Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 13:52

http://sang-noir.net/site/wp-content/uploads/2011/10/Femmeabarbe.jpghttp://sang-noir.net/site/wp-content/uploads/2011/05/8_Lilith.jpgALLEZ VOIR ICI: link

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans TATOUAGES
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 16:20

http://a8.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/380141_298683240184091_140619695990447_891248_1367156872_n.jpg

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans TATOUAGES
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 12:24

Sang Bleu: Peux-tu décrire ton activité actuelle?

Stan: J’ai beaucoup de demandes de tattoo en ce moment, donc ça laisse moins de temps pour le reste de mes activités. Mais je continue aussi a peindre dessiner et travaille sur un nouveau projet de livre.

SB: Quelles sont tees références artistiques?

S: Je n’ai pas de références artistiques, mais m’intéresse à tout et ouvre les yeux.

SB: A quel moment as-tu décidé, ou simplement compris, que tu étais fait pour l’art (au sens large)?

S: J’avais pleinement conscience il y a 20 ans, quand je défonçais ma ligne, que la démarche était artistique. Je ressentais instinctivement que l’ambivalence de mes actes était un acte créateur.

SB: Comment est né le projet “Ma Ligne”? Les images, à leurs manière représente une dimension dure, souvent violente de notre société. L’objet résultant est pourtant soigné et s’insère sans problème.

S: J’avais l’envie de témoigner de mon passé de “graffiteur de trains” autrement que par le biais du livre de graffiti lambda, qui bien souvent, me fait chier. Aller plus loin dans la représentation de tout ça, d’un mode de vie qui ne se résume pas qu’à un simple lettrage coloré à la bombe de peinture.
Les moyens utilisés, la sobriété du design étant un parti pris, pour suivre au plus prêt le modèle initial- qui était mon book de photos. Le but étant de laisser les photographies exprimer la force poétique qu’elles recelaient.

SB: Dans le cadre de la collaboration avec Maximage et Patrick Frey, quelles ont été tes préoccupations principales lorsqu’il a fallu faire une sélection d’image et les ordonner?

S: Que cela soit représentatif de la réalité du moment.
Que ça suive une logique technique que je mettais fixée.
Pas de triche sur les dates, les endroits.
Après, beaucoup de discussions et de débats.
Le but étant pour moi de traduire une réalite visuelle et sensorielle.

SB: Qu’aimerais-tu que des “lecteurs non-initiés” du livre s’imaginent, se souviennent à la lecture du livre?

S: Qu’ils s’en souviennent prouvera déjà qu’ils ont été touchés par le contenu, ça me va. Même si c’est pour dire: “c’est dégueulasse”. C’est un témoignage et un acte artistique. Si tu réagis, j’ai gagné.

SB: Cela fait un moment que tu tatoues. Comment s’est passé la passage?
Y a-t-il eu un moment où tu t’es rendu compte que tu avais envie d’essayer la peau comme support ou alors était-ce un concours de circonstance?

S: Un peu des deux. Après avoir stoppé le graffiti, qui prenait tout mon temps, il fallait s’exprimer. Le tattoo restait un art subversif a mes yeux. J’ai testé seul, ça m’a plu. Je me suis imposé des règles. Tatouer un motif, toujours et seulement le mien. Après, avec de la persévérance et de la détermination, ça avance.

SB: Publier un ouvrage qui s’appelle “Tattoo Flash”, éditer une livre de photo avec une maison d’édition spécialisée dans l’art montre que tu maitrises les codes des pratiques dans les quelles tu t’inscris. Et pourtant ton style, peu importe le support, tant au niveau de sa forme que dans ta démarche et même ta vie restent délibérément indépendantes, transgressives, parfois violentes. Comment gères-tu le passage de l’un à l’autre?

S: Je pense que l’”honnêteté”de ma démarche me sauve des faux pas. Je respecte la discipline que j’utilise, lis beaucoup sur le sujet, m’intéresse, apprends qui en sont les maitres, l’histoire, la base. Si tu veux transgresser les règles, il faut les connaître. Ca me permet ensuite de créer comme je l’entends, sans compromis. Et puis je ne suis pas un ado. J’ai 36 ans j’ai vécu des choses, je n’ai pas attendu que l’on vienne me chercher. Je fais mon chemin, si tu aimes, tu me suis, sinon salut, je continuerai quand même. La passion me pousse, pas l’argent ni la gloire. Mon école a été le graffiti vandale, il n’y avait rien à y gagner si ce n’est de s’exprimer sans contraintes et de gagner le respect de tes pairs. Après j’ai la prétention de croire que j’ai du talent. Je présente aux gens des projets qui tiennent la route et ils me suivent car il sentent que ma démarche est vraie.

SB: Au fil des années, tu as rencontrés pas mal de gens de la “communauté” tattoo, tu voyages maintenant pour tatouer dans divers studios à travers le monde. Tu as donc du progressivement te familiariser avec cette pratique, ses codes et son histoire. Quel est ton rapport à celle-ci?

S: Je n’ai jamais admiré ou courtisé le monde du tatouage, seulement respecté la démarche. Se faire encrer a vie. J’utilise donc le tatouage pour ce qu’il  est, un outil. Mais de plus en plus, je me tourne vers la mise en valeur de l’acte. Tatouant dans des galeries d’art, mettant cela en scène, comme une performance. Je pense que l’acte compte autant voir plus que le résultat, quelque soit le niveau artistique du tattoo. Je me rapproche ainsi de mon vécu dans le graffiti. Quand tu peins un métro dans un tunnel crasseux, il te reste les sensations, l’adrénaline, la peur plus que la couleur de ton panel. Je me penche sur cette vision des choses dans ma représentation du tattoo et de mon art en général.
 
SB: Depuis les premières fois que nous avons discuté/collaboré, tu as énormément avancé dans ta pratique de la peinture, tattoo, illustration etc. As-tu l’impression de circonscrire peu à peu un domaine qui t’es propre?

Stan: Je pense que je reste dans une démarche cohérente. Je développe mon style naturellement, aucun medium ne prenant le dessus sur l’autre, ils se complètent, me permettent aussi de ne pas me lasser. L’important pour moi étant de toujours prendre du plaisir a faire ça.

SB: Comment envisages-tu “la suite”?
Les projets font boule de neige et sont de plus en plus importants et intéressants. Je laisse faire les choses et continue a travailler.

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans TATOUAGES
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 11:12
Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans TATOUAGES
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 18:05

http://a7.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/379651_10150396607446740_290386711739_8291128_1093146384_n.jpghttp://a1.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/299280_10150287702296740_290386711739_7647212_7279455_n.jpghttp://a3.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/299507_10150308074851740_290386711739_7823497_1352022097_n.jpghttp://a6.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/309717_10150351414701740_290386711739_8057834_678065781_n.jpghttp://a5.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/317432_10150358583756740_290386711739_8092201_334356661_n.jpg

http://a5.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/284599_10150263292816740_290386711739_7395895_1505063_n.jpg

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans TATOUAGES
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 14:32
Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans TATOUAGES

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  •  coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.