Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 11:01

Le Danemark met fin au lockout des professeurs

COPENHAGUE – Le gouvernement du Danemark a proposé une mesure législative d’urgence pour mettre fin au lockout de quelque 52’000 enseignants qui paralyse les écoles du pays depuis quatre semaines.

La première ministre Helle Thorning-Schmidt a dit que 875’000 étudiants reprendront le chemin des classes dès lundi si la loi spéciale est adoptée pendant la fin de semaine.

La première ministre a déclaré jeudi que la majorité des parlementaires sont prêts à appuyer cette mesure. La loi spéciale impose trois heures d’enseignement de plus par semaine aux professeurs et elle abolit progressivement le droit de moins travailler après l’âge de 60 ans, mais elle prévoit aussi 5,2 millions $ US en hausses salariales.

Les municipalités avaient décrété le lockout le 2 avril, après que les enseignants aient refusé une entente sur les heures de travail. Les négociations étaient entièrement rompues, ce qui a forcé l’intervention du gouvernement.

Presse esclavagiste (The Associated Press, 25 avril 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES REPRESSION
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 10:59

Forum Social Mondial : Un autre mensonge est possible

“You can fool some people sometimes, but you can’t fool all the people all the time.”
— Bob Marley

L’édition tunisienne du FSM vient de se clôturer le 30 mars dernier. C’était une expérience unique pour des associations, organisations et citoyens du monde entier de se retrouver et d’établir les réseaux nécessaires pour alimenter leurs engagements respectifs. Dans ce texte, je m’intéresse au lien entre la situation actuelle en Tunisie et la tenue du FSM à Tunis.

Sans aucun doute, des personnes et des militants du monde entier sont venus à Tunis pour ‘essayer’ d’avoir une idée sur la ‘révolution’ en Tunisie et ses suites. Il n’est pas certain que la majorité d’entre eux aient pu entrer en contact avec les acteurs des premières lignes de la révolution, notamment les Tunisiens des quartiers défavorisés de Tunis ainsi que ceux des régions éloignées qui ont activement participé à la révolte populaire.

L’exclusion des mouvements sociaux de base et de ceux qui sont à la marge a toujours été un thème récurrent dans les forums sociaux mondiaux et le FSM 2013 n’a pas fait l’exception. S’il est clair que la participation au forum de Tunis a été massive, une grande majorité de Tunisiens n’ont pas pu y participer et encore moins y proposer des activités, ce qui est assez ironique vu que la conjoncture historique devrait favoriser les échanges de savoirs et de pratiques à partir de ceux qui ont mené les révoltes populaires.

Au lieu de cela, nous avons vu un déferlement de milliers d’associations et ONG, qui pour la plupart sont venues exposer leurs activités dans leur secteur bien défini, et ont été incapables de sortir de leur domaine d’activité spécifique, souvent dicté par les failles du système capitalise (droits de l’homme, droits des femmes, développement, éducation, dette, migration, etc.). Si la pertinence et l’efficacité de ces ONG sont discutables, l’impossibilité de dépasser cette approche sectorielle et de lutter pour le concept flou de ‘la justice sociale’ pose encore plus de problèmes.

Pour comprendre cette situation, des pistes de réflexion se retrouvent essentiellement dans le décalage existant entre ONG locales et internationales et les mouvements sociaux en processus révolutionnaire. Pour le premier groupe, il s’agit de réformer, d’encadrer, d’améliorer, de représenter, de démocratiser, de financer, etc. Alors que pour le deuxième, cela consiste plutôt à confronter, réclamer, s’approprier, révolutionner, étaler les scandales, se battre, lutter, bloquer l’économie, etc. Il ne s’agit pas seulement de capitalisme et mondialisation, mais aussi du rapport à l’État.

Comme l’histoire nous le rappelle avec amertume, le 14 janvier 2011 a marqué le début de la ‘transition démocratique’ ; Ben Ali est parti, mais son système est resté en place : le système policier, les différents ministères, les détenteurs cachés du pouvoir, etc. Très vite, un agenda de transition démocratique a été imposé au processus révolutionnaire en cours, créant une contestation populaire d’envergure (Kasbah) qui s’est estompée au bout de quelques mois.

Clairement, beaucoup de Tunisiens voulaient continuer à en découdre avec le monstre qu’est devenu l’État tunisien : le système de répression, la corruption endémique, l’impérialisme économique subi, les politiques de sous-développement, etc. étaient discutés, analysés, déconstruits partout et par tous les Tunisiens dans la rue et ailleurs, et ceci, juste après la ‘révolution’.

Force est de constater que pendant le FSM, l’État tunisien a été présent à travers ses différents ministères. Certains ont vu que le secteur touristique se réinventer en créant un nouveau type de tourisme : le tourisme militant, produit parfait pour relancer un tourisme low cost, profitant aux élites et exportant une image d’une Tunisie paisible et prête aux investisseurs étrangers, car la révolution est finie n’est-ce pas ? La Tunisie du jasmin, ça ne vous rappelle rien ?

La présence massive des ministères de l’État a permis de vivre pendant une semaine dans un ‘Disney Land’, loin de la pauvreté, des marginaux, de la violence, etc. Un chauffeur de taxi m’a confié que la semaine du FSM lui rappelait le temps de Ben Ali quand le tourisme roulait bien.

Mais quand il allait être presque arrêté par la police ce soir-là, il a rappelé que la présence policière pendant le FSM lui rappelait aussi le temps de Ben Ali… Sans commentaires… Un autre ami m’a confié que la présence massive des forces de sécurité dans un forum ‘social’ est un affront et fait revivre des traumatismes à ceux qui ont été victimes de répression de la part des ‘forces de l’ordre’ pendant la révolution et après…

Pour beaucoup, le processus de démocratisation post-14 janvier 2011 a été contre-révolutionnaire. On pourrait en dire de même concernant le FSM 2013 à Tunis en ce qui concerne la ‘société civile’. Si le FSM a été peuplé d’ONG locales et internationales, cela veut aussi dire que les mouvements sociaux de base ont perdu une occasion historique de se connaître, de s’unifier et de reconnaître leur ennemi commun : le capitalisme (et non pas seulement le néolibéralisme), l’État impuissant, ainsi que la colonisation économique, culturelle, celle de l’imaginaire ainsi que celle du rouleau compresseur de la modernité et du progrès made in Occident. La ‘NGOisiation’ de la ‘société civile’ est une facette du phénomène de ‘société civile’, car les ONG peuvent être vues comme des émissaires du Capital et de l’État alors les mouvements sociaux ont par contre besoin de confronter le Capital et l’État.

On peut voir se dessiner un schéma de colonisation basé sur un certain modèle de ‘société civile’ à l’occidentale qui institutionnalise les luttes, prétend les ‘représenter’ les marginaux, monopolise la parole et la présence médiatique et surtout suit un agenda conforme aux besoins des bailleurs de fonds internationaux, déresponsabilisant la ‘société civile’ locale face à ses priorités et ses choix pour suivre des politiques imposées. C’est une économie politique des luttes sociales qu’il faut absolument déconstruire, car cette ‘NGOisation’ va s’intensifier dans le futur et surtout être un frein certain vers l’auto-détermination des peuples.

La colonisation se retrouve même dans les bases conceptuelles et historiques qui se réclament de l’humanisme, de l’universalisme, de la laïcité, du déterminisme, du racisme, de la science et du rationalisme essentiellement à la modernité européenne. Ceci équivaut généralement à renforcer l’idée que l’Occident a le monopole de la modernité, alors qu’il existe différentes modernités, éparpillées dans le temps, dans les espaces de différentes civilisations. Dans le cas tunisien, la manière de voir et penser la politique ne pourra pas s’ancrer dans la réalité si la modernité arabo-musulmane n’est pas prise en compte dans toute sa diversité et complexité historiques et ontologiques. Cette autre modernité permettra la recherche d’autres alternatives dans la compréhension du capitalisme et sa déconstruction.

La spécificité du FSM 2013 est sa tenue dans un pays en processus révolutionnaire ; et c’était une occasion ratée de poser des actions concrètes face à des problématiques urgentes afin de compléter les discours et ateliers du FSM. Il y a le dossier des réfugiés de Choucha, le prêt récent du FMI, le dossier de l’impunité de la police, etc. C’était une occasion rêvée de soutenir des mouvements sociaux en lutte et pourtant rien ne s’est passé.

Maintenant, décider si le forum est révolutionnaire ou réformiste parait futile après tout cela. Voici une proposition concrète : annuler la charte de Porto Alegre du FSM et lui donner un nouveau nom : Forum des Professionnels du Social, forum des ONG et de l’État, forum de l’État hôte (ajouter votre proposition dans cette page collaborative, n’hésitez pas à y contribuer : pad.tn/p/FroumName).

De cette manière, on pourra arrêter de créer de nouvelles frustrations à chaque édition du forum et laisser de la place à un nouvel imaginaire qui permettra de réellement renforcer les mouvements sociaux de base et d’entamer sérieusement un projet révolutionnaire,projet qui a déjà commencé en Tunisie en 2011.

La grosse voiture polluante, basée sur de vieilles technologies, pseudoscientifique, encombrante et couteuse qui dit au monde entier qu’elle s’appelle vélo, reprendra alors son nom de voiture. Ce qui permet à ceux qui en ont besoin de bâtir un vélo léger, efficace, rapprochant les gens entre eux et luttant contre le capitalisme avec des moyens simples, locaux et ancrés dans la réalité ; au lieu d’utiliser les méthodes des maitres actuels du monde comme lors du sommet de Davos : un groupe restreint d’hommes blancs décide pour l’avenir de l’humanité dans un espace militarisé où tout est fait pour que ce soit un minimum ‘démocratique’. Le FSM utilise les méthodes de Davos… À bon entendeur.

Un point de départ serait, par exemple, en Tunisie les communautés de base qui restent pour la plupart des citoyens : le café, le hammam, la mosquée, le bar, le stade de football, le quartier, la famille petite et élargie, etc. Autant d’endroits que les gestionnaires et ingénieurs des ‘transformations sociales’ ignorent. L’obsession destructrice de distinguer le public du privé ne fait que perpétuer les schémas de colonisation…

Le mensonge de la révolution tunisienne en a amené un nouveau, celui du FSM, qui rappelle au peuple tunisien et à tous les peuples en lutte qu’un autre mensonge est possible.

Marwen Tlili
Ingénieur en informatique et titulaire d’une maîtrise en relations internationales. A participé au processus du Forum Social Mondial dans le projet de mobilisation avec la caravane à vélo qui a parcouru la Tunisie l’automne dernier. Il milite pour le droit des mouvements sociaux de base pour s’approprier l’espace et moyens nécessaires pour faire grandir leurs luttes et les rendre autonomes.

Marwen Tlili – Nawaat, 24 avril 2013

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 10:47

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/0120.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT FACHO HORS DE NOS VIES! LUTTES
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 10:46

Un policier a été sérieusement blessé hier soir à Vigneux-sur-Seine (Essonne), après avoir reçu un pavé en pleine tête, mais ses jours ne sont pas en danger, selon des sources policières.

Vers 22H30, de jeunes habitants du quartier sensible de la Croix-Blanche à Vigneux-sur-Seine ont perturbé la voie publique et les parties communes des immeubles, avant de menacer d’incendier des poubelles. Une vingtaine de ces jeunes gens a alors tenté de frapper des riverains qui étaient sortis, alors que la police arrivait sur les lieux, et les a repoussés avec des gaz lacrymogènes.

Ils ont ensuite jeté des pavés sur l’équipage de la brigade anti-criminalité (BAC)départementale. Un policier de cet équipage, âgé de 30 ans, a reçu un pavé en pleine tête, ont précisé ces sources. Il a été hospitalisé, mais ses jours ne sont pas en danger, selon ces mêmes sources. Il n’y a pas eu d’interpellation. La sûreté départementale de l’Essonne est chargée de l’enquête.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 25 avril 2013)

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans FLICSPORCSASSASSINS LUTTES FACHO HORS DE NOS VIES!
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 10:43

Depuis 2008, sous prétexte de la crise économique, la troïka (FMI, Banque Centrale et Commission européenne) en collaboration avec le gouvernement grec ont transformé un peuple en troupeau de pauvres, chômeurs et travailleurs sans droit. Une partie de la population se révolte contre cette misère économique et sociale en créant des cellules de lutte et de solidarité. L’État pour mieux contrôler et opprimer ces mouvements, a utilisé, comme ses deux dispositifs les plus performants : le fascisme et le pouvoir répressif. Cette violence étatique et para-étatique attaque les collectifs qui continuent à résister tout autant que « les maillons faibles » : immigrés, toxicomanes et sans papiers.

La crise n’est plus exclusivement économique, à travers la désagrégation des tissus sociaux, elle est devenue en fin de compte une crise sociale.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/061.jpeg

Banderolle accrochée à Grenoble le vendredi le 12 avril 2013 sur le pont de l’Estacade

Le 20 décembre 2012, sous prétexte d’une plainte anonyme, les CRS évacuent le squat de Villa Amalias et arrêtent les huit camarades se trouvant dedans. Se joint à cela une médiatisation massive qu’enfin l’État nettoie le centre d’Athènes des noyaux de l’anomie (comme il l’a déjà commencé avec les pogroms contre les immigrants, les prostituées et les toxicomanes). Quelques jours après, les CRS, en utilisant le même prétexte, entrent à l’ASSOE (université au centre d’Athènes) et vident le local autogéré des étudiants, tout en confisquant le matériel de 98FM (une radio libre anarchiste). Le 9 janvier, le squat de Skaramanga est attaqué et les huit camarades présents sont arrêtés. Le bâtiment est expulsé pendant que des camarades reprennent Villa Amalias. Mais ce dernier est réexpulsé le jour même et les 93 camarades sont arrêtés et confrontés, cette fois, à des accusations criminelles. Le 15 janvier, encore sous le même prétexte, la police évacue Lelas Karagiannis, le squat le plus ancien d’Athènes, et arrête les 14 camarades alors sur les lieux.

Partout, pendant cette période, les lieux autogérés et squats en Grèce subissent des attaques fascistes et para-étatiques. Ces attaques ont toujours existé mais sont  en augmentation (cinq dans une période de trois mois).

Des manifestations sont organisées en réponse à ces attaques, ainsi que des interventions de contre-information, des occupations de bureaux politiques, etc. Des mouvements de solidarité aux squats et aux lieux autogérés sont mis en place au niveau national comme international.

L’objectif du pouvoir est simple : les squats, comme lieux servant de tremplin à l’anarchisme et à l’autogestion, représentent une menace et doivent être supprimés. Les squats attaqués ont en commun d’être au centre d’Athènes et plus spécifiquement dans des quartiers où l’Aube Dorée a une forte implantation. Ces squats tentent de proposer des relations qui ne sont pas caractérisées par le sexisme, l’oppression et le consumérisme et mènent des luttes antifascistes, antiracistes et anticapitalistes. De surcroît, ils pratiquent la solidarité et la lutte anti-systémique contre le cannibalisme social issu de la crise.

L’État entend, par la répression, consolider sa domination et montrer que toute velléité de subversion est impossible ou fatalement punie. Par la force ou la crise économique, la contestation populaire est étouffée tout autant qu’écrasée par les forces répressives.

Parce que nous sommes ici, ailleurs, où en Grèce les ”petits” de ce monde, que partout les mêmes intérêts capitalistes de domination enserrent nos vies. La paix n’est là que pour rendre encore plus criante la guerre sociale en cours, alternant avec l’oppression policière quand le besoin s’en fait sentir.

Les États et les classes aisées sont partout solidaires afin de maintenir leurs privilèges, nous n’auront d’autres objectifs que de lutter contre le pouvoir et toutes ses extensions, parce que nous n’aurons que ce que nous leurs arracherons…

Solidarité avec les lieux autogérés et les squats de Grèce et d’ailleurs.
Solidarité avec les anarchistes mis en cause judiciairement.

Quelques anarchistes grenoblois

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans SQUAT SOUTIEN LUTTES
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 09:32

Un salarié de Renault s'est suicidé dans la nuit de dimanche à lundi sur son lieu de travail à l'usine de Cléon, en Seine-Maritime. Il a laissé une lettre dans laquelle il explique subir "pression" et "chantage" de la part du groupe depuis qu’il s’est mobilisé contre les accords dits de compétitivité-emploi cet hiver.

Agé de 35 ans et père de deux enfants, ce technicien qui travaillait de nuit, a été retrouvé pendu lundi au petit matin sur le site, son lieu de travail, où il était employé depuis 2000. Pascal Le Manach, délégué syndical CGT a expliqué à l’AFP qu’"il a laissé sur place deux lettres, l'une pour sa famille et l'autre à l'attention de la direction, dans laquelle il dénonce les pressions".

Dans ce second courrier, l'ouvrier a écrit : "Merci Renault. Merci ces années de pression, chantage au nuit. Où le droit de grève n'existe pas. Ne pas protester sinon gare. La peur, l'incertitude de l'avenir sont de bonne guerre, paraît-il ? Tu expliqueras ça à mes filles, Carlos", allusion à Carlos Ghosn, le PDG du groupe.

Le salarié, "excellent ouvrier" et "non-syndiqué", "faisait l'objet de pressions de la direction depuis qu'il avait pris activement part aux grèves contre le projet d'accord compétitivité-emploi cet hiver", a précisé M. Le Manach. "La direction l'avait notamment menacé de le faire redescendre en équipe (de jour), avec une perte financière très importante à la clé", estimée à au moins 400 euros par mois. La CGT a demandé la tenue lundi d'un Comité d'hygiène et de sécurité exceptionnel "pour montrer la responsabilité de Renault dans ce décès".

Le parquet de Rouen, qui a confirmé la découverte de deux lettres, a de son côté précisé à l'AFP avoir ouvert une enquête en "recherche des causes de la mort" à la suite de ce suicide survenu "sur le lieu de travail et pendant les heures de travail".
Le site de Renault-Cléon, spécialisé dans la fabrication de moteurs et de boîtes de vitesse, emploie environ 4.000 salariés dans une ambiance qualifiée par la CGT de "plus en plus difficile", notamment depuis la mise en place de l'accord compétitivité-emploi par M. Ghosn.

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES REPRESSION
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 09:07

[8 juin 2012]
Centre de rétention

Qui t’a dit que j’avais la mémoire courte ?

Le 8 juin 2001 j’ai été victime d’une caméra cachée réelle et onze ans plus tard j’attends toujours que les caméras sortent de leur cachette et qu’ils me disent que c’était une blague mais bon je crois que je peux les attendre longtemps LOL.

La loi du talion tu connais ou quoi ? Si tu connais pas dans le meilleur des cas prépare-toi une chaise roulante… Moi j’ai opté pour la vendetta psychologique heureusement qu’ils ne peuvent pas accéder aux informations qu’il y a dans ma tête sinon j’aurais pris la perpétuité.

J’me prends pas pour ce que je ne suis pas je ne suis qu’un spermatozoïde à la base mais j’ai gagné le sprint final contre des milliers de dalleux donc à ce titre je demande le respect LOL.

8 juin 2001 ma vie va prendre un nouveau tournant j’avoue je m’y attendais pas je venais d’effectuer plus de deux ans à la maison d’arrêt d’Osny (95) content de retrouver ma liberté mais c’était sans compter sur les lois racistes de ce pays l’une d’elles s’appelait à l’époque « la double peine » ça consistait à que si un étranger commettait un délit en France dès qu’il avait fini sa peine on le raccompagnerait dans son bled et devinez qui a eu la chance de bénéficier de cette promotion ? LOL.

À peine 20 piges et en deux temps trois mouvements une voiture de police escortée par deux motards me jette dans un centre de rétention comment vous expliquer sans exagérer. Là-bas c’est pire que la prison on y parque des humains considérés comme choses sans valeur parce qu’ils ne viennent pas de la patrie moi je pensais que les camps c’était fini que Hitler après son K.-O. technique de la seconde guerre mondiale ça n’existait plus.

Souvent situé à deux pas d’un aéroport à l’abri des regards les gens sont séparés par couleur de peau on m’a forcément mis dans le bâtiment des blacks. J’avais oublié ma langue natale à force de manger au McDonald’s LOL j’évoluais au milieu de clandos purs et durs. J’comprenais pas un mot de ce qu’ils me racontaient dans le meilleur des cas je tombais sur un anglophone je comprenais rien non plus mais reconnaissais quelques mots que ma prof d’anglais nous avait appris avant de se couper les veines LOL mon survêtement Lacoste faisait tache ici les gens jouaient leur vie pour accéder de l’autre côté de la rive. Des hommes qui étaient venus chercher ce qui leur revenait de droit alors que moi j’étais là pour avoir joué aux gendarmes et aux voleurs avec la BAC. J’avais perdu la réalité de la vie et là elle me sautait aux yeux on avait la même couleur de peau mais eux étaient prêts à donner leur vie pour être à ma place. J’avais oublié un instant la provenance de nos parents à force de boire du Nesquick au petit déjeuner… J’avais zappé que pour la plupart des habitants de la douce France je n’étais qu’un Africain qui grattait le ticket de cantine de leur fils.

Au bout d’une semaine de cauchemar comme j’avais l’un des meilleurs avocats du 78 il m’a évité le charter pour l’expulsion on verra plus tard LOL. L’État français a même été condamné par la Cour européenne pour ce châtiment gratuit. Cette fameuse loi de double peine a été abolie par un certain Nicolas Sarkozy c’est là que j’ai compris que le dicton on guérit le mal par le mal était bien vrai LOL.

[La Chronique de Youv derrière les barreaux est disponible en téléchargement gratuitsur le site des Éditions Antisociales. Elle est à suivre sur le compte Facebook dédié.]

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans PRISON LUTTES
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 14:43

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT LUTTES
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 14:37

[6 juin 2012]
Cadeau pour les insomniaques…

ZONZON

Ne tourne pas le dos à ton ennemi sinon c’est faute professionnelle la prison ne fait plus peur car la cité a été délocalisée en cour de promenade 80 % des jeunes de ma rue ont foulé le béton dur de la maison d’arrêt et les vingt autres pourcents c’est juste qu’ils n’étaient pas là au moment des faits LOL. Des gladiateurs que des mâles dominants ça bombe le torse pour montrer sa virilité chaque manque de respect est réglé sous le préau assure-toi d’avoir une bonne équipe sinon c’est pire que sur Street Fighter oublie le tête-à-tête c’est dix sur toi le seul règlement, c’est qu’il n’y a pas de règle sèche tes larmes à l’infirmerie « la prison c’est dur mais la sortie c’est sûr » OK OK je veux bien mais à quel prix ? Sortir fou ou mutilé un conseil fais pas le fou tu tomberas sur plus fou que toi donc serre les rangs prouve-toi à toi-même que tu n’as rien à prouver aux gens cellule insalubre douche glauque univers sordide reprends ton souffle dans les courriers de tes proches les mandats cash t’assurent un meilleur confort ils t’évitent de manger la gamelle au jus de chaussettes si tu veux pas qu’on parle de toi raconte pas ta vie à tout l’monde à trois dans neuf mètres carrés ça évolue l’un sur l’autre parfois l’un dans l’autre je LOL mais pourtant ça existe mais bon chacun ses penchants sexuels on est en démocratie nan ? MDRR un jour lors de la fouille d’une cellule voisine les matons trouvent trois godes planqués dans un oreiller beurkkkkk beaucoup ont viré de bord à l’ombre du show-bizness ça devient bi voire tri LOOL toute la misère de la France est concentrée dans ces geôles de la République, j’ai même vu des travestis plus féminines que Marilyn Monroe talons hauts et maquillés comme une voiture volée de dos on aurait dit un mannequin et de face c’était Garou PTDR. Aucun fond de teint ne pourra changer un homme en femme la zonzon expérience de vie unique que je ne souhaite à personne pourtant les juges et procureurs mériteraient de faire un p’tit stage pour voir dans quelles conditions vivent ceux qu’ils y enferment.

Ma vie est bloquée depuis dix ans eh ouais ma gueule dix piges et toujours fidèle à mes convictions mon passé fait partie de moi j’assume tout même mes faux pas car c’est souvent quand on a manqué d’oxygène qu’on s’aperçoit que rien ne vaut l’air pur même si la première liberté est dans la tête donc je suis libre même entre quatre murs.

Une pensée pour tous les enfermés et leurs familles.

[La Chronique de Youv derrière les barreaux est disponible en téléchargement gratuitsur le site des Éditions Antisociales. Elle est à suivre sur le compte Facebook dédié.]

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES PRISON
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 14:36

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE

Infokiosques.net

Partager cet article
Repost0
Published by coutoentrelesdents - dans GENRE LUTTES

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.