Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:18
Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:15

L'integralité de l'article en provenance de l'excellent blog zones subversives en cliquant sur l'image!

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans GENRE
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:15

class war

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans IMAGES
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:12

Vandalisme : tags et fumier à la fédération du PS

« Notre Dame des Landes on récolte ce que l’on sème ! » « Vinci + PS = mafia ». Hier matin, sur les murs de la fédération du Parti Socialiste de la Haute-Garonne, rue Lancefoc à Toulouse, de grosses lettres noires. Et à terre, contre le portail de l’entrée, du fumier et des déchets verts. Une nouvelle fois, profitant de la nuit, des opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, près de Nantes, ont pris pour cible les locaux du PS, à Toulouse. Des tags et du fumier photographiés largement distribués pendant la nuit et dont la présence, avant un rapide nettoyage, a été constaté par les services de police.

Le PS a bien sûr porté plainte mais l’enquête risque de ne pas déboucher sur grand-chose comme celles qui ont porté ces derniers mois sur d’autres dégradations. Déjà sur les murs du parti de la majorité présidentielle régulièrement pris pour cible mais également sur les murs centenaires de l’Hôtel-Dieu. En décembre, les opposants avaient réussi à écrire à l’encre fluo et en lettres géantes un autre slogan contre le projet d’un aéroport qui se situe quand même à plus de 580 km de la place du Capitole.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LaDépêche.fr, 18 avril 2013)

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:12

Égypte : 82 blessés dans des affrontements au Caire

Au moins 82 personnes ont été blessées vendredi 19 avril, lors d’affrontements au Caire entre opposants et partisans du président islamiste Mohamed Morsi. Ces affrontements ont éclaté quand des manifestants anti-Morsi se sont dirigés vers la Cour suprême, où des milliers de Frères musulmans s’étaient rassemblés, pour réclamer une réforme judiciaire. Ces manifestants ont brûlé un bus affrété par les Frères Musulmans.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/045.jpg

Des heurts violents se sont déroulés sur la place Abdel Moneim Riad, proche de l’emblématique place Tahrir. Des islamistes postés sur le pont du 6 octobre qui surplombe la place ont jeté des pierres sur les manifestants de l’opposition en contrebas, notamment des hommes portant des masques noirs appartenant au mouvement des “Black Bloc”, tandis que leurs opposants jetaient des cocktails molotov. Des manifestants au pied du pont ont également tiré des chevrotines sur des Frères musulmans.

Une heure après le début des affrontements, trois véhicules blindés de la police sont arrivés dans les rangs des Frères musulmans en direction de la place Abdel Moneim Riad puis de la place Tahrir, tirant des gaz lacrymogènes.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/057.jpg

La ville d’Alexandrie a également été le théâtre d’affrontements entre islamistes et manifestants de l’opposition. Des jets de pierres ont fait au moins une douzaine de blessés, selon des témoins.

Dans un communiqué, le premier ministre, Hicham Qandil, a averti que la “poursuite des manifestations accompagnées de violences nuit pleinement à la sécurité et à l’économie du pays et entrave les plans de réformes”. Le ministère de l’intérieur a appelé pour sa part “tous les courants politiques à aider les forces de l’ordre à accomplir leur mission de sécurisation des manifestants pour éviter que les affrontements ne se soldent par des victimes”.

Ce nouveau bras de fer entre Frères musulmans et opposition a lieu alors que le pays vit dans l’instabilité depuis la révolte populaire de début 2011 ayant provoqué la chute de M. Moubarak. L’Égypte est aussi confrontée à une baisse des revenus du tourisme et à un effondrement des investissements étrangers, qui contribuaient autrefois fortement à la croissance économique.

Publié par le savoir-faire français (LeMonde.fr avec l’Agence Faut Payer, 20 avril 2013)

 

Curfew declared in Assiut after police station clashes

Security forces in Assiut imposed curfew late Thursday night for the area encompassing the four main roads leading to the Abanoub Police Station following attacks on the building by relatives of a suspect arrested on charges of arms possession.

The detainee’s uncle claimed the police did not find weapons when they searched his house, but arrested him and took him into custody anyway.

One of the suspect’s relatives, Mohamed Salah Attiya, was reportedly shot dead by police during Thursday’s confrontations. The state-run Al-Gomhurriya newspaper reported that the victim was killed when police shot into the crowd to disperse the protesters.

In an exchange of tear gas and Molotov cocktails between Central Security Forces and those attacking the police station, two police vehicles reportedly caught fire.

Officers went through the city streets in vehicles equipped with loudspeakers to announce the curfew and ask residents to stay at home.

An initial autopsy of Attiya’s body showed he ustained three shots that deeply penetrated his chest and abdomen.

Leur presse (Al-Masry Al-Youm via EgyptIndependent.com, 18 avril 2013)

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:11

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/029.jpg

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans EVENEMENT
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:10

Depuis plusieurs années, à la région de Skouries, à Halkidiki, au nord de la Grèce, des habitants s’opposent à la construction d’une mine d’or, qui va détruire une grande partie d’une foret ancestrale, avec des arbres de plus de 400 ans. Ces derniers mois, après que l’État ait vendu une grande partie du territoire à la compagnie Hellas Gold (5% grecque et 95% canadienne) en mars 2012, plusieurs manifestations, souvent violentes, ont eu lieu. Suit une petite chronique des événements les plus récents.

17 février 2013 : Attaque incendiaire sur le chantier des mines d’or. Une quarantaine de personnes, selon la police, ont mené une attaque incendiaire, brûlant tout équipement qui se trouvait sur le chantier des mines d’or.

Février 2013 : Les jours qui suivent, dans le cadre de « l’enquête », des policiers cagoulés kidnappent des habitants du village de Ierissos, un des villages qui résiste le plus massivement au projet, et les gardent pendant des heures au commissariat pour les interroger. Sans la présence d’avocats, et sous des menaces, les flics font des prélèvements d’ADN sans même qu’il y ait des accusations envers les détenus, qui sont censés être au commissariat pour une simple interrogation.

7 mars : 5 habitants du village de Ierissos sont arrêtés par la police. Officiellement il s’agit d’un appel à témoignage et non pas d’arrestations. 6 camions de CRS et 8 voitures de police essaient de rentrer dans le village pour faire des recherches dans les maisons des arrêtés, sans la présence d’un juge. Les habitants s’opposent et les flics chargent avec des gaz lacrymogènes, qu’ils jettent même dans l’école du village. Un enfant est blessé par une bombe lacrymogène, tirée directement sur lui, et trois s’évanouissent à cause des gaz. Les flics rentrent dans les maisons des arrêtés. Le soir, des affrontements éclatent entre les habitants et les forces d’occupations. Une heure après les flics, chassés, vont quitter le village.

9 mars : Plus de 20.000 personnes manifestent dans la ville de Thessaloniki contre les mines d’or et le terrorisme d’État contre les habitants en lutte.

10 avril 2013 : À 3 heures du matin, des flics armés et cagoulés kidnappent deux habitants de Ierissos, sous l’accusation de participation à l’attaque incendiaire. Sans aucune notification ni aucun appel pour se présenter à la police ou au juge, les flics ont forcé la porte de leur maison pendant qu’ils dormaient et les ont arrêtés devant leurs enfants et le reste de leur famille. Selon des témoins, un des flics a dit à la fille de 13 ans d’un des arrêtés « regarde le bien maintenant avec les menottes, parce que tu seras grande la prochaine fois que tu le reverras ». Quelques minutes plus tard, les habitants se rassemblent au centre du village et attaquent le commissariat de la police, qui était vide. Dans l’après midi, la police annonce que le commissariat sera abandonné et tout le personnel et les services vont déménager au commissariat d’un village voisin. Durant la journée les habitants construisent des barricades en bloquant l’entrée au village (les barricades sont toujours en place aujourd’hui et le passage ne s’effectue que dans des heures précises). Certains des habitants restent pour protéger les barricades, et le reste se dirige vers la ville de Thessaloniki, où sont amenés les détenus.

13 et 14 avril : Des manifestations de solidarité, déjà prévues avant les événements du 10, ont lieu dans plusieurs villes du pays.

14 avril : Les deux accusés de l’attaque du 17 février  sont mis en détention préventive, qui peut durer jusqu’à 18 mois avant que le procès ait lieu. Ils sont accusés, entre autres, de participation à une organisation criminelle, tentative d’homicide, détention d’explosifs et explosion. En total, il y a 20 personnes recherchées par la police. Les deux detenus sont les premières personnes accusées.

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans LUTTES
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:09

Nous relayons ici cette lettre trouvée aujourd’hui sur différents indymedias [GrenobleParis], merci aux traducteurices :

Le jeudi 11 avril au matin, à Turin, la Digos (police politique) arrête six personnes : une dans son appartement vers 7h, puis quatre autres dans les rues autour de l’Asilo occupato. Une septième arrestation a lieu le lendemain. Trois personnes sont incarcérées dès jeudi à la prison des “Valette” : Marta, Greg et Paolo. Deux autres se sont vues signifier une mesure leur interdisant de rester à Turin et dans sa province. Les deux dernières sont relâchées. Les trois incarcéréEs, sont inculpéEs dans la même enquête : le 28 février, lors d’une initiative solidaire devant le CIE (centre de rétention) de Turin, elles sont accusées d’avoir pris à partie un journaliste de Torino Cronaca. Il s’agit d’accusations de violences, menaces et vol aggravé des lunettes de celui-ci. Ces derniers mois, les retenus du CIE se sont révoltés à plusieurs reprises, et ont détruit près des trois quarts de la structure (essentiellement les cellules). Au total, cet enquête concerne six personnes : une d’entre elles est encore recherchée par la Digos avec une mesure d’incarcération pour les mêmes chefs d’inculpation. Avec cette répression, la police souhaite faire payer le soutien de dehors aux dernières révoltes de dedans. Diverses actions se sont succédées les jours suivants (manifestations, sabotages, etc.) en solidarité avec les personnes arrêtées et contre les CIE.

Greg a écrit une lettre qu’il nous a demandé de publier dont voici la traduction :

Salut à tous et à toutes, amis et amies, compagnons et compagnonnes.

Tout d’abord un clin d’œil à celles et ceux qui pensent à moi. Ce n’est pas parce que je suis dans ces geôles que je n’ai pas donné de nouvelles. Comme disait un des deux de Foggia en cavale, “pour envoyer une lettre il faut avoir quelque chose à dire.” Alors c’est parti.

Je suis bien en cellule avec Paolo (ndt : Paolo est sorti de prison le 17 avril et placé sous assignation stricte à résidence — arresti domiciliari). Quand la DIGOS m’a arrêté, à deux pas de l’Asilo Occupé, j’ai essayé de me sortir de leurs griffes. Je n’ai pas réussi vu que j’étais à peine réveillé et qu’on était mal organisés avec les amis (trop peu compacts). Bordel, ce qu’ils courraient vite ces cinq digos de merde.

Après un passage à l’hôpital, plus pour leur casser les couilles que pour les petites blessures que j’avais, et les contraindre à me trimballer ici et là au lieu de les laisser retourner dans la rue faire leur travail infame, ils m’ont emmené à la prison des Valette. Dans la section des nouveaux arrivants, il y a eu un peu de complicité, née à travers des récits de choses qui se sont passées dans nos quartiers, des techniques de la police pour nous arrêter, du partage du peu que nous avions en arrivant (je suis devenu un super champion de la chasse au mégot) et des parties de foot sous le soleil du printemps. Le premier saluto (ndt : rassemblement devant la taule en solidarité) nous l’avons bien entendu mais pas vu, ils ont bien choisi le côté du couloir où nous enfermer. Les gars de la section remercient les gens venus nous saluer, ça casse un peu la routine d’ici. Il semble que les inculpations pour rapina (ndt : vol avec violence) et association de malfaiteurs sont à la mode ici et servent pour tout et n’importe quoi. Les peines encourues par nos compagnons sont lourdes. Mais dans notre cas, il s’agit de toute façon d’un vol de merde. Bon, je vais m’arrêter là. Patience, force et vengeance, dedans comme dehors, avec rage et amour.

Greg, qui a hâte de vous retrouver avec un tiramisu ou une pierre à la main. Le 12 avril 2013

 

Mise à jour, le 14 avril 2013

Il y a des gens dans les bureaux de la gendarmerie à Paris, section anti-terroriste (ndt : il s’agit du BLAT – Bureau de Lutte Anti-Terroriste), qui ont exprimé à leur façon une certaine attention à mon égard. En date du 13 avril, il m’a été notifié par le procureur de la république de Turin M. Pio une commission rogatoire (CR) émanant du juge d’instruction Didier Suc qui exerce à Toulouse, en France.

Cette requête de CR datant de juin 2012 concerne une enquête (ndt : encore et toujours cette maudite affaire de Labège) dans laquelle, en novembre 2011, quatre compagnons et compagnonnes françaises ont été incarcéréEs, une compagnonne soumise à un contrôle judiciaire (obligation de signer) et un compagnon coincé par le statut de témoin assisté (obligation de témoigner s’il ne veut pas d’embrouilles avec la justice). L’instruction n’est pas encore close, les chefs d’accusation concernent une action commise en juillet 2011 avec dégradations et violences contre des bureaux et le personnel qui y travaille, liés aux prisons pour mineurs (pour plus d’informations, vous pouvez chercher sur internet – en italien sur informa-azione.info et en français sur pourlaliberte.noblogs.org).

En pratique, la commission rogatoire du juge d’instruction français à la justice italienne permet à la police italienne (DIGOS) de “m’interroger dans le but d’établir ma possible participation aux faits et mes liens avec les misES en examen” et de, “si j’y consent, effectuer un prélèvement salivaire (ADN) sur kit FTA” pour le remettre immédiatement à la police française. Enfin, la CR demande également que la police française puisse assister à l’interrogatoire. Pour être clair : il ne s’agit pas d’un mandat d’arrêt européen. Avec cette lettre, je voulais préciser que je me contrefous de ce mouvement de la police française, que je ne collaborerai pas à leur commission rogatoire, que j’insiste sur ma solidarité avec les inculpés et les inculpées, que les catégories de “mouvance ultra-gauche toulousaine” ou “mouvance anarchiste” seront toujours à mes yeux des termes qui démontrent que le pouvoir ne comprendra jamais combien mon individualité est plus riche et belle que leur sale monde de catégories/cages.

Feu à toutes les prisons, liberté pour tous et toutes, il faut détruire les frontières physiquement et mentalement.

À mes compagnons et compagnonnes : faites attention à vous.

Et mes ennemis, je veux qu’ils sachent : je les emmerde sincèrement.

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans REPRESSION
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:07
http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/0117.jpg

TÉLÉCHARGER LE JOURNAL – Le Génie du lieu est un journal d’expression du quartier des Lentillères. Il s’agit d’une publication produite par les occupant-e-s des terres de l’ancienne ceinture maraîchère, en lutte contre l’urbanisme local et le bétonnage du quarter de la rue Philippe Guignard à Dijon.

Brassicanigra

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans MEDIA
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 13:16

Hier soir les organisations et militants homophobes regroupés dans le collectif « la manif pour tous » ont déambulé dans Lille pour cracher leur haine des personnes LGBT. Après la dispersion du rassemblement, des participants ont sauvagement attaqué un bar gay du Vieux-Lille, le vice&versa.

Après avoir fait le tour du centre ville de Lille en voiture, où ils ont reçu un accueil hostile des passants, les extrémistes se sont rassemblés vers 20h Place de la République.

Drôle de mélange que formait cette cinquantaine de personnes : catholiques intégristes BCBG et boneheads aux tatouages explicites. On y retrouvait des militants d’extrême-droite ultra-violents bien connus : membres du groupuscule nazi-skin JNR / Troisième Voie, militants de Génération Identitaire (« célèbres » pour avoir occupé la mosquée de Poitiers), militants de l’ex Maison Flamande de Lambersart impliqués dans les actes racistes commis au bar le Magnum et dans les attaques du bar Le Resto Soleil. Les drapeaux français et flamands des nazillons côtoyaient les drapeaux roses et bleus de « la manif pour tous » sans que cela ne pose de problème aux organisateurs. Les néo-nazis avaient d’ailleurs annoncé leur présence à la manifestation sur la page Facebook de l’évènement :

Néo-nazis à la manif par tous

Génération Identitaire

Frigide Barjot, trop célèbre porte parole de « la manif pour tous » déclarait que la manif pour tous n’était pas gangrené par l’extrême droite : « [...] je vous prends au défi, de me montrer une image de gens d’extrême droite [...]« . Pour nous, des gens qui s’opposent à l’égalité des droits des les personnes homosexuelles sont des militants d’extrême-droite. Mais en plus des masses de bourgeois-cathos-fascistes-réacs qui composent « la manif pour tous », il est indéniable que l’extrême-droite la plus radicale et violente participe à ces évènements. Voici quelques photos d’extrémistes reconnus hier soir place de la République lors de la manif pour tous, juste avant l’attaque du vice&versa :

Décidemment Yohann aime le cochon

Yohann, militant  à Troisième Voie, impliqué au Magnum et au Resto Soleil

Yohann

Toujours Yohann, notez sa présence dans la liste des invités

Admiez le White Power dans le cou...

« Gamin », vendeur de vêtement néo-nazi sur internet, avec un tatouage White Power dans le cou

Bubsy

Bubsy (à droite), chef de section des JNR (Jeunesse Nationaliste Révolutionnaire) du Nord, star d’un reportage diffusé sur M6 ou il exhibe ses tatouages néo-nazi avec Gamin

C’est le climat intensément homophobe instauré par les opposants au mariage homosexuel, les catholiques intégristes de France, le Front National et une large majorité de l’UMP qui rend possible le passage à l’acte de ces extrémistes. Barjot et sa meute promettent du sang et des larmes, les nazillons exhaussent leurs voeux.

Repost 0
Published by coutoentrelesdents - dans FACHO HORS DE NOS VIES!

A L’Assaut Du Ciel!

  • : coutoentrelesdents
  •  coutoentrelesdents
  • : Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent.
  • Contact

?

Celui Qui Ne Connaît Pas L'histoire Est Condamné À La Revivre.