groupe de femmes qu’elle accompagne. Elles y déposeront leurs pancartes où est inscrit : « Nous sommes des pauvres, nous attendons la justice sociale ».

Presse patriarcale (RFI, 25 janvier 2013) via Solidarité ouvrière

 

Sexual assault in Tahrir: What it means, and how to stop it

A woman was sexually assaulted with a bladed weapon on Friday night, leaving cuts on her genitals, in central Cairo, in the midst of what was purportedly a revolutionary demonstration.

Read that line over again a few times, and think on it.

If you have any more room in your mind for horror after the past 24 hours: After the deliverance of death sentences to 21 civilian fans of the Port Said football club (themselves accused of brutal crimes), after stadiums full of other fans cheered those same death sentences in Cairo, after the death toll in the resultant clashes surpassed 30, then keep thinking on it.

She was one among at least 19 women sexually assaulted in and around Tahrir Square on Friday night, according to accounts collated by Operation Anti-Sexual Harassment, an activist group. Several women were stripped, and raped, publicly, as men pushed their fingers inside them. There were other attacks involving bladed weapons. Six women required medical attention. No doubt there were more assaults, uncounted.

One brave survivor of such an attack last November published her story on the website of the Nazra feminist group.

“All that I knew was that there were hundreds of hands stripping me of my clothes and brutally violating my body. There is no way out, for everyone is saying that they are protecting and saving me, but all I felt from the circles close to me, sticking to my body, was the finger-rape of my body, from the front and back; someone was even trying to kiss me… I was completely naked, pushed by the mass surrounding me to an alley close to Hardee’s restaurant … I am in the middle of this tightly knit circle. Every time I tried to scream, to defend myself, to call on a savior, they increased their violence,” she wrote.

At 6 pm last Friday (25 January) I was walking in the square, in the area where the large stage normally is, just as dark was falling, when I saw another such incident.

Perhaps 30 meters away, an eddy in the crowd had formed, with a woman of perhaps 40, apparently Egyptian, at its center. Concentric rings of men swirled around her as she screamed. I tried to get close to her, pushing my way through.

The crowd around her eventually moved her to the green railings, as she continued to scream. I was just a few meters away when she disappeared from view, pushed to the floor. When I regained sight of her, she had been stripped naked, and the terror was visible on her face.

As I pushed forward it was all but impossible to work out who was part of the assault, and who was trying to help. Many claimed to be trying to help, only to become part of the attack.

I identified one young man who was certainly an attacker, grabbed him, and pulled him back. He turned to me; I expected a punch, or at least a snarl. Instead he just grinned.

At one point, her naked body was folded face forward over the green railings which divide the pavements of the square from the road.

I lost sight of her again, believed she had been pulled over the railings, and went to make my way round to the other side. I don’t know if I was mistaken, or how or why she ended up going back, but when I saw her again she was on the tarmac, finally being defended by two or three large guys using belts as whips. An ambulance eventually made its way to her, through the crowd, and she was bundled in.

As I walked away, a few people asked me what had happened: I told them, “sexual assault, very ugly, very serious.” Each time, someone chipped in to deny what had happened just a few meters away.

If evidence were needed, five minutes later it began again a few dozen meters away, the whorl, the scream, the fingers pushing. This time, a few of us managed to get one woman away, a girl in her teens, but she had been separated from her mum, and was sobbing uncontrollably.

We hid by a kiosk to try and calm her but the kiosk owners asked us to leave because we were blocking the refrigerator. Eventually, she ended up hidden behind the metal shutter of a restaurant, still without her mum.

It is neither my place nor my wish to draw conclusions about “the revolution” from all this: I do not believe that is possible or wise. But I can say that as the familiar chants resonated in the square, the demands for justice, a new government and new constitution, I felt a little sick. Tahrir Square and its environs are not just a revolutionary space, they are also the terrain of brutal sexual assault.

It is both a place in which people both demand dignity for themselves and, in some cases, violently strip it from others.

This fact, made more plain last night than it has ever been before, must be confronted head on. As I discovered, it is not possible to do that alone, and the image of the woman I could not reach sits uneasily on my conscience.

It is not possible to do much alone but it is possible to do something collectively.

Operation Anti-Sexual Harassment is one of several initiatives which have formed on that basis, and is supported by several established organizations, including the Egyptian Initiative for Personal Rights. On Friday night around 100 activists were involved in a variety of roles including medical, legal and emotional support, as well as publicity.

Thirty of them, men and women, gathered themselves into groups, and set out into the square to physically rescue those who were being assaulted. They assisted fifteen, around eight of whom were eventually brought to safety in one of the group’s safe houses.

Several of them, men and women, were sexually assaulted themselves. They knew this could happen, and they understood what it meant. They did it anyway.

Two of the women who the group helped have asked to join, one of whom who did so while yet to reach a safe location.

The group believes that it needs to have six to eight groups of 15 people to cover the square effectively, and prevent individual activists being picked off and assaulted. There are places for people in roles which do not run the risk of violence.

The group neither seeks to dissuade anyone, male or female, who takes an informed choice to fight physically from doing so, nor does it value less those who choose to contribute in other ways.

At times, the cat and mouse clashes between masked groups of young men and the police can feel somewhat staged, directionless and formulaic. As much as they are an expression of real and legitimate anger, they are often also expressions of teenage machismo, even silliness.

The interventions of Operation Anti-Sexual Harassment have none of these qualities. They are visceral, principled, and uncompromised. They require real bravery. They stand in sharp contrast to the practical acquiescence of the major political forces, who like to claim credit for Tahrir’s energy, celebrate its martyrs, and ignore its dark side.

Tahrir needs to be a space worth defending. It is not revolutionary by any right, but only insofar as as those who use it make it so. It is not inevitable that Egypt’s revolutionary street politics be undercut by a current of rape. But that is what is happening now. It can, however, be changed. Perhaps next year the story will be different.

Operation Anti-Sexual Harassment is collecting testimonies of those who have survived or witnessed sexual assault, and welcomes volunteers. Email them.

Presse patriarcale (Tom Dale, Egypt Independent, 27 janvier 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 13:15

Clashes around downtown Cairo spill into early hours of Sunday

Clashes were ongoing on Youssef al-Guindy and Mohamed Mahmoud streets well into the early hours of Sunday, where protesters and security forces faced off near the Interior Ministry in downtown Cairo.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/116.jpg

Clashes have erupted between protesters and security forces near the Interior Ministry in downtown Cairo

Security forces used intense amounts of tear gas in an attempt to disperse protesters, who responded by hurling rocks and Molotov cocktails.

Earlier on Saturday, clashes took place on Qasr al-Aini Street between security forces and protesters in front of the Shura Council, and raged for hours as they spread to other streets surrounding Tahrir.

Violence has been ongoing in cities across Egypt since Friday, starting with clashes that broke out on the 25 January anniversary, when mass protests took place denouncing the Muslim Brotherhood’s monopolization of power. Nine people were killed, mainly in Suez, where the army has been deployed.

The 6 October Bridge was blocked off intermittently Saturday evening and the fighting also reached the Garden City Corniche near the Qasr al-Nil entrance and the Semiramis Hotel, all the way down to Simon Bolivar Square. Tear gas was heavy in the whole area.

A security source said that the management of the three nearby hotels — the Semiramis and Shepherd hotels on one side, as well as the Hilton Ramsis overlooking Abdel Moneim Riad Square — were asked to close the gates and not allow anyone to enter or exit.

A fire that broke out late Saturday at the Lycee School on Sheikh Rihan Street had been contained, the same street where clashes had been taking place throughout the day. A security source told Al-Masry Al-Youm that the fire ravaged three classrooms and the school’s basement. There were also reports of a fire at the Misr Insurance office in Talaat Harb Square.

Late into the night, Tahrir was relatively and cautiously calm as fighting continued in surrounding streets, and the number of protesters there decreasing significantly.

There were also several reports of random arrests made during the day’s clashes.

Mohamed el-Beltagi, a leading member of the Muslim Brotherhood, called on President Mohamed Morsy to announce a state of emergency if necessary to contain the violence and “thuggery” that has engulfed several cities in Egypt.

He also called on Morsy and the prime minister as well as the ministers of defense and interior, to intervene immediately with “strenght and determination” to stop the death of citizens, and to prevent the burning of institutions as well as the blocking of roads, using all legitimate means.

The National Salvation Front, meanwhile, has said they will boycott the upcoming elections for the House of Representatives if Morsy does not meet their demands to form a “national salvation” government.

In a statement, the NSF said Egyptians should rally against the new Constitution and is calling for an unbiased committee to amend disputed articles in it.

The Front held Morsy responsible for deaths during the violence that has taken place in Ismailia, Port Said and Suez, as a result of protests commemorating the 25 January revolution and protests against the death sentence for 21 defendants in the Port Said trial.

The Port Said clashes death toll reached at least 31, according to the Ministry of Health, with more than 300 injured.

The National Defense Council, which is led by Mursi and includes the defense minister who commands the army, called for “a broad national dialogue that would be attended by independent national characters” to discuss political differences and ensure a “fair and transparent” parliamentary poll.

Leur presse (Virginie Nguyen – Al-Masry Al-Youm, 27 janvier 2013)

 

Back to the squares, without the Brothers!

Commenting on a Brotherhood statement saying “We will not be in Tahrir on the revolution anniversary,” a friend wrote on Facebook, “You weren’t in Tahrir on the original 25 January either.”

The Muslim Brotherhood’s absence from the party is one of the few similarities between proceedings on 25 January 2011 and during the 2013 redux. In 2011, during its awkward tango with the National Democratic Party, it announced that it would not be taking part in the demonstrations as an organisation, but that individual members were free to do so.

In 2013 it announced that it would not be taking part because it would be busy commemorating the revolution by planting trees and offering the Egyptian people vegetables at a discount price, which is apt, because it brings to mind a vulgar variation on the popular saying, “The world is like a cucumber: one day it’s in your hand, the other it’s in salad”, where salad is replaced with something anatomical. The MB have been thrusting cucumbers on us for six months now and very few have been anywhere near hands.

And so it was once more back to the squares and the streets, without the MB’s neatly bearded rank and file. The march routes and congregation points have remained the same, but the chants and placards have nearly all changed, as has the mood, and the march to Tahrir from Shubra felt like being reunited with a cantankerous pubescent teenager who you last saw as a mild infant.

The invective was all, inevitably, directed against the MB and its avuncular leader. There were very few articulated demands amidst this diffuse anger, perhaps because the situation has become so messy that neither the elegant simplicity of 2011’s unambiguous demand that the regime be brought down, nor 2012’s more complex attempts to fix a revolution that was already showing the first signs of going badly off course, will do.

The ambiguity was lent a surrealism by the presence of the Black Bloc, who made their grand debut in Egypt a few days ago.

Wrestling masks are always a strange sight, but particularly on a sunny Friday afternoon. Around 20 young men and a couple of women stood at the head of the march, arms linked, as in front of them what appeared to be their leaders, also in wrestling masks, flitted about nervously barking orders.

At one point they did some rhythmic clapping, but mostly spent their time attempting to tell bored photographers not to photograph them while standing in formation in matching wrestling masks. I attempted to have a chat with one of the leaders – a nice young man who was wearing spectacles over his wrestling mask – but he politely declined, saying that the group is “anti-media.”

I saw some of them later in the environs of Tahrir Square strolling about, still in their wrestling masks, like murderous flaneurs. One of their members was a paunchy middle-aged man in a shiny grey suit, another was a 10-year-old, indicating that this is not perhaps the spread of radical anarchism amongst Cairo’s restive masses but rather a penchant for wrestling masks, much as hard helmets were the big hit of 2011.

The Black Bloc were not much in evidence when the march was ambushed (according to an eyewitness) by denizens of the Souq al-Tawfiqeyya vegetable market, who availed themselves of building rooftops to welcome protesters with projected missiles.

This prompted a scene that was at once bizarre and indicative of just how confused everything is at the moment. Protesters began chanting “The people want the downfall of the regime” at their assailants. There was decidedly no regime involvement in the proceedings, so this was one group of civilians calling for the downfall of a regime at civilians above their heads. Maybe the chant was just a battle cry, but the polarization in Egyptian society that emerged after the revolution is more acute now than it has ever been in the past two years, thanks in large part to the crude “us versus them” rhetoric that currently passes as politicking.

The violence of yesterday’s protests, especially in Suez, is an articulation of a genuine seething, anger at this incompetent regime whose leader sees fit to address a nation in flux on Twitter at 2 am. But acts of civil disobedience – traffic blocking and Metro stoppages – are unlikely to go down well with the majority of Cairenes, who like general publics everywhere, only want a quiet life. This is particularly true given that there has been an aimlessness about some protests such as the largely ignored sit-in in Tahrir Square, a lack of vision, which if it hasn’t lost protesters support certainly hasn’t gained them new followers.

Reactionary or apathetic general publics aren’t essential in the great scheme of things, since it is always a minority that initiates change, but questions have to be asked about the effectiveness of these unchanging tactics, which are beautiful when they work but risk becoming staid, like coursing water that manages to wear an indent in a rock but then becomes trapped in a path of its own creation.

Leur presse (Sarah Carr, Egypt Independant, 26 janvier 2013)

 

Égypte : 30 morts et 300 blessés à Port-Saïd après des condamnations à mort

PORT-SAÏD (Égypte) – Au moins 30 personnes ont été tuées et plus de 300 blessées samedi lors de violents heurts dans la ville égyptienne de Port-Saïd, après la condamnation à mort de 21 personnes pour leur implication dans des violences ayant suivi un match de football l’an dernier.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/122.jpg

Ces affrontements interviennent au lendemain du deuxième anniversaire du début du soulèvement ayant conduit au départ de Hosni Moubarak, lui-même marqué par des violences entre manifestants et policiers qui ont fait neuf morts et plus de 530 blessés à travers le pays, selon des sources médicales.

À Port-Saïd (nord-est), les violences ont débuté quelques minutes après la condamnation à la peine capitale de 21 supporteurs du club local d’Al-Masry pour leur implication dans la mort de 74 personnes après un match en février 2012.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/141.jpg

Des proches des personnes condamnées ont tenté d’envahir la prison dans laquelle se trouvaient ces dernières, tandis que des assaillants inconnus ont fait usage d’armes automatiques en direction de la police qui a riposté avec du gaz lacrymogène, d’après des témoins.

Deux postes de police ont été pris d’assaut et des tirs nourris se faisaient entendre à travers la ville, où les magasins avaient baissé leurs rideaux, selon un correspondant de l’AFP.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/152.jpg

Au moins 30 personnes ont été tuées et 312 blessées, selon des sources médicales, qui ont précisé que les décès avaient été provoqués par des balles réelles. Deux policiers figurent parmi les tués, d’après le ministère de l’Intérieur.

Un général de l’armée a annoncé le déploiement des militaires pour “rétablir le calme” et protéger les installations publiques.

Port-Saïd est située à l’entrée nord du canal de Suez, mais l’organisme de gestion de cette voie stratégique pour le commerce mondial a indiqué que le trafic n’était “pas affecté”.

L’armée a toutefois annoncé le renforcement de la sécurité du canal pour “faire face à tout acte qui pourrait menacer la navigation”, a rapporté l’agence officielle Mena.

Selon le ministère grec des Affaires étrangères, un ferry grec, ancré à Port-Saïd, a essuyé des tirs qui n’ont pas fait de blessé. Il a depuis repris la mer.

À Suez, où huit personnes sont mortes vendredi lors de manifestations hostiles au président islamiste Mohamed Morsi, de nouveaux heurts se sont produits samedi. Un poste de police a été attaqué, ont indiqué les services de sécurité. Des armes ont été dérobées et 25 prisonniers libérés par les assaillants.

Parallèlement, au Caire, des accrochages qui avaient débuté jeudi entre manifestants hostiles au président et policiers, près de la place Tahrir, ont repris de manière sporadique. (…)

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/132.jpg

Leur presse (Agence Faut Payer, 26 janvier 2013)

 

Port-Saïd, capitale égyptienne de l’ultraviolence

Les obsèques des personnes tuées lors des émeutes de samedi ont fait de nouvelles victimes.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/162.jpg

De la fumée s’est élevée après une rafale de coups de feu alors qu’une foule de plusieurs milliers de personnes était rassemblée à Port-Saïd, dimanche

Quand Port-Saïd n’est pas une ville fantôme, elle est en deuil. Des milliers de personnes sont rassemblées devant la mosquée Maryam. Silence et prière. Puis, une grande clameur, et le cortège part enterrer ses morts au cimetière. Tareq Helbishy, rencontré sur le chemin, est calme, très calme : « On fait payer Port-Saïd pour acheter la paix ailleurs. Nous avons beaucoup de richesses, ici, avec la mer, le pétrole et le canal de Suez. On préfère être indépendants plutôt qu’obéir à ce gouvernement. Après les funérailles, on va brûler les commissariats et les sièges des Frères musulmans. Ils comprendront notre colère. »

Tareq Helbishy n’aura même pas à attendre la fin de la cérémonie. Le cortège s’approche du Club des forces armées, une résidence luxueuse réservée aux officiers, à proximité du Club de la police. Qui a tiré en premier ? Qui a provoqué ? Selon la plupart des témoins, des tireurs postés sur les toits alentour font feu en l’air. Le cortège panique, des cercueils se renversent. Dans la foule, certains répliquent. En réponse, des gaz lacrymogène sont lancés. Le cortège endeuillé se transforme en foule furieuse. Ils ont attaqué des funérailles : une véritable trahison. Les hélicoptères bourdonnent au-dessus du rassemblement. Échanges de coups de feu. Une fumée s’élève dans le ciel. Des émeutiers tentent de brûler le Club de la police. Port-Saïd vient de commencer sa deuxième journée de violence.

La veille, samedi, l’annonce du verdict dans le procès du drame de Port-Saïd a réjoui les Ultras Ahlawy, ces supporteurs radicaux de al-Ahly, la première équipe d’Égypte. Il y a un an, les Ultras ont été les principales victimes de cette tragédie, quand des affrontements après un match de football ont provoqué la mort de 74 personnes. Les supporteurs de Port-Saïd se sont jetés sur les spectateurs de l’équipe adverse. Pour la plupart des Égyptiens, il s’agissait de punir les Ultras Ahlawy, fer de lance des combats contre les forces de l’ordre pendant la révolution.

La prison prise d’assaut

Une partie des accusés a été jugée. Résultat : 21 condamnations à la peine capitale. La plupart, des jeunes de Port-Saïd. Les 54 autres ont vu leur procès reporté. Notamment les officiels et les policiers à qui les Égyptiens reprochent d’avoir laissé faire le massacre — voire, de l’avoir encouragé : les portes du stade ont été fermées, les lumières éteintes.

Les Port-Saïdis, quand ils entendent le verdict, laissent éclater une colère longtemps retenue. De nombreuses personnes s’étaient rassemblées près de la prison de la ville. Les affrontements commencent dès l’annonce du jugement. Là encore, difficile de savoir qui a tiré le premier. Pour Karim Hamed, un supporteur de l’équipe locale, c’est non seulement la police, mais aussi des tireurs non identifiés postés sur les toits aux alentours de la prison. « Puis, ils ont lancé des gaz lacrymogènes. On ne pouvait pas laisser faire. On a essayé de se battre. Très vite, des gens de notre côté sont venus avec des armes. Je n’approuve pas, on s’est fait dépasser, mais depuis un an, personne ne nous écoute. L’Égypte fait de Port-Saïd un bouc émissaire», continue Karim, fier de porter le maillot des supporteurs locaux. Durant une longue journée, quand Port-Saïd n’est pas une ville fantôme, elle est en guerre urbaine. « Ce n’est pas étonnant. Des émeutiers ont essayé de s’emparer de la prison pour libérer les prisonniers », dit le directeur de l’hôpital général de la ville, Mohsen Mahfouz. Il hausse les épaules.

Le bilan de la journée de samedi est l’un des pires depuis la chute de Hosni Moubarak : 33 personnes ont perdu la vie à Port-Saïd — dont deux policiers. Dimanche, des sources médicales évoquent sept morts. Le drame de Port-Saïd continue de faire des victimes. Dans la soirée, le président égyptien, Mohammed Morsi, a décrété l’état d’urgence pour trente jours dans cette province, ainsi que dans deux autres, Suez et Ismaïlia. Cette mesure sera accompagnée d’un couvre-feu nocturne de 21 heures à 6 heures locales (20 heures à cinq heures en France). Mohammed Morsi a aussi menacé de prendre « d’autres mesures exceptionnelles » si les émeutes reprennent et a appelé les dirigeants de l’opposition à un dialogue national lundi.

Leur presse (Samuel Forey à Port-Saïd, LeFigaro.fr, 27 janvier 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:35
Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans MUSIQUES
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 11:16

Alerte sur le marché européen du CO², outil de la politique climat de l’UE

PARIS – Le marché du carbone est entré dans une crise sans précédent cette semaine avec un cours du CO² passé sous la barre des 3 euros la tonne, poussant la Commission à chercher en urgence à relancer l’outil central de la politique climatique de l’Union européenne.

Après une dégringolade observée depuis des mois, le cours du carbone a descendu une marche supplémentaire lundi en tombant sous les 5 euros. Quelques jours plus tard, c’était sous la barre symbolique des 3 euros, avant de remonter à 4,44 euros en fin de semaine.

Le prix du carbone est désormais sept fois plus bas qu’il ne  l’était début 2008, et la performance est pour le moins problématique pour un marché créé en 2003 — et effectif depuis 2005 — afin de rendre attractifs les investissements vers des énergies moins émettrice de CO², principal gaz à effet de serre (GES).

Le marché européen du carbone — le premier de ce type et le seul de grande envergure dans le monde — est l’outil le plus efficace au moindre coût de la politique climatique de l’Union européenne, a réaffirmé jeudi la commissaire européenne chargée du Climat, Connie Hedegaard. Et les évènements montrent qu’il faut faire quelque chose de toute urgence, a-t-elle ajouté.

La Commission a donc relancé sa proposition de geler la mise en enchères de 900 millions de tonnes de quotas de CO² sur la période 2013-2015, afin de faire remonter un cours du carbone qui s’est effondré sous le coup de la crise et de permis de polluer alloués trop généreusement.

On est dans une situation de crise, constate Fabien Roques, directeur du cabinet de conseil IHS CERA. On n’avait pas prévu la crise économique. On émet moins de CO², dit-il, précisant que le surplus de quotas est énorme, de près de 1,7 gigatonnes sur la période 2008-2020.

L’Union européenne est très divisée sur la proposition de la Commission que la France, elle, soutient. Il faut d’une façon ou d’une autre intervenir pour soutenir le prix du carbone, a déclaré vendredi à l’AFP la ministre de l’Écologie, Delphine Batho, soulignant que le marché du carbone n’a pas produit les résultats attendus jusqu’à présent.

Les analystes estiment en moyenne entre 20 et 30 euros le prix plancher du carbone nécessaire pour financer les investissements dans les énergies renouvelables et le stockage de CO².

Pour la ministre, il faut donner un signal de long terme qui contribuerait à la lisibilité dont on a besoin, en posant de nouveaux objectifs de réduction de GES à l’horizon 2030 et 2040 : -40% et -60% par rapport à 1990.

Pour l’heure, l’UE ne s’est engagée que sur une réduction des GES de 20% d’ici 2020, un chiffre jugé insuffisant par de nombreuses ONG, partis écologistes et pays du Sud.

Pour l’eurodéputé vert français Yannick Jadot, l’état du marché du carbone ne fait que refléter un manque d’ambition de l’UE. L’ambition s’est totalement diluée. On ne crée pas d’indication pour que notre industrie se dirige vers plus de sobriété, déclare-t-il à l’AFP, soulignant que l’objectif de 2020 serait atteint sans effort : avec la récession, c’est la trajectoire.

Le président du comité pour la fiscalité écologique, Christian de Perthuis, a également estimé qu’il y avait avant tout un problème de portage politique derrière la situation extrêmement grave du marché du carbone.

Yannick Jadot dénonce par ailleurs le poids des lobbies industriels qui, crise économique oblige, fonctionnent très bien pour maintenir un prix du carbone le plus bas possible.

Des lobbies auxquels s’est adressée Mme Hedegaard pour leur demander de réfléchir à deux fois avant de tuer le marché carbone et se retrouver avec un patchwork composé de 27 systèmes nationaux différents.

Presse polluée par le marché (Agence Faut Payer, 25 janvier 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 11:05

Palaces et escorte de stars : les extras de la BAC de Paris

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/0124.jpgENQUÊTE. Soirées huppées dans les grands hôtels, protection de stars : des policiers parisiens mènent de très discrètes missions annexes…

Les invités n’ont rien vu. Il est 1 heure du matin, ce 28 novembre 2012, au Shangri-La, dernier-né des palaces parisiens, et la foule des VIP réunie par le joaillier Chopard dans le restaurant de l’hôtel dîne et devise comme si de rien n’était.

Sous l’imposante verrière construite à la fin du XIXe siècle pour le prince Roland Bonaparte, ex-propriétaire des lieux, des mannequins virevoltent pour présenter les dernières créations de la manufacture suisse, dont les parures ou les montres de luxe séduisent les stars et les politiques, de Tom Cruise à Sophie Marceau en passant par Bill Clinton ou le prince Charles.

Solitaires de saphir, colliers de perles ou pendentifs d’émeraude. Est-ce l’éclat des bijoux ou celui de leurs présentoirs vivants, drapés dans des robes Elie Saab ? Le chanteur Lionel Richie, vieille gloire des années 1980, semble ne se rendre compte de rien et continue d’applaudir à tout rompre.

La “police” des vigiles

Mais, dans les coulisses, c’est la panique. Des inspecteurs du Cnaps, le Conseil national des Activités privées de Sécurité, la “police des vigiles”, ont débarqué à l’improviste et passent en revue la trentaine de gardes du corps déployés pour l’occasion. Plus de la moitié sont en infraction ! Certains ne possèdent pas de carte professionnelle et d’autres, étrangers, n’ont même pas de titre de séjour… Les responsables de Startcom, la société qui sécurise la soirée, sont introuvables. L’équipe du Cnaps dresse des procès-verbaux, interroge, saisit.

À 3 heures du matin, la fête s’achève. Un à un, les invités prennent congé, sans oublier de poser pour les traditionnelles photos à paraître dans les rubriques people. Lionel Richie étreint la présidente de Chopard, la Suisse Caroline ScheufeleGruosi, il sourit sous les flashes, puis monte dans sa limousine. Dans le restaurant déserté ne restent que les extras qui
entassent verres et assiettes sur les chariots et les petites mains qui rangent les bijoux dans leurs écrins.

Branle-bas de combat chez les “bœuf-carottes”

Les inspecteurs du Cnaps observent la scène : ils attendent l’arrivée des transporteurs de fonds qui vont rapporter bagues et colliers place Vendôme, siège du bijoutier. Mais, lorsque ceux-ci arrivent, surprise ! Ce sont des hommes de la BAC de Paris en civil… Munis de leurs armes de service, quelques-uns portent même des gilets pare-balles estampillés “police”.

Le face-à-face est tendu : ne comprenant pas qu’on ose leur poser des questions, les flics rabrouent les inspecteurs du Cnaps. Jusqu’à ce que ces derniers leur mettent leurs cartes sous le nez et exigent, en retour, les papiers des vrais faux policiers… Le rapatriement des bijoux se fait dans un silence de plomb.

Lorsque le Cnaps transmet, quelques jours plus tard, à la Préfecture de Police de Paris une note résumant sa descente au Shangri-La, c’est le branle-bas de combat boulevard du Palais. L’Inspection générale des Services (IGS), les redoutés “bœuf-carottes” parisiens, lance immédiatement une enquête administrative sur ces policiers de la BAC qui arrondissent leurs fins de mois dans les grands hôtels.

Après Michel Neyret et les rackets de la BAC de Marseille

Théoriquement, les fonctionnaires ont le droit d’exercer un emploi “secondaire”. Mais après avis d’une commission de déontologie, et quand cet emploi ne nuit pas à la “neutralité” et à “l’indépendance” du service. Inutile de dire que vigile n’entre pas dans cette catégorie…

Ce délicat dossier est suivi de très près, et sans qu’à ce jour rien n’en ait encore filtré, par le préfet de police de Paris, Bernard Boucault. L’ancien directeur de l’ENA, qui a remplacé le très sarkozyste Michel Gaudin, limogé après la victoire de François Hollande, entend frapper un grand coup contre les filières de travail clandestin au sein de la préfecture parisienne, souvent qualifiée d’”État dans l’État”.

Les cadeaux des truands au commissaire Michel Neyret à Lyon et surtout le racket des dealers par la BAC de Marseille ont déjà écorné l’image de la police. Il faut absolument éviter d’ébruiter cette nouvelle affaire de “tricoche”, terme qui désigne, chez les policiers, le travail au noir (le “tricocheur” joue sur les deux tableaux : une maille à l’endroit, une maille à l’envers).

Flics “à la pige”

Selon nos informations, pourtant, pas moins de neuf sociétés et trois fonctionnaires sont aujourd’hui dans le collimateur de l’IGS. Certaines ont allègrement puisé dans les effectifs de la BAC parisienne et détourné ses policiers en civil de leur mission première (la lutte contre la délinquance) pour les “louer” à des organisateurs de fêtes et galas. Ces flics “à la pige” effectuant le plus souvent leurs prestations avec leurs véhicules de service ou même leurs scanners et autres coûteux équipements électroniques, strictement réservés à la police.

Startcom, qui sécurisait la soirée Chopard au Shangri-La, a poussé encore plus loin la “synergie” : cette société domiciliée à Villejuif est présidée par une certaine Stéphanie Bonhomme, qui se révèle être l’épouse de Thierry Bonhomme… un policier de la BAC.

À la même adresse, on trouve une autre SARL, Startcom Radiocommunication, dont le gérant, Nabil Drissi, est lui aussi fonctionnaire de la BAC. L’enquête de l’IGS est toujours en cours et, à ce jour, aucun des deux hommes n’a fait l’objet d’une sanction administrative ou pénale. Ces deux entreprises, créées à l’été 2012, n’ont même pas attendu d’avoir les autorisations nécessaires pour exercer leur activité.

“Plusieurs dizaines” de vigiles exerçant sans permis

C’est le Cnaps, établissement public placé sous la tutelle du ministre de l’Intérieur, qui délivre ce précieux vade-mecum. Le Cnaps, autorité de régulation, sans pouvoir d’enquête, a été mis en place sous la présidence de Nicolas Sarkozy et officiellement inauguré par Claude Guéant en janvier 2012, quelques mois avant qu’il ne quitte la place Beauvau. Son président n’est autre qu’Alain Bauer, un proche de l’ancien chef de l’État, dont il fut le conseiller, mais aussi un ami intime de Manuel Valls.

Quand le criminologue a ajouté à la liste de ses activités, déjà fort nombreuses, la direction du nouvel organisme censé superviser la sécurité privée, il a promis de mieux organiser “une profession en forte croissance” (près de 6.000 entreprises employant 160.000 personnes) et de la doter d’un “code de déontologie”.

Depuis, le Cnaps a effectué “près d’un millier d’inspections”, dit Bauer, et découvert “plusieurs dizaines” de vigiles exerçant sans permis. Parmi eux, combien de policiers en exercice ? Alain Bauer ne donnera pas de chiffres. Vérification faite, un seul cas de fonctionnaire travaillant au noir a déjà été instruit par le Cnaps en dix mois d’inspection.

Gros bras pour les soirées

Bonhomme et Drissi n’en sont pourtant pas à leur coup d’essai. Selon le directeur de la sécurité d’un palace parisien, les deux hommes évoluent depuis plusieurs années dans l’univers très fermé de l’hôtellerie de luxe, où ils fournissent des gros bras pour les soirées, n’hésitant pas à payer de leur personne en jouant eux-mêmes les body guards.

Celui qui leur a ouvert les portes des cinq-étoiles s’appelle Sofiane Salah Kaabi. Toujours tiré à quatre épingles, l’aimable facilitateur occupe un poste tout ce qu’il y a de plus officiel chez Chopard : event manager, en clair “organisateur de soirées”.

Il monte des galas de prestige, trouve les salles, recrute les traiteurs et surtout rameute les people, indispensables pour assurer des retombées marketing. À ses heures perdues, il fait également office de rabatteur pour les grands hôtels parisiens, leur amenant les touristes les plus fortunés, contre commission. Il a notamment tenté d’attirer dans plusieurs palaces la princesse Maha al-Sudaïri.

Princesses dispendieuses et milliardaires paranoïaques

Depuis un an, l’épouse de feu le prince héritier d’Arabie saoudite Nayef ben Abdulaziz fait la tournée des plus beaux établissements de la capitale. Cette cliente en or ne se déplace jamais sans son personnel — près de soixante personnes ! —, privatise des étages entiers, dépense à chacun de ses séjours plusieurs millions d’euros.

On ne lui connaît qu’un défaut : elle a une fâcheuse tendance à ne pas payer sa note… En délicatesse avec la famille royale — son mari l’a répudiée avant sa mort en juin 2012 —, elle n’a plus accès aux fonds inépuisables de la dynastie saoudienne. Lors d’un séjour au Shangri-La, l’an dernier, elle a même tenté de filer à l’anglaise.

Princesses dispendieuses et milliardaires paranoïaques, le monde huppé et interlope des palaces est évidemment une aubaine pour tous ceux qui se disent spécialistes de la sécurité, qu’ils soient commissaires à la retraite ou fonctionnaires toujours en activité, comme Bonhomme et Drissi.

Les dignitaires arabes, par exemple, mobilisent à chaque déplacement des dizaines de gardes du corps et exigent, moins pour des raisons de sécurité que de prestige, que leurs protecteurs soient lourdement armés. Or, à la suite d’une modification réglementaire intervenue en 2006, les “gorilles” français ne peuvent plus porter de revolvers et encore moins de fusils automatiques.

Afin d’éviter que des escouades privées à la gâchette facile ne circulent au milieu des touristes qui visitent Paris, la protection rapprochée se fait désormais “à mains nues” en France. Seule une poignée de prestataires étrangers, dûment autorisés par les services du protocole du Quai-d’Orsay, ont encore le droit d’être armés sur le territoire national.

“On laisse des Britanniques ou des Belges inconnus circuler enfouraillés à Paris ou à Cannes, alors que des Français contrôlés et agrémentés n’ont même pas droit à un pistolet d’alarme !”, peste le dirigeant d’une société de protection, qui a perdu plusieurs gros contrats avec des ambassades du Golfe au profit d’équipes étrangères.

Filière de travail clandestin à la Préfecture de police de Paris

Pour contourner cette mesure, jugée vexatoire, les représentations saoudiennes et qataries à Paris font parfois appel à de “vrais” policiers, qui opèrent en dehors de leurs heures de service. En 2007, une première filière de travail clandestin avait déjà été démantelée, en toute discrétion, au sein des Renseignements généraux (RG) de la Préfecture de Police de Paris.

C’est un vigile réclamant 2.800 euros pour douze jours de travail impayés qui a dénoncé son employeur, Thierry Ponsonnet, dont l’officine Security Consulting International était commodément installée au 5 rue des Saussaies, juste en face du ministère de l’Intérieur.

Ponsonnet était en cheville avec le responsable du syndicat policier Alliance au sein des RG, Antonio Fiori, et avec le chef du groupe “Escorte” du service de renseignement parisien, Rabah Bey. Il recrutait des policiers pour protéger des Saoudiens en goguette à Paris ou sur la Côte d’Azur, parmi lesquels le colonel Hussein al-Kahtani, ex-attaché de défense à l’ambassade saoudienne à Londres et cheville ouvrière des grands contrats d’armement dans le royaume, ou encore la princesse Latifa ben Abdulaziz, fille du roi Abdulaziz, premier roi d’Arabie.

Gyrophare et pistolet Glock 9 mm

Thierry Ponsonnet, qui fut sapeur-pompier dans sa jeunesse, aimait se présenter comme un ancien du Service de Protection des Hautes Personnalités, l’unité d’élite qui assure la sécurité des ministres et des préfets, dont il portait volontiers l’épinglette et le pince-cravate officiel, théoriquement réservés aux seuls ex-fonctionnaires du SPHP.

Exhibant parfois un brassard “police”, il faisait régulièrement usage d’un gyrophare et avait même apposé sur sa carte d’agent de protection rapprochée un liseré bleu-blanc-rouge pour qu’elle ressemble à une carte officielle. Quand faire illusion n’était plus suffisant, il produisait des faux : son autorisation de port d’un pistolet Glock 9 mm était bidon, tout comme son permis de détention et d’usage d’un gyrophare.

D’où provenaient ces documents falsifiés ? L’instruction menée par la juge Dominique de Talancé a établi que l’imprimerie de la Préfecture de Police était alors placée sous la responsabilité d’un membre de la famille du syndicaliste Antonio Fiori. Ce dernier a vigoureusement nié avoir produit le moindre faux pour Thierry, même si un port d’arme falsifié au nom de son ami a été retrouvé par les enquêteurs dans son bureau.

Faux fax à en-tête de la Préfecture de Police

Le responsable d’Alliance a en revanche admis avoir confectionné — avec une photocopieuse et du Tipp-Ex… — un faux fax à en-tête de la Préfecture de Police de Paris annonçant la venue sur la Côte d’Azur d’une “équipe officielle” dédiée à la protection de la famille royale saoudienne et conduite par Thierry Ponsonnet. Sur la foi de ce fax, le président de Security Consulting a obtenu une place de mouillage pour son Zodiac, pompeusement baptisé le “Maloca II”, dans le port de Cannes, en plein mois de juillet, la période la plus chargée de l’année.

Avec ses amis Fiori et Bey, entre les escortes de princes et princesses, il s’est détendu en faisant du ski nautique… Quand le “Maloca II” a eu une avarie, c’est la brigade fluviale de la Préfecture qui, contre quelques bouteilles de champagne, s’est chargée des réparations.

Pour payer les policiers qui travaillaient pour lui, Ponsonnet devait jongler avec les enveloppes d’argent liquide. Fort opportunément, il bénéficiait de la complicité de sa chargée de compte à la Banque populaire, qui était également sa maîtresse. Elle a été condamnée pour recel de biens provenant d’un délit.

Qui manipule qui ?

Employer des policiers pour jouer les gardes du corps peut donner lieu à des quiproquos dignes du théâtre de boulevard : on ne sait plus qui manipule qui. Ainsi, en 2005, des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, en quête de renseignements, ont tenté d’approcher discrètement, au Crillon, l’équipe de protection de la princesse saoudienne Latifah ben Abdulaziz, sans se douter que cette escorte était en majorité composée… de gens de la “maison”.

Sollicités, les gorilles français de la princesse ont non seulement éconduit les collègues trop curieux, mais ils ont cherché à les identifier en se procurant, après avoir soudoyé le service de sécurité de l’hôtel, les enregistrements des caméras de surveillance de l’établissement. Les bandes vidéo ont ensuite été remises au secrétaire particulier de la princesse.

Sanctions disciplinaires

Stéphane Duplan, l’avocat de Thierry Ponsonnet, répugne à évoquer la “vieille affaire” (le jugement date pourtant seulement de 2010) à laquelle a été mêlé son client. La Préfecture de Police n’est pas plus bavarde. Elle a lavé son linge sale en famille. Les policiers qui ont reconnu avoir travaillé pour Ponsonnet n’ont écopé que de sanctions disciplinaires.

Seuls Fiori et Bey se sont retrouvés devant un tribunal et ont été condamnés pour “faux et usage de faux”. Quant à Thierry Ponsonnet, il a écopé de trois ans de prison, dont deux avec sursis, et d’une amende de 100.000 euros pour “détention de faux documents”, “trafic d’influence actif” et “travail dissimulé”.

Depuis, il s’est lancé dans l’import-export d’équipement de police et a approvisionné, entre autres, la Guinée pendant l’éphémère régime de transition du général Sékouba Konaté, en 2010. Un retour à la “tradition”.

Car, dans les années 1980, c’étaient les ambassades africaines, et pas encore l’Arabie saoudite, qui permettaient aux policiers de faire de juteux extras. Jean-Pierre Fourès, un ancien des RG, était, pour ne citer que cet exemple, le correspondant à Paris de la “B2″, la sécurité militaire gabonaise. Il entretenait les meilleures relations avec ses anciens collègues et était toujours à la recherche de bonnes volontés pour assurer la sécurité d’une délégation ou fournir un tuyau sur une affaire sensible.

Quelque chose ne tourne pas rond

Reconverti dans l’enquête privée, Jean-Pierre Fourès est aujourd’hui soupçonné d’avoir, via ses nombreux contacts au sein des RG (devenus depuis la DCRI), fourni à la chaîne de meubles Ikea des informations sur son personnel et sur ses clients. Ayant obtenu de nombreux e-mails entre Fourès et la direction de la sécurité de l’entreprise, le syndicat Force ouvrière a porté plainte en mars dernier. L’affaire est actuellement à l’instruction.

Parmi les données transmises par Fourès figuraient des extraits du fichier Stic, compilations de toutes les infractions commises par un particulier, ainsi que du registre des cartes grises.

La multiplication des affaires impliquant des fonctionnaires est-elle le signe que quelque chose ne tourne pas rond dans la police française ? Au ministère de l’Intérieur, on préfère parler de “changement de culture” et souligner que, jusqu’au milieu des années 1990, personne ne trouvait à redire sur les “tricocheurs”. Ces pratiques, assure-t-on en haut lieu, sont aujourd’hui de moins en moins tolérées, y compris par les policiers eux-mêmes, qui n’hésitent plus à dénoncer les collègues qui cèdent à la tentation.

Publié par un journaliste qui frise l’outrage à l’Honneur de la police (Philippe Vasset, Le Nouvel Observateur, 25 janvier 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FLICSPORCSASSASSINS
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 11:00

http://feudeprairie.files.wordpress.com/2013/01/visuel-destin.png?w=640&h=1033

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans IMAGES
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 10:59

http://sphotos-h.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/484683_280041975457476_922440030_n.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 12:15

http://sphotos-f.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/421745_513082885381360_1517055099_n.png

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans IMAGES

A L’assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.