Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 16:38

Le super-huissier lyonnais mis en examen pour détournements de fonds massifs

Après les super-flics ripoux (Neyret et compagnie), voilà donc le super-huissier pas très net. Derrière les dorures, y’aurait-il quelque chose de pourri à Lyon… ? En tout cas, une raison de plus de faire gaffe quand on a affaire à un huissier.

Rebellyon, 15 mars 2012.

Lyon : le président des huissiers en examen pour abus de confiance aggravé et faux

Me Gilbert Bénichou est soupçonné de détournements de fonds clients. Une somme qui pourrait dépasser les 1,5 M d’euros.

Une bombe. Et qui risque dans les semaines qui viennent d’entraîner des déflagrations. Me Gilbert Bénichou, 46 ans, huissier bien connu sur la place lyonnaise a été, samedi, au terme de 48 heures de garde à vue dans les locaux de la brigade financière de la police judiciaire mis en examen par un juge d’instruction pour abus de confiance aggravé en sa qualité d’officier ministériel mais aussi de faux et usage de faux. Il a été placé sous contrôle judiciaire malgré une demande de mise en détention du parquet.

D’après nos informations les sommes détournées sur des fonds clients dont l’un est un institutionnel d’envergure pourraient dépasser les 1,5 millions d’euros si les faits étaient avérés. Cette mise en examen est intervenue après l’ouverture d’une enquête préliminaire ouverte sur plainte il y a seulement quelques semaines. Une enquête extrêmement rapide dans ce type de dossiers qui semblerait indiquer que les faits reprochés sont relativement simples dans leur montage.

L’ampleur des préjudices éventuels n’est pas la seule raison qui risque de faire conversation dans les dîners du Tout-Lyon car la personnalité même de Gilbert Bénichou est particulièrement connue dans le monde économico-judiciaire. Gilbert Bénichou a été élu en décembre dernier président de la chambre des huissiers par onze de ses pairs pour représenter la centaine de professionnels enregistrés.

Une fonction éminemment importante dont il a été, au cours d’une réunion extraordinaire en début de semaine, suspendu dans la plus grande discrétion. Diplômé de l’école nationale de procédure pénale, titulaire d’un DEA de droit communautaire délivré à Lyon 3 et d’une maîtrise AES, Gilbert Bénichou a racheté en 1992 l’étude de Me Alexandre Clot quai Perrache avant de s’installer dans le troisième arrondissement à la tête d’une étude florissante. Son élection à la présidence de la chambre s’est faite dans la continuité puisque qu’en tant que membre il a été successivement rapporteur et secrétaire de l’institution.

Publié par des amis de la « justice » (Michel Girod, LeProgres.fr, 15 mars 2012)


Limoges : un huissier condamné pour n’avoir pas porté secours à un homme encore en vie après s’être pendu

Un huissier de justice a été condamné par le tribunal correctionnel de Limoges a six mois de prison avec sursis pour « non-assistance à personne en danger » pour ne pas avoir porté secours, en 2009, à un homme qu’il avait découvert pendu chez lui, mais qui était encore en vie.

L’huissier, condamné vendredi, avait découvert le 17 février 2009 la victime, âgée de 36 ans, pendue à son domicile, à Limoges, où il avait pénétré pour procéder à son expulsion en compagnie de deux témoins et d’un serrurier.

Lors de son procès, le 13 janvier, l’huissier, âgé de 60 ans, avait expliqué avoir immédiatement prévenu la police qui, selon lui, lui avait enjoint de « ne toucher à rien ». À leur arrivée, les pompiers avaient constaté que la victime, qui s’était pendue aux canalisations, était encore en vie. Elle était finalement décédée trois jours plus tard à l’hôpital de Limoges.

Publié par des amis de la « justice » (LeJSL.com, 25 février 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 16:17

Présidentielle 2007 : Kadhafi aurait financé Sarkozy

Mouammar Kadhafi a-t-il financé Nicolas Sarkozy ? La question, soulevée peu avant la guerre en Libye, vient d’apparaître en toutes lettres dans l’affaire Takieddine. Selon un document consulté par Mediapart, le marchand d’armes Ziad Takieddine, organisateur en 2005 des visites du ministre de l’intérieur et de ses proches en Libye, puis en 2007 du président élu, aurait mis en place les « modalités de financement » de sa campagne présidentielle par le régime de Kadhafi, en lien avec Brice Hortefeux, alors ministre des collectivités locales.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331558836.jpg

MM. Kadhafi et Sarkozy

Le 18 octobre 2011, les policiers ont versé au dossier d’instruction une note de synthèse sur laquelle figure une référence à un document baptisé « GEN/ NS V. MEMO DG », qui contient sans les expliciter les initiales du président de la République. Cette note de synthèse a été rédigée et remise aux enquêteurs par un témoin du dossier, Jean-Charles Brisard, ancien membre de l’équipe de campagne d’Edouard Balladur, en 1995, aujourd’hui dirigeant d’une société de renseignements privée. Le document contient aussi les références du compte suisse de la sœur de Jean-François Copé, le patron de l’UMP, dont M. Brisard est un proche.

Mediapart s’est procuré l’intégralité du document « GEN/ NS V. MEMO DG », dont seul le titre apparaît dans la note de synthèse et qui n’a pas été communiqué aux enquêteurs par M. Brisard. Son contenu est explosif. Il s’agit des confessions de Didier Grosskopf, « DG », l’ancien médecin personnel de Ziad Takieddine, qui l’a accompagné à plusieurs reprises en Libye, pour y soigner des membres de la famille Kadhafi. Ces confessions ont été recueillies le 20 décembre 2006, à Lausanne, en Suisse, par M. Brisard.

Ci dessous, le verbatim du document « GEN/ NS V. MEMO DG », en respectant sa graphie :

———————————

MEMO DG
SUISSE
20.12.2006

CAMP07
MODALITES FIN CAMPAGNE NS REGLEES LORS DE LA VISITE LIBYE NS + BH 06.10.2005
PLUSIEURS ENTRETIENS PREALABLES ENTRE ZT ET SAIF AL ISLAM
ZT CHARGE DU MONTAGE
ZT INTERV CONTRATS COMM SEC ARMEES ET CARTES ID A PUCES

FIN LIB 50 ME
MONTAGE INCLUT SOC BH PAN + BANQUE SUISSE (ND)
FIN CAMPAGNE TOTALEMENT REGLE

——————————–

Le premier volet du document est intitulé « CAMP07 » et concerne la campagne présidentielle de 2007. D’après la note, les « modalités de financement de la campagne » de « NS» ont été « réglées lors de la visite Libye NS + BH » le 6 octobre 2005. Cette visite officielle avait été activement préparée par Ziad Takieddine, comme en attestent ses notes à Claude Guéant, qui figurent au dossier d’instruction.

Contacté lundi 12 mars, M. Hortefeux, actuel vice-président de l’UMP chargé de la cellule « riposte » du parti, a confirmé à Mediapart sa présence en Libye lors de la visite de Nicolas Sarkozy du 6 octobre 2005. Mais il a souligné qu’« il n’a jamais été question de financement politique, ni de près de loin ».

La note « CAMP07 » évoque « plusieurs entretiens préalables » entre « ZT et Saïf Al Islam », l’un des fils du colonel Kadhafi. « ZT » apparaît comme étant « chargé du montage », en marge de ses « interventions » sur des contrats de sécurisation des communications des armées et de fabrication de cartes d’identité à puces. Comme Mediapart l’a déjà souligné, ce premier marché, confié à la société Amesys, a effectivement été signé grâce aux bons offices rémunérés de M. Takieddine.

Selon la note, le financement libyen prévu s’élevait au total à 50 millions d’euros. Et les opérations financières faisaient intervenir personnellement Brice Hortefeux. Le « montage » inclut ainsi une société « BH » au Panama, plus une banque suisse non déterminée. Ce passage se clôt par une phrase sans ambiguïté : « Financement campagne totalement réglé ». Questionné par Mediapart sur cette mystérieuse société panaméenne, M. Hortefeux a déclaré : « Je ne sais même pas ce que c’est. »

« Plus à l’aise pour évoquer l’autre sujet important »

Les soupçons soulevés par cette note sont aujourd’hui confortés par les notes personnelles de Ziad Takieddine, remises par son ex-épouse à la justice, et qui ne sont pas contestées par leur auteur. « Les notes que j’ai établies sur mon ordinateur sur les différents pays, la Syrie, l’Arabie saoudite, la Libye et le Liban, sont réelles et ont été remises par moi-même à M. Guéant, qui en avait besoin pour les remettre au ministre (ndlr, Nicolas Sarkozy), qu’il appelait le patron », a témoigné M. Takieddine, le 12 octobre 2011, devant le juge Renaud Van Ruymbeke.

Le relevé des voyages du marchand d’armes fait apparaître qu’il a effectué onze voyages à Tripoli pour la seule année 2005. Au même moment, il a rédigé une dizaine de notes consacrées à la Libye pour le cabinet de M. Sarkozy, au ministère de l’intérieur. M. Takieddine a notamment préparé la visite officielle du ministre le 6 octobre 2005, celle qui est précisément au cœur de la note « GEN/ NS V. MEMO DG ». Et, selon nos documents, il était présent à Tripoli pour les visites de MM. Guéant, Hortefeux et Sarkozy.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331558964.jpg

Dans une première note, datée du 6 septembre 2005, et consacrée à un rendez-vous préparatoire de Claude Guéant, l’exposé de M. Takieddine est lourd de sous-entendus : « La visite préparatoire est inhabituelle, écrit-il. Elle doit revêtir un caractère secret. Il sera préférable que CG se déplace seul et que le déplacement s’effectue sans fanfare. L’autre avantage : plus à l’aise pour évoquer l’autre sujet important, de la manière la plus directe… »

Une autre note du 22 septembre 2005, évoque un « tête-à-tête » de Nicolas Sarkozy « avec le Leader », la remise des « CV de NS et BH » à Kadhafi et la négociation de plusieurs marchés de sécurité et d’armement. Ce document contient lui aussi une phrase énigmatique : « Avec le ministre de l’intérieur : jusqu’où ? »

Les policiers ont aussi trouvé parmi les documents de M. Takieddine des lettres de MM. Sarkozy (10 septembre 2005), Guéant (23 septembre 2005), Hortefeux (15 novembre 2005) adressées aux autorités libyennes.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331559781.jpg

Jean-François Copé barbotant dans la piscine de la villa du Cap d’Antibes appartenant à Ziad Takieddine

L’homme à l’origine des révélations du mémo « GEN/ NS V. MEMO DG », le neurochirurgien Didier Grosskopf, est un proche de Jean-François Copé. C’est d’ailleurs ce qui l’a conduit au chevet de Ziad Takieddine, grièvement blessé à la tête lors d’un séjour sur l’île Moustique, en avril 2004.

« J’ai reçu un appel sur mon téléphone portable du porte-parole du gouvernement qui était M. Jean-François Copé, a déclaré aux policiers le Dr Grosskopf, en octobre dernier. C’est au titre de médecin et d’ami que M. Copé m’a demandé de m’occuper d’un personnage important, qui avait un problème de santé, à savoir Ziad Takieddine. J’ai accepté cette mission par amitié pour M. Copé. Un personnel de la préfecture m’a conduit à l’aéroport. »

Didier Grosskopf : « Je veux protéger mes intérêts »

Arrivé après l’intervention chirurgicale, M. Grosskopf a organisé « le rapatriement de M. Takieddine » à l’hôpital de la Salpêtrière, puis il s’est chargé de sa convalescence. Par la suite, le neurochirurgien affirme avoir été « sollicité par M. Takieddine pour soigner d’autres malades que lui dans ses relations personnelles ». Il confirme « être allé en Libye pour donner des conseils à des malades », « à la demande de M. Takieddine ».

Ci-dessous, deux billets d’avion d’un déplacement commun à Tripoli de MM. Takieddine et Grosskopf, en juin 2006 :

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331559145.png

C’est à l’occasion de ses multiples déplacements à Tripoli, que M. Grosskopf aurait été mis dans la confidence de ce qu’il n’aurait pas dû apprendre.

Questionné le 29 février par Mediapart, M. Grosskopf n’a pas contesté la substance des informations contenues dans le mémo rédigé par M. Brisard. « M. Brisard est un ami, je me suis entretenu plusieurs fois avec lui de ce sujet, il m’a aidé, a-t-il indiqué. Mais ce qu’il dit n’engage que lui. Je ne veux pas être un acteur de cette affaire. Je veux protéger mes intérêts, c’est-à-dire ma femme et mes enfants. À un moment donné, j’ai été suivi. J’ai eu très peur. »

À l’automne 2006, M. Takieddine a brutalement coupé les ponts avec son médecin et a engagé une procédure à son encontre devant le conseil de l’Ordre, pour obtenir un remboursement des honoraires qu’il lui avait versés. C’est au milieu de ce conflit que M. Brisard recueille les confessions du médecin, le 20 décembre 2006. Il l’a revu plusieurs fois. Au moins un autre mémo aurait été rédigé.

« C’est une affaire qui dépasse l’imagination la plus féconde, poursuit le Dr Grosskopf. Je suis désolé comme citoyen par cette affaire. Mais je ne pouvais pas imaginer, en organisant le rapatriement sanitaire de ce monsieur, qu’il s’agissait du plus grand corrupteur de la République. » Le docteur dit en vouloir « au pouvoir » qui l’a entraîné là, mais pas à Jean-François Copé « qui reste un ami ».

Alors qu’il vient de publier un livre, L’Ami encombrant (Éditions du Moment), dans lequel il conteste l’existence d’une corruption, M. Takieddine avait déclaré le 11 octobre, à l’émission Complément d’enquête, qui l’enregistrait en caméra cachée : « Je les tiens tous dans ma main ! Je peux tous les faire tomber ! » Et à la question de savoir « qui ? », le marchand d’armes avait murmuré « tous ! »

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331559289.jpg

Saïf al-Islam

Le soupçon d’une participation libyenne au financement de Nicolas Sarkozy avait été alimenté par les autorités de Tripoli elles-mêmes il y a un an par les déclarations spectaculaires de Kadhafi et de son fils, Saïf al-Islam. Dès le mois de mars 2011, deux jours avant l’intervention militaire occidentale, ce dernier avait accusé le pouvoir français dans un entretien donné à la chaîne Euronews : « Il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. »

« La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen, avait-il ajouté. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement. »

Les espèces de Takieddine

Ces déclarations, dans le contexte d’unité nationale d’avant guerre, n’avaient pas provoqué d’interpellations politiques. Pourtant, à elles seules, elles auraient déjà mérité l’ouverture d’une enquête, parlementaire ou judiciaire. L’enquête des juges sur Ziad Takieddine alimente, elle aussi, les mêmes soupçons. L’examen du fonctionnement des sociétés offshore du marchand d’armes faisant apparaître l’existence de commissions occultes d’origine libyenne.

En mars 2011, Ziad Takieddine avait également été interpellé de retour de Tripoli à l’aéroport du Bourget, avec 1,5 million d’euros en espèces sur lui. « J’y étais allé porteur d’un message de Claude Guéant et je l’ai d’ailleurs appelé de là-bas, a-t-il expliqué le 9 novembre au juge Van Ruymbeke. Croyant bien faire, je suis revenu porteur d’une réponse de Kadhafi que, compte tenu des circonstances de mon “accueil” à l’arrivée, je n’ai pas pu livrer. » Lors de son interpellation le 5 mars, il a déclaré sur procès-verbal aux agents des douanes que « c’est le gouvernement libyen » qui lui a « remis les billets de banque». Il avait précisé que cet argent couvrait ses propres honoraires.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331559454.jpg

MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005

L’apparition de Brice Hortefeux dans la note « GEN/ NS V. MEMO DG » renvoie aux missions officieuses qu’il a effectuées avant 2007 pour le ministre de l’intérieur. Il a en particulier assuré le contact avec l’intermédiaire Ziad Takieddine, qui se faisait fort d’ouvrir les portes de plusieurs pays arabes au ministre de l’intérieur. Le marchand d’armes avait d’ailleurs conduit, fin 2003, Brice Hortefeux en Arabie saoudite pour y négocier un important contrat de surveillance des frontières (nom de code : Miksa).

À l’été 2007, Ziad Takieddine a également été l’un des acteurs principaux de la libération des infirmières bulgares par le régime libyen, ouvrant une « nouvelle page » — c’est son expression — des relations franco-libyennes. Mais permettant surtout à la France de dérouler le tapis rouge sous les pas du dictateur, dont on a monté la tente, en décembre 2007, dans les jardins de l’hôtel Marigny, résidence officielle des hôtes de l’État.

Plusieurs photos publiées par Mediapart attestent par ailleurs des relations amicales nouées avec M. Takieddine et des visites mutuelles qu’ils se rendaient dans le sud de la France. Des relations favorisées par Thierry Gaubert, un autre ami de Nicolas Sarkozy, impliqué dans la campagne Balladur de 1995. Les policiers avaient intercepté, en septembre dernier, des conversations téléphoniques entre MM. Gaubert et Hortefeux, s’inquiétant de la progression de l’enquête sur M. Takieddine.

De fait, en décembre 2011, Nicola Johnson, l’ex-épouse de M. Takieddine, mettra aussi en cause Brice Hortefeux. Selon son témoignage, l’ancien ministre était venu chercher en 2005 une somme en espèces auprès du marchand d’armes lors d’une visite à son domicile avenue Georges-Mandel, à Paris, en compagnie de Thierry Gaubert. Un témoignage vivement contesté par M. Hortefeux, qui n’a toutefois pas déposé plainte, contrairement à ce qu’il avait annoncé.

Contactés par Mediapart, l’Élysée et Ziad Takieddine n’ont pas donné suite à nos sollicitations.

Leur presse (Fabrice Arfi et Karl Laske, Mediapart, 12 mars 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 16:15

Une répression terrible s’abat sur dix militantEs antifascistes, interpelléEs à Paris dans la soirée du 8 mars alors qu’ils et elles collaient des affiches contre la tenue des « Assises de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité », organisées par le Bloc identitaire, groupe aux idées racistes revendiquées. Pour de simples affiches, ces militantEs ont été gardéEs à vue 48h, avant d’être déférréEs samedi soir au parquet de Paris en ayant fait un passage à la section antiterroriste de la brigade criminelle !! Au total ce sont plus de 60h qu’ils et elles ont passées dans les locaux de la police puis de la justice.

Rien dans les actes ni dans l’attitude des militantEs ne justifiait cette garde à vue et ce déferrement.

Grâce à la mobilisation des organisations, réseaux et sympathisantEs antifascistes, ils et elles ont été libéréEs ce dimanche avec des procès verbaux signifiant des inculpations pour participation à un groupe formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou des destructions pour dégradation de biens.

Cela leur vaut d’être convoquéEs pour être jugéEs devant la 29e chambre du Tribunal de grande instance de Paris le 7 mai 2012.
 

Aussi nous dénonçons ici une répression purement politique.

Une surenchère répressive sur les militantEs antifascistes

Nous dénonçons une véritable stratégie d’intimidation menée par la Justice.

À chacune des apparitions publiques des organisations antifascistes, que ce soit face aux catholiques intégristes ou aux divers néo-nazis adeptes du « saucisson-pinard », les ordres du pouvoir sont clairs : la police protège systématiquement l’extrême droite.

Les organisations engagées dans le combat contre l’extrême droite tentent ni plus ni moins d’alerter l’opinion contre la banalisation du racisme et des idées d’extrême droite, et de s’opposer à leurs représentants de tous poils.

Nous dénonçons une criminalisation croissante de ce combat.

Une Justice à deux vitesses

Rappelons qu’il y a à peine trois mois, deux membres de la mouvance catholique intégriste ont été arrêtés au théâtre du Rond-Point, alors qu’ils s’apprêtaient à en détruire le système de sécurité. Ces deux-là n’ont écopé que d’une dizaine d’heures de garde à vue et d’un banal rappel à la loi, avant de repartir… tranquilles. Une différence de traitement aussi criante manifeste clairement la propension du pouvoir et de sa police à « couvrir » des groupuscules violents et liberticides. Sans oublier la couverture de la justice dont bénéficient des ministres en poste lors de leurs « dérapages » tout à fait contrôlés à l’encontre des immigré-e-s ou lorsqu’ils affirment qu’il existe une inégalité de valeur entre, ce qu’ils appellent, les « civilisations »…

Nous dénonçons donc un pouvoir qui encourage les expressions d’intolérance, de conservatisme et de racisme, et qui défend ceux qui les répandent.

Une indulgence coupable

Si le gouvernement les protège, c’est que les fascistes lui sont très utiles : d’abord ils diffusent efficacement ses idées, désignant les mêmes boucs-émissaires (étranger-e-s, musulman-e-s, chômeurs-ses, et combien d’autres encore), popularisant les mêmes solutions radicales qui consistent à stigmatiser et exclure. Mais en plus, ils sont un ennemi majeur pour le mouvement social, à qui ils font barrage par leurs attaques, leur propagande et leurs provocations.

Nous ne supporterons pas plus longtemps une situation où les fascistes ont les mains libres tandis que l’on enferme ceux et celles qui les dénoncent et organisent la mobilisation et une riposte militante face à eux.

Nous interpellons la population sur la répression éhontée qui sévit sur le mouvement antifasciste en particulier et sur le mouvement social en général.

Nous exigeons que les poursuites à l’encontre des 10 militant-e-s antifascistes soient abandonnées et appellons à la mobilisation de toutEs en solidarité.

Premiers signataires : Alternative libertaire, Les Alternatifs, Ras l’Front Marne la Vallée, Émancipation tendance intersyndicale, CNT Etpreci 75, CNT Santé social, UD CNT 95, Section carrément anti Le Pen (SCALP), Fédération Total respect / Tjenbé réd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies et le sida), SUD Culture Solidaires, Action antifasciste Paris banlieue (AFA), Christianisme social, Solidaires Paris, Nouveau parti anticapitaliste, SUD Étudiant.


Trente-trois [heures] au gnouf pour un collage d’affiches !
Solidarité avec les onze antifascistes mis en examen !

Le 8 mars 2012 au soir, quatre militantes et militants de la Fédération anarchiste, ainsi que sept autres camarades d’Action antifasciste, du NPA et d’Alternative libertaire ont été arrêté-es à Paris et placé-es en garde à vue. Il leur est reproché de s’être livré-es à des dégradations en réunion. En réalité, leur action était un collage destiné à refuser la banalisation de l’extrême droite et à informer sur  la tenue des « Assises Nationales de la Nationalité, de la Citoyenneté et de l’Identité », prévues pour le samedi 10 mars dans le 12e arrondissement. Cette manifestation à visée prétendument citoyenne est déjà la deuxième du genre, elle véhicule ouvertement pour le compte du Bloc identitaire les prises de position xénophobes et racistes les plus abjectes.

Dans cette affaire, les forces de répression de l’État ont clairement indiqué quel est leur camp naturel ; la garde à vue a été prolongée jusqu’au samedi 10 mars à 22 heures, l’emprisonnement a duré jusqu’au dimanche 11 dans l’après-midi, sans aucun fondement juridique aux termes du droit bourgeois, et les rassemblements organisés en soutien ont été neutralisés avec l’efficacité qu’on connaît à la police de ce pays quand il s’agit d’écraser les luttes sociales. De toute évidence, le pouvoir d’État a décidé de frapper fort et d’envoyer un message d’encouragement aux fascistes de tout poil. Mise en relation avec les déclarations récentes du ministre de l’Intérieur et la tonalité générale de la campagne électorale, cette série de gardes à vue, prouve, s’il en était besoin, que l’extrémisme de droite est un rouage essentiel à la stabilité du capitalisme et de l’État, et qu’on ne s’en débarrassera définitivement qu’en détruisant le système économique et politique qui lui accorde sa protection.

La Fédération anarchiste soutient l’action des militant-es arrêté-es et exige l’arrêt des poursuites  engagées contre elles et eux, elle dénonce une atteinte à la liberté d’expression et le caractère inédit des mesures de garde à vue suivie de détention pour collage d’affiches.

La Fédération anarchiste remercie l’ensemble des personnes qui ont manifesté leur soutien immédiat sans céder aux intimidations policières. D’ores et déjà, la solidarité s’organise : une souscription est ouverte ; il suffit pour cela d’envoyer un chèque à l’adresse suivante : PUBLICO, 145 rue Amelot, 75011 PARIS, à l’ordre de « Publications Libertaires », en rajoutant la mention «  Solidarité 8 mars » au dos. Les informations sur les différentes initiatives de soutien à venir seront communiquées au fur et à mesure.

Fédération anarchiste,
Secrétariat aux Relations extérieures,
dimanche 11 mars.

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:58

A Toulouse, une gangrène s’est installée au 36 allée de Barcelone. Prétextant l’ouverture d’une maison de « l’identité toulousaine » dénommée l’Oustal, le Bloc identitaire profite de l’occasion pour ouvrir sa succursale et s’implanter dans notre ville. Organisation d’extrême droite puante, ouvertement raciste, xénophobe, homophobe et sexiste, le Bloc identitaire s’est illustré par l’organisation de la « marche des cochons » pour dénoncer la présence de produits halal dans les commerces mais aussi par les apéros saucissons-pinards pour défendre leur vision de la France laïque. Toute leur agitation n’a qu’un seul but : stigmatiser quotidiennement les étranger-e-s et les immigré-e-s et distiller son racisme et sa xénophobie sous la forme de l’anti-islam et de l’ultra-nationalisme.

Au-delà de leurs idées nauséabondes, le Bloc est aussi un groupuscule violent. Dans les différentes villes où ces locaux se sont implantés, on a vu un renouveau de l’extrême droite. Le fait d’avoir un lieu de rassemblement attire tous les hooligans, les néo-nazis et autres nationalistes de la région ce qui se traduit par une augmentation de la violence et des agressions. Depuis deux ans, ils multiplient les attaques. Attaque du groupe ZEP à la fête de la musique, attaque de bars, menaces sur des militant-e-s associatif, syndicaux et politiques… ces petites terreurs cherchent à gagner le terrain de la rue alors que Toulouse est et restera une ville antifasciste.

Toulouse est une terre de lutte, et nous travailleur-euse-s, chômeueuse-s, exploité-e-s depuis tant de générations, nous ne sommes pas dupes ! Nous avons appris que depuis toujours les groupuscules fascistes sont liés aux classes dominantes et nous continuerons à nous battre pour chasser les fascistes hors de nos vies. C’est pourquoi nous appelons toutes et tous à s’unir et à démontrer que Toulouse ne leur appartiendra jamais.

Manifestation/Rassemblement
Samedi 17 mars à 14h
Place Arnaud Bernard

A l’appel de : AGET-FSE, AL, CNT, Coup Pour Coup 31, Déchoukaj, Libertat, OCML-VP, Sud Etudiant, UAT

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:53

Des primatologues de l’université de Zurich ont montré que les chimpanzés se comportaient comme des policiers pour maintenir la paix et l’ordre au sein de leur groupe, selon le site Physorg.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331317347.jpg

Les médiateurs Digit et Cess - zoo Walter de Gossau (Suisse)

Quand une tierce partie intervient dans un conflit, on parle de « police », et cela est vrai également chez les chimpanzés. Ces forces de l’ordre un peu particulière sont des mâles ou des femelles qui tiennent une place importante dans le groupe parce qu’ils sont le plus en mesure de mettre fin au conflit avec succès.

Les chercheurs ont observé pendant plus de 600 heures réparties sur deux ans le comportement de quatre différents groupes de chimpanzés évoluant en captivité, notamment dans le zoo de Walter en Suisse où les animaux ont connu des bouleversements dans leur groupe :

« Nous avons eu la chance de pouvoir observer un groupe de chimpanzés dans lequel de nouvelles femelles ont récemment été introduites et dans lequel la hiérarchie des hommes a également été redéfinie. La stabilité du groupe a commencé à vaciller. Cela se produit également à l’état sauvage. »

Cette forme police a également été observée chez les orangs-outangs et les gorilles entre autres, mais les chimpanzés sont les seuls primates à ne pas intervenir de façon partiale et agressiverelève le site Live Science.

Selon le site Science Daily, cette police animale « peut être considérée comme une forme précoce de l’évolution du comportement moral ». En effet, les chercheurs montrent que les primates interviennent de façon plus impartiale si la querelle implique un grand nombre de chimpanzés parce que le risque de déséquilibre est plus important dans ce cas, et que le but de ces policiers à quatre pattes est de maintenir la cohésion.

Ces conclusions concernant les primates pourraient « faire la lumière sur les racines de la police chez les humains » selon MSN :

« L’intérêt pour ce qui concerne la communauté, qui est très développé chez les humains et constitue la base de notre comportement moral, est profondément enraciné. Il peut également être observé chez nos plus proches parents. »

Publié par des amis de la police (Slate.fr, 8 mars 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 17:31

Les Identitaires entraînent des échauffourées

Bayonne – Environ 80 personnes se sont rassemblées hier soir devant l’hôtel Amatcho de Bayonne où se tenait une réunion du Bloc identitaire (BI) dans une ambiance tendue après la visite de Nicolas Sarkozy (voir pages 2 à 4). Des échauffourées se sont produites entre policiers et manifestants antifascistes. Des jets de gaz lacrymogènes et des incendies de containers ont eu lieu. Au moins trois personnes auraient été blessées et il semblerait qu’il y ait également eu une arrestation.

Le Journal du Pays Basque, 2 mars 2012.


Rassemblement antifasciste : pas de bilan officiel

Le bilan du nombre d’arrestations et de blessés au cours des affrontements entre militants antifascistes et les forces de police, jeudi soir, à Bayonne, à l’occasion de la présentation de l’antenne locale du Bloc identitaire (BI), reste encore flou.

Alors que les premiers chiffres publiés (cf. notre édition d’hier) faisaient état d’une interpellation possible et de trois blessés, il semblerait que le bilan soit plus lourd. Les affrontements se sont en effet prolongés après le rassemblement, dans les rues du Petit Bayonne notamment, et place Saint-André.

“Je ne peux pas vous donner d’informations, décision de la hiérarchie”, indique-t-on au commissariat central de Bayonne, qui, contacté par téléphone, a refusé de nous transmettre son bilan des échauffourées.

Le groupe IparEH Antifaxista, organisateur du rassemblement, comptabilise, lui, les arrestations de trois personnes (une pendant le rassemblement, deux après : devant l’hôpital et place Saint-André), ainsi que quatre manifestants blessés, dont un par un tir de flashball. Il dénonce également “les provocations” des Identitaires qui auraient déposé des tracts devant l’appartement d’un antifasciste pendant la nuit, selon un membre du groupe.

Joint par téléphone, le Bloc identitaire, condamnant les agissements d’une “bande d’asociaux, de punks à chiens, crasseux, ridicules et malodorants”, déclare de son côté ne pas pouvoir fournir de bilan.

“Asociaux”

Jeudi, aux alentours de 19h30, 80 militants antifascistes environ s’étaient rassemblés au rond-point Saint-Léon de Bayonne dans le but de manifester contre la soirée de lancement de la branche locale du Bloc identitaire, qui se tenait non loin de là, à 20 heures, à l’hôtel Amatcho.

Le rassemblement, qui avait lieu quelques heures seulement après la visite de Nicolas Sarkozy à Bayonne, a rapidement tourné court laissant place à des affrontements entre antifascistes et forces de l’ordre venues en nombre.

Le Journal du Pays Basque, 3 mars 2012.


Bayonne : à l’assaut du Bloc Identitaire

Des « antifascistes » ont lancé jeudi des projectiles sur l’hôtel où était réuni le Bloc Identitaire. Trois personnes ont été interpellées.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1331144951.jpg

ll faut voir le voir pour le croire. La vidéo sur le blog des « antifascistes du Pays basque nord » offre un aperçu saisissant des affrontements qui ont opposé forces de l’ordre et militants antifascistes jeudi soir, à Bayonne, à proximité de l’hôtel Amatcho, au rond-point Saint-Léon. Ambiance rose fumigène, slogans criés, bannière « Euskal Herria Antifaxista », gaz lacrymogène, et coups échangés.

Un peu avant 20 heures, une dizaine d’individus appartenant au mouvement IPEH Antifaxista se sont regroupé devant l’hôtel où le parti politique le Bloc Identitaire organisait une réunion pour créer sa section Pays basque. Le groupe de manifestants a rapidement grossi. D’abord une trentaine, à s’organiser en deux groupes, puis une cinquantaine à sortir les cagoules. Le commissariat a alors déployé la Section d’intervention départementale (SID), preuve que l’ambiance était montée d’un cran.

Policier blessé

Selon la police, les manifestants ont jeté pierres et peinture sur la façade de l’établissement. Les forces de l’ordre les ont fait reculer. Plusieurs individus ont mis le feu à trois conteneurs poubelle. Un représentant des forces de l’ordre s’est retrouvé à terre, blessé suite aux affrontements. Un individu a alors été interpellé pour dégradation, violence contre personne dépositaire de l’autorité publique.

L’homme a été placé en garde à vue, puis laissé libre pour la poursuite de l’enquête. Né en 1981, il réside à Anglet, et il est sans emploi. Au total, la chaude soirée s’est soldée par trois interpellations. La police a identifié et interpellé le lendemain des faits un autre individu, qui avait jeté des pierres. Il fera l’objet d’une convocation par officier de police judiciaire (COPJ) ce mois. Né en 1992, il est sans emploi et connu des services de police.

« Prise de guerre »

Un troisième individu a été interpellé le soir même par la Brigade anticriminalité dans le Petit Bayonne, place Paul-Bert, où il tentait de mettre le feu à des poubelles. Il était détenteur d’une cagoule et de plusieurs briquets. L’homme né en 1982 est sans domicile et sans emploi. Il a été présenté samedi devant le magistrat et placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé ce mois à l’audience correctionnelle.

Les membres du Bloc Identitaire n’ont pas participé aux affrontements. Alain de Peretti et Christophe Pacotte, coordinateurs régionaux du parti politique étaient dans l’hôtel, avec une dizaine d’adhérents.

« Ce sont des punks à chien, crassouilles hirsutes, dont le cerveau est limité par l’usage de stupéfiants », lance Christophe Pacotte. Et encore : « Des asociaux. On est tombé sur des fous. » Alain de Peretti confie que la bannière des manifestants trône désormais dans le local du Bloc Identitaire à Bordeaux. « Une prise de guerre. »

Car après notamment Bordeaux, ou Pau, le parti politique entend bien transformer son essai d’implantation d’une section locale. Le Bloc Identitaire est classé à l’extrême droite de l’échiquier politique. Alain de Peretti, qui a été élu du Front national, le décrit comme porteur d’« un combat pour les identités ». « Le Bloc Identitaire ne rentre pas dans les classifications simplificatrices du passé (fasciste – antifasciste). »

Alain de Peretti entend bien vendre le label identitaire en Pays basque. « C’est une région à forte identité. Nous voulons apporter des réponses locales, dans le cadre d’une philosophie générale », prône le coordinateur régional.

« Tout le monde est d’accord que la politique, c’est du grand guignol. Les vrais sujets ne sont pas évoqués. Nous souhaitons établir une démocratie locale, par des votations, comme dans le système suisse. Si l’on organisait une votation sur la Ligne à grande vitesse, cela résoudrait tous les problèmes. »

Leur presse (Emmanuelle Fère, SudOuest.fr, 5 mars 2012)F

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 15:34

Communiqué de presse de la CNT Moselle suite à la bavure policière du vendredi 24 février

Le vendredi 24 février, la CNT organisait une soirée de soutien dans ses locaux situé au 5 place des Charrons, à Metz. Alors que tout se déroulait bien, la Police est intervenue pour un tapage. Le chef de patrouille  a demandé à parler à un responsable de notre organisation. Le secrétaire régional de la CNT s’est présenté et a fait remarquer à l’officier qu’aucun tapage n’avait lieu et qu’il pouvait le constater par lui-même. L’officier a alors exigé les papiers d’identité de notre camarade. Celui-ci lui a alors demandé le motif de ce contrôle d’identité tout en sortant ses papiers. C’est alors que sans motif, l’officier a déclaré : « y’en a marre on l’embarque ». Le secrétaire du syndicat CNT des travailleurs de l’éducation sera également interpellé pour avoir osé dire au premier que l’avocat du syndicat allait être immédiatement contacté. S’en est suivi des propos inadmissibles tenus par l’officier : « je vais vous faire fermer votre syndicat de merde », « sales rouges », « connard de syndicalistes », « petit con, connard ». Il est à noter qu’à aucun moment, nos camarades n’ont élevé la voix ni insulté les policiers, pour preuve, aucune garde à vue n’a eu lieu suite à ces arrestations. Le chef de patrouille préférant mettre les deux militants de la CNT en cellule de dégrisement pour Ivresse Publique Manifeste… un comble dans la mesure où se sont ces mêmes agents qui ont demandé à nos camarades de sortir. On peut dès lors supposer un piège. Le seul problème étant que nos camarades n’avaient pas bu, qu’il leur a été refusé un test d’alcoolémie ainsi que l’explication de leurs droits à l’hôpital devant le personnel hospitalier quelque peu interloqué par la situation. En effet, nos camarades ne savaient pas sous quel régime ils étaient placés.

Une fois au commissariat de police, ils leur est notifié leur placement en cellule de dégrisement. Pour autant, le scandale policier ne s’arrête pas là. Personne ne demandera à nos camarades de signer l’inventaire de leur fouille. Les policiers mettront de leur propre chef : « trop ivre pour signer ». À leur sortie, aucun procès verbal d’IPM ne leur sera présenté, ni aucune garde à vue notifiée, à croire que toute la procédure policière ce soir-là est restée clandestine. Par ailleurs, nous relevons le sang froid de nos camarades, qui resteront courtois malgré les invectives incessantes du responsable de patrouille à leurs endroits.

Mais le scandale ne s’arrête pas là. En effet, la police est revenue mettre la pression à la CNT. Pas moins de six voitures comprenant une vingtaine de policiers en uniforme et en civil, ont encerclé le local du syndicat aux alentours de 1h du matin, en interdisant l’accès à des locaux syndicaux au public, en insultant les gens présents, et en mettant la pression pour obtenir la fermeture de nos locaux. Nous pouvons affirmer que lors de cette soirée, la Police a violé tous les droits démocratiques élémentaires : liberté d’expression, liberté de circulation, liberté d’organisation, liberté syndicale. Elle a usé de prétextes fallacieux afin d’interpeller des militants syndicaux. Elle a usé de provocations inadmissibles afin de tenter de pousser les interpellés au délit, ce qui, nous le rappelons, n’aura jamais été le cas. Les provocations policières ce soir-là n’avaient, à notre sens, pour seul but que de déstabiliser notre organisation syndicale en espérant créer un affrontement devant nos locaux.

De fait, la CNT ne peut considérer l’action policière que comme une action politique, ce qui n’est pas dans ses attributions, hostile à son égard. La CNT a pris contact avec ses avocats, et témoignages à l’appui, déposera plainte cette semaine auprès du procureur de la République.

Nous nous tenons à la disposition de la presse pour toute information complémentaire.

CNT – Union départementale de la Moselle, 28 février 2012.

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 15:32

Parce qu’elle te contrôle quand t’as une gueule qui lui revient pas !

Parce qu’elle veut tout savoir sur toi : ton sexe, tes origines, ta sexualité, ta religion, tes opinions, ton ADN, tes empreintes…

Parce qu’elle refuse l’asile alors que c’est elle qui a fait fuir les gens de leur pays !

Parce qu’elle te soumet à un système qui ne te correspond pas !

Parce que, vu des beaux quartiers, elle a l’apparence de la « sécurité » mais qu’elle n’est qu’intimidation quotidienne dans les quartiers populaires !

Parce qu’elle te tabasse lors de tes révoltes et de tes manifs !

Parce que, quand t’es gréviste, elle est toujours là pour essayer de  t’intimider ou d’entraver tes actions !

Parce que ce pays l’exporte à l’étranger comme un savoir-faire !

Parce qu’elle ne veut pas être filmée et prise en photo quand elle agit !

Parce qu’elle fait peur et résigne !

Chaque année depuis 1997, vers le 15 mars, le COBP (Collectif Opposé à la Brutalité Policière) organise des manifestations dans les rues de Montréal, et cette journée de protestation s’est étendue à de très nombreux pays.

En France, alors que la multiplication des intimidations, violences policières, interpellations, condamnations de toutes sortes continuent de dessiner un peu partout un ordre policier généralisé, s’est imposée l’idée d’une nouvelle journée de mobilisation contre les politiques sécuritaires en cours ou à venir.

À Lille, le CRRIMMS, Collectif de Résistance à la Répression et à l’Intimidation des Militants et des Mouvements Sociaux, répond à cet appel international.

Nous dénonçons !

• Nous dénonçons les morts suspectes après une interpellation (en 2008 on compte 11 morts suspectes de la part de la police et cinq blessés graves, en 2009 on compte 5 morts, 5 blessés, en 2010, 9 morts suspectes, 5 blessés).

• Nous dénonçons les morts suspectes déguisées sous forme de suicide en prison !

• Nous dénonçons les contrôles d’identité de manière générale mais surtout les contrôles d’identité au faciès !

• Nous dénonçons la chasse aux sans papier-e-s et aux migrant-e-s à Lille, Calais, Angres, Norrent-Fontes, Steenvoorde, et partout ailleurs !

• Nous dénonçons le racisme et la violence de l’institution policière qui est au service des intérêts des plus riches et des classes dirigeantes !

• Nous dénonçons la multiplication des lois et des projets sécuritaires qui restreignent les libertés. Et 50 ans après la fin de la guerre d’Algérie, nous dénonçons les techniques répressives contre-insurectionnelles nées et testées durant cette guerre qui visent aujourd’hui à toujours plus nous contrôler et nous ficher par tous les moyens !

• Nous dénonçons la violence pendant les mouvements sociaux comme ce fut le cas en octobre 2010 à l’égard des lycéen-nes sur qui des chiens furent lâchés à Lille, Roubaix, Tourcoing !

• Nous dénonçons la multiplication des procès et des amendes pour les grévistes et militant-es des mouvements sociaux (Xavier Mathieu pour avoir refusé la prise ADN) !

• Nous dénonçons la censure à l’égard du site copwatch et de toute personne voulant filmer ou prendre en photo les forces répressives !

• Nous dénonçons toute répression qui vise à nous soumettre et à nous faire taire !

Notre silence ferait de nous toutes et tous les complices de l’État policier !

Le métier de policièr-e est dangereux ?

On nous dit souvent que le métier de policier-e est dangereux. Pourtant selon le site « victimes du devoir », le nombre de mort-es dans la police est stable depuis une dizaine d’années. On en comptait 3 en 2002, 9 en 2003 et 2004, puis 2 en 2005 et 2006, 6 en 2007, 5 en 2008 et 7 en 2009, 6 en 2010 et 4 en 2011. Nombre dérisoire au regard du nombre de morts liées aux accidents de travail : 144 dans la construction et 134 dans l’industrie entre 2002 et 2004.

En même temps les policier-es ont de plus en plus tendance à se considérer comme des « justiciers », ce qui légitime selon eux l’usage de la violence lorsqu’il y a « dérives » ou « bavures » de leur part.

Si on compare,  un-e ouvrier-e qui commet une faute grave est licencié-e, et un-e policier-e qui fait perdre un œil à un-e jeune lycéen-ne ou cause une blessure mortelle se fait seulement muter. L’impunité dont jouissent les policier-es reste un facteur important pour que ce système d’injustice sociale puisse fonctionner, car c’est cette impunité qui leur permet d’employer la violence en sachant pertinemment qu’ils ne risquent pas grand-chose.

La police protège-t-elle tout le monde ? L’usage de la violence est-il propre à ce métier ?

La police se définit surtout comme « maintien de l’ordre ». Quel ordre ? Un ordre inégalitaire, celui d’une société organisée sur la domination économique et politique d’une minorité  sur une majorité qui se fait exploiter toute sa vie. Il ne faut pas oublier que la police française a été créée sous Louis XIV, au même moment que l’instauration du code noir de l’esclavage. Son but était de chasser les mendiant-es, et donc assurer la sécurité des dominant-es.

Aujourd’hui encore, les violences policières sont ciblées ; elles touchent essentiellement les pauvres, les immigré-es, mais aussi les jeunes, les militant-es politiques, les « déviant-es », les insoumis-es…

Prenons l’exemple des jeunes. Human Rights Watch publie dans son rapport du 2012 que les jeunes issus des minorités, dont des enfants de moins de 13 ans, font fréquemment l’objet de contrôles comprenant des interrogatoires prolongés, des palpations portant atteinte à leur intimité… Ces contrôles arbitraires peuvent avoir lieu même en l’absence d’un signe quelconque d’infraction.

La Commission nationale de déontologie de la sécurité a également publié en 2008 une étude recensant des exemples de « violences illégitimes » des forces de l’ordre envers les moins de 18 ans. Recours excessif à la force lors d’une interpellation, fouille de sécurité injustifiée ou placement en rétention administrative comparable à de la maltraitance. Depuis sa création en 2000 la Commission a traité 75 dossiers concernant des mineurs (environ 10% du total).

Or est-ce que quelqu’un-e peut imaginer que Jacques Chirac ou Lilliane Bettencourt, si tant est qu’un jour on vienne les chercher, puissent être l’objet d’un traitement pareil au moment de leur interpellation ? Ce n’est pas possible parce que les policier-es ont intégré la nature de leurs client-es ; ils savent très bien reconnaître à qui ils ont à faire.

Les démonstrations de forces de sécurité, leur présence partout et la violence utilisée, plutôt qu’à nous protéger, sert plus à nous inculquer la peur et la suspicion ainsi qu’à nous apprendre la place qui nous est réservée dans cette société.

Programme de la journée Samedi 17 mars 2012

10h30 – Table ronde sur la répression (place Martin Luther King, Lille Sud)

14h – Départ manifestation (place Martin Luther King, Lille Sud)

17h30 – Assemblée populaire (place Degeyter, Lille Fives)

19h30 – Repas collectif (place Degeyter, Lille Fives)

21h30 – Projection plein air (place Degeyter, Lille Fives)

Collectif contre la répression et l’intimidation des militants et des mouvements sociaux (CRRIMMS), Collectif Vérité et Justice, Groupe des anarchistes de Lille et environs (GDALE).

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 15:28

Le riche est porté sur la triche, selon une étude

Les personnes issues des classes supérieures ont davantage tendance à enfreindre le code de la route, à chaparder des bonbons ou à mentir dans le but de s’enrichir encore davantage, révèle une étude réalisée aux États-Unis et au Canada. Ses résultats ont été publiés lundi dans la Revue de l’Académie nationale des sciences (PNAS).

L’étude a été réalisée par des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley et de l’Université de Toronto, qui ont réalisé sept expériences différentes auprès d’une centaine de personnes pour chaque test.

L’une de ces expériences a montré que les propriétaires de grosses cylindrées avaient plus tendance que les autres à commettre une infraction à un carrefour et laissaient moins traverser les piétons.

Bonbons

Un autre test réalisé avec un jeu de dés et une récompense à la clé a montré que les personnes se disant d’un statut social supérieur avaient davantage tendance à mentir sur leur score.

Et lorsqu’on leur a donné un paquet de bonbons en leur disant qu’il était destiné à des enfants présents dans une pièce voisine mais qu’elles pouvaient se servir, les personnes de milieux favorisés piochaient davantage que les autres.

Culture du résultat

« La recherche de l’intérêt personnel est une motivation plus importante pour l’élite, et la cupidité qui s’accroît avec la fortune et le rang social peut amener certains à mal se conduire », ont expliqué les auteurs de l’étude.

Ces derniers relèvent que les classes supérieures sont plus indépendantes et par conséquent moins inquiètes du qu’en dira-t-on.

Les plus riches sont plus portés sur la culture du résultat et ont une vision plus positive de la cupidité, ce qui peut les rendre « moins attentifs aux conséquences de leurs actes pour les autres », ont observé les chercheurs.

Leur presse (ats, 27 février 2012)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 12:49

Communiqué de presse suite à la dépose de la plaque commémorative Ali ZIRI

Le collectif « Justice et Vérité pour Ali ZIRI », composé d’une trentaine d’associations, d’organisations politiques, syndicales et de citoyens, avec le soutien de personnalités diverses dont celles de M. Jacques Gaillot et M. Stéphane Hessel, a posé une plaque en hommage à M. Ali ZIRI, à Argenteuil le 14 janvier 2012. Sur cette plaque, on peut lire : « Ali ZIRI, 69 ans, mort le 11 juin 2009 suite à son interpellation par la police nationale ici-même ».

Il nous est reproché d’avoir utilisé les termes « suite à son interpellation » :

• Chacun pourra constater que M. Ali ZIRI est décédé après avoir été interpellé par des policiers nationaux rattachés au commissariat d’Argenteuil.

 • Chacun pourra constater que l’Institut Médico-Légal établit un lien entre la technique d’interpellation utilisée et le décès de M. Ali ZIRI.

Il nous est reproché d’avoir utilisé les termes « interpellation par la police nationale » :

• Chacun admettra qu’une interpellation ne peut être effectuée que par des membres de la police nationale, et aucunement par l’institution qu’est la police nationale. Il n’y a donc pas de mise en cause de la police nationale dans son entièreté.

Pour ces trois raisons, cette plaque n’est en rien diffamatoire et ne préjuge en rien de la décision de justice concernant les policiers impliqués.

Pour ces mêmes raisons, le collectif dénonce la dépose de cette plaque par la municipalité. Cette même municipalité, qui nous avait permis de découvrir cette plaque en présence de Monseigneur Jacques Gaillot et d’environ 500 personnes, qui nous avait expliqué jusqu’alors que le contenu de cette plaque n’était en rien diffamatoire, et qui au final opère une volte-face et cède aux injonctions de Claude Guéant.

Nous avons conscience que notre cause dérange, mais nous ne céderons pas, et c’est avec détermination, sans répondre aux provocations d’où qu’elles viennent, que le collectif entend faire toute la vérité et exiger justice pour la mémoire de M. Ali ZIRI.

Nous appelons à une conférence de presse le lundi 6 février à 14 h30 à l’endroit où se trouvait la plaque (Angle des rues Antonin-Georges-Belin et Jeanne d’Arc) et à une mobilisation le samedi 11 février dans le parc de la Mairie d’Argenteuil à 14h00.

Association des Travailleurs Maghrébins en France (ATMF), 1er février 2012.


Argenteuil. La plaque commémorative pour Ali Ziri retirée

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1328100977.jpg

Argenteuil, hier matin. La plaque commémorative pour Ali Ziri a été retirée dans l’après-midi.

« Ali Ziri, 69 ans, mort le 11 juin 2009, à la suite de son interpellation par la police nationale, ici même. » Ce texte inscrit sur une plaque posée le 14 janvier à l’angle du boulevard Jeanne-d’Arc et de la rue Antonin-Georges-Belin, à Argenteuil, par le collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri était encore lisible hier matin.

Mais la plaque a été retirée vers 16 heures.

Et pour cause : lundi, le préfet, Pierre-Henry Maccioni a remis une injonction au maire, Philippe Doucet (PS), en ce sens. « C’est au regard des tensions que Philippe Doucet, garant de la tranquillité publique et prenant en compte les relations avec les services de l’État dans la gestion des affaires de la ville, concède la dépose de ladite plaque » explique-t-on en mairie. « Nous sommes intervenus car nous estimions que la rédaction du texte de la plaque ne respectait pas le principe de présomption d’innocence, précise la préfecture. Nous sommes donc satisfaits de la décision de la ville d’Argenteuil. »

Un sentiment partagé par les policiers. « La raison l’a emporté. Ce message laissait entendre qu’il y avait une relation de cause à effet entre le décès de M. Ziri et son interpellation, réagit Ludovic Collignon, secrétaire départemental du syndicat Alliance. Rien, aujourd’hui, dans la procédure, ne permet de dire que les policiers sont impliqués. Nous étions prêts à saisir la justice pour obtenir la dépose de la plaque. » « Tout le monde veut que la vérité se manifeste. L’affaire est en cours, ce n’est qu’à la justice de juger », renchérit Frédéric Jung, son homologue d’Unité SGP-FO. Le rassemblement des policiers prévu lundi est donc finalement annulé.

Un nouveau texte

Ali Ziri, retraité algérien, est mort deux jours après une interpellation par la police, à la suite d’un contrôle routier. Il se trouvait alors en voiture avec un ami, Arezki Kerfali. Les deux hommes, passablement éméchés, auraient tenté de résister, contraignant les policiers à faire usage de la force pour les maîtriser. Alors que la première autopsie avait conclu à une « fragilité cardiaque » et confirmé la « forte alcoolémie » du sexagénaire, une contre-expertise avait révélé la présence d’« hématomes de 12 à 17 cm » sur son corps. Mi-décembre, le parquet de Pontoise a requis un non-lieu à l’encontre des policiers mis en cause.

Hier, le collectif Vérité et justice n’a pas souhaité s’exprimer sur le retrait de la plaque. Ses membres avaient cependant prévu de se réunir dans la soirée. De son côté, la municipalité envisage « à l’issue de la procédure judiciaire en cours, de proposer au conseil municipal d’Argenteuil une délibération pour décider de la pose d’une plaque définitive en la mémoire du défunt ».

Leur presse (LeParisien.fr), 1er février 2012.


(…) Contacté par l’AFP, le syndicat Alliance, qui avait menacé la ville de poursuites judiciaires, s’est dit « très satisfait » de ce retrait. « C’est une victoire pour le droit au respect des fonctionnaires de police et pour la présomption d’innocence », a souligné Ludovic Collignon, secrétaire départemental du syndicat.

L’avocat de la famille d’Ali Ziri, Me Stéphane Maugendre, a dit « regretter » le retrait de la plaque. « L’objectif de la plaque n’était pas de jeter le discrédit sur la police. C’était de pousser les autorités à faire toute la lumière sur la mort de M. Ziri », a-t-il assuré. (…)

Leur presse (Agence Faut Payer), 1er février 2012.

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.